Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 26/10/2018

Premier bénéfice Tesla : une bonne nouvelle qui ne lève pas tous les doutes

La chronique de Bertrand Rakoto, analyste indépendant dans l’intelligence de marché. Après plusieurs années dans l’automobile, entre autres chez RL Polk, et après avoir eu un cabinet d’analyse en France (D3 intelligence) il est désormais basé aux Etats-Unis où il poursuit son activité depuis Detroit.

L’annonce a été faite ce mercredi, après la clôture des cours à New-York. Alors que les analystes financiers s’attendaient à 15 cents de perte par part, Tesla a annoncé un bénéfice net de 312 millions de dollars sur le trimestre et un dividende de 2,90 dollars par action sur la même période.

C’est une bonne nouvelle mais, de la même façon qu’il ne fallait pas enterrer Tesla ces derniers mois, il ne faut pas non plus céder à l’enthousiasme à la première annonce d’un bénéfice trimestriel.
Tesla a encore beaucoup à parcourir et à prouver avant de pouvoir s’établir comme bénéficiaire sur le long terme. Les comptes ont tardé car les en-cours sont tellement nombreux qu’il est difficile d’y voir clair. Tesla pourrait bénéficier d’un moment de calme du fait de dépenses réduites en prévision de dépenses conséquentes ainsi que du complément apporté par le bénéfice d’un nombre de livraison (56 065) supérieur à celui des productions (53 239) pour la Model 3.

Il convient de rester sur la réserve
Cette bonne nouvelle est plutôt inattendue au moment où le constructeur peine toujours autant à stabiliser ses cadences de production dont la hausse reste erratique et le volume irrégulier. Il en résulte un niveau de qualité toujours très discutable. Les proportions de véhicules nécessitant une reprise en sortie de chaîne pour cause de défaut de qualité restent encore élevées. Il en résulte des livraisons de véhicules avec des rabais ou des factures à régler pour le constructeur afin d’effectuer des remises en état.
Par ailleurs, les livraisons elles-mêmes posent problème et nécessitent la mobilisation des employés issus des bureaux pour en organiser la logistique et les réaliser. Un rythme qui ne peut être qu’exceptionnel, particulièrement dans une société victime d’hémorragies de cadres à tous les niveaux.
La culture de Tesla doit évoluer de celle d’une start-up centrée autour d’un patron à celle d’une grande entreprise.

Par ailleurs, les bénéfices arrivent à quelques semaines d’échéances importantes puisque Tesla doit s’acquitter de créances pour un montant de 230 millions de dollars lors du trimestre en cours. A cela vient s’ajouter le problème des récentes taxes douanières qui vont impacter négativement les comptes comme le reconnaît le constructeur.
En Chine, Tesla aurait récemment signé un accord pour un terrain dans la région de Shanghai afin d’y installer une nouvelle usine de production afin de contourner ces barrières douanières. Mais la construction d’une telle usine va nécessiter un investissement de 2 milliards de dollars que Tesla va devoir trouver auprès d’investisseurs.
Le constructeur n’a pas d’autre choix que d’étendre sa production pour poursuivre sa croissance mais sa capacité d’investissement limitée et sa production encore instable soulèvent de nombreux doutes sur sa capacité à pouvoir réaliser cette expansion.

Enfin, des investissements supplémentaires doivent être accordés pour déployer le réseau de distribution et d’entretien ainsi que pour développer de nouveaux produits. Le poids lourd n’a toujours pas de date ni de lieu de production, la Model S va sur ses 6 ans.
Si les marges s’améliorent sur les Model S et X c’est aussi parce qu’il y a un effet cannibalisation avec les versions hautes de la Model 3 qui pousse les deux véhicules vers les versions les plus coûteuses parfois avec la nécessité d’accorder des rabais. Une situation que Tesla doit éviter à tout prix car des tarifs élevés sont synonymes d’une capacité de marché restreinte du fait d’une population moins nombreuse et d’une concurrence en plein déploiement.
Dans quelques mois, la Model S devra faire face à la Porsche Taycan qui dispose d’un réseau mondialement étendu et d’un certain savoir-faire en termes de productions et de qualité.

Qualité et après-vente toujours problématiques
La qualité n’est toujours pas au rendez-vous et cela risque de faire exploser les coûts de garantie dans les mois et les années à venir. Quelques heures avant la révélation des résultats trimestriels, le mécontentement des clients s’est fait connaître à travers l’annonce de la dégringolade de la marque dans le classement plutôt influent de Consumer Reports où Tesla termine 27ème sur 29 comptabilisées.
Les attentes des clients sont élevées et la qualité n’est toujours pas au rendez-vous. Malheureusement, sans une production maîtrisée et des mises à jour produit rapides, les problèmes pourraient persister. La politique en matière de garantie n’est plus à la hauteur car les délais s’allongent et la grogne monte malgré une prise en charge plus importante que chez bien des concurrents. Mais cette prise en charge est une obligation plus qu’un choix car un jeune constructeur est nécessairement soumis à une amélioration continue qui oblige à des efforts supplémentaires pour éviter de voir les clients s’éloigner et détruire la réputation de la marque.

Ensuite, Tesla n’a toujours pas de politique aftermarket et affiche des prix de vente prohibitifs pour ses pièces détachées. Cela mène à deux conséquences majeures. D’une part, les assurances grimpent en flèche car la moindre réparation chiffre vite et les assureurs sont régulièrement contraints de rembourser les clients de la totalité de la valeur du véhicule à la suite d’accidents mineurs. D’autre part, le marché de la pièce d’occasion explose, que ce soit pour ceux qui ont fait de leur hobby l’achat et le démontage d’épave ou bien, dans le pire des cas, en faisant augmenter le nombre de vols afin de désosser des véhicules.

Changement de ton perceptible pour Elon Musk
Terminé l’euphorie pour le P-DG. A force de tutoyer les limites de l’acceptable il s’est pris les pieds dans le tapis et a perdu son fauteuil de Chairman. Dans ses dernières communications il est apparu plus posé et moins provocateur. Un changement de ton nécessaire et attendu.

Plus surprenant, Tesla a décidé de cesser la communication autour de l’Autopilot, le système d’aide à la conduite. Les excès de langages de la marque ont conduit à de la confusion, certains clients s’imaginant qu’il s’agissait d’un système de conduite autonome alors qu’il ne s’agit que d’une assistance à la conduite. L’option a même été retirée pour les propriétaires qui ne se sont pas servis du système durant ces deux dernières années. Mais une telle décision a certainement des implications légales puisque cela engage la marque de deux façons.
Premièrement, certains notent la remise en cause de la propriété du véhicule. Dans la vie d’un véhicule moins de la moitié des fonctions sont utilisées au moins une fois. Mais le client est libre de se servir ou non d’une option qu’il a fait le choix de payer. En retirant la fonctionnalité, Tesla dépossède le propriétaire d’un équipement qu’il a payé.
Deuxièmement, il faut se souvenir que l’entreprise est sous le coup d’une enquête du département de la justice et un tel pas en arrière pourrait être vue comme l’anticipation d’un problème légal plus profond qu’une simple confusion dans la communication sur la réalité de cette assistance à la conduite.

La route est longue et Tesla a besoin de beaucoup d’argent frais
Vous l’aurez compris, Tesla va mieux mais n’est pas sorti de l’ornière. Que ce bénéfice soit réel et mérité eu égard aux efforts consentis par les employés est fort probable. Mais il ne faut pas être un génie pour savoir que la comptabilité peut parfois être assez créative.
L’histoire des entreprises est jonchée de redressements miraculeux ou de déboires malheureux qui ont pu bénéficier de l’agilité de quelques virtuoses des comptes en T ou être victimes de prestidigitateurs du compte de résultat. Il ne s’agit pas du premier trimestre positif de Tesla mais pour la première fois celui-ci serait organique, comprendre dû à l’exploitation courante de l’entreprise.
Pour autant il serait malvenu de se reposer et de fêter une bataille quand le combat pour construire cette entreprise s’annonce long. En juin, il était question de plus de 45 000 employés pour produire cette année autour de 250 000 véhicules. Suite aux annonces de licenciement, ce nombre devrait être revu à la baisse dans les mois qui viennent. Mais, à titre de comparaison, Subaru produit plus d’un million de véhicules annuellement avec une gamme plus étendue et seulement 15 000 employés. Il convient de savoir remettre les choses en perspective, ce que les analystes et les fonds pariant sur Tesla ont tendance à oublier. Pour mémoire, ils sont issus plus souvent des marchés technologiques et ont peu de repères quant aux métriques de l’automobile.

Les doutes sur le marché des véhicule électriques sont nombreux. La demande est faible et fortement influencée par les aides. La technologie actuelle de batteries peine à régler le problème du temps de charge, il faut attendre de nouvelles générations de semi-conducteurs pour peut-être voir émerger des solutions plus viables. Le bilan environnemental semble de plus en plus curieux car les véhicules électriques déplacent la pollution plus qu’ils n’apportent une solution à l’échelle planétaire. Le contexte est donc plutôt à prendre l’information comme positive mais il faut absolument rester humble car le bilan annuel restera malgré tout négatif.
Bertrand Rakoto

Partagez cet article :

Réactions

C’est pour quand la Tesla a 30000$ car la trois est à 50000$?
alain boise, Le vendredi 26 octobre 2018

@alain boise: la Model 3 à 35,000$ est pour dans 4 à 6 mois dixit Elon M.
Arnaud C., Le vendredi 26 octobre 2018

Excellent article, bien argumenté et éloigné des extrêmes, qui met en perspective Tesla en particulier et le VE en général.
Luis Lozano, Le vendredi 26 octobre 2018

Aucun danger si Tesla échoue...mais cela devient dangereux pour les concurrents de Tesla s'ils arrivent à redresser la barre...(il faut aussi arriver à enlever la capacité de Trump à nuire au commerce international). Faisons des paris.
Je ne suis pas convaincu que Porsche puisse faire une concurrence significative à Tesla s'ils redressent la barre.
Ce ne sera jamais la même voiture...et les américains sont nationalistes comme les allemands chez eux...mais ceux-ci achètent des...Tesla n'empêche.
Dans le stricte domaine des VE aucun concurrent de Tesla est à la hauteur de commercialiser pour le moment autant de véhicules et avoir la NOTORIÉTÉ mondiale de Tesla dans le domaine.
Cette notoriété est acquise et dans le monde personne peut frimer (sans bling-bling) autant qu'un gars au volant d'une Tesla.
Vous ne pouvez qu'être jaloux, avoir du dépit et faire semblant de ne pas voir...à moins que je soit payé grassement par ma boite qui fait des voitures...les miennes sont forcément les meilleurs du monde!
Mais au fait et en conclusion une voiture sur quatre pneus, vous mettez le contact et elle roule...et ceci est vrai dan n'importe quel endroit du monde !
Pensez-y et tout cela n'est qu'une querelle de petits riches !
Les moyens technologiques pour faire un bon VE existent et tout constructeur idoine peut le faire...alors dites-moi pourquoi au Salon de l'Auto (et en dépit de toutes les difficultés de Tesla) ce fut la Tesla 3 qui a suscité le plus d'ENVIE;
PERSONNE au salon et je suis sûr n'aurait refuser de partir avec cette Tesla 3...et finalement ceci est grave et super chiant pour un constructeur concurrent dans le domaine.
Réfléchissez bien au "piège" psychologique que le patron de Tesla à tendu au conducteur moyen, en faisant une voiture de taille MOYENNE pour le plus grand monde et qui a un peu de pognon devant lui.
Vous gagnez au Loto et vous vous achetez une super sportive...au bout d'une seconde l'homme de la rue passe à autre chose...là c'est l'engouement général.
Au fait le Sieur Musk m’énerve au plus au point, mais des fois différemment de vous.
Jo Duchene, Le vendredi 26 octobre 2018

Cher Jo, on ne vous entend pas beaucoup sur la non-fiabilité des Tesla, vous qui en faites l'alpha et l'omega.
Vous dîtes que Porsche n'arrivera pas à rivaliser avec Tesla aux Etats-Unis pour deux raisons principales : le chauvinisme des Américains et la notoriété de Tesla vs celle de Porsche.
Parlons-en du chauvinisme des Américains ; ils achètent énormément de voitures allemandes (BMW produit les plupart des Séries X sur le sol américain) avec des Mercedes, BMW et Audi qui se vendent bien mieux que Cadillac ou Lincoln.
Quant à la notoriété de Porsche, elle est évidemment mondiale mais elle est immense aux Etats-Unis et ce depuis des années et des années. Pas un seul Américain ne connaît pas cette marque.
James Dean ne s'est pas tué en Tesla !
Porsche s'appuie depuis longtemps sur le groupe VW qui a un pouvoir de frappe autrement plus puissant que celui de Tesla. Bertrand a raison, Tesla n'est définitivement pas sorti de l'ornière.
Ceci dit je souhaite de la réussite aux deux marques, et à toutes celles qui s'engageront dans cette lutte sans merci, comme Jaguar p.e. (best brand of the word, à mon avis).
Bruno HAAS, Le vendredi 26 octobre 2018

world, of course
Bruno HAAS, Le vendredi 26 octobre 2018

Bruno vous aimez autant exagérer que moi.
Justement parce qu’un américain est nationaliste et pas seulement vous n’aurez pas un seul pour croire à ce que vous dites sur Cadillac. Il va vous dire que le nombre de Cadillac produites sur son sol n’a rien á voir avec la production de BMW et autres allemandes dans l’histoire de leur production auto...et des clubs Cadillac sont plus nombreux aus US que clubs Porsche ( même si c’est le plus important du monde).
Je sourris quand j’entends que les voitures étrangères font un tabac aux US et taillent des croupières aux marques américaines. Nous oublions les asiatiques qui nous dépassent largement en ventes aux US.
Les usines BMW aux US fabriquent largement pour exporter et surtout en Chine.
Jo Duchene, Le vendredi 26 octobre 2018

Concernant la non-fiabilité de Tesla... je vais attendre que cela s’améliore ou qu’ils disparaissent... et depuis vingt ans je ne crois qu’à la fiabilité de mes hybrides et je suis passé par là en les utilisant... et de toute manière je ne crois pas une seconde aussi à la fiabilité des BMW mais si je fais un coup de fric je courre m’acheter une i8 récente, tout en sachant que si je suis hors garantie avec une panne de batterie, qu’elle va me couter les yeux de la tête car c’est une pièce exclusive hyper chére
et monopole de BMW ... et vous pouvez dire plus tard que c’est bien fait pour ma pomme et pas de pitié je suis riche et excentrique
Jo Duchene, Le vendredi 26 octobre 2018

En attendant voici des bonnes nouvelles encore ( je l’avais promis) et promis aussi de dire du bien ( jusqu’à quand?) de notre Carlos Goshn national ( longue vie au timonier) car il semble qu’il fait ce qu’il promet !
Je suis au Bois de Vincennes et devant moi je vois une superbe ZOE neuve ou reconditionnée et avec de superbes jantes ( pas un gramme de poussière dessus) garée sur un emplacement Autolib en attendant son client locataire et il n’y a pas de doute c’est marqué dessus: Moov’in. paris.
Carlos désormais mon pote ( j’ai eu des nombreuses Rinau et de grands souvenirs de coude á la portière au bord de la mer avec un cab Rinau 18 ) je suis admiratif des promesses tenues!
Ne pas oublier que le client chez Renault qui à un contrat d’entretien est un roi chez lui. Achetez une Rinau en toute confiance et á la fin de votre contrat faites un don aux pauvres.
Quel classe vous aurez!
Jo Duchene, Le vendredi 26 octobre 2018

Vous avez corrigé, c’était un Renault 19 avec une superbe peinture bleue nuit... snif,snif !!
Jo Duchene, Le vendredi 26 octobre 2018

Encore une bonne nouvelle pour Bruno et les autres... lisez bien... une nouvelle 108 Pijot avec un moulin Toyota et une BVA avec un petit ajout de 600 euros, en plus elle est belle et pratique en quatre portes... que demande de plus le peuple... c’est la classe, et il ne vous reste plus qu’à partir à la chasse aux remises et dites aux commerciaux que c’est déjà Noël et il doit vous offrir l’extention de garantie.
Jo Duchene, Le vendredi 26 octobre 2018

Jo, et si vous alliez créer Autoduchêneactu.com et alliez faire vos commentaires interminables que personne lit dessus ?
;0)
Lucos, Le dimanche 28 octobre 2018



Organigrammes des constructeurs : pour savoir "qui fait quoi ?"
Les dernières évolutions dans les réseaux de vente et d'après-vente



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017