Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 06/09/2019

Le système d'aide à la conduite de Tesla impliqué dans un autre accident

(AFP) - La dépendance excessive du conducteur à Autopilot, le logiciel d'aide à la conduite de Tesla, couplée au fait qu'il était distrait, sont "probablement" les causes de l'encastrement, en janvier 2018, d'une voiture du constructeur contre un camion de pompiers à l'arrêt.

"Le NTSB est parvenu à la conclusion que la probable cause de l'accident était l'absence de réaction du conducteur de la Tesla face au camion de pompiers en stationnement sur sa file", écrit dans un rapport publié mercredi le NTSB, l'organisme fédéral américain chargé de la sécurité dans les transports.
Il ajoute que cette inattention est due à "la dépendance excessive au système d'assistance à la conduite avancé de la voiture".
L'autorité semble toutefois dédouaner Tesla lorsqu'elle insiste sur le fait que l'utilisation d'Autopilot par le conducteur s'est faite "de façon incohérente avec les conseils et les avertissements de Tesla".
Dans un message diffusé sur son site après de premiers accidents impliquant Autopilot, Tesla demande aux conducteurs de ses voitures de rester attentifs même lorsque ce logiciel est activé.
Le 22 janvier 2018, une berline Tesla Model S s'était encastrée dans un camion de pompiers stationné sur l'Interstate-405 à Culver City en Californie.
Autopilot était activé au moment de l'accident, affirme le NTSB, précisant que le conducteur a reçu de nombreuses alertes pour remettre ses mains sur le volant.
Le rapport indique que la Tesla suivait un véhicule mais quand ce dernier a changé de file, la Tesla a commencé à accélérer jusqu'à atteindre une vitesse "record" pour cette portion de la route.
"Un signal d'avertissement est apparu 49 secondes avant le choc mais le système de freinage automatique ne s'est pas enclenché", a constaté le NTSB.
"Les mains du conducteur n'ont pas été détectées sur le volant pendant la séquence et ce dernier (...) n'a pas non plus freiné avant l'impact", dit encore le régulateur.
Ce n'est pas la première fois qu'Autopilot est impliqué dans un accident.
Il a notamment été engagé dans les collisions mortelles en 2018 d'une Model 3 en Floride et d'un Model X à Mountain View en Californie. Les enquêtes sont en cours.
Ces deux accidents et un autre impliquant une voiture d'Uber ont relancé les questions sur la fiabilité des logiciels d'aide à la conduite et de façon générale sur les voitures autonomes.
AFP

Partagez cet article :

Réactions

Le dispositif dit « homme mort « de la SNCF se déconnecte automatiquement si les mains n’appuient pas toutes les trente secondes sur le bouton.
Pourquoi pas Tesla?,les utilisateurs Français n’aiment pas l’autopilot.
Combien faudra t’il de morts avant d’arreter Tout cela.....comme le 737Max?
alain boise, Le vendredi 06 septembre 2019

Pourquoi rester attentif avec un autopilot ?il faut le surveiller?non il doit se déconnecter ,je ne comprends pas les autorités Américaines .
J’espere Quelles seront poursuivies comme les autorités de l’aviation.
Y’a qu’´en France que l’on donne un non lieu » contre l’avis du parquet »dans l’accident du Rio Paris
alain boise, Le vendredi 06 septembre 2019

Le conducteur était excessivement dépendant du système car il était en train de manger et de boire un café.
C'est l'éternelle histoire de l'omelette au bacon.
Arnaud C., Le vendredi 06 septembre 2019

3200 tués sur la route par an, combien faudra-t-il de morts pour arrêter tout cela…
;0)
Lucos, Le vendredi 06 septembre 2019



La cour d’appel de Paris valide à nouveau la résiliation ordinaire d’un concessionnaire Hyundai
Hervé Guyot rejoint le cabinet Oliver Wyman en qualité de Senior Advisor



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017