Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Offres commerciales

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Services - 15/04/2016

Les loueurs accueillent les plateformes collaboratives dans leur branche syndicale

La branche "Loueurs" du CNPA est morte, vive la branche des "Métiers de la mobilité partagée". Ce changement de nom traduit l’ouverture des professionnels vis-à-vis des plateformes de location entre particuliers, sans pour autant abandonner l’idée qu’il faut réglementer la pratique.

Signe des temps, la branche "Loueurs courte durée" du CNPA a changé de nom pour devenir celle des "Métiers de la mobilité partagée", s’ouvrant de fait à l’autopartage et à la location entre particuliers. "Tous les grands loueurs proposent déjà leur propre offre d’autopartage, ce n'est pas une nouveauté, rappelle André Gallin, président de la branche. Concernant les acteurs de la location entre particuliers, tels que Drivy ou Koolicar, nous ne voulons pas les éliminer du marché ; ils proposent une offre complémentaire à celle des loueurs, avec une forte proximité, et participe ainsi à démocratiser l’usage auprès des jeunes au détriment de la possession d’un véhicule. Nous sommes ainsi dans une démarche d’ouverture vis-à-vis de ces acteurs qui vont participer à la vie de la branche au sein d’une commission spécifique", dit-il.
Ces nouveaux acteurs, "qui représentent de l’ordre de 3% du business de la location", selon l'enquête annuelle de la branche, ont aussi un intérêt à se rapprocher des professionnels de la location. Pour répondre à une demande que les particuliers ne suffisent pas à satisfaire, la plateforme de réservation Drivy a en effet besoin d’accueillir les offres des professionnels, garages ou agences de location. Paulin Dementhon, son dirigeant, estime que les professionnels représenteront ainsi 50% de la capacité de location de Drivy d’ici deux à trois ans.
"Cela n'empêche pas les désaccords, notamment sur le seuil de déclenchement de la fiscalité", indique André Gallin. Comme proposé par le Sénat, la branche milite pour un seuil de revenus de 5 000 euros par an pour commencer à taxer les particuliers qui louent leur véhicule sur ces sites collaboratifs. Le gouvernement doit légiférer prochainement sur ce sujet crucial de l'économie collaborative.
Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions


Copyright © 2017 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017