Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 05/07/2010

Le positionnement premium de la DS3 concrétisé par les premières commandes

Citroën annonce une production de 30 000 DS3 au 1er juillet et un prix moyen de 20 500 euros TTC avec 33% des commandes dans la finition la plus haute, Sport Chic.

Premier véhicule de la gamme DS définit à l’origine comme l’offre premium de la marque Citroën (que le constructeur appelle désormais "distinctive"), la DS3 affiche un mix conforme à cet objectif.
Depuis son lancement en mars, elle est proposée dans 20 pays et comptait déjà plus de 33 000 commandes en Europe fin juin dont 17 000 en France. La production est en ligne avec ces données et Citroën a annoncé le 1er juillet la sortie de la 30 000e DS3 des chaînes de Poissy. 
Avec 38 combinaisons possibles de teintes caisse/pavillon, 3 niveau de finitions, 5 moteurs (VTi 95 au niveau 1, VTi 120  et HDi 90 en niveau 2, THP 150 et HDi 110 en niveau 3), 12 jantes différentes, sept adhésifs de toit (Urban Tribe, Onde, Zebra, Perle, Map, Plane et Co Design),  la personnalisation est une des caractéristiques de ce véhicule.  Et cela "fonctionne très bien", assure Xavier Chardon, directeur du commerce France de Citroën : "Sur les 10 000 premières commandes que nous avons analysées nous n’avions pas plus de 17 fois la même demande".
Coté finition, le cœur de gamme reste le deuxième niveau ("So chic") avec 60% des commandes en France et 55% sur l’Europe (20 pays). Le haut de gamme  ("Sport chic") représente un tiers des commandes  (34% en France et 33% en Europe). L’entrée de gamme (qui démarre à 15 400 euros, en finition chic, VTi 95) ne représente que 6% des commandes en France (9% en moyenne en Europe mais 26% en Italie).
Dans les deux finitions supérieures, le moteur Diesel domine avec 35% pour le HDi FAP (soit plus de la moitié des commandes en finition  "So chic") et 18% pour le HDi 110 FAP (soit aussi plus de la moitié des commandes de la finition "Sport chic"). Le THP 150 représente 16% des commandes France et 19,45% pour l’ensemble de l’Europe.

Une cible de clientèle très large
Pour un  prix catalogue compris entre 15 400 euros et 21 500 euros TTC, selon la finition, le mix est élevé avec un prix moyen DS3 à 20 500 euros TTC, nous a précisé Xavier Chardon.
Un positionnement tout bénéfice pour le constructeur (qui ne fait pas de remise) et pour le réseau (qui ne dépasserait pas 3% de remise, selon le directeur commercial). Face à ce succès le constructeur s’est même offert de luxe d’une hausse des prix en juillet de 150 euros.
Très proche de la Mini par son look, elle attire une clientèle beaucoup plus large note Xavier Chardon qui avoue "une difficulté à définir la clientèle cible" et relève "des reprises très hétérogènes". Ce serait précisément cette dispertion qui montre "le potentiel de séduction qui fait la force de la voiture", ajoute-t-il.
Les services télématiques vont de pair avec ce positionnement haut de gamme et branché. Ainsi, depuis son lancement la DS3 propose le Wifi on board (une offre qui vient d’être généralisée sur l’ensemble de la gamme Citroën) et lance en juillet sur la version "Sport chic" son nouveau bouquet d’assistance, eTouch (similaire au Peugeot Connect) qui comprend entre autres les appels d’urgence et d’assistance localisés.

Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Il est dommage que la nouvelle C3 ne marche pas aussi bien...
Franck Isho, Le lundi 05 juillet 2010

Comme quoi, avec un design travaillé et un equipement/motorisation correct, une citadine francaise arrive a se vendre a un prix "premium" en France comme a l'etranger sans avoir recours a de grosses remises...
Seb G., Le lundi 05 juillet 2010

Depuis le temps que les constructeurs français n'arrivent pas à percer dans le premium, la stratégie de Citroën me paraît particulièrement intelligente : jusqu'à présent, pour faire comme les allemands, haut de gamme rimait avec grosse voiture. Or, la légitimité des constructeurs français se situe clairement dans les petites voitures : combiner une approche premium sur ce segment de marché me paraît ^tre un gage de réussite. Décliner cette gamme premium sur des véhicules de + en + gros dans un second temps en bénéficiant de la légitimité acquise avec DS3 se révèle ^tre une stratégie marketing redoutable d'efficacité. Et si le premium français de demain c'était Citroën??? un pari qu'il est bien tentant de faire!!
pierre, Le lundi 05 juillet 2010



France : la 207 en tête des ventes de juin, la Sandero à la cinquième place
L’électrique, le marché et le plan



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017