Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Equipementiers - 30/07/2018

Plastic Omnium espère l’émergence d’un marché de modules arrière et de modules de toit

Le marché des modules avant existe déjà et Plastic Omnium vient de prendre le contrôle de HBPO, le leader du secteur. PO espère que ce marché des modules va croître au cours des prochaines années. Au premier semestre, le groupe a retrouvé son niveau record de marge opérationnelle avec 10,2 % du chiffre d’affaires consolidé. A 3,189 milliards d’euros, celui-ci a progressé de 4,6 %.

Pour Plastic Omnium, l’achat des 33,3 % de HBPO appartenant à Mahle fait partie d’un mouvement qui va au-delà du simple contrôle de 66,6 % de l’entreprise spécialisée dans les modules face avant. Pour le moment, Hella, le troisième partenaire du montage initial, garde ses 33,3 % du capital de HBPO. Créée en 1992, cette entreprise a pour vocation de réaliser l’assemblage des différents éléments d’une face avant à proximité immédiate de l’usine d’assemblage du constructeur. En 2017, HBPO a réalisé un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros en assemblant plus de 5,5 millions de "Le savoir-faire de HBPO est multiple" souligne Jean-Michel Szczerba, co-directeur général de Plastic Omnium. "Il s’agit de concevoir une face, d’acheter ses composants et sous-ensembles et de les assembler, à proximité immédiate de la ligne de fabrication du constructeur, voire directement chez celui-ci, en étant uniquement séparé par un mur". Une face avant peut comprendre près de 500 pièces différentes avec des problématiques majeures de qualité et de finition. Des domaines que maîtrisent bien HBPO comme l’indiquent les nombreux "Awards" qualité obtenus ces dernières années et des coûts de non qualité qualifiés de "très faibles". Mais, le domaine dans lequel HBPO dispose d’un savoir-faire bien spécifique est celui de la logistique et de l’encyclage. Il s’agit de livrer les faces avant sur la ligne d’assemblage du constructeur dans l’ordre de sa séquence de fabrication et à un instant bien précis. "Il s’agit d’une compétence dont Plastic Omnium  ne disposait pas jusqu’à lors" indique Jean-Michel Szczerba. Mais cela ne suffit pas pour imaginer que Plastic Omnium, fort d’une marge opérationnelle de 10 % au premier semestre, se renforce dans une activité offrant 3 % de marge. Jean-Michel Szczerba livre une bonne part de l’explication : "En plus des modules avant, nous pouvons imaginer demain des modules arrière et des modules de toit". Une marge plus faible que celle des pures activités de production soit, mais un périmètre de marché qui pourrait potentiellement tripler à moyen terme, voilà qui se tient !

Et Plastic Omnium va adapter son organisation pour tenir compte de deux domaines aux approches industrielles, aux besoins de capitaux et aux niveaux de rentabilité forts différents : Plastic Omnium Industries comprend les activités de production existant jusqu’à présent, avec leurs investissements élevés et leurs cycles longs. La nouvelle entité Plastic Omnium Modules comprend HBPO, ses activités d’assemblage et ses faibles capitaux employés.

Au cours du premier semestre 2018, Plastic Omnium a réalisé un chiffre d’affaires de 3,82 milliards d’euros alors que le chiffre d’affaires consolidé, hors co-entreprises et après cession de la division Environnement, s’est élevé à 3,189 milliards d’euros, soit une hausse de 4,6 % à périmètre et taux change constants. La marge opérationnelle a atteint 323 millions, soit 10,2 % du chiffre d’affaires consolidé. Plastic Omnium retrouve un niveau de rentabilité à deux chiffres, ce qui traduit l’intégration et la rapide remise à niveau des activités de composants extérieurs de Faurecia acquises il y a deux ans. Dans ce domaine, Plastic Omnium a deux ans d’avance sur ses propres prévisions. Cette bonne santé financière constitue l’élément clé de liberté qui constitue la clé de la stratégie de Plastic Omnium. "Le challenge est de pouvoir investir 8,5 % en R&D sans abaisser le cash flow libre" ajoute Jean-Michel Szczerba. celui-ci a atteint 109 millions d’euros au premier semestre.
Bertrand Gay

Partagez cet article :

Réactions


Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017