Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 04/06/2018

FCA se concentre sur le premium et délaisse Fiat

FCA s’oriente nettement vers les marchés les plus rémunérateurs : ceux du Premium et du SUV. Pour cela et pour financer ses développements dans le domaine de l’électrification et de la voiture autonome, le groupe laisse la marque Fiat sur sa lancée en Europe.

En présentant le 1er juin dernier, son dernier plan stratégique à la tête de FCA, son administrateur délégué, Sergio Marchionne, peut se prévaloir de deux réussites majeures, d’ailleurs liées l’une à l’autre : la bonne santé des opérations américaines du groupe et le désendettement des activités industrielles du groupe à la fin juin.
A cette occasion, Sergio Marchionne, a respecté une promesse, porter une cravate ! Rappelons que la dette était de 7,7 milliards d’euros fin 2014. Et pour cette année 2018, FCA vise une génération de trésorerie positive de 4 milliards d’euros.
L’ancien "Chrysler Group" ne s’est jamais aussi bien porté depuis une quinzaine d’années, il est vrai, grâce à la bonne santé du fort rentable marché nord-américain. FCA a su saisir cette opportunité, mais les esprits chagrins souligneront le peu d’investissements réalisés dans le domaine de l’électrification des motorisations ainsi que dans l’automatisation de la conduite.

Des véhicules électrique pour Maserati, des hybrides pour Alfa Romeo
Le plan 2018/2022, entend y remédier. Dans le domaine de l’automatisation de la conduite, FCA va s’appuyer sur trois partenariats ; le premier avec Waymo pour expérimenter des systèmes de niveau 4, les autres collaborations, avec BMW et Aptiv, visent à mettre sur le marché des systèmes de niveau 3 et de niveau 2. Dans ce dernier cas, les premiers véhicules équipés seront disponibles en 2020.
Pour l’électrification, FCA promet une vaste offensive : quatre versions électriques chez Maserati : Levante, Quattroporte, Alfieri coupé et cabriolet ainsi que deux Fiat 500 électriques ; une urbaine trois portes comme le modèle actuel et un dérivé break évoquant la Giardiniera de 1957. Alfa Romeo proposera six voitures à motorisation hybrides rechargeables. Cette électrification, par de l’hybridation légère sous 48 V trouvera également sa place sous les capots des Jeep. En 2022, la gamme jeep comprendra dix hybrides rechargeables et quatre modèles électriques.

Jeep nouveau fer de lance du groupe
La marque, qui prévoit de vendre plus de 1,85 million de véhicules en 2018 dans le monde, constitue désormais le fer de lance de FCA. Naturellement positionnée sur le marché des SUV, la marque lancera neuf nouveaux véhicules d’ici 2022 et entrera sur 3 nouveaux segments. Ces trois nouveautés seront un SUV du segment A destiné principalement à l’Europe et à l’Amérique du Sud, une version allongée à trois rangs pour le Cherokee et le lancement d’un grand SUV, dénommé Wagoneer, sur le marché américain.
FCA espère que la marque Jeep est bien placée sur un marché mondial du SUV que le groupe voit toujours en croissance en prévoyant 37 millions de SUV vendus en 2022 dans le monde contre 32 millions en 2018.
FCA promet également une belle destinée à sa marque RAM, qui vise la seconde place du marché des utilitaires légers et des pick-ups aux Etats-Unis. Ce dernier segment génère des marges fort importantes et RAM y lancera prochainement un pick-up de taille moyenne. La gamme RAM intègre des fourgons, Promaster et Promaster City, issus de la gamme Fiat Professionnal.

Alfa Romeo et Maserati, encore loin de leur objectif
Les deux autres marques majeures que FCA met en avant sont Alfa Romeo et Maserati. Celles-ci n’ont pas atteint, loin s’en faut, les objectifs assignés en 2014 pour 2018, mais FCA estime qu’elles constituent encore les pépites sur lesquelles il faut investir.
Chez Alfa Romeo, les 170.000 ventes prévues pour 2018 sont loin de l’objectif de 400.000 unités. Qu’à cela ne tienne, ce chiffre est repris comme objectif 2022.
Pour crédibiliser tout cela, Alfa Romeo va compléter sa gamme dans deux directions ; des sportives comme porte-drapeau et des SUV pour faire du volume. Avec trois SUV, sur les segments C, D et E, les Giulia et Giulietta et deux sportives. Alfa Romeo lancera 7 voitures d’ici à 2022 : les deux coupés sportifs, les SUV des segments C et E, des versions longues de la Giulia et du Stelvio et le remplacement de la Giulietta. La Mito, ne sera pas remplacée mais la marque estime qu’elle sera présente sur 71 % des volumes mondiaux.
Chez Maserati également, malgré les faibles ventes du Levante, la mode est au SUV. Le Trident lancera un SUV du segment D ainsi que le coupé et le cabriolet Alfieri. Ces derniers seront disponibles avec une motorisation électrique. Avec une gamme largement renouvelée comprenant six modèles, Maserati vise les 100.000 unités vendues en 2022. Ces véhicules seront disponibles en motorisations hybrides rechargeables ou 100 % électriques.

Fiat recentrée sur les 500 et Panda
Enfin, Sergio Marchionne évoque le sort de Fiat ! La marque historique du groupe va rester une marque forte en Amérique du Sud, avec trois SUV, dans le domaine des utilitaires avec Fiat Professional et se recentre, à terme, en Europe sur la Panda et la famille 500. Celle-ci comprendra une version électrique sur ses deux carrosseries. Les 500L et 500X vont poursuivre leurs commercialisations et seront disponibles avec une hybridation légère. La Fiat Tipo poursuit sa carrière et son remplacement n'est, pour le moment, pas prévu.
Enfin, toutes les marques du groupe cesseront de proposer dès 2021, des voitures particulières à moteur Diesel. FCA parie sur l’hybridation, tant légère que rechargeable pour offrir aux clients des prestations similaires…
En 2022, près de 80 % du chiffre d’affaires du groupe devrait être réalisé par les marques Jeep, Alfa Romeo, Maserati, RAM et Fiat Professional. Il ne restera donc que 20 % pour Fiat, en Europe et en Amérique du Sud et un rôle régional pour Dodge et Chrysler dûrement concurrencées sur le marché américain..
Bertrand Gay

Partagez cet article :

Réactions

On mesure mieux l'avance de Toyota passé a l'hy depuis plus de vingt ans......,Marchione avec une cravate......ma qué
alain boise, Le lundi 04 juin 2018

M Boise,

Quel est le rapport entre Toyota et FCA dans cet article?

Vous vous extaser sans cesse devant Toy et ses hybrides qui pour la majorité des utilsateurs n’apportent strictement rien, pour un constructeur qui ne pèse dans la majorité de ses marché que 4% et en dessous et surtout pour un constructeur qui s’est tellement enfermé dans sa bulle qu’il n’a pas diversifié ses projets et qui en a par conséquent viré la moitié de son haut management!!!
Meme VW n’a pas fait ça avec le diesel gate!

Un constructeur tellement en panne d’inspiration qu’il se tourne vers Mazda pour sa gestion interne!

L’avance sur l’hybridation « légère » est certe réelle mais elle cache le retard sur tout le reste... et la roue tourne en automobile :)
GJS, Le lundi 04 juin 2018

Pas de pot, Alain !
Pour une rare fois que le pêcheur breton défend Toyota …
Lui qui, tel le travailleur de la mer, peine à recharger sa Prius plusieurs fois par jour … Faut que çà tombe sur lui !
;0)
Cela dit quelques vérités sont abordées dans le commentaire de GJS...
Bon "le retard sur tout le reste", c'est peut être un peu excessif … ?

Dans un autre registre et à propos de l'entrée de gamme de Fiat...
L'article, sauf erreur de ma part, n'aborde pas l'avis de décès de la Punto … De profundis dans le crépuscule du jour en somme !
En creux l'article parle du recentrage sur la Panda et la 500...
L'arrêt de la diffusion de la Tipo en Europe, sacrifiée dit on sur l'autel
Euro6d est assez singulière … Faut il que la rentabilité de ventes de Tipo ait été mauvaise pour parvenir à un tel résultat …(?)
Dommage car le produit était digne d'intérêt … Et constituait une alternative crédible à certaines Logan ou autres Elysée ou 301, sans chercher plus loin.

Quant au sort de Dodge et Chrysler ...
Ces marques sont apparemment sacrifiées sur l'autel du tout SUV, du light truck et du premium …
Dommage au regard de quelques belles pages de l'histoire de l'automobile …
Tant qu'elles ne disparaissent pas, demeurent l'espoir du retour de balancier ...

En attendant que n'arrive l'électricité (!) … Le management de FCA devrait s'intéresser aux cas des Giulia et Stelvio pour rattraper le retard sur les leaders du premium … De bonnes copies à parfaire ?


ADEAIRIX , Le lundi 04 juin 2018

Au moins, on peut dire que Marchionne (et ses mandants) ont une stratégie suivie au cours de années : annoncer de très bons résultats financiers et des objectifs aussi brillants que totalement irréalistes, sabrer lourdement dans les coûts destinés à assurer l'avenir (R&D) pour pouvoir continuer à annoncer des résultats financiers brillants, supprimer les "branches mortes", qui le sont parce qu'aucun investissement n'y a été fait depuis des années, pour obtenir les bonnes grâces des marchés financiers ...

Le tout n'a qu'un but : revendre à très bon prix une entreprise présentée comme un des leaders mondiaux de l'automobile, avec une excellente rentabilité.

Mais il fait faire vite : aucun constructeur occidental ne s'est fait piéger. Il ne reste plus que les chinois, à la fois capables de payer et susceptibles d'être intéressés par un billet d'entrée sur les marchés mondiaux. Le temps presse, car le retournement de conjoncture aux USA n'est plus très loin : que deviendront alors les milliards de bénéfices réalisés facilement sur les gros 4x4 RAM ? (pour en avoir une idée, se reporter à ce qui s'est passé en 2008 ... ). Or tout le bénéfice affiché ne vient que de là ...

Espérons simplement que la catastrophe annoncée n'engloutisse pas au passage ces marques qui font partie du patrimoine de l'histoire automobile, au premier rang desquelles Jeep et Alfa Roméo. On peut craindre le pire : le sort de Lancia a déjà montré l'exemple de ce qui pourrait arriver !
Louis-Jean Hollebecq, Le lundi 04 juin 2018

Cet article est extrêmement violent en ce qui concerne la marque Fiat et ne va pas manquer de plonger le réseau dans l'inquiétude et l'incompréhension. Dans le même temps, les Echos n'ont pas la même compréhension et disent simplement que Fiat n'a pas fait l'objet d'annonces fortes. Qu'en sera-t-il réellement ? Attention, le discours de Marchionne est d'une part celui de quelqu'un qui s'en va... Et d'autre part, très orienté sur une communication stratégique et financière. La marque Fiat sabordée ? On demande à voir très sérieusement cela.
emmanuel taillardat, Le lundi 04 juin 2018

Me semble-t-il ? … pour l'instant celui qui écrit sabordage à propos de Fiat c'est vous Monsieur Taillardat … ?

Par ailleurs, les distributeurs (bien obligés) ont des points de ventes multimarques la plupart du temps ; j'entends ainsi qu'ils distribuent conjointement Fiat, Jeep et Alfa, suite à restructuration du réseau, me semble-t-il ? …
Pour Abarth et Maserati le contexte est un peu différent …
Donc à courts moyens termes, les risques sont assez mesurés …
Au delà les marques automobiles rachetées par des Chinois (…), c'est moins une catastrophe que quand c'est GM ou Ford qui s'y collait …

Par ailleurs, l'analyse délivrée par Louis Jean HOLLEBECQ semble assez juste … Effectivement, la gestion de Sergio Marchionne s'apparentent assez à celles des certains fonds d'investissements par bien des aspects … Après le "carve out" de Ferrari ...
Bien avant le "coup" de Chrysler, Il faut se souvenir qu'avant de devenir "administrateur délégué" il fût une sorte de secrétaire général (en gros DAF + les affaires juridiques du groupe) … L'autre "avocatto" …

Ce qui est prégnant et qui découle de ce qui précède c'est le "désinvestissement" dans la gamme Fiat en premier lieu …
Pas de successeur à la Punto …
Tipo réduite à la portion congrue pour éviter une évolution moteur … Pas d'autre modèles en prévision …
Quant aux véhicules "électrifiés", faute de protos, concepts ou maquettes visibles, çà relève de l'incantation si ce n'est les communiqués de presse délivrés avant le WE par la "firme".
Rendre la belle la plus sexy … Je pense que çà ne trompe pas grand monde … (?)
ADEAIRIX , Le lundi 04 juin 2018

Une conférence du patron sans parler de Fiat, conséquence le milieu pense maintenant qu'ils vont être vendus aux Chinois...
Est ce involontaire ?
;0)
Lucos, Le lundi 04 juin 2018

Gjs qui parle d'hybridations et qui la inventé Marchione? Oui Lucos ça sent le Chinois à plein nez,ils en revent
alain boise, Le lundi 04 juin 2018



En mai, le Diesel se stabilise un peu au-dessus des 40% du mix
Plan hydrogène : rien pour la voiture particulière, un peu pour les flottes



Copyright © 2410 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017