Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

Déjà inscrit ? Identifiez-vous pour
profiter pleinement d'autoactu.com
Recevez GRATUITEMENT chaque jour la lettre d'actualité d'autoactu.com
envoyer par email
Constructeurs - 04/11/2019

PSA et FCA se séparent de Faurecia et Comau et fusionnent à parité

Les deux entreprises PSA et FCA fusionneront pour créer un nouveau groupe qui sera détenu à parité par leurs actionnaires initiaux. Avant leur fusion, les deux entreprises procèderont à des ajustements en vue de constituer deux ensembles de valeur équivalente.

Selon les précisions données jeudi 31 octobre par les groupes PSA et FCA, la fusion des deux entreprises se fera à parité et la part de chacun des actionnaires actuels sera donc divisée par deux dans le nouveau groupe.
L’accord prévoit de neutraliser les droits de vote doubles existants qui pourront être reconstitués "après une période de détention de 3 ans après la fusion", précise le communiqué.
La holding de la famille Agnelli, Exor, possèdera donc 15% du nouveau groupe (28,98% actuellement), tandis que les trois actionnaires principaux de PSA, la famille Peugeot, l’Etat français (via Bpifrance Participations) et le chinois Dongfeng (DFG) en possèderont chacun un peu plus de 6,1% (12,23% actuellement).
L’accord prévoit une période d’incessibilité des participations d’Exor, de Bpifrance Participations et de la famille Peugeot pendant 3 ans après la fusion. Il est fait cependant une exception pour la famille Peugeot qui serait autorisée à augmenter sa part de 2,5% (pour la porter à 8,6%) "par acquisition d’actions auprès de Bpifrance Participations et DFG".

Avant la fusion des deux entreprises, leur périmètre sera réduit à leur activité automobile proprement dite, PSA cèdera les 46% du capital qu’il détient dans Faurecia et FCA cèdera l’entreprise de fabrication d’équipements industriels Comau, dont il est l’unique actionnaire.
Les cessions de Faurecia et Comau se feront par transfert de propriété aux actionnaires actuels de chacune des deux entreprises.
"La société mère néerlandaise de la nouvelle entité serait cotée sur les places financières d’Euronext (Paris), Borsa Italiana (Milan) et du New York Stock Exchange et continuerait de maintenir une présence importante dans les sièges opérationnels des deux groupes, en France, en Italie et aux Etats Unis."

Dans leur communication, les deux constructeurs ne présentent pas cette opération comme une "fusion entre égaux" bien qu’elle se fasse à 50/50. La composition du conseil d’administration du futur ensemble fait d'ailleurs pencher le leadership du côté de PSA. Il y aura en effet sur ses 11 membres (dont "la majorité des administrateurs serait indépendante") une répartition des nominations qui donne l’avantage au Français puisque 5 administrateurs seront nommés par FCA, dont John Elkann en tant que Président, et 6 par PSA, dont Carlos Tavares en tant que CEO. Ce sera lui le patron opérationnel du nouvel ensemble avec une nomination à ce poste pour une durée initiale de 5 ans.

Alors que les valorisations boursières des deux groupes avant l’annonce de leur rapprochement étaient de 19 milliards d’euros pour FCA et 21,2 milliards d’euros pour PSA (dont 2,65 milliards d’actions dans Faurecia), l’accord s’est fait avec une base de valorisation au sein de la nouvelle entité à deux tiers/un tiers en faveur de FCA.

C’est la raison pour laquelle, FCA distribuera à ses actionnaires avant la fusion un dividende exceptionnel de 5,5 milliards d’euros en plus de l’activité de Comau.
Cette valorisation supérieure de FCA vient de "la valeur importante de la présence de FCA en Amérique du Nord et sa position forte en Amérique Latine, y compris ses marges qui sont les meilleures du marché dans ces régions" ainsi que "la valeur ajoutée liée au potentiel de développement des marques haut de gamme Alfa Romeo et Maserati de FCA", précise le communiqué des deux constructeurs.

Les deux groupes ont estimé les synergies liées à leur fusion à 3,7 milliards d’euros par an dont 80% seraient atteintes à partir de la quatrième année. Le coût de réalisation de ces synergies (restructuration notamment) est estimé à 2,8 milliards d’euros.
Les deux groupes ont promis que la fusion se ferait sans fermetures d’usines ("Les synergies ne sont PAS basées sur la fermeture d'usines", insiste Mike Manley dans un mail aux salariés de FCA) mais très probablement pas sans réduction d’effectifs.
Les synergies seront obtenues grâce à "une affectation plus efficiente des investissements dans les plateformes de véhicules, les chaines de traction, les technologies et une capacité d’achats plus importante inhérente à la nouvelle dimension du groupe", précise leur communiqué.

Ce projet qui a obtenu de feur vert du conseil de surveillance de PSA et du conseil d’administration de Fiat Chrysler à l’unanimité ne devrait pas aboutir avant le deuxième semestre 2020. Les discussions se poursuivent désormais dans le but de "conclure un Memorandum of Understanding dans les prochaines semaines".
Sur la base des chiffres de 2018, le nouvel ensemble représenterait 8,7 millions de véhicules, un chiffre d’affaires consolidé de près de 170 milliards d’euros et un résultat opérationnel courant de plus de 11 milliards d’euros.
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Tavares acceptera t’il de signer le chèque de 500 Milions à Tesla?
Siègesocial qui quitte Londres pour la zhollande?
Donald laissera t’il la fusion se faire avec un gros Chinois à bord?
Gros dividendes pour les actionnaires de Fiât ...et Faurecia?
Enfin de l’action !!!
alain boise, Le lundi 04 novembre 2019

Eh oh...il faut dégrossir le scénario, là c'est trop confus !
...c'est vrai qu'on va manquer d'olives dans le Martini !
Jo Duchene, Le lundi 04 novembre 2019

…. PCA, l'actionnaire de référence, se sépare de Faurecia !
Dans un environnement de marché "difficile" quel « destin » ensuite pour Faurecia après avoir quitté le giron de PSA ?
… Rejoindre, au terme d'une OPA plus ou moins "gentille", le portefeuille d’un autre équipementier de « fort beau gabarit » disposant de cash disponible … ?
… Etablir une possible alliance avec un acteur du cluster 2 des équipementiers auto ?

… Dernier mouvement en date … Honda et Hitachi souhaitent fusionner leur leurs activités d'équipementier auto en constituant un acteur unique qui se situerait justement dans le "cluster 2" ...
ADEAIRIX , Le lundi 04 novembre 2019

Ca fait des années que le Gros Marcel aimerait fusionner avec Zézette mais ça achoppe sur les parts du zinc…
;0)
Luc Os, Le lundi 04 novembre 2019

50/50, vraiment ? Et Carlos va signer ça ??? Sans déc... faut vraiment qu'il en rêve de l'Amérique ! Mais attention aux lendemains qui (dé)-chantent. Je la sens pas l'affaire...
Sniper, Le lundi 04 novembre 2019

Ça devient lassant.
Vous le prenez vraiment pour un incapable ? Et apres tout ce qu'il a delà fait ??
Je vous dis qu'ils savent tres bien ce qu'il font (PSA et FCA) et que l'alliance doit se préparer à souffrir dans les années qui viennent en Europe.
;0)
Luc Os, Le lundi 04 novembre 2019

…. Ce qui est surtout intempestif c'est que le sujet ce sont les sorties de Faurecia et de Comau de PSA et FCA … Mais là pas grand chose en lien … !

Du coup … On ne va pas se "goinfrer" les "états d'âmes" (légitimes ou pas) sur le rapprochement FCA/PSA sur chacun des articles que produit autoactu sinon çà va vite devenir "roboratif" … Je crois qu'on a bien fait le tour maintenant sur le caractère casse cou de l'opération ? Nan … Si !
Au moins faites le dans le fil de l'article " PSA FCA à l'ombre de Sergio"

Merci pour eux !
;0)
ADEAIRIX , Le lundi 04 novembre 2019

un petit air de deja vu.... rachat par Peugeot de la division Chrysler Europe dans les années 70-80, .... resultat pas fameux (mort de 2 marques: Talbot et Simca et presque faillite de PSA) et la encore c etait un rachat total dc decisions plus faciles a prendre

Good luck! Les italiens ont mis beaucoup de gomina et ont bien polishé leur merguez pour que PSA se fasse enfler comme ca!
Ggg Ggggg, Le lundi 04 novembre 2019



Vivocaz, le carnet de santé virtuel de sa voiture
Le groupe Parot réorganise Zanzicar.fr pour restaurer sa rentabilité



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017