Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 11/04/2019

Suzuki dans le top 25 des déposants de brevets en France

Avec 79 brevets déposés à l'INPI, Suzuki Motor Corporation est entré l'année dernière dans le top 25 des déposants de brevets en France, devant Nissan et Plastic Omnium.

Le classement des premiers déposants de brevets en France change peu d’une année sur l’autre. Ainsi, en 2018 on retrouve dans le top 25 les mêmes entreprises qu’en 2017, dans un ordre quasiment inchangé, à une importante exception près : Suzuki Motor Corporation entre dans le top 25 des déposants de brevets en France, avec 79 brevets déposés. Le constructeur japonais est 24e exactement alors qu’il pointait à la 83e en 2017 et n’était jamais entré dans le top 50 depuis que ce classement est publié. Suzuki se positionne devant Nissan, qui fait pourtant un bond de la 59e à la 26e place en 2018 (avec 65 brevets), ainsi que devant Schneider Electric (63 brevets) et Plastic Omnium (58 brevets). 70% des demandes de brevets déposés par Suzuki étaient dans le domaine du "transport" et 30% dans celui des "moteurs, pompes et turbines", nous a précisé Anne-Laure Thomas Derepas, responsable de l’Observatoire de la propriété intellectuelle de l’INPI.
"Le transport est de très loin le domaine comptant le plus de dépôts de brevets en France, alors qu’il n’arrive qu’en 5e position au niveau européen, souligne-t-elle. Cela reflète le poids de nos deux constructeurs et des grands équipementiers dans notre industrie". Comme en 2017, Valeo est le premier déposant de brevets en France, avec 1 355 demandes (+22%), suivi de PSA au deuxième rang, avec 1 074 demandes publiées. Renault arrive 5e avec seulement 453 brevets. Un écart important qui peut s’expliquer par le choix opéré par les inventeurs de déposer dans les pays majeurs ou au niveau européen (pour couvrir alors une quarantaine de pays). "Ainsi, certains préfèrent se concentrer sur une protection par brevet français et brevet allemand, ce qui sera moins onéreux que la procédure européenne qui couvre une quarantaine de pays", indique notre interlocutrice.
A noter le fort recul cette année de Bosch qui n’a déposé "que" 114 brevets en 2018, soit 41% de moins qu’en 2017. Son compatriote Continental réduit aussi le nombre de ses dépôts, à 120 en 2018 (-14 %).
Cette année, l’INPI a voulu mettre en avant les ETI et PME innovantes et leur dédiant un classement. Parmi ses ETI se distinguent deux équipementiers : Trèves (28 brevets), qui se classe au second rang des ETI , derrière le groupe Soitec (semi-conducteurs), et entre dans le top 50 général, et Novares France (17 brevets). La société d’ingénierie moteur MCE 5 se classe pour sa part 7e des PME innovantes avec 7 brevets. L’entreprise exploite un portefeuille de plus de 250 brevets dans le monde qu’elle commercialise sous licence.
Xavier Champagne

Partagez cet article :

Réactions

Xavier vous êtes un redoutable "allumeur" !
D'abord vous éveillez notre attention avec un titre qui interpelle …
Suzuki motor dans le top 25 des "breveteurs" en France … Fichtre !
Mais l'article ne livre aucune précision sur les brevets déposés, j'imagine, dans les domaines "Auto Moto Bato" par "Suzuk"…
Halte au supplice d'un autre temps !
;0)
ADEAIRIX , Le jeudi 11 avril 2019



Le casse-tête de la mise en œuvre de la "Zone à faibles émissions" du Grand Paris
Vinod Dasari nommé PDG de Royal Enfield



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017