Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Offres commerciales

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 03/01/2018

Les enjeux industriels de la dédiésélisation

La chronique de Bernard Jullien, Maître de Conférence à l'Université de Bordeaux et conseiller scientifique de la Chaire de Management des Réseaux du Groupe Essca.

La publication des chiffres d’immatriculations 2017 et l’annonce d’une augmentation de la TICPE de 7,6 cts par litre de gasoil ont réveillé les craintes de voir la dédiésélisation s’accélérer en 2018 et suscité de légitimes inquiétudes quant à l’anticipation des effets industriels et sociaux de cette mutation déjà évoqués depuis des mois (1). Il y a trois semaines déjà, le jeudi 7 décembre, Bruno Lemaire avait invité à Bercy les principaux industriels concernés, et s’était donné trois mois pour faire un état des lieux et répertorier les sites diesel les plus menacés (2). 

Il s’agit bien sûr d’abord des sites constructeurs qui produisent des moteurs. De ce point de vue, PSA a vu le marché évoluer plus vite que prévu cette année et a du, on le sait, importer de Chine 150 000 moteurs. Mais selon Christian Chapelle, directeur des chaînes de traction et châssis de PSA "ce n'est pas fait pour durer" puisque PSA démarre actuellement à Trémery une nouvelle ligne de fabrication pour ce moteur qui n’était produit jusqu'ici qu’à Douvrin et en Chine (3). Cette ligne permettra de doubler la capacité de production - de 350 000 à 700 000 unités par an - pour ce moteur en France et de tarir ainsi les importations chinoises tout en pouvant faire face à l’amplification du mouvement qui s’annonce en France et qui s’est déjà concrétisée au Royaume-Uni ou en Allemagne – où le diesel a perdu 10 points en 2017 et est descendu à 34% (4). Parallèlement, PSA avait annoncé en décembre que ses futurs moteurs électriques seraient également fabriqués à  Trémery dans le cadre d'une JV avec le japonais Nidec/Leroy-Somer qui emploiera environ 500 personnes au démarrage de la production en 2022 (contre 2 900 salariés actuellement en poste). 

Côté Renault, c’est à Cléon que la mutation doit être gérée dans un contexte où c’est encore le diesel qui fait le dynamisme du site qui produit le fameux R9M (1,6 dci) depuis 2011 pour équiper non seulement les gammes Renault et Nissan mais également de nombreux véhicules Mercedes. Ainsi, en 2016, à Cléon, le diesel avait encore représenté 83% des 868 556 moteurs produits, contre 14% pour l'essence et 3% pour l'électrique (réinternalisé en 2015 après avoir été initialement fabriqué par Continental). A Cléon, la stratégie industrielle est d’abord capacitaire et concerne l’électrique pour lequel l’outil a été recalibré depuis septembre pour permettre de passer de 50 000 à 80 000 moteurs. Elle est ensuite définie en terme de flexibilité puisque Renault explique avoir investi dans un outil industriel qui permet de faire face au basculement du marché : les trois nouvelles lignes d'usinage de pièces inaugurées en 2017 peuvent, annonce le constructeur, "usiner des carters essence ou diesel en fonction de la demande". Léger bémol toutefois pour le site France, Renault et Daimler ont annoncé en décembre qu’ils développent en commun un nouveau moteur essence un trois cylindres turbo 1,3 l de toute nouvelle génération qui remplacera le 1,2 litre actuel du groupe, mais, comme son prédécesseur, il ne sera pas fabriqué en France mais à Valladolid.

Globalement, les sites mécaniques des deux constructeurs ainsi réformés devraient assez bien résister à la dédiésélésation. Les inquiétudes sont plus vives pour "le reste de la filière diesel" française qui, selon la FIEV, pèse pour 10 % des effectifs hexagonaux des équipementiers automobiles et correspondent à 7 000 salariés. Le problème ici est que le passage à l’essence et, plus encore à l’électrique correspond à une relative simplification qui réduit le besoin en composants. Reuters écrivait à ce sujet récemment : "Un moteur thermique, qui représente aujourd'hui environ le tiers de la valeur d'un véhicule, regroupe un millier de composants contre seulement 200 pour une chaîne de traction électrique, bien plus simple". De fait, pour faire face aux exigences croissantes de "dépollution", les moteurs diesel de dernières générations sont devenues très complexes et ont fait le bonheur de l’industrie équipementière et, avouons le, des ateliers de réparation.

De fait, Bosch possède un gros site à Rodez (Aveyron), l'américain Delphi est lui installé à Blois (Cher) et son compatriote Honeywell est dans les Vosges. Or, au niveau des quelques gros établissements concernés, les dégâts ont commencé. Ainsi, à Rodez, Bosch et ses 1 600 salariés ont vu les commandes baisser en 2016 et 2017. "Pour le moment, expliquait aux Echos Olivier Pasquesoone, directeur du site, nous arrivons à gérer la baisse d'activité avec le compteur temps collectif, mais cela ne peut pas durer trop longtemps". La modernisation d'une des deux lignes qui était prévue a été gelée par l'Allemagne et le directeur avait déjà, en septembre, missionné un cabinet spécialisé dans la diversification industrielle qui devait se prononcer début 2018. De même, selon la même source, Delphi avait fermé un atelier de 330 salariés en 2015 et baissé ses effectifs de 150 personnes à Blois alors que Federal Mogul avait fermé son site poitevin (240 emplois). 

Comme le disait aux Echos un représentant de la PFA ce que l’on détecte au niveau de ces grands établissements : "Ce sont les arbres qui cachent la forêt" (5). Ce qu’il voulait signifier là est que, au delà de ces quelques établissements emblématiques, aux rangs inférieurs, de plus petites entreprises fournissent ces sites importants et sont éventuellement menacés eux aussi. Pour être conséquent et ne pas jouer l’écologie contre l’industrie, ce que Bercy a à entreprendre aujourd’hui - avec la PFA - est un travail de fourmi pour reconstituer cette filière et cerner sur l’ensemble des territoires concernés les établissements et entreprises qui vont devoir se repositionner dans une chaine de valeur remodelée. Dans la même perspective, il ne faudra pas oublier les ateliers de réparation qui avaient déjà tendance à se vider et qui à leur tour, à mesure que le parc se dédiésélisera, verront se raréfier les coûteuses interventions sur les vannes EGR et autres sources de défaillances des usines à gaz qu’étaient devenues les moteurs diesel.
Bernard Julien

 (1) https://www.capital.fr/entreprises-marches/declin-du-diesel-la-france-supportera-t-elle-le-choc-1107056

 (2) http://www.boursorama.com/actualites/eclairage-la-disgrace-du-diesel-defi-industriel-mais-aubaine-pour-investir-0229768ebb8dd0d112a251081afa045c

 (3) https://fr.news.yahoo.com/chute-diesel-met-au-d%C3%A9fi-fili%C3%A8re-automobile-104700375--finance.html

 (4) http://www.lepoint.fr/automobile/actualites/coup-de-fouet-des-primes-a-l-achat-sur-le-marche-automobile-allemand-9-4--04-12-2017-2177195_683.php

 (5) https://www.lesechos.fr/27/09/2017/lesechos.fr/030625683732_bercy-veut-aider-la-filiere-diesel-a-se-reconvertir.htm#vyhbovTSJzQiY3QU.99

Partagez cet article :

Réactions

Lâ mécanique est en marche,l'OMS vient de declarer le Gazole cancérigène première étape de la mise à mort ,ensuite le Fuel puisque il a les mêmes defauts,que dire du charbon et ses 40000 morts annuels.
Lâ Deuxième vague sera l'attaque sur les moteurs essence tout aussi sournoise,en passant on attaquera la charcuterie et nos éleveurs de porcs,les barbecues,notre pinard etc etc.....
Il n'y plus qu'à prier que Saint Macron fasse jaillir des sources de Lithium oû lancer le corps expéditionnaire pour s'assurer le contrôle des hauts plateaux .
Allez j'arrête de lire Houellebeq et j'irai voir le film Churchill savait dire non celui la......
alain boise, Le mercredi 03 janvier 2018

J'ajoute qu'on attaque déjà l'essence avec la nouvelle grille de malus !
Franck Isho, Le mercredi 03 janvier 2018

Sauf que :
1. On ne pourra pas atteindre les objectifs de CO2 sans remettre du Diesel sur la route.
2. Phénomène nouveau, les relations client des constructeurs et les concessionnaires voient revenir des clients qui se plaignent des consommations en essence. Ce qui n'existait plus.
Passer de 4,8 l á 7,6 l/100 pour un même parcours, ca coince et les clients se demandent déjà s'ils ne vont pas revenir au mazout...
Soyons prudents sur les prévisions car cette histoire n'est pas encore jouée...
;0)
Lucos, Le mercredi 03 janvier 2018

Le Rudolf meilleur ami de la planète jusqu'à preuve du contraire n'est ce pas Marie Segoleme
alain boise, Le mercredi 03 janvier 2018

Ils sont trop beaux tous ces petits 3cyl turbo, mais quand tu touches trop à la pédale de droite, ya comme un bruit d'évier à l'AR...
;0)
Lucos, Le mercredi 03 janvier 2018

Eh oui Franck, nous le disions déjà ici, le nouveau Malus favorise grandement les Diesels...qu'on veut interdire...
Logique !
Sur ce sujet notre gouvernement n'est pas meilleur que les précédents et c'est décevant.
Faisons appliquer des normes de pollution hors de toute condamnation d'une technologie ridicule.
;0)
Lucos, Le mercredi 03 janvier 2018

L'Académie des sciences doit prendre le dessus sur Greenpeace et les ecolos fossoyéurs de l'avenir
alain boise, Le mercredi 03 janvier 2018

Génial, c'est beau comme de l'antique, que de la poésie nostalgique ce matin !
Pourtant les caisses de toute sorte se vendent comme des petits pains chez nous et ailleurs en Europe...ou ce serait le chant du cygne..et une fois que le cygne a fait ses emplettes, il va y avoir un coup de mou dévastateur !!
Espérons que non et que les arbres continuent de monter jusqu'au ciel.
Il y a pourtant des gros malins qui se préparent en Europe à vendre des VE par millions en Chine (car ici cela va être dur) ...mais les VE en Chine fabriqués par les chinois sont à MOITIE PRIX des nôtres, crotte alors !!!
Il faudra qu'on se mette à acheter des VE chez nous au prix fort.
Macron se prépare a nous faire payer des amendes et des impôts au prix fort aussi et les petites caisses essences aux petits moteurs merdiques qui consomment au prix fort...bon et la poésie dans tout ça?
Impossible les salaires des français sont au prix FAIBLE !
Finalement notre Professeur est toujours excellent...il sait tout sur notre avenir du futur et le dit et décrit...
Retourner au diesel comme disent certains c'est d'un futur incertain...
Voilà la poésie qui arrive!
PS
Nous attendons avec impatience des nouvelles de l'enfoiré chanceux...mais je prépare une riposte pour le printemps dans les Amériques du Nord du côté de l'Alaska. Serrez-vous en attendant la ceinture.
Jo Duchene, Le mercredi 03 janvier 2018

... Une certitude ... En 2018, le grand gagnant est ...Bercy avec une augmentation de la TICPE de 7,6 cts par litre de gasoil d'un seul coup d'un seul ... La préservation de la planète a bon dos ... Ce sera intéressant de voir ce que donnera cette mesure avec le mix annoncé dans la loi de finance 2018 ... Les côtes de popularité se maintiendront elles à un niveau élevé ... Si l'on ajoute quelques réformes disons "délicates"... Il se pourrait bien que le pain blanc noircisse ...

Sinon je trouve les arguments développés par Lucos assez intéressants ...
Cela dit mon expérience perso sur du parcours routier et autoroutier avec un 3 cylindre turboté c'est quand même gentiment 1,5 litre en moins de carburant à godasse et puissance de motorisation équivalente ... Certes pas une mesure en laboratoire ...

Pour revenir au sujet, "on" peut craindre que la nouvelle fiscalité sur le gas oïl est un effet repoussoir décisif ...Le même à l'inverse qui faisait que les ménages se "jetaient" littéralement sur les Diesel sans calculer le seuil de "rentabilité lorsqu'elle (la fiscalité) était favorable il y a quelques années ... Si l'on rajoute la politique menée dans les grandes métropoles, la pente baissière ne devrait pas s'inverser de trop ...

Quant à la phrase du chroniqueur "nous verrons bien si les "coûteuses interventions sur les vannes EGR et autres sources de défaillances des usines à gaz qu’étaient devenues les moteurs diesel." sont plus un inconvénient que les motorisations essence un tantinet sophistiquée ...
Attendons quelques temps pour apprécier les coûts de maintenance des 3 cylindres turbotés à injection directe et bientôt fappés ... Cà pourrait être pas bien aussi ... A cet égard, l'extension de garantie n'est pas réservée qu'aux seuls détenteurs d'hybrides pas rechargeables ... On a le droit d'être un peu "malin"
Entre () ... "couvert" par une extension ... N'importe quel berlingue (ou presque) fait l'affaire ... A bon entendeur

En conclusion ce "sus au Diesel" est une belle erreur stratégique pour la préservation de l'emploi en Europe et le développement durable ... N'en déplaise aux adeptes dogmatiques du VE...
Il faudra quelques années pour s'en apercevoir
mais le mal aura été fait !
ADEAIRIX, Le mercredi 03 janvier 2018

Diable arrêtez moi si je me trompe, ne doit on pas dire Gazole en France, Tabernacle
alain boise, Le mercredi 03 janvier 2018

Le "chroniqueur" comme vous dites...et cela fait déjà un moment qu'il ne fait plus que de la "théorie" ...mais a une vu particulièrement aiguë sur la "sociologie du quotidien comportemental de l'automobiliscus agressé du portefeuille" et je confirme qu'une "plaisanterie" de panne de valve EGR sur un diesel va de 900 euros jusqu'à 2700 euros chez Mercedes !!!
Toujours les mêmes ici qui sont les conseilleurs mais pas les payeurs, et qui ignorent que cette situation des diesels affublés de prothèses de dépollution pas FIABLES, font couler encore plus la filière diesel sans compter le "diesel bashing" et que même tous les beaufs de la terre commencent à trouver les factures de leurs potes garagistes un peu "trop" salés!
Ils vont tous passer aux petites essence et cela va faire accélérer leurs turbos et les pannes couteuses à venir! Pour l'instant tout va bien !
Si même les professeurs bardés de diplômes se rendent compte de la situation c'est que l'aveuglement de certains "spécialistes" ici est super gratiné!
Il n'y aura pas que les petits diesels qui finiront tous à la casse...les "spécialistes" aussi !!!
Jo Duchene, Le mercredi 03 janvier 2018

Ben Jo ... Je ne sais si votre commentaire est une manière d'écho au mien ...
En tous cas, pour ce qui me concerne à part l'extension de garantie je ne recommande RIEN ... et ne m'érige point en "conseilleur", pas plus en "spécialiste" (maintes fois répétés) ce qui est très loin d'être votre cas ...

S'agissant des "petits" Diesel (comme vous dites) on a bien noté que vous avez sacrifié au double conformisme, il y a quelques années et que cela vous a coûté ...
1rouler en Mercedes (le coude sur la portière ?) et 2 en Diesel ...
... Peut-être avant "la couteuse 'avarie" étiez vous d'ailleurs une sorte de roi du gazole (tels que l'on pouvait en croiser alors) ...
Une parodie de mimille imprégné de ses certitudes prétendument doctes ... Peu importe ... La suite nous la connaissons ...

Quant à la "mise en casse", on sent bien qu'au travers de vos préoccupations hédonistes, vous parlez tranquillement du sort des milliers de salariés (voire beaucoup plus) sur le ton très désinvolte d'un observateur un tantinet cynique retiré des affaires ...
J'ai un peu de mal avec ce type de positionnement ...

Le bon côté du manche comme vous vous plaisez à vous en prévaloir ... Etes vous bien sûr d'y être toujours (?) cher Duchene ... Qui peut sérieusement le prétendre à part quelques ultra riches ?
ADEAIRIX, Le mercredi 03 janvier 2018

Merci pour les idées toutes faites me concernant et vous avez (et beaucoup) tout faux en ce qui me concerne non seulement sur ma vie quotidienne et aussi passée....car je suis un spécialiste à brouiller les pistes.
Vous racontez votre VRAI vie sur Facebook et consorts...bon appétit...je n'irait jamais voir!
Néanmoins je vous confirme que j'ai une carrière riche dans l'automobile...mais beaucoup même dans cette industrie me donnent encore envie de vomir...et pourtant j'en ai vu des vertes et des pas mûres!
Évidement que les errements de nos constructeurs nationaux ne sont jamais le fait des "hautes direction et actionnaires" de nos constructeurs nationaux et s'ils ce sont a un moment trouvés littéralement au bord de la faillite pour l'un des deux dans votre for intérieur ils sont excusables de ces mêmes errements...et maintenant votre discours est facile...il faut sauver des emplois même si s'est contre le sens ou va l’industrie automobile mondial...qui pour certains ils ignorent ou elle va !!!
Au fait la "bourse" du peuple elle est inépuisable et donc allons y franco...plus c'est menteur plus cela passe ! Vive l’obsolescence programmée!
Le client final auto continuez de le prendre pour un con qui ne sait pas raisonner...mais faites attention il commence à avoir la rage! Vous allez en pâtir.
Mon empreinte écologique est peut-être mauvaise...mais avec mon "argent" je ne rêve pas de moulins de 5,8 L gloutons allemands et de consommations de trente ou quarante cinq litres d'une Bugatti avec des révisions à 45.000 euros!
Restez observateur avec les yeux ouverts et au delà de votre porte et au delà de l'Europe comme moi...car on influe absolument pas avec le cours et l'avenir de cette industrie. Et elle n'a jamais été autant dans l'aveuglement gaspilleur.
Jo Duchene, Le mercredi 03 janvier 2018

En 2018 ...Toujours le même refrain usé que vous nous servez Duchene "je ne suis pas celle que vous croyez" ...
Si il ne faut pas lire ce qui est écrit à ce jeu là ....
En outre on se demande BIEN d'où sort votre tentative d'agression "Vous racontez votre VRAI vie sur Facebook et consorts...bon appétit...je n'irait jamais voir !" ...Pour ce qui ne me concerne un réseau que je ne pratique point et pas plus que je ne distille grand chose de mon style de vie contrairement à vous ...
Que ce soit celui d'un avatar fruit d'une certaine imagination ou votre propre existence ...Qu'importe c'est le costume que vous adoptez sur ce site...C'est ce qui compte Le restant de la "faristouille" !
ADEAIRIX, Le mercredi 03 janvier 2018

Ah voilà le loustique, qui est le seul ici à parler de mon "mode de vie" supposé tout le temps, pris a son propre piège! Plus un mot mon pote de "nos vies" ici...sinon la guerre continue jusqu'à que vous compreniez que les attaques personnels n'on pas lieu ici!
Je suis juste un observateur comme les autres et si je considère que je ne suis rien... vous n'êtes rien m'on plus! Pigé!
Que le débat soit désormais le commentaire de l'article en vours!
Je ferme le chapitre, faites de même aussi!
Jo Duchene, Le mercredi 03 janvier 2018

Loustique ? écrivez vous Duchene ... l'air ne vous manque pas ...
Mais votre "mode de vie" c'est vous qui le livrez avec vos "petites tranches de vie " après réelles ou supposées qu'importe .... Personne d'autre ne le fait avec tant de complaisance ici ... Si quelqu'un se piège ..
Quant à votre ton un tantinet trop proche ...On a pas gardé les écuries ensemble "mon grand" et c'est heureux ..;
ADEAIRIX, Le mercredi 03 janvier 2018

Après les enjeux industriels de le dédiésielisation, il serait intéressant d’évoquer les enjeux commerciaux. Je pense en particulier à la conséquence sur les valeurs résiduelles et les moins values latentes !
JM, Le mercredi 03 janvier 2018

Justement les enjeux commerciaux sont clairs...presque tout le monde va perdre de l'argent chez nous sous peu...sauf ceux qui sont des constructeurs mondialisés et qui exportent vraiment.
Jo Duchene, Le mercredi 03 janvier 2018

Ce que je ne comprends pas dans l'analyse et les commentaires, c'est le côté pleureuse de la baisse des ventes de voitures diesel. Quand on est monté en flèche à près de 75% des ventes en diesel grâce à une fiscalité avantageuse sur le gazole et un bonus ultra généreux, je n'ai pas entendu le moindre constructeur pleurer sur la baisse des ventes de véhicules essence. Trop content de se gaver en vendant plus et plus cher des diesel, sans compter l'après vente en effet. Maintenant que le marché de retourne et aussi vite que c'est monté (les vendeurs ont aussi retourné leur veste), ça pleure dans les chaumières sur la réorganisation de la production. Simplement parce que ça coûte moins cher de produire un moteur essence.
La mise au ban actuelle du mazout est aussi idiote que sa portée aux nues pendant 15 ans depuis l'arrivée des rampes communes.
JL S, Le jeudi 04 janvier 2018

Et autre question à deux balles : pourquoi une offre si indigente pour ne pas dire nulle en motorisation GPL et éthanol ? Qui ne sont ni dépassées, ni pire ni meilleures que le diptyque essence / gazole ?
Car pour brûler ces hyfdroocarbures aux molécules plus simples, on émet sans post traitement complexe, coûteux et peu fiable, bien moins de gaz divers et variés pas très bon pour la santé.
JL S, Le jeudi 04 janvier 2018



La 2e édition des Organigrammes des Constructeurs Automobiles est parue
Les VO de moins d'un an ont pesé un quart du marché VN en 2017



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017