Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 08/10/2018

Luca de Meo, CEO de Seat : "La marque Cupra doit pouvoir faire des marges deux fois supérieures à Seat"

Le Cupra Ateca, le premier modèle de la marque Cupra, sera lancée en fin d’année, dans un réseau mondial qui comptera 300 distributeurs (sur un total de 1 800 distributeurs Seat), dont 20 en France. Luca de Meo, le patron de Seat, explique l'intérêt du lancement d'une telle marque.

A l’occasion du Mondial, la marque Seat a installé son stand à l’extérieur des halls d’exposition traditionnels (voir photo), se distinguant des autres constructeurs. La marque s’offre ainsi, en définitive, une plus grande visibilité. "Nous chercherons aussi à avoir une nouvelle approche, à changer de format sur le prochain Salon de Barcelone [en mai 2019, NDLR]", indique le président de Seat, Luca de Meo. Le changement passe aussi par une présence sur différents endroits en dehors du Salon : Son SUV du segment B, l’Arona, est exposé Place Saint-Lazare, tandis que l’univers de sa nouvelle marque Cupra, absente du stand de la Porte de Versailles, est présenté dans un "pop-up store" au sein du BHV du Marais. Enfin, le premier modèle au GNV que la marque va commercialiser en France, la Leon TGI 1.5 130 ch, au tarif de 25 990 euros, est proposé à l’essai dans le centre multimarque de la Concorde. Le stand du Mondial est lui consacré à la principale nouveauté de Seat, le grand SUV Tarraco. Avec ses 4,73 m de long, équivalent à son homologue de chez Skoda, le Kodiaq, il sera produit chez Volkswagen, à Wolfsburg, et proposé à la commande à partir de 33 000 euros en décembre, pour des livraisons programmées à partir de février.

Cupra permet d'élargir le champ des possibles chez Seat
Le Cupra Ateca, sera également commercialisé en fin d’année. Comme il s’agit d’une nouvelle marque, et non plus de la finition sportive de Seat, un nouveau contrat de distribution a été proposé à "ceux ayant le plus gros potentiel mais aussi ceux qui étaient le plus motivés par le projet", souligne le dirigeant.  "Nous n’avons pas exigé de bâtiment à part mais simplement des espaces, dans un esprit course automobile, qui peuvent être installés en 48 h au sein des concessions Seat", indique-t-il. Le réseau se développe ainsi rapidement : "80% des 300 distributeurs Cupra dans le monde (sur 1 800 distributeurs Seat, NDLR) seront opérationnels en novembre prochain", dit-il. En France, le réseau sera composé de 20 points de vente.
La gamme débutera donc avec le SUV Cupra Ateca, doté d’un moteur 2 litres turbo essence de 300 ch, d’un châssis et d’une finition spécifique et bien sûr du logo Cupra à la place de Seat. "Nous allons chercher une clientèle qui n’aurait jamais acheté de Seat et qui a un goût prononcé pour le sport automobile, activité dans laquelle nous investissons avec notre division Motorsport Cupra", explique Luca de Meo qui ne cache pas vouloir reproduire la recette du succès d’Abarth, marque qu’il a dirigée au sein du groupe Fiat avant de rejoindre le groupe Volkswagen. Avec des tarifs qui débutent à 42 500 euros sur le Cupra Ateca, "la marque Cupra doit pouvoir faire des marges deux fois supérieures à Seat et ainsi nous permettre d'investir dans des technologies coûteuses, comme l’hybride, qui ne sont proposées que chez Audi. On peut aller plus vite que Seat qui a vu son prix de transaction moyen augmenter de 20% en trois ans pour un contenu et une qualité qui ont augmenté encore plus vite".
Actuellement, la Leon Cupra représente 15% du mix de vente de Leon, et même 25% en Suisse (10% en France). En volume, cette version Cupra pèse 10 000 unités en 2017 dans le monde et 15 000 sont attendues cette année. Cela donne une idée du potentiel de la marque, sachant que cinq modèles Cupra seront créés sur la base des modèles à volume de Seat. En revanche, il n'y aura pas de modèles dédiés : "Nous aimerions bien sûr pouvoir développer un modèle exclusif pour Cupra, comme Renault l’a fait avec l’Alpine, mais, pour ce faire, il nous faudrait 500 millions d’euros et vendre un minimum de 25 000 voitures avant d’amortir l’investissement. Nous ne pouvons pas nous le permettre. En revanche, la marque Cupra nous permet d’envisager des modèles chez Seat que nous ne pourrions pas sortir sans, comme un SUV coupé, par exemple", dévoile-t-il.
Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

Bravo le petit Luca et je suis admiratif, bien joué il y a encore des parts de marché à prendre sur le gâteau et sur les débiles qui ont encore des points sur leur permis !
Jo Duchene, Le lundi 08 octobre 2018



Organigrammes des constructeurs : pour savoir "qui fait quoi ?"
Thomas Courbe coopté membre du conseil d’administration du groupe Renault



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017