Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 04/05/2018

Tesla peut-il s’en sortir ?

La chronique de Bertrand Rakoto, analyste indépendant dans l’intelligence de marché. Après plusieurs années dans l’automobile, entre autres chez RL Polk, et après avoir eu un cabinet d’analyse en France (D3 intelligence) il est désormais basé aux Etats-Unis où il poursuit son activité depuis Detroit.

Tesla est un constructeur intéressant à plus d’un titre, le premier étant celui d’avoir su rendre la voiture électrique attirante en tant que produit. En effet, jusque-là, les constructeurs semblent avoir régulièrement confondu originalité et marginalité pour s’être toujours efforcés de faire des soucoupes volantes à roulettes ou des cubes avec des phares de remorque.

Il a fallu attendre Tesla pour voir naître une certaine émulation et l’arrivée des Bolt ou Zoé et prochainement des Porsche Mission E et autres BMW i. Le second intérêt de Tesla est d’avoir su prouver qu’une voiture correcte peut naître vite si elle est conçue par une équipe efficace, dédiée et sans le parasitage de process lourds et de cultures corporatistes désincarnées. Le troisième attrait de Tesla est son tour de force en s’imposant comme marque de luxe sans posséder ni passé ni histoire grâce à un storytelling fort et un greenwashing qui l’est encore plus. Enfin, le dernier intérêt de Tesla est d’avoir réussi à attirer autant d’investisseurs sans offrir la moindre perspective crédible de profitabilité. C’est peut-être d’ailleurs là que réside le seul et véritable intérêt de Tesla.

Des problèmes qui s’accumulent
Mais la médaille a son revers. Tesla a su adopter de nombreux travers avec une rapidité sans pareil. La culture de l’entreprise est très fragile et le passage de start-up à celui d’industrie a eu quelques conséquences. La montée en cadence ratée de la Model 3, les effets de manche et les diversions pour camoufler les manquements, les promesses non respectées et des retards systématiques sont autant de preuves que Tesla accumule les difficultés sans les surmonter. La vitrine du greenwashing se fissure face aux réalités environnementales de la voiture électrique (http://www.autoactu.com/la-strategie-tout-electrique-des-pouvoirs-publics---entre-inconsequence-et-incoherences.shtml) mais aussi face aux accusations et enquêtes liées à la pollution émise par l’usine de Fremont en Californie (https://www.sfchronicle.com/business/article/Tesla-touts-its-emissions-free-cars-Its-factory-12721363.php). Les menaces et les procès se multiplient (https://www.investopedia.com/news/tesla-ceo-misled-investors-says-shareholder-lawsuit/). Aujourd’hui, 28% des actions sont désormais aux mains d’investisseurs qui parient sur l’échec de l’entreprise. Tout semble vouloir indiquer que l’aventure pourrait rapidement tourner court.

Les difficultés rencontrées par l’entreprise sont nombreuses et la plupart étaient totalement prévisibles. En effet, l’ensemble des problèmes en amont de la mise en production de la Model 3 étaient facilement identifiables. Parmi les principaux soucis rencontrés, trois sont assez évidents. Premièrement, l’instabilité des prévisions n’a pas permis aux équipementiers mais aussi à Tesla lui-même de sécuriser les productions et les approvisionnements de pièces. Les premiers retards auraient mêmes eu tendance à réduire les prévisions, c’est un cercle vicieux. Deuxièmement, l’entreprise court après la trésorerie et a décidé de se passer de la pré-production et des pré-séries qui jouent pourtant un rôle majeur dans l’ajustement des pièces, des solutions techniques et des cadences. Les Model 3 produites sont mal ajustées, les cadences chaotiques et il semble que 90% des véhicules nécessitent des retouches en fin de chaîne. Les économies d’hier augmentent fortement les coûts d’aujourd’hui et ralentissent l’augmentation des revenus.

Une culture singulière mais toxique
La force de Tesla c’est la mentalité manichéenne attachée à la marque. Une approche entretenue par le management. Le dernier email de Musk aux employés de l’entreprise tente de remotiver tout en frôlant la propagande (https://electrek.co/2018/04/17/tesla-model-3-production-goal-6000-units-per-week/). On peut également lire en filigrane une opposition entre Tesla et le reste du monde. On est adorateur ou ennemi, la demi-teinte ne semble pas exister. On peut pourtant aimer l’automobile électrique sans aimer Tesla pour tout un tas de raisons diverses et variées ou rester parfaitement indifférent à la marque. Ces nuances ne semblent pas convaincre les adeptes de la marque. Cet embrigadement semble pourtant nécessaire pour avancer face aux faiblesses de plus en plus nombreuses dont la culture souffre. Les problèmes de racisme émergent, les rumeurs de licenciements pour empêcher une syndicalisation de l’entreprise se multiplient (https://www.tdg.ch/economie/tesla-aurait-licencie-salaries-prosyndicats/story/18280219).

La culture est caractérisée par une course en avant perpétuelle. Les problèmes, même identifiés, ne sont pas traités. Le management pousse à une marche forcée permanente tout en utilisant l’artifice du marketing opportuniste à chaque occasion où un défaut se présente pour tenter d’en faire un point de différenciation. Dans l’email de Musk, il est, entre autres, question des ajustements de panneaux dont les tolérances aujourd’hui ne seraient pas acceptable pour n’importe quelle autre marque. Mais à regarder de plus près, les tolérances sont discutables jusqu’aux points de soudures et, sans une refonte majeure des process de production et une meilleure formation des employés, il n’y aura pas d’amélioration possible. Cela nécessitera beaucoup de travail car l’usine est désormais sur-robotisée et surpeuplée avec près de 6 000 employés. Avec plus de moyens techniques et humains qu’à l’époque de NUMMI (qui avait au plus haut 5 400 personnes), Tesla peine à extraire plus de 120 000 véhicules annuels d’une usine qui en avait produit près de 430 000 en 2006 et en 2007.

Une inquiétude grandissante
Malgré l’apparente confiance de Musk dans sa communication, ses positions ont de quoi être inquiétantes. En effet, la kermesse du patron qui dort le long de la chaîne de production participe au culte de la personnalité mais la diversion tend à prouver que les problèmes profonds ne sont pas résolus. Ils doivent l’être par les nombreux techniciens et ingénieurs de Tesla dont les compétences ne sont pas moins nombreuses qu’ailleurs. L’entreprise doit améliorer sa culture dans les faits et pas seulement sur Twitter. Musk a admis avoir sous-estimé l’humain. Faut-il en déduire que la culture de son entreprise s’est trouvée désincarnée en moins de 15 années d’existence ?

Les analystes sont de plus en plus nombreux à parler d’une cessation de paiement ou d’une faillite dans les mois qui viennent, chiffres à l’appui. Une levée de fonds semble difficile dans le climat actuel et le principal moyen de poursuivre l’activité est de parvenir à augmenter la production pour vendre et générer des revenus. Mais les pertes par véhicules risquent au contraire d’augmenter les dettes malgré l’encaissement du produit des ventes. C’est une course contre la montre pour survivre et payer les factures. Tesla est contraint de limiter les ventes de Model 3 aux clients qui veulent un véhicule sur-équipé (panier moyen supérieur à $50,000) alors que les crédits d’impôts sont en passe d’être épuisés. Pour rappel, l’Etat américain offre aux acheteurs de VE un crédit d’impôt de $7,500 pour les 200 000 premiers véhicules électriques d’un constructeur.

Le Ponzi des prises de commandes de Model 3, de Roadster et de camion n’est plus suffisant pour assurer la suite. Malgré cela, Tesla pourrait révéler un nouveau modèle, une compacte ou un crossover (Model Y) pour enregistrer de nouvelles réservations. Mais le subterfuge risque de se voir. La perspective d’ouverture du marché chinois apporte un peu d’espoir dans un tableau qui se noircit. Par ailleurs, le soutien des fonds de pension sécurise pour le moment la situation. Pour eux, le potentiel compte plus que le réel. Et, lorsque l’on regarde la structure du bonus de Musk, il est permis de se demander si l’entreprise aurait un quelconque objectif de profitabilité. Le patron toucherait 50 milliards de dollars à l’issu d’un plan de croissance du capital visant à atteindre 650 milliards de dollars (http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/elon-musk-va-toucher-une-remuneration-de-56-milliards-de-dollars-1401437.html).

Une telle démarche tient plus dans la séduction des investisseurs que dans la profitabilité et la réussite de l’entreprise. On pourrait en venir à prendre Tesla pour une vitrine servant à réunir des investisseurs sur la promesse d’une capitalisation démesurée, sous couvert d’une activité de véhicules environnementaux, un subterfuge parfait. Dans ce contexte, les investisseurs éviteraient soigneusement que les actions n’atteignent le seuil de $200 que beaucoup de shorters se sont fixés en pariant contre Tesla. Dans cette hypothèse, l’entreprise ne pourrait survivre que si la couverture reste crédible. Et au-delà des problèmes de fonds qui peuvent trouver une issue, l’entreprise s’expose de plus en plus à des procédures légales engageant sa responsabilité. L’entreprise a récemment été exclue d’une enquête sur la mort d’un conducteur de Model X (https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-04-12/tesla-withdraws-from-ntsb-crash-probe-over-autopilot-data-flap). Par ailleurs, le système d’assistance à la conduite Autopilot est souvent montré du doigt faute de formation et d’information. Les conséquences pourraient se chiffrer en milliards et Tesla perdrait alors le soutien des investisseurs.

Quoi qu’il en soit, on ne peut douter de la volonté de Musk à changer d’échelle même si les méthodes ne semblent pas être les bonnes. En cas d’échec et de dévaluation soudaine, ne serait-ce qu’à 10% de sa valeur maximale, Tesla serait alors à la portée d’un nouvel investisseur capable de remettre à plat la production, voire faire du carry-accross avec d’autres modèles. Une hypothèse dans laquelle Musk empocherait tout de même entre 1 et 2 milliards, un lot de consolation que beaucoup jugeraient acceptable.
Bertrand Rakoto

Partagez cet article :

Réactions

En préambule 4 arguments favorables qui se résument finalement à un seul, fichtre diantre ...

La fin de la chronique, placée sous l'angle de la "gestion de risques" au niveau de la personne physique du dirigeant actuel de Tesla est assez savoureuse …!

Je ne sais si il faut ranger cela dans le cortège des problèmes en cours mais ces derniers jours est sortie l'info suivante :
La start up Nikola (motor) poursuit Tesla et réclame 2 milliards de dollars pour violation de brevets en lien avec la présentation du futur tracteur routier de TESLA …
Nikola qui attaque TESLA voilà une situation singulière sans me lancer dans des diagnostics psycho discutables ...😏
ADEAIRIX, Le vendredi 04 mai 2018

Tesla est devenu un sujet de conversation mondain, quand, à la fin des dîners, on prie le bourrin qui travaille dans l'automobile de dire ce qu'il en pense. Fort proche de celui de Bernard Rakoto, mon scandaleux avis négatif est aussi vieux que Tesla, et pourtant, malgré cet échec depuis toujours programmé, on continuera à prendre le bourrin qui travaille dans l'automobile pour un con.
Pierre l'Alpin, Le vendredi 04 mai 2018

Les articles de M Rakoto sont toujours ùn vrai délice,tout est dit oû presque,chiffres ,références,bref du Miel.
J'Adore Tesla et les trouve belles,des accélérations incroyables( j'en ai vendue une) et c'est le seul constructeur auto a avoir envoyé une de ses caisses sur Mars avec lâ radio a fond....ça en jette un peu .
Pour le commerce et l'entretien par contre c'est mortel,des temps de charge incroyablement long a cause d'une énorme batterie et une nuit ne suffit pas sur une prise 16A si vous étiez. Sec.
Je pense que Zoé ferait de même avec une telle batterie,l'article de M Champagne mettait le doigt sur l'absence d'entretien sur ùn VE quoiqu'en disent certains( moins 70%).
L'avenir de Tesla passera t'il par la Chine seule porte de sortie avec sa pollution record et l'interdiction des fumantes,le programme Nucleaire colossal qui se met en place plaide pour le VE .
En effet à quuoi sert de faire rouler un VE si c'est pour polluer au charbon lâ production d'électrons,tout plaide pour un rapprochement Chinois de Tesla.
Il est bluffant Elon et le projet Space X est fabuleux et ridiculise les lanceurs classiques,pour les aide de l'Etat US ça m'étonnerait que ça dure Donald n'est pas Marie Ségolène .
Quoiqu'il arrive l'on assiste à une des plus belle aventure de ce debut de siecle electrique!
alain boise, Le vendredi 04 mai 2018

Un deuxième Mars et ça repart ?
;-)
clerion, Le vendredi 04 mai 2018

Cela me rappelle Tucker avec le beau rêve américain qui tourne au cauchemar...
A chacun son métier : start-up et industrie de production série sont des métiers bien différents...
clerion, Le vendredi 04 mai 2018

Tucker !!!
Clérion, vous me l'arrachez du clavier.
jean-marie méchin, Le vendredi 04 mai 2018

je suis complètement d'accord avec Pierre. Qu'est-ce qu'on a pu se faire mépriser quand on disait dans ces fichus diners que çà allait durer ce que ça allait durer !...nous, les pauvres cons, dinosaures représentants de vieilles enseignes vouées à l'échec, et qui n'avions rien compris.

Le coup de grâce va être vite porté par Mercedes-Benz, Porsche, Audi et BMW qui proposeront sous peu des produits de qualité pas seulement perçue, soutenus par un réseau, auréolés par une Histoire, bénéficiant d'une future valeur de reprise ... tiens, au fait, combien pour la reprise d'une Model S dans quelques mois, après la funeste annonce de la chute de la cabane sur le Chien ?
il y en a qui vont moins rigoler dans les dîners en ville ...

j'avais aussi pensé à Tucker .. j'adore l'espace dédié devant la banquette avant pour pouvoir se "réfugier" en cas de choc !!!

Terminus Envisageable Sans Larmes ni Acclamations ... ?
Celà ne me rendra pas triste ... une auto sans tableau de bord, sans moteur et qui finalement ressemble à ... une auto comme les autres !
Les délires fusées / radio à fond soulèvent moins d'admiration chez moi que Feu notre Concorde et bien d'autres choses ... utiles.


Léonardo, Le vendredi 04 mai 2018

Tout le monde se trompe...Tesla ne va pas disparaitre, et on s'en fout que ce soit E.Musk ou un autre le patron qui prendra la suite...et en tout cas il ramassera ses deux milliards comme il a fait pour la vente de PayPal.
A moins de le dépouiller totalement de ses autres joujoux...et il va falloir payer très, très cher pour se débarrasser de lui.
Des zozos riches s'amusent à faire les gros bras en bourse pour faire pencher la balance d'un coté ou de l'autre et ce genre de folklore va faire parler les BFM du monde entier.
En tout cas il y a ceux qui ont déjà une Tesla dans leur garage et les autres qui bavent de jalousie et de dépit.
Quand on voit le panorama des caisses qui donnent aucune envie d'être dedans, tout ça va se terminer en voitures MacDo à la sauce chinoise...mais ABORDABLES...et c'est finalement le but...ne pas se ruiner, et passer à autre chose.
Jo Duchene, Le vendredi 04 mai 2018

Que cela vous déplaise ou non, Tesla a dépoussiéré l'Automobile d'une manière incroyable depuis 100 ans.

Et mis une gifle au passage aux Constructeurs historiques tels que Mercedes, Renault et consort.

Ils ont réussi à réinventer l'Automobile. Ils ont 10 ans d'avance sur les Constructeurs classiques. Nissan avec sa Leaf 2.0 n'arrive pas à la cheville de la Model 3, quelle déception, elle reste une voiture pour graviter autour de chez soi quand la Model 3 est capable de traverser l'Europe.

Ces voitures sont fabuleuses et encore une fois je vous invite à faire un tour, vous changerez d'avis en un clin d'oeil.

Alors que la sphère financière spécule encore et encore, malheureusement c'est le mal de notre société.

Tout n'est pas parfait bien sur et l'industrialisation à cadence élevée est semée d'embuche.

Reconnaissez tout de même que l'aventure Tesla depuis 10 ans est extraordinaire, la plupart des gens en prendront conscience dans 10 ans.

Vive Tesla !
BOISONS UN PEU !, Le vendredi 04 mai 2018

Qu'il est sympa Leonardo...qui croit encore que les allemands sont les plus forts et les plus géniaux, ils restent les plus gros margoulins et pipeauteurs de la planète...et cela ne date pas d'aujourd'hui...moi qui ai eu une première et dernière Mercedes j'ai déjà attendu à l'époque 7 (sept) mois pour avoir la livraison d'un misérable (mais bien dessiné) coupé 220 CDI avec un moteur amélioré de taxi et vers 50.000 km ce fut la Bérézina complète de PANNES de toute sorte...et je passais ma vie chez l'autre maquignon du 11 ème arrondissement de Paris.
Cela a été le cirque total, et tous les matins je leur mettais sous le nez mon contrat d'entretien intégral et mon avocat avec...qui les menaçais à Roquencourt le siège de Mercedes...et une zozote qui faisait semblant de s'occuper du service clients disait que le concessionnaire allait s'en occuper...mais il en avait marre...et en plus il ne m'avait pas vendu la caisse...il payait les pots cassée de l'incompétence de Mercedes et cela lui coutait cher en café et hôtesse dans son salon d'accueil.
Je n'ai jamais vu un valve EGR couter le prix de l'or, mais 2890 euros c'était un record à l'époque, et pour avoir attendu de la changer ce fut tout l'échappement qui est passé à leurs frais.
Quand même un coupé SLS moderne à portes papillon cela à de la gueule non, Leonardo ?
Jo Duchene, Le vendredi 04 mai 2018

Tout cela montre que :
1 - Les organisations lourdement bureaucratiques ont de gros inconvénients (incapacité de s'engager sur de nouveaux terrains), mais ne sont pas arrivées par hasard ou par un quelconque complot ourdi par quelque ennemi du progrès ou de l'industrie automobile. Ce sont elles qui ont inventé les procédures permettant d'échapper à ces problèmes d'organisation et de qualité. Certes, l'évolution naturelle des choses a sans doute poussé cela trop loin (voir en particulier le cas Nissan de 1999, où cela s'est terminé par une semi-perte d'autonomie). Nombre de grands constructeurs opèrent un réajustement, voire une révolution salutaire. Mais cela ne peut être réussi qu'en ne jetant pas le bébé avec l'eau du bain. Le contenu des conférences de Bernard Jullien, il y a quelques mois, sur le cas Renault Kwid est fort intéressant de ce point de vue.
2 - Intéressant aussi le point 3 sur le développement d'une marque Premium. On pensait que le temps (et l'argent) mis par Lexus, Acura ou Infiniti pour se faire reconnaître comme Premium était un passage obligé. On peut toujours réviser son point de vue donc, à la lumière du cas Tesla. Le premium, c'est avant tout une question d'image, qui peut être acquise autrement que par une Histoire (dans story telling, il y a aussi le mot "histoire").
3 - Le point concernant l'attrait des investisseurs n'a rien de particulier au secteur automobile ... c'est le fait de présenter Tesla comme une start up (quel que soit le secteur) qui a compté. Là aussi, "story telling" ! ... ce n'est pas le contenu qui compte, mais la représentation que s'en font ceux à qui le message s'adresse ! ... mais la qualité du contenu finit toujours par ressurgir, après un certain temps.

Tesla aurait réussi dans une activité totalement nouvelle. L'automobile, même électrique, n'était pas un terrain suffisamment vierge pour lui.

Il se trouvera bien un chinois pour racheter tout ça. Il y trouvera nom, technologie et design. Les coûts et les volumes chinois feront le reste. Ça vaut bien les quelques milliards qu'il y mettra !
Louis-Jean Hollebecq, Le vendredi 04 mai 2018

Le GMPE+Battery-Pack des Tesla S&X sont de toute beauté et a en effet bien 10 ans d'avance sur le reste de l'industrie Auto.
Par contre le reste est assez affligeant d'après les spécialistes des domaines qui ont pu les analyser (services analyse concurrence entre autres).
Une de mes connaissances qui a pu démonter une S m'a dit que c'était "cheap&durty" et surtout indigne d'une caisse @+100k€ !
La 3 semble ne pas avoir fait mieux malheureusement. Sa caisse serait plus lourde, complexe et coûteuse que celle de n'importe quel constructeur bien établi.
Le GMPE de la 3 semble être allé encore plus loin que celui de la S-X. Les rumeurs font état d'un moteur à reluctance épaulé par quelques aimants permanents afin d'en améliorer le rendement en régime stabilisé.
Il faut souhaiter à Tesla de réussir sa montée en cadence sur la 3, puis de corriger ses défauts de conception sur la future Y. Avec ou sans investisseur Chinois....Quoi qu'il advienne, Tesla aura marqué notre industrie.
Chr$, Le vendredi 04 mai 2018

En remerciant Léonardo, j'ajoute que je suis entièrement d'accord avec ses commentaires. Tesla n'est plus que l'image perdante de ces révolutions qui n'aboutissaient à rien et qui ont tant plu aux Français tant qu'elles ne leur demandait aucun effort. L'Histoire, ça compte, et on n'échappe pas à une logique industrielle. Les constructeurs allemands le savent, qui commencent à siffler la fin de la récré. Ou qui font semblant… Tesla n'a rien dépoussiéré, et surtout pas ses usines : elles sont en faillite.
Pierre l'Alpin, Le vendredi 04 mai 2018

C'est affligeant de voir les oeillères que certains portent sur les yeux.

Comme il est dit dans l'article, Tesla est clivant.
Pour autant les Allemands ont rien sifflé du tout et me font penser au Japonais des années 80. Copions ce qu"il se fait de mieux !
Ils sont à la ramasse totale, dois je rappeler que la S est sortie en 2013 soit 5 ans et toujours pas de concurrente allemande.
La seule qui pointe sont nez en 2019 est le eQuattro avec 95kW de batterie soit moins que la S.

Ouvrez les yeux ceux qui ont la critique facile, cela sent le conservatisme à plein nez, l'étroitesse d'esprit et surtout une résistance au changement totale !

Je pense également à ceux qui nous parlent des terres rares et qui pianotent toute la journée sur leur ordi, téléphone et tablette... quelle hypocrisie.

Je me marre d'avance quand on vous lira dans 1 an ou 2 et que vous nous expliquerez que Tesla a eu de la chance ou je ne sais quoi.

A bon entendeur,

Respirez, Souriez, cela va bien se passer !

BOISONS TOUJOURS, Le vendredi 04 mai 2018

Spéciale pour Pierre :

Posez votre popotin ds 1 S et vous comprendrez le coup de balai qu'à donner Tesla au Premium ds la façon de penser son véhicule :
Ouverture des poignées, juste géniale pourquoi ne pas y avoir penser avant.
Ecran géant avec toutes les fonctionnalités : faîtes coulisser le toit ouvrant juste en slidant l'écran de votre doigt.
Le manuel du conducteur directement consultable sur l'écran
L'autonomie
La gestion de la batterie
Les Performances
L'appli téléphone
...etc.

Allez si vous voulez je vous fais faire un tour !
boisons toujours et encore, Le vendredi 04 mai 2018

Bluffé par l'essai d'une Model S, G bien failli "succomber à la tentation". Deux éléments ont finalement retenu mon stylo sur le chéquier:

- le fait que pendant l'essai sur l'autoroute la vitesse était bridée électroniquement à 130 afin de ne pas trop écrêter l'histogramme d'autonomie.
- surtout la sortie de Toyota et de Daimler du capital de Tesla quelques jours avant ma"décision"...

Aucun regret....
albert, Le vendredi 04 mai 2018

Albert rassurez vous lâ Toyota elec arrive et cça và décoiffer......mais faudra toujours fabriquer des électrons et surtout recharger.
Pour l'histogramme ( c'est beau) mon pote Taxi ne fait pas lâ journee a force de taper dans la pedale,doit pas être beau le sien d'histoire qq chose.
En tout cas bravo Elon ,Géo trouvetout,Tintin,Tournesol etc etc Merci de nous faire rêver ,vite l'hyperloop pour aller au Vélodrome .....
21 ieme siecle electrique et Nucléaire.......
alain boise, Le vendredi 04 mai 2018

Elle est quand même bizarre et pas crédible à mes yeux cette réaction de l'internaute Albert..
Jamais j'y ai cru que la rentrée ou la sortie du capital d'une société et à moins de faire une OPA hostile pour en prendre la direction du CA, un actionnaire puisse changer le cour des choses en sa faveur.
Qu'est-ce que Toyota a avoir avec Daimler et aussi a un moment ou ces deux constructeurs étaient loin d'axer leurs recherches sur le VE...
Si on veut protéger en cas d'achat son investissement aujourd'hui en automobile il n'y a que comme assurance une longue garantie et c'est le cas de Tesla (huit ans) qui l'a toujours assumée elle même.
Cette histoire du bridage de la vitesse me fait sourire...et moi personnellement j'ai trouvé ridicule par exemple, chez BMW de payer 45.000 euros pou le VE i3 et qui en cas de défaut de charge d'être obligé de rouler (avec son petit moteur essence de moto, bricolage minable et cher) au maximum à 100 km/h sur les autoroutes et ceci avec des camions qui te pousse au cul. J'ai aussi fait l'essai.
Comment acheter aussi une hybride chez Audi ou le foutage de gueule est manifeste, à savoir deux ans de garantie maximum ou quatre payantes, mais pas plus de 160.000 km au compteur de toutes façons!
Tesla avec ces huit ans de garantie, faisait la même chose que Toyota avec sa Prius...et curieux j'ai acheté ma première Prius à cause de sa garantie de huit ans à l'époque.
Que le cher Albert cherche dans le dictionnaire la signification des deux mots "consommateur avisé" !
Jo Duchene, Le vendredi 04 mai 2018

Qu'on le veuille ou non Alain a raison (même si cela fait chier beaucoup de monde) notre siècle en cour sera nucléarisé (les russe font même des bateaux centrales nucléaires et une première mise à l'eau ces temps-ci à Mourmansk) et aussi électrique.
Une Toyota C-HR électrique va sortir (que je n’achèterais pas), mais je parie un caisse de champagne qu'elle aura une garantie pour sa batterie de huit ans.
Encore une fois les constructeurs allemands s’apprêtent a escroquer leurs clients de ce coté là avec leurs VE aux petites garanties minables.
Pas de problème et bravo, beaucoup seront d'accord pour se laisser faire.
Jo Duchene, Le vendredi 04 mai 2018

Merci Jo de m'adouber,en effet les Allemands sont dans une impasse car la production electrique intermittente ( éolien et solaire) ne tient qu'avec des subventions intenables conduisant à un prix de plus du double de mon Pays .
Si en plus lâ production était décarbonée mais non elle ( l'Allemagne) produit dix fois plus de CO2 que nous(electricity map),au fou,conduisant au pays le plus pollueur avec les Polonais en Europe.
Les écolos ont même imposés un panneau solaire sur la sonde Européenne Philaé,on a vu le resultat alors que la sonde Explorer émet toujours depuis 50 ans ( grace a sa mini centrale,incroyable non) .
Pour revenir au sujet oui Tesla a mis un coup de jeune,helas je ne pense pas que l'aventure industrielle dure longtemps,le cash est brûlé a lâ vitesse GRand V
alain boise, Le samedi 05 mai 2018

Alain n'escamote pas non plus le cas ou encore une autre centrale merde totalement (fusion du combustible) comme à Fukushima et alors t'auras le cul irradié pour des milliers d'années...et il a été envisagé par le gouvernement japonais d'évacuer Tokyo (et grâce au directeur de Fukushima cela a été évité) ...et s'il arrivait la même chose à la centrale près de Paris...tu peut toujours dire que c'est pas de pot...mais t'aurais des parisiens réfugiés dans ton jardin en Bretagne...et quand des gens vont te dire, dans un tel scénario, c'est bien fait pour ta gueule, tiens t'as qu'à ouvrir une soupe populaire et faire coucher les gens dans les bagnoles qui te reste.
Moi j'ai déjà une maison au soleil...mais à 1600 km d'ici. Désolé je n'ai pas de place pour toi là bas, mon pote.
Jo Duchene, Le samedi 05 mai 2018

Chef Jo rappelez moi le nombre de morts dus à la catastrophe de Fuki(0/1) parlez moi des 40000 deces dus au charbon en Europe.
Vous me parlez des déplacés ,lâ centrale de Nogent lâ plus proche de Paris est à plus de 100Kms,de quelle distance de Lâ centrale de Fuki l'accès est réglementé ,1 kms,2 ,5 10 ,30 oû 500Metres.
Vous me parlez d'un Danger et je vous parle de pollution tueuse,silicose,particules,smog etc etc,ùn déchet enterre na jamais tué qq ùn voyons.
Les Allemands que vous connaissez si bien à Munich vous ont ils parlé de leurs centrales Nucléaires qu'ils ont fait tourner à donf tout l'hiver,vous ont ils parlé aussi des dégâts q'occasionnent sur le matériel l'énergie intermittente ,à force de réguler les fluctuation de charges le matériel s'écroule pour garder la frequence
alain boise, Le samedi 05 mai 2018

Pars la peine de se fatiguer, j'ai compris...
Tenez, vous savez qui sont les ingénieurs dans le monde qui sont les plus méprisés et les moins bien payés...les ingénieurs de maintenance.
Nous chez nous ont est les plus beaux, les plus intelligents et les plus forts.
Nous en parlerons plus tard en bien ou en regrets,
Jo Duchene, Le samedi 05 mai 2018

Jo lâ plus vieille centrale au Monde est Suisse ,en avez vous déjà entendu parler?
alain boise, Le dimanche 06 mai 2018

Est-ce qu’il est indispensable de connaître personnellement le directeur de cette centrale qui figure dans la liste des centrales européennes !
Ils se démmerdent avec leur centrale...je suis à 1600 km de là !!!
Jo Duchene, Le dimanche 06 mai 2018



PSA travaille "très activement" sur un véhicule à hydrogène
RCI Bank and Services rassemble start-up et innovation au sein d’une direction des services de mobilité confiée à Alice Altemaire



Copyright © 2018 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017