Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 12/09/2019

Les plaisirs coupables de l'électricité

La chronique de Jean-Philippe Thery, consultant, fort d’une expérience automobile aussi bien dans le domaine du produit que de l’Intelligence de marché, avec des expériences chez Renault, Nissan et PSA. Installé depuis 2008 au Brésil, Jean-Philippe Thery est spécialiste des marchés automobiles en Amérique Latine.

Le 4 mars 1899, un étrange objet roulant aux allures de cigare atteignait la vitesse incroyable pour l’époque de 105,882 km/h, sur la Plaine d’Achères, dans la région parisienne. La "Jamais Contente", construite et pilotée par le belge Camille Jenatzy portait un nom apparemment choisi à dessein pour un véhicule de record, même si celui-ci constituait en fait un hommage ironique à l’épouse de l’inventeur, connue pour la constance de sa mauvaise humeur. Mais la vraie surprise, c’est que la toute première automobile au monde à dépasser la barre symbolique des 100 km/h était mue par la fée électricité.

Il faut dire qu’à l’époque des pionniers de la mobilité individuelle motorisée, le bolide de Camille était loin d’être le seul à s’alimenter au jus de neutrons. L’Homo Automobilis à peine né devait d’ailleurs hésiter encore quelques temps avant de choisir entre la vapeur, l’électricité et l’extrait de pétrole, fournissant en énergie à part plus ou moins égales la maigre flotte automobile alors existante. Mais lorsqu’il eût taillé son crayon et posé sur papier l’équation "poids emmené vs énergie restituée", il ne lui resta plus grand doute quant à la supériorité des hydrocarbures. Œuvre d’Etienne Lenoir, tout aussi belge et inventeur que Jenatzy, le moteur à combustion interne d’essence emporta donc les suffrages de la gente mécanique. Par la faute de batteries lourdes et encombrantes, son homologue électrique pourtant plus efficace se vit relégué pour plusieurs décennies à la propulsion de voiturettes de golf, sport dont les pratiquants n’aspirent guère à l’inspiration de gaz d’échappement lorsqu’ils arpentent les greens.

Ce qui nous amène à Monsieur Porsche. En 1898, précisément à l’époque des valse-hésitation énergétiques, le jeune Ferdinand concevait sa première automobile pour Lohner, entreprise sise à Vienne. Surnommée la "toujours contente" (allez savoir pourquoi), la "Lohner-Porsche" abritait dans chaque roue un moteur électrique, configuration lui assurant le titre de première voiture à transmission intégrale de l’histoire. Une nouveauté ne venant jamais seule, l’ajout d’une motorisation à essence chargée d’alimenter les batteries lui attribuait également la primauté de la propulsion hybride. 120 ans plus tard et sans transition, la marque allemande créé par Ferdinand dévoile à la presse une berline 4 portes aux accélérations pour le moins… électrisantes.

Il ne faut en effet que 2,8 secondes à la version "Turbo S" de la Taycan -c’est son nom- pour passer de l’immobilité à 100 km/h, et à peine 7 secondes de plus pour atteindre les 200 km/h (sur autoroute allemande, bien sûr). Avec un moteur asynchrone sur chacun de ses essieux, le bolide stuttgartois dispose comme son ancêtre de quatre roues motrices, lesquelles doivent canaliser avec une boîte de vitesses à deux rapports un total de 560 kW, correspondant exactement à 761 chevaux vapeur. Mais plus que la puissance, c’est surtout le couple monstrueux de 1.050 Nm qui a permis aux journalistes conviés à l’évènement de lancement de ressentir les accélérations de la Taycan, vissés au fond d’un siège passager à l’occasion des tours de circuits offerts en récompense par le constructeur, pour avoir assisté sagement à la présentation PowerPoint du Chef de Produit.

Le couple constitue en effet l’atout définitif du moteur électrique, et la raison principale pour laquelle celui-ci est aussi "générateur" de plaisir. Si vous lisez Autoactu.com, le concept vous est évidemment familier. Une façon rapide d’en comprendre les effets consiste à attaquer une vis récalcitrante au moyen d’un tournevis électrique. Votre poignet tordu, c’est le couple. A la différence du moteur traditionnel à essence qui a besoin d’atteindre une certaine vitesse de rotation pour délivrer toute sa force, l’électrique produit de façon immédiate tout le couple dont il est capable, dès qu’il reçoit sa dose d’électrons frais. Non seulement la mécanique de la Taycan, affiche un couple supérieur de 45% au V12 d’une Lamborghini Aventador (d’une puissance pourtant comparable), mais en plus, elle le fournit à la première caresse de l’accélérateur là où le moteur italien devra monter à 6.750 tr/min.

Bien sûr, sans combustion alimentant le va et vient frénétique de 6 ou 8 pistons, ni de gaz circulant à haute vitesse dans des conduits d’échappement, la bande son de la petite nouvelle n’est pas aussi réjouissante que celle d’une Panamera, pour citer le modèle le plus proche de la gamme du constructeur. Mais avec un tel niveau de performances, impossible de nier à la Taycan le statut de "vraie" Porsche, d’autant plus que tout est évidemment à l’avenant. La tenue de route bénéficie ainsi quelque soient les conditions météorologiques d’un atout supplémentaire lui aussi lié à la propulsion électrique sous forme du "torque vectoring". Cette fonction permet de répartir indépendamment le couple (encore lui) du moteur ou des freins sur chacune des roues, en fonction des circonstances et du comportement recherché. Ajoutez-y un intérieur qui fait la part belle à la technologie, avec pas moins de 5 écrans, la commande vocale qui répond à l’injonction "Hey Porsche !" et une superbe console "flottante" entre le conducteur et son voisin de siège. Les tarifs aussi sont conformes, puisqu’il vous faudra alléger vos comptes de 155 552 euros pour vous offrir la version Turbo (680 Ch / 650 Nm), ou de 189 152 euros pour la Turbo S. Retranchez 6 000 euros offerts par Bercy au titre du bonus écologique, avant de faire chauffer à nouveau la calculette en cochant les cases de la fiche d’options. Les autres se contenteront de remplir des grilles de Loto, dans l’espoir de gagner les fonds nécessaires à l’achat d’une voiture sportive allemande.

Pas de quoi néanmoins dissuader les 20 000 acheteurs potentiels qui ont signé un chèque de 2 500 euros pour réserver leur exemplaire, la plupart avant même d’avoir vu une simple photo de leur future acquisition. 20 000, c’est justement le chiffre de production annuelle que Porsche avait initialement prévu, revu depuis à la hausse à 40 000. Voilà qui devrait en tout cas inciter la marque à développer son réseau de stations "Porsche Turbo Charging" au-delà de Berlin, lesquelles permettent grâce à des chargeurs rapides opérant à 800 Volts (une première) de requinquer pleinement les batteries du modèle en 20 minutes seulement, et de limiter la prise de caféine du propriétaire en stand-by à un niveau raisonnable.

La Taycan permet donc à Porsche d’être la première marque "traditionnelle" à véritablement se positionner sur le marché des sportives électriques, et d’offrir enfin une alternative à Tesla. Certes, la marque américaine ne se situe pas exactement sur le même créneau avec des véhicules au comportement plus sage. Mais le modèle S n’en a pas moins construit une partie de sa réputation sur ses accélérations foudroyantes, à même de vexer les propriétaires de Lamborghini au Grand Prix des feux rouges, avec mise en ligne du reportage maison sur YouTube à la clef.

Preuve du sérieux des intentions des dirigeants de Stuttgart, la montée récente au capital de Rimac à hauteur de 15,5%. Cette start-up croate, dont le nom fait d’avantage penser à un médicament générique qu’à l’univers de l’automobile performante, s’est pourtant fait connaître par la conception d’une Supercar électrique au prix extravagant, dont un célèbre journaliste essayeur britannique envoya violemment paitre les 1 600 chevaux dans le champ le plus proche, après que ceux-ci aient échappé à son contrôle sur une route bucolique de la Confédération Helvétique. Mais lorsqu’elle ne passe pas son temps à ramasser les débris de ses autos accidentées, elle fait bénéficier de son savoir-faire un certain nombre de constructeurs, Porsche bien évidemment compris.

Voilà donc un étrange paradoxe qui nous fait passer presque sans transition de la "Jamais Contente", à des modèles dont l’électrification est avant tout destinée à filer un bon coup de pied au postérieur de ses acquéreurs, alors qu’il y a encore une quinzaine d’année, la perspective d’un futur automobile décarboné nous laissait entrevoir un avenir plutôt sombre, essentiellement constitué d’ "econo-boxes" aussi enthousiasmantes à conduire que les voiturettes de golf mentionnées précédemment. Et le mouvement ne semble pas devoir s’arrêter en si bon chemin. Lotus s’est en effet déjà déclarée avec le prototype de l’Evija, une berlinette hydrocarbure-free promettant rien moins que 2 000 chevaux ! Une proposition pour le moins curieuse de la part d’un constructeur dont la génétique s’est construite sur la chasse au poids plutôt que sur des mécaniques débordant de chevaux, mais sans doute pas étrangère à sa prise de contrôle par le constructeur chinois Geely, qui profite donc de la révolution électrique pour frapper les esprits. Et ne doutez pas un seul instant que Ferrari, Lamborghini, McLaren et consorts ne s’y mettent un jour, même s’ils se contentent pour l’instant d’associer l’électricité à une mécanique traditionnelle. Une hybridation qui permet à la fois de développer de jolis arguments aux accents écologiques sur les dossiers de presse, et d’ajouter quelques Newton-Mètre disponibles immédiatement en sortie de péage.

Reste le commun des mortels, comme vous (probablement), et moi (je vous le confirme) qui n’aura sans doute jamais accès aux plaisirs coupables de l’électricité. A moins que. Qui interdit en effet de penser que le potentiel sportif des Renault Zoe ou autre Nissan Leaf, pour ne citer qu’elles, ne sera pas bientôt exploité par les branches sportives de leurs constructeurs respectifs ? Je ne serais pour ma part pas étonné si dans les temps à venir, on écoutait le soir venu le sirènement caractéristiques d’un EV au passage de prototypes s’échappant subrepticement des bâtiments de Renault Sport ou de Nismo. A moins que Peugeot ne leur grille la politesse avec sa nouvelle 208, dont le compartiment moteur est sans doute trop exigu pour une motorisation à pétrole véritablement puissante, mais dont la version électrique s’accommoderait vraisemblablement des développements adéquats à une version "GTI-e".
Quoiqu’il en soit et en attendant que tout ceci se concrétise, vous pouvez maintenant fermer cette page, et profiter pleinement des plaisirs sales des moteurs carbonés…
Jean-Philippe Thery

Partagez cet article :

Réactions

Chargeur de 800 W ?? C'est vraiment le K ?
;0)
Lucos, Le jeudi 12 septembre 2019

560 KW/h, correspondant exactement à 761 chevaux vapeurs.
Il s'agit visiblement de la puissance, donc 560 KW
Marc Flury, Le jeudi 12 septembre 2019

Je vois avec plaisir que tous les lecteurs ne gobent pas les chiffres sans se poser de questions !

Dans ce cas-ci, il ne s'agit que d'approximations probablement liées à une connaissance de la physique elle aussi approximative ...

Mais d'autres ont parfois de moins avouables intentions !
Louis-Jean Hollebecq, Le jeudi 12 septembre 2019

C’est dur l’électricité....il va falloir tout re apprendre,charge lente et rapide,cycles,déperdition ,autonomie fluctuante ...comme le cosinus fi,Watt ,Ampère,poids etc etc ....et surtout durée de vie ,c’est cela aussi l’ecologie ....faire durer.
alain boise, Le jeudi 12 septembre 2019

Il conviendrait que nous parlions définitivement en Joules pour les batteries au lieu d'utiliser cette unité tolérée du KW/h, ça éviterait les gags et les fautes de frappe..
;0)
Lucos, Le jeudi 12 septembre 2019

Alain qui devient écolo + physicien maintenant !
Il reste donc un espoir de le sauver…
;0))
Lucos, Le jeudi 12 septembre 2019

Physicien.....mdr ,CAP ...et encore .
Oui l'écologie C’est faire durer les choses,et ne pas se précipiter sur le dernier modèle de téléphone en mettant l’autre au fond du tiroir.
Hélas le VE va apporter un besoin de déchets,un peu plus haut on parle d plusieurs dizaines de milliers de tonnes de déchets à detruire et pyraliser.....comme les pales d’eoliennes Qui durent 15 ans.
De Gaulle disait en parlant d’evenements Dramatiques.....lorsque l’on ouvre la boîte à Scorpions c’est trop tard,que vont devenir nos industries et ateliers,comme les bourgeois de Calais nous donnons les clefs à nos ennemis
alain boise, Le jeudi 12 septembre 2019

...Sans dénier l'argument "couple" des motorisations électriques et côté "plaisir sales" (?)... En France (et ailleurs) pour les adeptes de mécaniques coupleuses et economiquement accessibles au plus grand nombre il y avait aussi le Diesel ...D'accord il fallait se boucher le nez et/ou les oreilles ...Tout le monde circule pas avec des bouilleurs signés AMG par exemple ...

Quant aux versions sportives de Zoé ou e-208 ...des maquettes ont déjà été présentées ...à différentes reprises, il a été ecrit que la prochaine 208 Gti serait électrique (ou pas) ...Dans sa communication, Peugeot met l'accent sur la preservation du plaisir de conduite pour la e-208 des fois que l"on aurait pas bien compris les potentialités de cette motorisation ...Donc très
peu de fiction ...Mr Thery
;0)
ADEAIRIX, Le jeudi 12 septembre 2019

A savoir, puisque qu'on en est dans la physique quantique bretonne, que le couple n'a jamais rien fait avancer du tout. Quand il y a une notion de temps il conviendrait de ne parler que de puissance (proportionnelle au couple bien sûr).
Tirez le frein à main sur votre voiture garée dans une descente, vous appliquez un couple important aux 2 roues AR et pourtant elle est immobile…
;0)
Lucos, Le jeudi 12 septembre 2019

Cher Jean-Philippe, sachez que je suis un peu - qui a dit beaucoup - l'emmerdeur de service avec les Unités et les symboles utilisés.

Le symbole des 1000, à savoir le k, est toujours une minuscule donc km et non pas Km, kW et non pas KW, kg, etc.
On ne met évidemment jamais de s à la fin de km, le s étant le symbole de l'unité de temps la seconde. kms signifie donc kilomètre.seconde
Les tours par minutes s'écrivent tr/min et non pas tr/mn
Les grammes ne s'écrivent pas gr, mais g
Toutes les mesures issues d'un nom propre sont avec majuscule : Watt, Ampère, Newton...
etc., etc.
Bruno HAAS, Le jeudi 12 septembre 2019

Plaisirs coupable de l'électricité = disjoncteur affectif ?
trop disruptif !
;0)
Lucos, Le jeudi 12 septembre 2019

Je m'étais promis de ne plus jamais rien écrire ici, mais la pédagogie et l'aide aux faibles d'esprit et émotionnels de surcroit (je m'interdis de citer un quelconque nom ici) et qui n'ont pas eu la chance d'aller à l'école des hommes et femmes savantes...surtout en électricité...est de mise.
Sur ce bas monde, où on marche sur la tête en industrie automobile.
Il est urgent pour beaucoup, et même les savants et savantes, de telecharger le PDF de l'Association ACOZE de 45 pages (sur les galères de l'utilisation de tous les VE qui sortent et les indispensables explications techniques).
En ces temps de retour à la vaccination pour cause de mort plus que probable avec certaines maladies, ce dossier de l'association ACOZE, vaccine RADICALEMENT pour longtemps encore l'intoxiqué (surtout celui qui a de mal à gagner son argent) qui souhaite acheter un VE et aurait la velléité de sortir en dehors des villes ou faire des parcours moyens ou longs.
Le dossier ACOZE (avec d'exemples d'utilisateurs de VE qui sont en colère et autres indignations) donne une FROUSSE salutaire à celui qui n'a pas les moyens d'avoir deux véhicules dans son garage.
Ne pas lire ce dossier est comme celui qui tombe (dans le panneau) du proverbe: "Celui qui ne sait pas est comme celui qui ne voit pas" !
Jo Duchene, Le jeudi 12 septembre 2019

A Bruno HAAS,
Merci Bruno, les corrections ont été faites. Bonne journée
Florence LAGARDE, Le jeudi 12 septembre 2019

Professionnalisme de Florence !
Bruno HAAS, Le jeudi 12 septembre 2019

Bienvenue cher Jo !
Bruno HAAS, Le jeudi 12 septembre 2019

Je tiens à remercier les lecteurs attentifs qui ont fort justement signalé différentes erreurs relatives aux unités de mesure, et auprès de qui je m'engage à être plus rigoureux sur le sujet à l'avenir. Grâce à eux, celles-ci ont été corrigées.
Je ne "chargerai" pas l'habituel préposé aux coquilles, dont on sait bien qu'il constitue généralement une figure fictive, et j'en assume l'entière responsabilité. Comme indiqué dans plusieurs commentaires, il nous faudra nous habituer rapidement à manipuler ces nouvelles unités, maintenant que la propulsion électrique s'installe dans le paysage automobile!
Excellente journée à tous.
Jean-Philippe Thery, Le jeudi 12 septembre 2019

Professionnalisme de Jean-Philippe !
Bruno HAAS, Le jeudi 12 septembre 2019

C'est la Watt ! (Majuscule..)
;0)
Lucos, Le jeudi 12 septembre 2019

Puisque tout le monde est d'accord aujourd'hui que le "train industriel" de la voiture électrique est impossible d'arrêter, tout le monde à compris que la filière des VE n'est absolument pas VIABLE sans les bornes de recharge...et là il y a une OMERTA généralisée sur sur l'anarchie, le dysfonctionnement, le payement et l'utilisation à bon escient, sans compter la localisation sur le territoire français (et donc aussi la bonne connaissance technique de son véhicule de la part du possesseur d'un VE, sinon déconvenues fâcheuses pour lui) des bornes de recharge mis à disposition par les différents opérateurs en France.
Un seul exemple d'une espèce d'arnaque chez un opérateur qui installe des bornes de recharge sur beaucoup stations d'autoroute surfant sur la méconnaissance de l'utilisateur, ce qui l'oblige à s'inscrire sur smartphone pour avoir un pass et combien de passes faut-il avoir dans sa poche pour chaque opérateur?
Sinon inscrire chez l'opérateur une carte de crédit ou lui est ponctionné une somme minimum de 50 euros sous la promesse d’être facturé au temps de connexion, sachant que le tarif est de 1,30 euros tus les 5 minutes. Certains ce voient facturer plus de quarante euros, ce qui est le prix d'un plein sur un véhicule thermique pour faire 500/700 km.
La mise en coupe réglé de l'automobiliste de l'automobiliste français et européen est en marche sur tout la filière VE. Sur le prix du neuf, de l'occasion , de l'utilisation de son VE et en plus tout lui est imposé sans liberté de choix u jour.
Un coup de balancier (ou de bâton) sera inévitable sur les constructeurs auto dans l'avenir.
Jo Duchene, Le jeudi 12 septembre 2019



David Twohig, Byton : "Notre SUV M-Byte sera lancé en Chine en 2020, l’Europe suivra"
Les mesures d’ICCT à Paris épinglent la pollution des 2 et 3 Roues



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017