Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Autour de l'auto - 03/01/2020

Fuite de Carlos Ghosn : ce que l'on sait

(AFP) - Perquisitions à Tokyo, interpellations en Turquie, demande d'arrestation d'Interpol, conférence de presse à Beyrouth :  trois jours après sa rocambolesque fuite, voici ce que l'on sait de la situation de Carlos Ghosn.

Pour l’heure, les circonstances exactes de la fuite de Carlos Ghosn du Japon, où il était accusé de malversations financières, sont loin d'être complètement élucidées.
Le parcours, lui, semble établi : entre le Japon et le Liban, Carlos Ghosn a fait escale à Istanbul.
Selon l'agence de presse DHA, le ministère de l'Intérieur turc s'intéresse particulièrement à deux vols passés par la capitale économique turque, lundi matin. Un jet privé en provenance d'Osaka au Japon a atterri à 05H15 (02H15 GMT) à l'aéroport Atatürk, utilisé par les avions transportant des marchandises et pour des vols privés, puis s'est rangé dans un hangar.
Quarante-cinq minutes plus tard, un autre jet privé, un Bombardier Challenger 300 immatriculé TC-RZA, a décollé du même aéroport. "Destination Beyrouth" a déclaré le pilote dans un enregistrement des échanges avec la tour de contrôle, obtenu par les enquêteurs.
Reste la question des diverses complicités dont aurait pu bénéficier Carlos Ghosn et notamment la façon dont il a pu quitter le Japon où il se trouvait en résidence surveillée dans l'attente de son procès.  Jeudi, dans une déclaration écrite, Carlos Ghosn a assuré avoir organisé "seul" son départ, sans la participation de sa famille et notamment de son épouse. 

Quatre passeports et beaucoup d'inconnues
Les autorités japonaises n'ont pas de données informatiques indiquant que Carlos Ghosn, facilement reconnaissable, se serait présenté sous sa réelle identité aux contrôles aux frontières du Japon avant son départ, dans aucun des aéroports du pays.
Il est soupçonné d'avoir employé un moyen illégal de sortie du territoire, soit sous une fausse identité ou en échappant aux contrôles, selon la chaîne publique japonaise NHK.
Ses trois passeports (français, libanais, brésilien) étaient conservés par ses avocats japonais, pour limiter les risques de fuite. Mais, selon une source proche du dossier, une autorisation exceptionnelle du tribunal lui permettait de conserver un deuxième passeport français sur lui dans un étui fermé par un code secret connu de ses avocats.
Au Japon, des perquisitions ont eu lieu à son domicile provisoire afin d'exploiter notamment les images des caméras de surveillance.
Les autorités turques ont interpellé jeudi sept personnes soupçonnées de l'avoir aidé pendant son transit. Il est finalement entré "légalement" au Liban, avec un passeport français et un carte d'identité libanaise, selon une source à la présidence.
  
L'impossible extradition
Le Liban a reçu une demande d'arrestation d'Interpol pour le magnat déchu de l'automobile.
Côté libanais, le message est clair. Selon la Sûreté générale, rien n'impose "l'adoption de procédures à l'encontre de M. Ghosn" ni ne l'expose "à des poursuites judiciaires"
Le ministère de la Justice a rappelé l'absence "d'accord d'extradition entre le Liban et le Japon".
Le Liban, comme la France d'ailleurs, n'extrade pas ses ressortissants nationaux et il est donc très improbable de voir Carlos Ghosn retourner au Japon.
Il y fait l'objet de quatre inculpations, deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (qui est aussi poursuivi sur ce volet), et deux autres pour abus de confiance aggravé.
Une fois la stupeur de ce départ surprise passée, la question de la tenue de son procès devrait rapidement se poser.
Carlos Ghosn est par ailleurs la cible d'autres enquêtes en France sur le financement de son mariage dans le château de Versailles en 2016 et sur des "abus de bien sociaux" ainsi que des faits de "corruption". Sa fuite ne devrait cependant pas avoir de conséquences sur ces enquêtes.
Des avocats au Liban ont également demandé au parquet général d'entamer des poursuites contre Carlos Ghosn pour un déplacement en Israël en 2008, pays voisin où les ressortissants libanais n'ont pas le droit de se rendre.
  
Une conférence de presse très attendue
Actuellement à Beyrouth, avec sa femme, dans un endroit inconnu, Carlos Ghosn prépare sa riposte.
Dès lundi, il a indiqué qu'il comptait parler "librement" aux médias dans les jours à venir. Cette conférence de presse qui doit avoir lieu dans la capitale libanaise est très attendue et devrait permettre de connaître les intentions futures de l'ex-patron de Renault et Nissan.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

Un homme Azerty en vaut deux.
Bref résumé de la saga des deux lettres CG
Echap.
Ctrl
$
Echap
Ctrl
$
Windows
Echap
Pg Suiv
...
etc, etc
;-)
clerion, Le vendredi 03 janvier 2020

Avec un max de culot et un peu de sang froid vous pouvez tout faire.
Le scénario parait incroyable mais visiblement Carlos est sorti de chez lui, est allé tranquillement à Osaka, 6H de route, et a pris très simplement un jet privé Bombardier vers Istanbul, zone de fret, où un autre jet Bombardier l'attendait pour une heure de vol vers Beyrouth…
Si vous étiez allé sur flightradar24 le soir de l'escapade vous auriez pu suivre tout le voyage en direct.
Les services secrets japonais étaient assurément déjà à l'apéro.
Moshi moshi, non mais moshi moshi quoi…!
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le vendredi 03 janvier 2020

Cher Lucos, Culot, oui, Sang froid, oui, mai surtout Pognon de Dingue !
Comme vous le disiez hier d'ailleurs en réponse à Jo qui parlait d'une fuite à 12 M€ +++
Je trouve cette histoire fabuleuse, irréelle, incroyable, etc.
Bruno HAAS, Le vendredi 03 janvier 2020

C’est quoi l’histoire de la confiscation de ses trois passeports.....mais il en avait un quatrième sur lui ,non mais allô quoi!!!trop forts les Japs,de l’audace toujours de l’audace!!
alain boise, Le vendredi 03 janvier 2020

1. Effectivement avec de l'argent c'est forcément plus simple et les flics japonais ont peut-être totalement oublié ce facteur en attendant éventuellement plutôt Carlos à la douane d'Haneda..
2. Un quatrième passeport en accord avec la justice japonaise…
Tu écris le livre, l'éditeur te répond : "non, non, trop d'invraisemblances dans votre histoire !"
3. Ayons SVP à cet instant une pensée émue pour le poireau qui était de faction devant l'ex domicile japonais de Carlos et qui maintenant sert les nouilles à la cantine de la Police..
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le vendredi 03 janvier 2020

Ah les mauvaises langues...mais les japonais ne sont pas aussi mauvais qu'on le dit...la preuve à la minute qu'ils ont su que Carlos était parti...ils ont encaissé l'argent de la caution, 12 millions quand même !
Les fêtes de fin d'année seront moins tristes chez les procureurs !
Après les fêtes...et la fuite de Carlos...les règlements de comptes, entre, avocats, procureurs, juges, l’exécutif japonais, et partis au pouvoir vont battre leur plein !
D'accord c'est leur merde et pas la notre...mais Carlos finalement fait très fort !!
Jo Duchene, Le vendredi 03 janvier 2020

Jo,
12 millions ne sont rien à coté de la honte d'avoir perdu la face sous réserve que tout ceci ne soit pas finalement organisé pour éviter un procès qui va entrainer la sphère de Nissan et ses cadres dans une spirale judiciaire et donner de nouveau une image moyen-ageuse de la justice japonaise et du Japon juste avant les J.O...
Un avocat m'a appris un jour que tout est envisageable, tout est possible à condition de ne pas le montrer…
;0)
Lucos de Beuliou el Tipi, Le vendredi 03 janvier 2020

J’ai vraiment du mal avec tout cela,Carlos garde son passeport,il part d’Osaka qui est un aéroport international,donc soumis aux formalités douanières.
L’arrivée en Turquie est plus plausible,ensuite Turquie Liban fastoche.
Beaucoup de gens ont fermé les yeux.....à quel prix?, bien préparé en tout cas et chanceux.
Procès par contumace....et condamné à une amende ....de 12 Milions d’€.final.
La grande évasion sans Hollywood
alain boise, Le vendredi 03 janvier 2020

Les gars..vous n'allez pas le croire !
Des mauvaises langues disent que "le complot" fut à un tel point que la fuite à été négocié avec NETFLIX pour un paquet de dizaines de millions, ce qui rembourse largement la caution...mais à condition qu'il y ai fuite !
Tope là "It's a deal " c'est fait !!!
Jo Duchene, Le vendredi 03 janvier 2020

On en revient toujours au même que l'on porte un gilet jaune ou non le samedi pour parader : quelle est l'égalité devant les lois ?
D'un côté pour un grand excès de vitesse on peut en France vous confisquer voiture, permis et vous jeter manu militari en prison car vous êtes un vrai danger.
De l'autre pour avoir supposément escroquer l'état de plusieurs M€ , du moment que vous avez du cash vous avez toujours une carte "sortie de prison sous couverture d'un état non signataire d'accord internationaux".
Chacun se fera sa propre opinion de Roi Soleil de l'automobile mais pour quelqu'un qui n'a rien à se reprocher tout cela est très bien ficelé pour échapper à un procès.
Grumly Ours, Le lundi 06 janvier 2020



Inde : Renault parmi les gagnants de 2019
Le Conseil constitutionnel annule la libéralisation des pièces captives pour faute de procédure



Copyright © 2020 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017