Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d’autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d’actualité d’autoactu.com
envoyer par email
Analyse - 13/11/2017

Nissan déprimé et déprimant

La chronique de Bernard Jullien, Maître de Conférence à l'Université de Bordeaux et conseiller scientifique de la Chaire de Management des Réseaux du Groupe Essca.

Nissan a présenté le 8 novembre ses résultats pour la première moitié de l’exercice en cours (de avril à septembre). Ils font apparaître un assez net recul puisque, pour ce premier semestre, son bénéfice net a reculé de 2,1%, de 282,4  à 276,5 milliards de yens (2 milliards d'euros au cours actuel), pour un bénéfice opérationnel de 281,8 milliards de yens (contre 339,7 en 2016), en baisse de 17% et ce malgré des ventes en hausse de 6,2% à 5.652,5 milliards de yens (42,83 milliards d'euros au cours actuel).

Sur le dernier trimestre, le dit bénéfice opérationnel passe de 163,9 milliards de yen à 128,5 (- 21,5%) et l’analyse proposée mercredi fait apparaître que l’essentiel de cette dégradation est imputable à l’affaire des « coûts d’inspection », aux provisions qu’il a fallu passer pour faire face aux « class actions » que le scandale a déclenché et aux plus d'un million de véhicules neufs fabriqués et commercialisés dans le pays depuis 2014 qu’il a fallu rappeler en septembre.
Dès lors que les fabrications n’ont été arrêtées pour régler enfin le problème que en octobre, il faut s’attendre à ce que le prochain trimestre ne soit guère plus brillant.  Malgré cela, Nissan maintient ses prévisions annuelles de bénéfice net, à 535 milliards de yens (-19,4% sur un an), et de chiffre d'affaires, à 11.800 milliards de yens (+0,7% sur un an).
Ses responsables revoient par contre leurs prévisions de gain d'exploitation à la baisse (de 13%) de 685 à 645 milliards de yens (4,88 milliards d'euros).

Il n’y a là rien de dramatique en apparence : la profitabilité reste très enviable et la croissance convaincante en volume comme en valeur. Ainsi , en volume, les ventes mondiales ont progressé de 4,6% avec 2,73 millions de véhicules vendus au premier semestre grâce à une forte progression au Japon (+34,1%) et dans une moindre mesure en Chine (+6,7%) ainsi qu'en Europe (+3,6%), tandis qu'elles ont légèrement reculé aux États-Unis (-0,4%). Quant au chiffre d’affaires, il a progressé de 8,1%.

Malgré cela, au vu de ce qui s’est passé lors du plan précédent, de ce qui se passe cette année et du plan annoncé mercredi en même temps que les résultats de ce semestre, un certain nombre de voix s’élèvent pour s’inquiéter de l’avenir de Nissan.

Ainsi, l’agence Nikkei (1) souligne que "Power 88", le plan précédent, annoncé par Carlos Ghosn en juin 2011 (2), qui prévoyait une part de marché de 8% et une marge opérationnelle de 8% n’a pas été réalisé. Elle souligne surtout que la priorité donnée alors au développement de l’activité dans les émergents pour réduire la dépendance de Nissan au marché Nord-Américain et aux profits qui y sont dégagés n’a guère été suivie d’effets. De fait, sur le premier semestre de son exercice, les ventes de Nissan en Chine ont continué de progresser (de 6,7% en volume) et ont atteint 651 000 véhicules et ceci ne représente pas les 10% de parts de marché rêvées en 2011 mais 5,2% (3).
Quant aux autres émergents, ils ne pèsent que pour 202 000 unités (6 000 de plus que l’année précédente) et la progression enregistrée y est deux fois moindre que celle des marchés concernés    (4): les opérations indiennes ou latino-américaines peinent à dégager les résultats attendus.
C’est toujours en Amérique du Nord que l’essentiel des volumes sont vendus : sur les mois de juillet à septembre, Nissan a vendu 1,4 million de véhicules dont 0,5 en Amérique du Nord (377 000 aux Etats-Unis). Le plan Power 88 n’a guère desserré cette dépendance.

Pour l’agence Nikkei, l’exercice en cours indique que cette dépendance a un coût élevé car la volonté de ne pas perdre trop de volumes sur un marché qui se porte moins bien conduit Nissan à laisser exploser ses frais commerciaux : Nissan dépenserait ainsi en aides aux Etats-Unis 4000 $ par véhicule, soit 200 à 300 $ de plus que la concurrence, 1500 de plus que Toyota et 2200 de plus que Honda.
De fait, dans les chiffres communiqués mercredi, Nissan décortique les raisons pour lesquelles ses bénéfices opérationnels plongent au dernier trimestre et chiffre les effets de la dégradation de son mix aux Etats-Unis à 38 milliards de yens, ceux des fameux "incentives" à 35 et l’on parvient ainsi, malgré des effets de changes favorables qui ont boosté les profits de 27 milliards à voir à la fois le bénéfice entamé de 45 milliards de yen et la part de marché baisser.
Dans ce contexte, pour rester en ligne avec ses prévisions de profits, Nissan ne peut que limiter ses investissements et l’entreprise s’enferme ainsi dans un cercle vicieux, celui d’une inaptitude grandissante à se saisir d’autres opportunités que celles qui se présentent sur ses marchés clés.

Par rapport à ces craintes, le plan présenté mercredi ne rassure guère tant il est laconique et conservateur (5). Ainsi dans la présentation de 37 slides mise à la disposition des analystes sur le site de Nissan, le plan MOVE. (pour Mobility, Operational Excellence, Value to Customers, Electrification) tient en 3 planches.
Il fixe un objectif de croissance du chiffre d’affaires de presque 30% en 6 ans, réitère l’objectif de marge opérationnelle de 8% et vise un free cash flow cumulé de 2 500 milliards de yens qui s’adosse à une "amélioration continue de l’efficience opérationnelle" déclinée en trois volets : croissance constante et profitabilité accrue, récolte des fruits des investissements faits dans les émergents et sur les marques Infiniti et Datsun et exploitation de tout le potentiel des marchés et segments (Europe, Moyen Orient, Asean, SUV, Pick-ups).
Cela ressemble un peu à une copie bâclée bricolée à la va-vite par des étudiants fatigués et bien peu inspirés et imaginatifs. Le dernier slide pompeusement intitulé "conduire la mutation" sous la bannière de la Nissan Intelligent Mobility fait référence au véhicule électrique, au véhicule autonome et à la capacité de l’entreprise à être pionnière dans le développement de services de mobilité robotisés.
Il donne tellement peu de détails ou d’éléments qu’il ne peut démentir l’impression qui se dégage des précédents : l’entreprise n’entend rien faire d’autre que son business habituel. Comparé au plan de Renault que nous jugions déjà conservateur, celui de Nissan ressemble à celui d’un constructeur dépressif.
Bernard Jullien

(1) https://asia.nikkei.com/Business/Companies/Nissan-hit-by-overreliance-on-US
(2) http://www.leblogauto.com/2011/06/nouveau-et-ambitieux-le-plan-power-88-de-nissan.html
(3) https://www.finchannel.com/oil-auto/69382-nissan-reports-first-half-results-for-fiscal-year-2017
(4) http://www.nissan-global.com/EN/DOCUMENT/PDF/FINANCIAL/PRESEN/2017/20172nd_presentation_362_e.pdf
(5) https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/sur-fond-de-crise-nissan-prevoit-une-hausse-des-ventes-de-30-en-2022_512065

Partagez cet article :

Réactions

Et pendant ce temps la Toto vends ses hybrides à tour de bras sans un cent de remise sur les 5continents ,la Leaf doit s'hybrider si elle veut continuer a exister sinon elle étouffera.
Heureusement il y a Dacia dans l'alliance pour le volume.
alain boise, Le lundi 13 novembre 2017

Au fait Prof c'est quoi un slide?un patin a glace Franco Québécois ?
alain boise, Le lundi 13 novembre 2017

Et ben dis donc Nissan se fait carrément flinguer de bon matin.
Prof ce n'est pas finalement un plan dépressif, mais simplement un plan japonais... Nuance !
;0)
Lucos, Le lundi 13 novembre 2017

Je connais un paquet de constructeurs qui se contenteraient des résultats financiers de ce constructeur "au bord du gouffre".
Autant Carlos Ghosn annonce beaucoup trop souvent des objectifs qui ne sont pas atteints, autant la santé de Nissan ne m'inquiète par pour un Yen.
Bruno HAAS, Le lundi 13 novembre 2017

Les dos se reposent entre le va et vient des coups de bâton !
Ceux qui zappent ou sont fatigués dès le lundi ne lisent pas l’essentiel et qui résume brillamment le texte du Professeur (le vrai) pas les faux professeurs ici, qui ne disent que des banalités sous blagues vaseuses!
Voici le résumé:
"l donne tellement peu de détails ou d’éléments qu’il ne peut démentir l’impression qui se dégage des précédents : l’entreprise n’entend rien faire d’autre que son business habituel."
Donc rien d'innovant chez Nissan, qui donne envie d'acheter...
Par contre, dans l'émission de dimanche M6 Turbo, ils ont oublier d'être des "vendus" aux constructeurs allemands et pour expliquer ce que c'est l'hybride et les hybrides rechargeables (tout en étant brouillons) ils nous on montré comme exemple le Toyota C-HR ...et la merdouille arnaque hors de prix qu'est Volvo dans l'hybride rechargeable!
Toiut ça pour agacer le trio (Lucos, Alain et Adeairix) habituel et leur dire que pour l'hybride rechargeable il va y avoir dans l'avenir une réponse "coup de pied de l'âne" du consommateur automobiliste qui n’arrête pas d'être agressé au portefeuille dans les grandes capitales par les administrations proxénètes qui vont se partager le pactole de plus d'un milliard d'euros attendus pour 2018 avec le privé, et ceci rien qu'en amendes...et aux dires d'un site qui s’occupe de "voitures-nature (!!!) sur le net et qui dit que le consommateur d'hybrides rechargeables brancherait très peu (pas tous les jours) au fait leur hybride et qu'ils vont rouler en essence tout le temps.
Donc je serai le premier dès que je vais acheter une hybride rechargeable à emmerder la terre entière et peut-être même ne pas recharger du tout!
Qu'ils viennent me contrôler pour voir...toute la bande de gangsters officiels et politiques, et d'ici qu'on soit obligé de passer au VE pur...beaucoup d'eau coulera sur la Seine et ailleurs
Voila le coup de pied de l'âne !
Voilà pour l’analyste Adeairix (qui essaye de m'analyser en vain) la réaction comportementale à venir de l'automobiliste de la classe moyenne haute...les pauvres on s'en fout, même s'il va y avoir d'excellentes diesel boite manuelle (depuis 2014) en occasion en France à partir de 2800 euros!
Évidement personne a lu l'excellent bouquin que B.Rakoto vient de sortir sur la perversité managérial des constructeurs automobiles surtout français (qui vont le payer très cher) et qui donne une excellente interview dans "La Tribune" sur le net dans la rubrique auto !
Pour les radin qui ne lisent rien, il fait un très bon résumé de son bouquin ans dans l'interview !

Jo Duchene, Le lundi 13 novembre 2017

Je réitère,c'est quoi le solide,merci Jo vous qui causez Roastbeefs
alain boise, Le lundi 13 novembre 2017

Non le slide ,elle obéît pas cette machine
alain boise, Le lundi 13 novembre 2017

Slide = diapositive de vacances du prof...
;0)
Lucos, Le lundi 13 novembre 2017

Ah merci Cavalière je savait que je peux compter sur vous
alain boise, Le lundi 13 novembre 2017

La déprime dont parle le Professeur n'est pas uniquement que pour Nissan...elle est aussi pour le groupe PSA.
Pour ceux qui ont lu attentivement (entre les lignes) le discours de Carlos Tavares aux journalistes en Allemagne à coté de son homologue chez Opel se résume dans une panique qui s'installe car l'ambiance et les concurrents mondiaux qui sont de plus en agressifs ne vont laisser des miettes à chacun dans les ventes et ce sera encore PIRE surtout pour ceux qui ne vendent rien ou quasi rien en Chine, US et sud-est asiatique y compris Japon.
Au vu de la perversité du management des constructeurs européens (ce qui fout en l'air l'innovation selon B.Rakoto et je suis totalement d'accord avec lui) ceux-ci ce sont fourré dans la merde tous seuls et se retrouvent sans produit aujourd'hui.
Exemple et ce qui fait flipper au plus haut point C.Tavares, à savoir, tout une série de véhicules à venir (surtout SUV) sont sur le point d'être commercialisés dans les prix de 20.000 euros...et font le même usage (au vu du consommateur automobiliste) que les gammes à quelques cm et volume extérieur que ceux à 30.000 euros !!
Triste avenir pour ces "cacas" à prix surfait !
Jamais C.Tavares va réussir à vendre des volumes de 800.000 véhicules dans un an ou deux pour sa marque Opel...et pour ses gammes lui même, cela va être dur.
Il n'y a pas que Toyota qui se fait des marges, Seat aussi, et le groupe VW fait la tronche que Seat se remplisse les poches.
Mais enfin c'est la faute à qui s'ils se trouvent aujourd'hui dans les affres les cancres de l'Europe...qui auraient pu savoir que, par exemple, la Chine peut foutre le bordel dans des réglementations chaque année.
Tout le monde savait que pour faire une usine là bas, on pourrait se trouver à des milliers de km d'un centre de distribution et logistique et que chez soit le client national en a marre des cacas diesel à prix surfait et avec l'aide (non prévisible) du groupe VW et les coup de pied au cul des ricains!
On a joué en Europe avec le feu depuis vingt ans et cela sent le roussi pour l'avenir!
Alors C. Tavares va serrer les boulons en Allemagne à la mode "Back to Race" mais le client européen une fois qu'il a mis le cul dans une hybride japonaise au bout de six mois...NE RETOURNE PAS EN ARRIÈRE...et va s'habituer au confort, douceur de conduite en ville, pas de pannes, peu d'essence et des prix ou tout l'équipement n'est plus en option, au fait, il n'a plus que des vidanges à faire!
On voit déjà d'ici que la déferlante hybride ou hybride rechargeables des concurrents de Toyota ou de KIA, s’apprêtent à faire du caca cher ou qui ressemble à du "ersatz" d'hybride comme du Canada Dry...et des garanties merdiques! Pour les VE des batteries hors garantie qui valent la moitié du prix des voitures neuves!
Cela ne va pas tromper le consommateur automobiliste européen ...qui a pris des mauvaises "habitudes" de comparer ce qu'il a l'intention d'acheter.
Maintenant vous savez tout...et les syndicats chez les constructeurs européens vont avoir du boulot à plein temps...triple temps...
Toutes ces variables d'ajustement (licenciements par charrettes entières des petits sans grade) vont agir dans l'avenir sur le moral et l'envie du client final et si celui-ci prends l'habitude d'une caisse qui ne tombe pas en panne comme c'est le cas des hybrides...ne va pas lâcher sa monnaie !
Regardez la couverture du Monde d'aujourd'hui...et ce n'est pas Macron dans la couverture avec sa mine de premier de la classe...mais c'est "IL SERA BIENTÔT TROP TARD" et je rajoute pour sortir de la merde ou on c'est fourré..et bientôt essayez de vendre des caisses pourries eu Inde, Bangladesh et Afrique sans comptre l'Amérique du Sud et ces ouragans!
Les imbéciles outrés pour mon hors sujet diront comme des imbéciles qu'ils sont:
Ce n'est quand même pas la faute des constructeurs automobiles, le réchauffement climatique!
Vous avez raison les gars, je refuse moi même de marcher à pied, mais ma caisse qui consomme très peu me donne bonne conscience et le chaland feignant aux terrasses de café m’approuve en opinant du chef...il faudrait peut-être essayer son merdier électrique pour voir!
Là c'est le début de votre mort les pros...vous n'avez pas le produit à vendre!
C'est ballot !
Il ne vous reste qu'à pendre avec une ficelle qui casse les hauts salaires qui vous ont mis dans la merde pour haut trahison et imprévoyance, les actionnaires avec!


Jo Duchene, Le lundi 13 novembre 2017

Il faudrait détailler un peu plus, c'est trop résumé...
;0)
Lucos, Le lundi 13 novembre 2017

Allez je vais faire un effort...
Le coq gaulois chante encore, les pieds dans la merde!
Il est de plus en plus enroulée...mais vous avez tous le temps de partir en retraite avant qu'il fasse couic! Dites a vos enfants que c'est pas votre faute...vous etiez tout le temps dans le stade, mais bourrs a chaque fois...vous n'avez rien vu venir cons que vous etiez mais sympas!
Jo Duchene, Le lundi 13 novembre 2017

J'ai dit...bien bourrés tout le temps.
Jo Duchene, Le lundi 13 novembre 2017

J'ai dit aussi que le coq est bien enroué, mais il est venu avec l'huile avant de se faire embroché par la concurrence plus tard!
Jo Duchene, Le lundi 13 novembre 2017

Déprimant non pas ... Plutôt affligeant ... Et là la police des mœurs elle fait quoi ? Pas grand chose semble-t-il ... Arbitraire qui disait ...
ADEAIRIX, Le lundi 13 novembre 2017

Vite venez a l'ABC(Alpine Bar Club)déguster le Beaujolais primeur ,ca vous remontera le moral,ici tout est simple
alain boise, Le lundi 13 novembre 2017

Mais Jo ne nous (vous) aurait-il pas traité de con ?
Quand je pense que notre Druide est retoqué pour le dixième de ce genre d'insulte.
Affligeant en effet.
Bruno HAAS, Le lundi 13 novembre 2017

Mais Bruno j'aime les cons gentils, j'en suis un des fois, car je me laisse faire au vu de l'ambiance et par faiblesse comme tout un chacun.
Par contre ne pas voir et ne rien (vouloir) comprendre alors qu'on est de la profession et on est supposé tout connaitre des arrières cuisines, c'est affligent en effet !
Vous savez tous déjà que ce qui se prépare, n'est pas à la hauteur de ce que nos constructeurs auto savent faire, mais ils ne veulent pas changer de stratégie, c'est toujours les mêmes feignants dans les directions et la valse des "reportings" va continuer comme dit si bien B.Rakoto dans sont dernier livre.
Là on est sur le terrain d'une contestation des méthodes de management en France chez des constructeurs auto...et autres.
Ce terrain vous intéresse pas ou pas !
Jo Duchene, Le lundi 13 novembre 2017

Tiens je dirais même que beaucoup sont au pas...
Jo Duchene, Le lundi 13 novembre 2017

Graves les retraités...
;0)
Lucos, Le mardi 14 novembre 2017



Plus de 250 groupes référencés dans l'édition 2018 de l'Annuaire des groupes de distribution automobile
PSA concrétise enfin son projet d’usine en Algérie



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017