Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Marchés - 01/10/2018

L’avenir de la mobilité africaine sera sur deux roues

A l’occasion d’un déjeuner-débat Autoactu.com, Coram a présenté jeudi dernier les conclusions d’une étude sur le marché automobile africain. Sous la houlette de Thierry Pertuiset, directeur associé, "la réalité et la dynamique des flux automobiles en Afrique" ont été décrits avec une précision rare pour ce marché où le véhicule d’occasion est roi.

Le contexte de l’étude réalisée par Coram est un appel d’offres lancé en 2017 par la Banque mondiale pour le compte du gouvernement ivoirien. Thierry Pertuiset et ses collaborateurs ont ainsi pu s’entretenir au niveau ministériel et avoir accès aux données officielles. Mais, remarque le directeur associé de Coram, ces données, même associées à celles de l’OICA, sont loin d’indiquer la réalité de ce qui se passe sur ce continent grand comme trois fois l’Europe et dont la population dépassera les 2 milliards d’habitants à l’horizon 2050.

Le marché VN africain est marginal puisqu’il ne représente que 5% d’un parc VP de 30,8 millions d’unités. L’essentiel du neuf est localisé là où se situe la production continentale, les zones septentrionale et australe. En 2017, l’OICA a recensé 555 176 immatriculations VPN en Afrique du sud, 181 000 en Egypte, 168 913 au Maroc et 94 408 en Algérie. Surtout, Afrique du sud et Maroc sont intégrés aux flux commerciaux mondiaux, grâce aux usines des deux pays. En termes de production, Egypte et Nigéria sont des zones sinistrées et une forte incertitude plane encore sur l’Algérie.

L’indicateur clé pour comprendre le marché automobile est donc le VO. Avec des flux d’importations qui collent à l’Histoire : dans les anciennes colonies et protectorats britanniques, on roule à gauche et ailleurs à droite. Dans le premier cas l’essentiel des importations déclarées vient du Japon, dans le second d’Europe. Si l’on regarde de plus près les sources d’exportation par zone, l’Europe fournit l’essentiel de l’Afrique de l’Ouest (avec la structurante CEDEAO, sorte de CEE avec le franc CFA pour monnaie unique). La Corée a pour point d’entrée la Libye, les Etats-Unis le Nigeria et un peu l’Angola. Dubai est une plaque pour l’Afrique de l’Est en flux indirect. Le Japon exporte à peu près partout. Sur des données collectées pour la période 2011-2016, Coram avance une moyenne annuelle de 2 186 000 véhicules importés  pour l’ensemble de l’Afrique. La zone Nord arrive en tête avec 769 000 importations, suivie de l’Ouest (602 000 unités) et de la zone Sud (472 000).

Outre ces chiffres, Coram insiste sur le fait qu’il faut un PIB par habitant minimum de 5 000 dollars pour voir apparaître un marché automobile structuré. Or, sur les 57 pays du continent africain, la grande majorité est sous ce plafond et nombreux sont ceux qui s’en approchent. C’est le cas de la Côte d’Ivoire, qui selon Thierry Pertuiset sera au-dessus dans cinq ans au plus. A défaut d’investir dans des usines d’assemblages, une piste de développement pourrait être des VO reconditionnés et garantis, par exemple avec des PR fabriquées sur place.

L’autre fait marquant que révèle la présentation de Coram est la prépondérance du marché moto. Si le parc total est de 92 millions de véhicules, seulement 38 millions sont des automobiles selon Coram (30 millions selon l’OICA). Les motos représentent déjà plus de 40 millions d’unités. On peut citer les 22,6 millions de motos recensées en Afrique de l’Ouest pour seulement 8,8 millions de VP. Seules les zones Nord et Sud ont plus de VP que de motos, mais parce qu’elles sont productrices.
Ali Hammami

Partagez cet article :

Réactions

Pour l'instant le déplacement c'est plutôt sur deux jambes.
alain boise, Le lundi 01 octobre 2018

Et il ne faut pas remettre à deux mains ce que l'on peut faire le jour même à deux jambes...
;-)
clerion, Le lundi 01 octobre 2018

Les bras m'en tombent...
;0)
Lucos, Le lundi 01 octobre 2018



Organigrammes des constructeurs : Pour savoir "qui fait quoi ?"
Elon Musk contraint de quitter la présidence de Tesla reste directeur général



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017