Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 10/10/2018

Emissions de CO2 : le Conseil de l’Union européenne vote un compromis à -35% en 2030

Le Conseil de l’Union européenne, composé des ministres de l’environnement des Etats membres, se réunissait ce mardi 9 octobre pour adopter une orientation commune sur le projet de régulation des émissions de CO2 des voitures et camionnettes pour les années 2025 et 2030. Entre les Etats qui souhaitent une rupture radicale et ceux qui s’inquiètent, les positions sont très différentes. Et ce n’est pas forcément un combat des pays automobiles contre les autres… 

Après 13 heures de négociation, les Etats membres sont parvenus hier soir à un accord sur un objectif de baisse des émissions de CO2 par rapport à 2021 de -35% en 2030 pour les voitures et -30% sur les camionnettes.
Ce mardi 9 octobre, les ministres de l’environnement des 28 pays de l’Union européenne avaient commencé la journée en exprimant leur avis sur un texte de compromis présenté par l’Autriche, pays qui préside ce semestre l’Union européenne.
Dans ce texte, les équipes autrichiennes proposaient un objectif de réduction des émissions de CO2 différent pour les voitures et les véhicules utilitaires : -15% en 2025 et -35% en 2030 pour les voitures, -15% en 2025 et -30% en 2030 pour les véhicules utilitaires. Ce sont finalement ces objectifs qui ont été adoptés.
Ils sont assez proches de ceux qui avaient été proposés par la Commission européenne -15% et -30% sans distinction entre voitures et camionnettes. Et sont assez éloignés de ceux adoptés par le Parlement européen à -20% et -40%, sans distinction non plus entre voitures et camionnettes.
Dans la conférence de presse à l'issue du vote, la ministre autrichienne de l’environnement, Elisabeth Köstinger, a insisté sur l'objectif de -35% pour les voitures. "Nous avons pu prendre une décision", s’est-elle félicitée. "Ce compromis est dans l’intérêt de tous les Etats membres. Nous voulions une majorité aussi large que possible", a-t-elle ajouté.
Cette majorité a réuni 20 Etats pour, 4 contre et 4 abstentions.
Ce vote d'une position commune était inespéré en début de journée a dit le Commissaire européen Miguel Arias Cagnete. "La négociation pour le -35% en 2030 a été très compliquée. Grâce à un excellent dialogue entre toutes les parties nous avons pu surmonter les difficultés", a-t-il dit. Les vingt-huit Etats membres étaient arrivés très divisés, considérant ce texte pour certains comme trop ambitieux, pour d'autres équilibré ou pas encore assez ambitieux et avec des positions incompatibles.

Il y a les pays qui voulaient des objectifs moins élevés
Sept pays ne voulaient pas aller au-delà d’un objectif de réduction à -30% en 2030. Il s’agit de la Slovaquie, la République tchèque, la Roumanie, l'Allemagne, la Bulgarie, la Pologne, la Hongrie.
"Les véhicules ne seraient pas accessibles pour nombre de nos concitoyens. Quel est l’impact réel sur l’environnement si nos concitoyens ne peuvent pas se les payer ?", a dit le représentant slovaque. "Ils achèteront ce qu’ils peuvent se payer et pollueront plus", a-t-il dit faisant allusion à l’importation de véhicules d’occasion.
L’argument prix a aussi été avancé par la République tchèque : "Nous ne voulons pas revenir à une situation où seules les personnes aux revenus élevés sont mobiles", a dit le représentant Tchèque.
Pour la Roumanie, pays où les revenus sont modestes, la proposition de la Commission est suffisamment ambitieuse et constitue "un bon point d’équilibre entre les coûts et les bénéfices".
L’Allemagne qui s’était rangé à la position de la Commission a fait profil bas avec une intervention parmi les plus courtes. "Nous voulons aussi que la mobilité électrique reste une mobilité que les citoyens peuvent se payer", a dit la représentante de l’Allemagne.
La Bulgarie estimait que l’objectif 2025 ne devrait pas être obligatoire et que pour 2030 une réduction de 30% était un maximum. "Les objectifs doivent tenir compte du pouvoir d’achat", a dit le représentant de la Bulgarie.
La Pologne a plaidé pour une distinction entre les voitures et les utilitaires et estimé qu’il fallait tenir compte de la différence de pouvoir d’achat entre les différents pays européens. "Une des conséquences pourrait être une fuite de carbone au niveau de l’UE", a dit le représentant de la Pologne, ce qui là encore est une allusion aux importations de véhicules d’occasion. "Il faut réduire les émissions, pas seulement pour les nouveaux véhicules mais aussi pour tous ceux qui circulent", a dit le représentant de la Pologne. La Lituanie et la Létonie, ont également exprimé la crainte de subir les exportations de véhicules d’occasion à la suite de ces objectifs de réduction des émissions de CO2.
Le texte de l’Autriche n’avait reçu le soutien en l'état que de trois pays : Estonie, Chypre et Croatie. "-35% pour 2030 est un compromis qui fonctionne bien entre la réduction de CO2 et la charge qui pèse sur l’industrie", a dit le représentant croate.

Et ceux qui voulaient aller plus loin et même beaucoup plus loin
A quinze, ce sont finalement les pays qui voulaient un texte plus ambitieux qui ont été les plus nombreux : Suède, Portugal, Finlande, France, Slovénie, Danemark, Italie, Royaume-Uni, Belgique, Espagne, Luxembourg, Malte, Irlande, Grèce, Pays-Bas.
"Le rapport du Giec dit qu’il y a besoin de réduire plus encore et de façon urgente. Notre texte doit être conforme aux objectifs du rapport de Paris et les propositions du Parlement et de la Commission sont insuffisantes pour limiter à 1,5°C le réchauffement de la planète", a dit le représentant de la Suède. "-40% c’est le minimum". "Il n’y a aucune contradiction entre un objectif ambitieux et la protection de l’industrie automobile. Montrons au monde que nous en sommes capables."
Le Portugal qui s’est engagé à atteindre zéro émission en 2040 estime qu’une réduction des émissions de CO2 de 30% en 2030 est insuffisante et n’envoie pas un signal suffisant. "A -30%, ce sera business as usual", a dit le représentant du Portugal qui plaidait pour une réduction de 35% pour les VUL et 50% pour les VP en 2030.
Pour la Finlande, ausi il faudrait aller plus loin : "Il faut faire plus et plus vite. Il faut être au moins aussi ambitieux que le co-législateur du Parlement européen."
Pour ceux qui estiment qu’il faut aller plus loin l’argument est celui des investissements en R&D qu’il faut stimuler. "Les progrès techniques vont résoudre le défi", a dit le Portugal. "Nous sommes à la veille d’une percée technologique et il faut qu’elle intervienne", a dit le représentant de la Finlande pour qui il faut enclencher la dynamique : "attirer les investissements, créer les emplois et réduire les coûts énergétiques. Plus nous investirons dans ces voitures plus le prix baissera".
La France a elle aussi plaidé pour plus d'ambition en rappelant que le transport est le seul secteur pour lequel les émissions de CO2 ont augmenté. Le ministre français de l’environnement, François de Rugy avait préconisé une distinction entre les voitures ( -20% en 2025 et -40% en 2030) et les camionnettes (respectivement -15% et -30%).

"L’introduction d’un objectif pour 2040 est nécessaire pour susciter le développement de technologies de rupture et notamment le développement de véhicules électriques et hybrides rechargeables. Tracer un chemin clair permettra à nos constructeurs de faire évoluer leur offre de véhicules propres et à nos concitoyens d’adapter leur comportements", a dit le ministre français. 
La Slovénie était aussi pour un objectif ambitieux d’au moins -40% en 2030 et entre -20 et -25% pour 2025. "Nous devons modifier nos sociétés et nos économies", a dit le représentant slovène. "Il y a un risque pour les emplois en Europe, mais si nous ne faisons rien le risque sera encore plus grand", a-t-il dit.

Le Danemark qui s’est fixé pour objectif de supprimer les voitures Diesel et essence d’ici 2030 a sans surprise plaidé pour une réduction de 40% en 2030. "Nous comprenons les préoccupations de certains Etats membres sur cette période transitoire mais il ne s’agit pas de protéger l’emploi en Europe en continuant à produire des voitures ou des utilitaires qui ont vécus. Il faut pousser le développement technologique en Europe dans toutes nos régions pour éviter de perdre des emplois au profit de l’Asie si nous n’emboitons pas le pas de la transition dès aujourd’hui," a dit le Danois.

L’Italie et le Royaume-Uni ont également apporté leur soutien comme la France à un objectif à -40% pour 2030. "L’emploi sera renforcé par ces propositions. Il faut donner une orientation claire", a dit le représentant du Royaume-Uni.
La Belgique était aussi sur une position de -20% et -40%.
L’Espagne, deuxième producteur européen d’automobiles, dont l’industrie automobile représente 12% du PIB, a, elle aussi, estimé qu’il fallait aller à au moins -35%, voire -40% en 2030. "Nous pensons que le changement, la rupture qui est nécessaire pour cette industrie ne nous a pas attendu. Plus nous irons vite, mieux nous pourrons saisir les opportunités", a dit la représentante espagnole.

Le représentant du Luxembourg a été le plus virulent mettant en cause le commissaire européen Miguel Arias Cagnete. "Il y a une grande différence entre un compromis utile et une compromission", lui a-t-il dit. Il a plaidé pour des objectifs durs en mettant en avant la méthode du gouvernement chinois. "Le fait que les entreprises industrielles d’automobiles investissent sept fois plus en Chine dans les voitures d’avenir qu’en Europe n’est pas acceptable. Pourquoi le font-ils ? parce que le cadre pour les voitures d’avenir est plus clair en Chine qu’en Europe", a-t-il dit. 

C’est un peu le même argument qui a été repris par le représentant de Malte : "Les constructeurs investissent massivement dans l’électromobilité hors de l’Union européenne, il faut s’assurer qu’ils investissent dans l’Union européenne."
L’Irlande (qui vise 100% des véhicules vendus en zéro émission en 2030) a également affiché une position ambitieuse plaidant pour des objectifs à -25% et -50% qualifiés de "nécessaires et réalisables". "Avec un objectif de -15% en 2025 nous perdrons l’élan pour l’industrie automobile européenne par rapport aux autres pays. Le retard pris dans la transition fera perdre plus d’emplois", a dit le représentant irlandais.
La Grèce soutenait également une position dure : "Nous sommes tous les jours frappés par les conséquences du changement climatique et nous aimerions une proposition ambitieuse".
Les Pays-Bas avaient aussi demandé une réduction de -40%. "Le Transport est le seul secteur où les émissions ne cessent de s’accroître. L’histoire a montré que la législation a besoin du bâton", a dit la représentante des Pays-Bas.

Malgré cette majorité d'Etats qui en début de journée souhaitaient durcir le texte, ce sont finalement les Etats qui voulaient des objectifs moins radicaux qui ont chèrement vendu leur ralliement à l'objectif de -35%. 
Les négociations en vue de parvenir à un texte définitif démarrent ce mercredi 10 octobre dans le cadre du trilogue qui réunit le Parlement, le Conseil et la Commission.
Florence Lagarde

 

Partagez cet article :

Réactions

Et voilà la commission tels les bourgeois de Calais viennent de remettre les clefs de l'Europe au PC Chinois.
Tout le monde a la baïonnette... Non à la camionette et son moins 15%
Mais où vas ton trouver ces montagnes de matières premières ?
J'aime bien la position du Luxembourg, faut dire qu'avec la taille du pays c'est pas la peine de débrancher le VE,une rallonge suffit.......
alain boise, Le mercredi 10 octobre 2018

Et tout cela sans que l'Allemagne ne fasse le forcing ! Bravo !
Certain avait trop vite oublié les pays de l'est de l'Europe avec leurs pouvoir d'achat trop différents et leurs contraintes sociales.
Les écolos vont râler, les constructeurs sont satisfaits.
Aller passons à la suite, parce que il va falloir se les faire maintenant les - 35%...
;0)
Lucos, Le mercredi 10 octobre 2018

Deuzio comment la commission va s'y prendre pour recharger tout ce Barnum ?
5centrales Belges sont arrêtées, les six autre Allemandes doivent fermer avant le 1/1/2025,1 Française à cause de RAf,1 Suisse de soixante cinq ans.
Bref comment on fait sachant que la France accueille 1 Milion d'habitants en plus tous les quatre ans....on va le chercher où le courant ?
DNS des éoliennes à l'arrêt tout l'été (8% de Production estivale pour cause d'anticyclone
alain boise, Le mercredi 10 octobre 2018

Mais Lucos fastoche moins 35 avec 400kg de batterie dans le coffre
alain boise, Le mercredi 10 octobre 2018

Tabarnak,déjà levé... Z'etes encore au Japon?
alain boise, Le mercredi 10 octobre 2018

Haï ! Haï !
;0)
Lucos, Le mercredi 10 octobre 2018

Merci de cet article présentant un aperçu synthétique de l'avis des différents pays de l'UE. Commençons par supprimer la course à l'équipement inutile de confort de canapé, le poids baissera et le CO2 avec
JL S, Le mercredi 10 octobre 2018

Ah les braves gens …!
Bien sûr, il y a les injonctions que posent les conséquences du dérèglement climatique…
Bien sûr, il y a le nième rapport alarmiste du GIEC …
Et ne rien faire semble insupportable désormais …

Mais, heureusement, qu’il y a la voix des états de l’est de l’Europe (Slovaquie, la République tchèque, la Roumanie, la Bulgarie, la Pologne, la Hongrie. l’Allemagne étant un cas à part…) pour quelque part intégrer les conséquences de ces mesures sur l’accès à la mobilité individuelle de leur peuple dans leur vote….
Pour ceux-là, le mot « PEUPLE » n’est pas juste une formule parmi des éléments de langage mais un mot porteur de sens … Ces gens-là se souviennent de qui ils tiennent leur légitimité, le peuple tout simplement … Pas comme notre «élite » tricolore qui s’emploie à faire ce qui lui plaît, plaît, plaît, une fois élue … Et je ne parle pas forcément de celui qui déroule son "business plan" ...

A noter, sauf erreur, il n’y a aucune traduction ou évaluation économique des conséquences de ces décisions …
En tous cas, cela ne filtre pas dans les différents articles sur le sujet …
D’autre part, mais peut-être me trompe-je ( ?), il me semble bien singulier (culotté disait-on dans l’ancien monde) d’invoquer l’incendie quand ce sont les incendiaires eux-mêmes qui ont avivé le feu !
… Dit autrement que notre « bon » ministre François de Rugy puisse se prévaloir du renchérissement des émissions de CO2 alors que c’est précisément lui et ses clones qui ont tout fait pour abattre le Diesel et obtenir ce triste résultat me semble extrêmement choquant et le mot est faible ….
Calmez vous, l’hystérie en faveur du VE, aujourd’hui, a autant d’inconvénients pour demain que le « tout Diesel » vendu par l'ensemble pouvoirs qui se sont succédés, hier et en France particulièrement …

Cela dit, le vin est tiré et il va bien falloir le boire … Que les industriels et les pouvoirs publics fassent en sorte que ces objectifs soient sinon atteints au moins approchés … Il y a du « boulot » à différents niveaux (infrastructures, production d’énergie, investissements R & D, réflexions stratégiques …)

Pour l'instant nous sommes quelque peu dans l'improvisation d'un saut sans "beaucoup" de parachute …
Dans les milieux autorisés "on" s'autorise à penser … C'est à peu près le seul travail réalisé (j'exagère mais à peine)
ADEAIRIX, Le mercredi 10 octobre 2018

-15% en 2025 et -35% en 2030 pour les voitures, -15% en 2025 et -30% en 2030 pour les véhicules utilitaires.
OK mais par rapport à quoi?
Si je me souviens bien chaque constructeur a son propre objectif et l'objectif "moyen" 2020 est de 95g de CO2/km. Un petit rappel serait utile et aussi la situation de chaque constructeur par rapport à son objectif 2020.
Thierry., Le mercredi 10 octobre 2018

Tout à fait Thierry … Un sacré bon questionnement !
ADEAIRIX, Le mercredi 10 octobre 2018

Emissions de CO2 : -35% en 2030 ??

Le Vrai scandale du CO2 va éclater d'ici.... 2030.

En 2031 ce sera comme la perte d'ozone au-dessus de l'Antarctique....qui s'est résorbé sans rien faire, ou qui était une invention de certains écolos..

Le seul problème en 2031: Tous les français qui s'étaient équipés de véhicules électriques en 2022 ne trouvent plus de pièces détachées et n'ont plus les moyens d'acheter les voitures à hydrogène chinoises.
CR-Expert, Le mercredi 10 octobre 2018

A Thierry et ADEAIRIX,
Bonne question en effet. La réduction de -35% est par rapport au niveau de 2021. Je le précise dans le texte.
Florence LAGARDE, Le mercredi 10 octobre 2018

Voilà une bonne décision bien molle; bien dénuée de bon sens.

Au moins les morts, réfugiés et espèces disparues qui seront fait demain pourront se féliciter d'avoir une industrie automobile en bonne santé et d'avoir pensé "au peuple qui lui donne sa légitimité".

@ADRX @Alain vous êtes complètement à côté de la plaque.

1. D'un point de vue climatique l'urgence c'est aujourd'hui on n'est plus à attendre que les autres fassent, que la solution soit là, que ça ne nous arrange pas etc...
http://ipcc.ch/pdf/session48/pr_181008_P48_spm_fr.pdf

A vous entendre la maison brûle mais on est encore à se demander si il vaut mieux un extincteur à mousse ou à eau et dans le doute on va se contenter de jeter un seau d'eau au lieu du verre d'eau.

2. D'un point de vue technologique
Là encore on voit bien 2 écoles. Les "mauvais" pragmatiques qui attendent que la technologie arrive pour prendre un virage comportemental.
Les "bons" pragmatiques qui savent que sans obligation on ne prendra pas de virage technologique Cf Danemark.

3. D'un point de vue économique
On retrouve ces 2 écoles, celui qui ne veut rien changer et celui qui sait que l'avantage économique et concurrentiel ne peut être fait que si il est anticipé. Irlande, Espagne.

4. D'un point de vue sociétal
Sans changement maintenant d'une part la Terre deviendra invivable ce qui augmentera les flux migratoires, les tensions; les risques de guerre, le surpeuplement local etc...
Donc au final le changement sociétal est inéluctable soit il est intimé par le législateur et dans l'intérêt de tous sur le long terme soit nous regarderons mourir notre terre et les humains s'enter tuer comme jamais.

Pour répondre à une remarque hier me concernant, la citation
"Nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l'empruntons à nos enfants" n'est pas une phrase de notre président EM mais une citation de Saintt-Exupéry reprise de proverbes indien/africain.

PS: non je ne suis pas un khmer vert, j'adore tout ce qui a un moteur, et plus de cylindres il a mieux c'est. Mais à un moment j'ai une conscience collective.
Grumly Ours, Le mercredi 10 octobre 2018

@ CR-Expert …. il me semble plutôt courageux d'afficher un positionnement "climato septiques" en ces temps ou la position dominante "domine" et envahit les écrans …

En revanche, si selon votre commentaire, des consommateurs "concernés" achètent en 2022 un VE et escomptent la revendre en 2031 soit au bout de 9 ans (donc 1 an après la couverture garantie de la batterie que ne manqueront de mettre en place les "industriels"...) ce sera déjà un beau résultat …. ?
Je galège … c'est sûr !
:0)

ADEAIRIX, Le mercredi 10 octobre 2018

@ Florence LAGARDE … même si comme JLS je trouve l'article excellent du point de vue de la synthèse, au risque de m'enfoncer sous les abîmes des regards navrés … Je persiste et je signe …

Le questionnement de "Thierry" me semblait fondé au regard de l'instrument de mesure … Ou plutôt de l'instance de mesure impartiale (en 2021 donc) qui mesure et détermine le niveau de CO2 atteint en moyenne par les constructeurs … Quelle est la méthodologie … ?
Probablement quelque chose du genre : par marque > somme des scores CO2 de tous les VN vendus dans l'union selon la norme WLTP (?) X divisé par le nombre (?).

Pardonnez mon ignorance crasse (je lis très peu …) et merci de votre indulgence ...
ADEAIRIX, Le mercredi 10 octobre 2018

.


Je ne suis pas climato sceptique, je suis réaliste.

Il y a bien un réchauffement constaté, c'est son origine que je conteste.


.
CR-Expert, Le mercredi 10 octobre 2018

Le terme "climato sceptique" est générique et désigne bien ceux qui contestent l'origine du réchauffement climatique, particulièrement celle qui découle(rait ?) de l'activité humaine … il me semble
Voilà en quoi … Ils sont courageux .. .contre vents et marées.

Quant aux effets du réchauffement (quelque en soit l'origine donc), les contester me semblerait effectivement assez intrépide, de fait … !

Merci à l'Ourson blagueur pour sa petite de leçon de "conscience collective" qui sent bon le prêt à penser … Au passage je ne me souviens pas l'avoir interpellé sur une citation de quiconque ..
Mais bon
;0)

ADEAIRIX, Le mercredi 10 octobre 2018

Les Dinausores ont bien disparus de la planète ....et pourtant elle tourne.....pensez à mettre un brique dans votre chasse d'eau amis donneurs de leçons
alain boise, Le mercredi 10 octobre 2018

@ADRX ce n'était point vous ;)

@Alain
je devais avoir une 10 d'année lorsque j'ai inventé et dessiné une chasse d'eau à flux différent pour économiser l'eau. Mais je n'ai rien déposé sinon aujourd'hui à chacune de vos déjections je serai un peu plus riche.
Donc la brique je vous conseille plutôt de l'utiliser pour muscler votre réflexion si c'est possible.
A faire ce l'on a toujours fait on a les résultats que l'on a toujours eu ! Renversant dirait M.Cyclopède.
Grumly Ours, Le mercredi 10 octobre 2018

Oh bravo l'ourson z'etiez en avance déjà dix ans dans les chasses d'eau,bravo,je vous rappelle que je branche et débranché huit fois par jour pour sauver vos frères ,éviter la guerre,baisser le niveau des océans,remplir le lac d'Annecy, etc etc ,merci encore
alain boise, Le mercredi 10 octobre 2018

@Thierry, ADRX et un peu Florence, c'est parti pour un petit pensum !

Sauf erreur de ma part, l'objectif "de base" assigné à tous les constructeurs est de 95 g de CO2 / km cycle NEDC en 2021.

Ces fameux 95 g sont applicables à toutes les bagnoles, mais, car il y a un mais kolossal, c'est la notion de poids qui a été introduite par les Allemands - on devine vaguement pourquoi - qui ont demandé à ce que les voitures "lourdes" aient un objectif moins difficile à atteindre (les 95 g/km) justement parce qu'elles sont lourdes, donc qu'elles consomment plus, donc qu'elles rejettent plus de CO2 qui, faut-il le rappeler, est directement proportionnel à la quantité de carburant brûlé : 2,31 kg pour 1 litre d'essence et 2,65 kg pour 1 litre de gazole ; ça suit au fond de la classe ?

Le poids moyen des bagnoles fixé par l'Europe est de 1372 kg. Donc toutes les bagnoles qui pèsent plus que ce poids référent auront un objectif supérieur à 95 g et vice et versa, selon la formule 95 g + 0,000333 x (M - M0) où M est la masse de la bagnole et M0 la masse référent.

Une Twingo pesant 865 kg a un objectif de 78 g/km, un C4 Picasso qui pèse justement 1372 kg a un objectif de 95 g/km et une Classe S pesant 1955 kg a un objectif de 114 g/km.

Quand on prend toutes les bagnoles vendues par un constructeur, on arrive à un Objectif Constructeur qui est calculé en additionnant l'objectif spécifique de chacune des voitures de ce constructeur divisé par le nombre de voitures vendues (immatriculées) dans toute l'Europe.

Quelques exemples :
Premier chiffre = objectif 2015 / 2ème chiffre = rejet réel 2015 / 3ème chiffre = objectif 2021 (avec la masse des voitures actuelles, imaginant bien que cette masse va diminuer grâce aux efforts faits par les constructeurs)
Renault/Dacia : 123,1 g / 113,6 g / 90 g
PSA : 124,5 g / 110,1 g / 91 g
VAG : 130,4 g / 125,8 g / 95,3 g (y a du boulot pour passer de 125,8 à 95,3 !)
BMW : 138,7 g / 131,7 g / 101,3 g (d° VAG)
Honda : 131,3 g / 133,9 g (déjà en dépassement donc amende) / 95,9 g
Hyundai : 127,5 g / 130,5 g (d° Honda) / 93,2 g.

A partir de 2030, les -35% seront appliqués sur cet objectif constructeur de 2021. Mais comme on ne se basera plus sur le NEDC mais sur le WLTC auquel on ajoutera du RDEC, voyez le bordel !!!
On peut donc dire que l'objectif 2030 sera en moyenne de 95 g NEDC moins 35% = 61,75 g arrondis à 62 g NEDC, soit environ 75 g WLTC/RDEC.

Ouf, je retourne me coucher.
Bruno HAAS, Le mercredi 10 octobre 2018

@Alain merci je vais m'ouvrir un nouveau pot de miel à votre santé ;)

globalement il faut penser au besoin avant de penser à la solution.
On ne pense que électrique sans repenser le véhicule dans sa globalité.
si l'on veut chasser le CO il faut se poser la question de savoir ce qui coûte cher en € et en kg sur le véhicule.

Light is right est le gage d'une bonne voiture de sport comme celui d'une bonne voiture "khmer vert".

Le poids d'un moteur aujourd'hui est sans commune mesure avec celui d'il y a 20 ans. Pourtant quand ma R21 faisait 1040kg une familiale aujourd'hui pèse 1600kg.
Mettez un moteur d'aujourd'hui dans une R21 vous aurez une "voiture verte".
Les écrans et tous le barda électronique sont vraiment nécessaires ? chez moi je n'ai pas tout ça!

Les véhicules Autonomes, radar, lidar, caméra ?

Et enfin le SCx d'un SUV ?

Bref sans même parler d'électrification les constructeurs ont le pouvoir de proposer des véhicules plus vertueux. Il faut juste inverser la course du toujours plus.
Grumly Ours, Le mercredi 10 octobre 2018

Ben les gars...j'ai choisi ces derniers jours de me la couler douce au soleil du Salon de l'Auto...pour constater que rien ne changera et que vous, nous tous nous allons au casse pipe super contraignant et douloureux pour certains (au départ pour les pays pauvres, et après viendra notre tour pays de riches) quand il va falloir imposer des lois super restrictives et avec un REPLI général à l'intérieur de nos frontières et les dégâts seront tels qu'il vont absorber nos ressources et même les petits qui vont se faire la guerre en premier vont arrêter vite (épuisez, affamés, et réfugiés) car ils n'auront même pas d'argent pour ce payer leurs armes dans un deuxième temps.
Le paradis futur ce trouve au Portugal, (le désert au bord de la grande mer Atlantique) qui est toujours le plus radical dans la théorie, mais qui de tout temps fait dans les 90% de tolérance !
Un petit exemple pour meubler vôtre journée:
Dans trente cinq ans l'Inde va être à la mode car les scientifiques même Indiens, prévoient que les glaciers qui alimentent le fleuve Ganges va se tarir et ce fleuve sacré va sérieusement énerver sinon créer la plus formidable pagaille et chaos sur un continent d'un milliard d'individus qui vont douter de la déesse (et autres) Shiva...
Les eaux salés qui vont monter chez les Bangladais vont affamer et créer des réfugiés et qui vont alimenter les guerres dans le secteur.
Nous allons regarder tout ça dans nos téléviseurs...veinards !
Mesures écologiques AUTOMATIQUES chez nous car
-80% de voitures de fabriqués dans le monde par rapport à aujourd'hui.
Ne faites RIEN dès à présent, ce n'est plus nécessaire, l’écologie RÉCHAUFFANTE va se faire toute seule et va donner du boulot à plein temps à vos descendants.
Faites-leurs faire une carrière militaire...il ne va pas être bon d'être un civil même chez nous.
Pour la bouffe, la mobilité, le logement les militaires vont avoir la priorité absolue.
Quand je pense que Ségolène fut fille de militaires et n'a fait que semer gentiment la pagaille, le désordre et le gaspillage soft.
Vous direz tous. "c'était mieux avant !"
Jo Duchene, Le mercredi 10 octobre 2018

Un grand merci à Bruno d'avoir troublé quelque peu le déroulé d'une journée studieuse pour communiquer "la règle du jeu" ...
Tention à l'hélice de l'embarcation avec le rechauffement ...
ADEAIRIX, Le mercredi 10 octobre 2018

J'ai pris les devants déjà en vendant sur la marina d'Alcantara à Lisbonne mon Chris de 9.50m avec un Volvo in board...cause trop de consommation !
Le portugais qui me l'a racheté est ravi de l'avoir acheté à un étranger mais sans "savoir" que dans le futur il va le faire bouger très peu...il a oublié de me demander la consommation !
Jo Duchene, Le mercredi 10 octobre 2018

Cher Adeairix,
Hélas, ya pu d'hélice, c'est là qu'est l'os !
J'ai hiverné le Sunbird début septembre, il est vidangé et bien rangé dans son hangar. Ma famille est dans le bassin annécien depuis l'an 1640 (date de la construction de la maison de mes ancêtres) et on n'a jamais vu un niveau de lac aussi bas.
Une explication : le manque de pluie évidemment, mais surtout l'interdiction qui a été faite de fermer les vannes du canal du Thiou pour assurer le refroidissement des installations industrielles en aval du lac (qui se jette dans le Fier qui se jette dans le Rhône) et leur permettre de continuer à tourner.
Ca fait mal...
Bruno HAAS, Le mercredi 10 octobre 2018

.

Il y en a qui s'expatrient au Portugal, d'autre ou les mêmes qui pensent qu'aux japonaises hybrides sont la solution à tous nos maux....

Mais regardons ce qu'est devenu le salon de la Porte de Versailles: Une grande fête pour les constructeurs allemands. Les français ont de jolis stands mais bien moins de nouveautés...à part la 508.

Ce résultat est sans doute à force de tourner en rond, de ne pas investir dans le développement des nouveaux produits et des technologies industrielles dans notre pays. Il y a en Allemagne cinq fois plus de robots qu'en France, ancien pays industriel.

L'activité industrielle dans ce pays tire toute celle de ses habitants. A force, ils ont finis par s'enrichir ( si, si ) et dépassent à présent largement le PIB/Habitant de la France. Ce n'était pas le cas il y encore dix ans.

Quand on sait que c'est en forgeant qu'on devient forgeron, c'est
très préoccupant pour notre avenir.

.
CR-Expert, Le mercredi 10 octobre 2018

...S'expatrient...au fait vous ne savez rien !
Abstenez-vous !
Jo Duchene, Le mercredi 10 octobre 2018

Cher Expert, n'est-il pas très préoccupant également de savoir que c'est en se mouchant qu'on devient moucheron, surtout quand on a un gros rhume comme moi en ce moment.
J'ai peur.
Bruno HAAS, Le mercredi 10 octobre 2018

Ceux qui comme moi (c’est fatiguant de passer sa vie à ce justifier, passons) ont opté pour une solution individuelle depuis vingt ans en trouvant un véhicule qui consomme peanuts en ville et qui n’est jamais en panne ou a des pannes vicieuses, c’est fatiguant encore d’être face à des ignorant qui ne connaissent rien en solutions industriels efficaces... mais qui ne résolvent RIEN face aux changements climatiques... ce qui est évident et claire comme l’eau de roche...qui sera de plus en plus rare!
Nous n’avons pas eu l’intelligence industrielle de bouger notre cul et voir plus loin il y a au moins dix ans... et là haro sur le japonais !
Nous continuons a ne pas boujer... et ce sera haro sur le chinois en plus.
J’ai vu le constructeur chinois GAC ... et bien regardé et ce sera des SUV à 18000 euros ce que vous payez ici 35000 euros... vous avez la liberté en Europe cher ami CR-Expert de bouger sans vous expatrier et il y a encore des pays sans dictateurs pour l’instant amateurs et sans envergure, mais qui risque de vous faire bouger et en mauvaise posture cette fois-ci.
Pour revenir à GAC j’ai trouvé la même qualité de garnitures intérieures que dans beaucoup d’endroits de mon CH-R...
Étonnant non, comme dirait le comique.
Le seul bon point sera (probable futur) qu’avec le réchauffement climatique nous reviendrons au patriotisme économique tant redouté par les économistes et ses effets délétères... pour le niveau de vie de beaucoup chez nous et ailleurs !
Jo Duchene, Le mercredi 10 octobre 2018

Bruno, je pense que la formule affichée est erronée ou que l'unité de masse pour le véhicule n'est pas le kg.
95 g + 0,0333 x (M - M0) avec M en kg et on retombe sur les valeurs de vos exemples.
CE qui en langage moins mathématique indique que tous les 30 kg au dessus / en dessous de M0, l'objectif de CO2 est augmenté / diminué de 1 g.
JL S, Le mercredi 10 octobre 2018



Organigrammes des constructeurs : pour savoir "qui fait quoi ?"
Cela continue de rouler pour le marché de la moto !



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017