Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 27/11/2019

Inde : première hausse de l’année grâce à Kia et Renault

La chronique de Matt Gasnier, créateur du site Bestsellingcarsblog.com, la référence globale concernant l’analyse des statistiques de ventes de voitures, couvrant plus de 200 pays.

Comme nous l’avions prédit lors de notre dernière chronique, sous l’impulsion d’un flux constant de nouveautés depuis quelques mois le marché indien a finalement sécurisé sa première hausse de l’année en octobre avec un timide +1% par rapport octobre 2018 et 286 753 unités d’après nos estimations incluant les marques premium. Cela ne veut pas dire que l’Inde est sortie de la déprime qui l’afflige depuis près d’un an, mais mettre fin à six mois consécutifs de chutes à deux chiffres est définitivement un signe encourageant, d’autant plus qu’il intervient lors d’un mois significatif. En effet en octobre deux festivals parmi les plus importants de l’année, Dussehra et Diwali, se sont déroulés et avec eux nombre d’opérations promotionnelles, l’occasion de tester les motivations des potentiels acheteurs, qui ont répondu présent.

Le leader Maruti Suzuki participe à la hausse du marché avec un gain de 2,3%, en partie grâce au nouveau petit crossover S-Presso qui rassemble 10 364 livraisons pour son 2e mois et entre dans le Top 10. Mais ce sont en fait deux marques qui tiennent cette première hausse de l’année à bout de bras. Kia tout d’abord, une nouvelle marque en Inde ce qui peut paraître incongru. Lancée notamment au Royaume-Uni en 1991, en France et aux États-Unis en 1992, en Chine en 2002 et au Mexique en 2014, la marque coréenne termine en effet sa longue expansion internationale en Inde, comblant l’anomalie qu’était son absence dans un marché aussi important mondialement.

Bien que ne proposant pour l’instant qu’un modèle unique, le crossover Seltos dont les autres marchés principaux sont la Corée du Sud et l’Australie, Kia est parvenue en octobre à entrer parmi les cinq marques les plus populaires en Inde avec pas moins de 12 854 livraisons en un mois, totalisant 26 844 unités en seulement trois mois. Pour comparaison le Seltos s’est vendu à 5 511 unités en Corée du Sud en octobre et… 179 unités en Australie. C’est le lancement de marque le plus réussi de l’histoire de l’automobile en Inde en termes de volumes.

En termes de part de marché, l’arrivée de Kia, à 4,5% en octobre et 1,1% sur les premiers mois de l’année, rappelle l’entrée fracassante de… Hyundai dans ce pays en 1998. Entre septembre et décembre de cette année-là, Hyundai avait vendu 8 447 unités de sa Santro pour une part de marché de 1,6%, ce que Kia devrait égaler dans un mois. Hyundai a ensuite vendu 61 135 unités et atteint 8,5% de parts de marché pour sa première année pleine en 1999, occupant la 3e place au classement général en 2000. Compte-tenu du lancement de cinq nouveaux modèles en 2020, il est possible que Kia dépasse les 200 000 livraisons l’an prochain, et sur le long terme la 3e place au classement général derrière Maruti Suzuki et Hyundai, mais les 8,5% de parts de marché atteints par Hyundai en 1999 semblent hors de portée.

Il est tentant d’attribuer le succès initial de Kia à son association avec Hyundai, mais les deux marques sont fabriquées dans des usines distinctes en Inde, vendues dans leurs propres concessions et seule une minorité des acheteurs locaux a conscience de la connexion entre les deux compagnies. C’est plutôt le résultat d’une stratégie adéquate pour un marché très exigeant.

Le deuxième architecte de la hausse du marché indien en octobre est, cocorico, Renault, qui gagne 63% par rapport à octobre 2018 avec 11 516 livraisons. Si les deux mois précédents étaient le théâtre du lancement réussi du Triber, en octobre la gamme se rééquilibre quelque peu, ce qui est un très bon signe pour le long terme. À 5 240 unités, le Triber représente 42% des ventes de Renault en Inde en octobre contre 56% en septembre, et il n’est plus le modèle le plus vendu de la marque, ce titre revenant au Kwid avec 5 384 livraisons, en hausse de 80% sur septembre grâce à son restylage. La spectaculaire progression de Renault en Inde pourrait s’ancrer dans la durée si la marque avait la bonne idée d’enfin y lancer la deuxième génération de Duster dont le consommateur indien est toujours privé deux ans après son lancement européen…
Matt Gasnier

Partagez cet article :

Réactions

Intéressant cette arrivée de Kia mais je reste un peu sur ma faim quant aux explications (ou tentatives d'explications) sur ce succès. Quelle est donc cette "stratégie adéquate" ? Quel est le positionnement prix de Kia ?
Yaa, Le mercredi 27 novembre 2019

C'est marrant, les six mois consécutifs de chute n'ont pas été attribués au..... Brexit.
Et pourtant, c'est évident !
Bruno HAAS, Le mercredi 27 novembre 2019

Une question (qui intéresse peu de gens ici), à savoir, pourquoi face à deux continents de plus d'un milliard habitants comme l'Inde et la Chine, il y a la Chine qui produit et vend en interne des dizaines de millions de véhicules tous les ans sur leur territoire...et qu'en Inde ce n'est pas la même chose ?
Nous ne pourrons pas dire qu'il n'y pas le savoir faire, car en matière automobile il n'y a pas de secrets et les universités sont les mêmes et les mêmes cursus d'ingénieurs.
Si on arrive a la conclusion que le mode de vie social et politique (et le problème des infrastructures routières, plus les différents états, plus la géographie différente, la priorité aux terres agricoles, la densité de population etc,etc, font que la voiture particulière est plus difficile à diffuser en Inde qu'en Chine (vous suivez encore ??) je me pose la QUESTION, qu'est-ce que nous foutons là bas en Inde à perdre de l'argent de cette manière?
Je connais la réponse de beaucoup...si nous ne vendons pas là bas des voitures, ce seront les autres qui en vendront !!
Tenez Suzuki est parti de la Chine...mais est numéro 1 en Inde,c'est un fait, mais ne vous posez pas de questions, c'est prise de tête, continuez dans la simplicité de jugement comme cela !
Tiens je me prépare à me casser au soleil ....
Jo Duchene, Le mercredi 27 novembre 2019

Cher Jo, je tente une réponse.
Ces deux "continents" comme vous les appelez restent des pays, grands certes, mais pays quand-même. Ils font partie de ce que les économistes ont appelé les BRIC qui représentent des pays à très fort potentiel et très grande rapidité de développement.
L'Empire du Milieu a démarré plus vite mais l'Inde aura aussi ses propres constructeurs pour alimenter le marché intérieur puis elle passera à l'exportation, sans doute vers le continent africain.

Mais vous répondez très bien à votre propre question en évoquant toutes les différences sociales, politiques et géographiques entre les deux pays. J'y rajouterais les différences religieuses qui ont une "sacrée" (sic) importance dans leur mode de vie. Une des croyances les plus ancrées en Inde est que plus on est miséreux sur Terre - petit passage temporel -, plus on est heureux et "riche" au paradis - éternel.
Ca fait réfléchir sur la "Consommation".
Bruno HAAS, Le mercredi 27 novembre 2019

Ce qui m'amène à vous dire...que être riche là bas et être admiré ce n'est qu'au nombre de gens que vous avez à votre service (le rêve ultime du colon occidental) et pas au nombre de chauffeurs que vous avez (quoique) et de voitures...coté religion...un non indien est une merde (selon eux) sans spiritualité !
Les anglais sont partis de là bas...et nous ferions mieux aussi de faire la même chose...car leur vendre des bagnoles ne fait rien avancer !
Ils ont besoin d’Airbus, et des métros, plus du traitement des eaux avec Veolia...bon restons là bas pou l'instant !
Personne répond pourtant pourquoi Suzuki es parti de la Chine.
Un épisode spectaculaire de notre histoire de terriens...je l'ai retrouvé en regardant un documentaire sur la course à la lune, pour constater que les américains ont dépenser des milliers de milliards pour aller sur la lune, et les politiques américains n'avaient que comme argument que s'ils n'y allaient pas les russes le feraient à leur place, ce fut faux archi faux, car Brejnev avait dit à ses généreux qu'il avait d'autres priorités que la lune pour développer la Russie, le logement par exemple !
Les américains n(y sont pas retournés, sur la lune...mais une nouvelle époque de crise, donne des idées aux politiques cons d'y retourner à nouveau ramasser des cailloux...
J'ai su récemment, que la NASA a jeté tous les plans et archives des anciens vols !
Les américains ont encore dépensé de milliards plus tard pour "les armes de destruction massive de Sadam" !
L’Amérique de l'avenir va être un coup c'est un genre Trump un coup c'est un genre Obama...
La connerie humaine est sans limites...et nous allons scier la branche...ah merde, je l'ai déjà dit !!!
Jo Duchene, Le mercredi 27 novembre 2019


Merci Matt pour ce nouvel article ! Vos articles sont toujours très intéressant à lire !
RV, Le mercredi 27 novembre 2019



Billet de (mauvaise) humeur
Pour Porsche aussi, "le futur est électrique"



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017