Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 04/01/2019

Groupe PSA : Record de production à Sochaux, ralentissement à Mulhouse

Pour la troisième fois depuis sa création en 1912, le site historique de PSA, à Sochaux, a dépassé, en 2018, la barre des 500 000 voitures produites.

Ce seuil symbolique a été franchi dans la nuit du 21au 22 décembre, à quelques heures de l’arrêt de la production pour congés. Il faut remonter aux années 70, à l’époque de la 504, pour trouver un tel niveau de production dans le berceau de la maison Peugeot. En 2017, 425 000 voitures avaient été fabriquées à Sochaux où sont employés 7 800 salariés en CDI, auxquels s’ajoutent 2 000 intérimaires. Le site du Doubs a produit, en 2018, les Peugeot 308 et 3008, la DS5 et le Grandland X d’Opel. Dans les prochaines semaines, le Peugeot 5008, transféré de Rennes, remplacera le Grandland X qui va prendre place sur les chaînes de fabrication de l’usine d’Eisenach, en Allemagne, encore dédiée aux véhicules Opel.

Le Plan à moyen terme (PMT) du site de Sochaux prévoit de garder un rythme annuel de production d’un demi-million de véhicules dans les prochains mois. "Le succès des modèles produits et la modernisation des équipements de production expliquent de tels records", explique un porte-parole. Au second semestre 2019, Sochaux débutera la fabrication des premiers véhicules hybrides rechargeables, à savoir des 3008 et des Grandland. Décidée au printemps dernier, la mise en production de la 5008 à Sochaux est destinée à soulager le site PSA de Rennes, confronté au succès d’un autre modèle, en l’occurrence le Citroën C5 Aircross. PSA anticipe aussi une baisse de la demande, à partir de la mi-février, de la Peugeot 308 dont la fin de vie approche. Laquelle voiture est produite sur l’une des deux lignes de fabrication, la deuxième étant partagée entre 3008 et, désormais, 5008.

Coup de frein à Mulhouse
A 64 km de Sochaux, le site PSA de Mulhouse n’a pas, lui, atteint son objectif de production de 270 000 voitures en 2018. Confrontée à trois lancements de véhicules (DS7 Crossback, Peugeot 508 berline et break SW) avec une modernisation de la ligne de production et la mise en route de la nouvelle plateforme EMP2, l’usine alsacienne a fabriqué 236 000 véhicules en 2018, loin de ses niveaux des deux années précédentes (270 000 voitures).
Malgré de très nombreux week-ends et jours fériés travaillés pour les 6 700 salariés, dont 1 350 intérimaires, l’usine terminale a été confrontée à des problèmes récurrents de qualité, obligeant à reprendre les véhicules en bout de chaîne pour les mettre à niveau. Ce qui coûte cher, en même temps que cela ralentit la cadence. PSA ne le présente pas ainsi, mais ces difficultés seraient la cause du remplacement à la direction du site, début juillet, de Corinne Spilios par Jean-Baptiste Formery. La situation, depuis, s’est améliorée, mais, selon nos informations, 40 % des nouveaux modèles doivent encore être retouchés en bout de ligne. PSA Mulhouse est donc encore loin des standards qualité de l’industrie automobile, alors même que le site a été conçu pour devenir l’une des usines d’excellence de PSA.
En cette année 2018 qui a vu l’arrêt de la production des Citroën C4 et DS4, PSA Mulhouse a bénéficié de l’excellente tenue commerciale de la Peugeot 2008 qui réalise encore des ventes record, alors même que le modèle sera en fin de vie en 2020. Cette année-là sera charnière pour le site haut-rhinois qui connaîtra une baisse des volumes de production (170 000 voitures) en attendant, l’année suivante, l’arrivée d’un nouveau véhicule de production volumique qui devrait permettre de remonter à 200 000 voitures fabriquées annuellement. Le site alsacien ayant été intégré à un pôle Berline EMP2  tandis que Sochaux et Rennes sont estampillées SUV EMP2, cette nouvelle voiture devrait être la remplaçante de la 308 aujourd’hui fabriquée à Sochaux.
En 2019, alors que le groupe a annoncé 326 millions d’euros d’investissement, dont 236 millions pour l’usine terminale, jusqu’en 2021, le site de Mulhouse a pour objectif de produire 260 000 véhicules. Pour cela, il lui faudra améliorer sa qualité. Ceci vaut pour l’usine terminale, pas pour le pôle mécanique qui, lui, tourne à plein pour les différents sites européens de PSA. Ce début d’année 2019 devrait être l’occasion pour la direction de PSA Mulhouse d’officialiser le recrutement de 80 salariés en CDI.
Laurent Bodin


La pérennité du site de Vesoul assurée
Spécialisé dans la préparation des pièces de rechange à l’échelle mondiale, le site PSA de Vesoul, en Haute-Saône, va amortir le choc du désengagement du constructeur en Iran. PSA a, en effet, décidé d’investir 20 millions d'euros sur 3 ans, dont 9 millions en 2019 et 8 millions en 2020, pour réorganiser l'activité "picking" (préparation des commandes) dans un seul bâtiment. Par ailleurs, un nouvel accord du temps de travail a été renégocié en cours d’année 2018. Depuis le 1er septembre dernier, la durée hebdomadaire de travail est passée de 35 heures à 37 heures et 45 minutes. Une hausse de 7,8% qui s’est traduite par une augmentation de 3,1% des rémunérations et l’embauche de 30 personnes, soit 10% des 300 intérimaires que compte le site qui emploie, au total, 2300 personnes. Par ailleurs, PSA investira 10 millions supplémentaires à Vesoul pour fabriquer des pièces destinées aux véhicules PHEV (plug-in hybrid electric vehicle) du site de Sochaux. Ce projet devrait se traduire par le recrutement de 100 personnes supplémentaires en 2019.

Partagez cet article :

Réactions


Copyright © 2800 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017