Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Constructeurs - 11/03/2019

Toyota estime que la batterie est dans son cœur de métier

Contrairement à la quasi-totalité de ses concurrents, Toyota estime que la conception de la batterie est une compétence clé qu’il faut intégrer. Le constructeur va créer d’ici fin 2020 une coentreprise avec Panasonic dans laquelle il sera majoritaire. Les précisions avec Didier Leroy, vice-président exécutif de Toyota.

"Nous ne sommes pas chimistes, la batterie ne fait pas partie de notre cœur de métier", entend-on fréquemment dire les constructeurs. Avec la recherche des prix les plus bas, c’est l’une des raisons majeures qui explique la décision de la quasi-totalité d'entre eux de ne pas intégrer la fabrication de la batterie et de ne réaliser au mieux que l’assemblage des cellules.

Ce n’est pas le raisonnement de Toyota qui, à l’inverse de ses concurrents, tient le raisonnement suivant : "La batterie va représenter le cœur de la voiture et une partie non négligeable de la valeur ajoutée et donc du profit. Nous considérons que la R&D et la production de batteries doivent être une partie de notre core business et qu’il est extrêmement important de l’intégrer", nous a dit Didier Leroy, vice-président exécutif de Toyota, que nous avons rencontré au salon de Genève.
L’importance de la batterie dans les caractéristiques intrinsèques du véhicule est une autre raison qui plaide pour son intégration. "Les autres constructeurs disent "On l’achète ailleurs, c’est moins cher". Mais la batterie ce sera un élément clé pour le consommateur : la durabilité, la fiabilité et la qualité de la batterie seront des critères importants pour le futur. C’est pourquoi nous on l’intègre", ajoute Didier Leroy.
Cette décision a été murement réfléchie et a abouti à la décision du directoire de Toyota de créer une coentreprise avec Panasonic dont le constructeur aura le contrôle avec 51% du capital et Panasonic 49%. Toyota a cependant précisé que les deux entreprises se considéraient comme "partenaires égaux". Cette mise en commun de leurs savoir-faire doit permettre de "réaliser ce qui ne peut pas être réalisé par des entreprises individuelles".
Toutes les deux transfèreront au total 3 500 employés dans cette coentreprise. "Toutes les personnes qui travaillent sur la batterie chez Toyota nous les mettrons dans cette structure", a dit Didier Leroy.
Panasonic y transférera également du personnel travaillant sur le développement et l’ingénierie de production et apportera principalement quatre usines de fabrication (trois au Japon et une en Chine).
Le champ d’activité de cette entreprise couvrira l’ensemble du spectre : recherche, développement, ingénierie de production, fabrication, approvisionnement, réception des commandes ainsi que la gestion liée aux batteries prismatiques lithium-ion pour l’automobile, aux batteries à semi-conducteurs et aux batteries de nouvelle génération.
Avec cette nouvelle société, Toyota s’implique davantage que dans le cadre de sa filiale précédente avec Panasonic, Peve (Primearth EV Energy Co., Ltd.) qui produit les batteries nickel-metal hydride pour ces véhicules hybrides. Cette société, gérée par Panasonic poursuivra son activité.

Devenir le leader des batteries prismatiques
La nouvelle coentreprise (dont le nom n’a pas été communiqué) fabriquera des batteries lithium-ion d’ici un an et demi. L'entreprise sera spécialisée dans les batteries "à cellules prismatiques" (sous forme aplatie), tandis que Panasonic conservera la fabrication des batteries à "cellules cylindriques", plus classiques. La coentreprise sera également responsable du développement de la technologie de batteries solides.
Cette coentreprise doit permettre d’accélérer le développement puisque Toyota et Panasonic comptent coordonner leurs opérations dès la phase de planification et de conception des véhicules.
Toyota et Panasonic qui travaillent sur ce projet depuis décembre 2017 ont déjà "réussi à élaborer des batteries à haute capacité et haut rendement, extrêmement bien placées en termes de performance et de coûts", précise Toyota. 

Panasonic commercialisera les produits fabriqués par la coentreprise à différents constructeurs automobiles pour accélérer la baisse des coûts et obtenir des batteries compétitives. Des contrats auraient été signés avec des constructeurs dont l'identité n'a pas été communiqué.

La coentreprise vise la position de leader sur le marché des batteries prismatiques en termes de capacité de développement et de fabrication. Cette nouvelle société arrive au moment où la règlementaion CO2 en Europe précipite le développement des véhicules électriques dans les gammes de tous les constructeurs et laisse envisager une croissance importante de la demande de batterie de la part des constructeurs.

Toyota vise 1 million de véhicules électriques par an d'ici 2030
Investi depuis 1997 dans le développement de véhicules hybrides, technologie qu’il a inventée, le constructeur japonais en a déjà commercialisé 13 millions de véhicules.
De ce fait, il est un des rares à n’avoir toujours pas dévoilé sa stratégie véhicule électrique et à n’avoir pas d’offre sur le marché alors qu’il commercialise depuis 2014 un véhicule à pile à combustible hydrogène, la Mirai. On sait seulement qu'il a annoncé le lancement de 10 modèles électriques à batteries dans le monde d’ici au début des années 2020, en commençant par la Chine. D’autres marchés suivront, un lancement progressif étant prévu au Japon, en Inde, aux États-Unis et en Europe. 
D’ici à 2030, Toyota a l’intention de vendre plus de 5,5 millions de véhicules électrifiés par an, dont plus de 1 million de véhicules zéro émission (BEV, FCEV).
En outre, d’ici à 2025, chaque modèle de la gamme Toyota et Lexus vendu dans le monde sera soit directement un modèle électrifié, soit disponible avec une motorisation électrifiée. Pour ce faire, le groupe augmentera le nombre de modèles HEV, PHEV, BEV et FCEV et généralisera à tous ses modèles la disponibilité des motorisations HEV, PHEV et/ou VE. 
Florence Lagarde

Partagez cet article :

Réactions

Cela s'appelle de l'intégration verticale …?
On notera la sagesse de la démarche de Toyota qui "ne part pas de zéro" et choisit de s'allier avec un acteur majeur du secteur, Panasonic, en l'occurrence …
L'analyse de la valeur sur la composition d'un VE détermine ce choix, à priori, plutôt clairvoyant pour tenter de conserver la main ...

Effectivement … jusqu'ici Didier LEROY semblait "plus que tempéré" sur la pertinence du choix que constitue le VE "pur" en tant que vecteur de déplacement automobile grand public …
Mais déjà il y a les hybrides (rechargeables ou pas) qui embarquent des batteries, la Miraï et son équipement … De surcroît, désormais le VE semble faire partie du plan produits de Toyota …. Autant de bonnes raisons" …
Restera à s'assurer de l'approvisionnement en "terres rares et autres précieux ingrédients" dans de bonnes conditions … Financières, notamment.

Dans un autre registre cette approche présente des similitudes avec le choix opéré par PSA concernant la co entreprise constituée avec Nidec pour la fabrication de moteurs électriques …

A noter que PSA (encore !) prépare une offre orientée VUL donc BtoB concernant un véhicule à pile à combustible hydrogène … Les connaissances des équipes d'Opel ayant travaillé sur le sujet sous l'égide la GM et des proto présentés antérieurement par le groupe devraient aider PSA a présenter une offre pertinente rapidement ..


ADEAIRIX, Le lundi 11 mars 2019

"Le champ d’activité de cette entreprise couvrira l’ensemble du spectre : recherche, développement, ingénierie de production, fabrication, approvisionnement, réception des commandes ainsi que la gestion liée aux batteries prismatiques lithium-ion pour l’automobile, aux batteries à semi-conducteurs et aux batteries de nouvelle génération. "

L'ensemble du spectre sauf le recyclage…
Daz, Le lundi 11 mars 2019

Le recyclage est déjà organisé en local pour les fabricants d'hybrides et VE.
On ne va pas renvoyer les batteries mortes au japon..
;0)
Lucos, Le lundi 11 mars 2019

Oui, je pensais plus à l'amélioration du recyclage en fin de vie des batteries. C'est un sujet pour la R&D de ce type de coentreprise. Dommage de ne pas communiquer sur ce sujet si c'est dans les plans...
Daz, Le lundi 11 mars 2019

… Décidément les co entreprises ont le vent en poupe …!
Michelin (incluant Symbio) et Faurecia viennent de signer un protocole d'accord pour en créer pour développer, produire et commercialiser des systèmes de piles à hydrogène pour les véhicules légers, utilitaires et les poids lourds et d’autres domaines d’activité. … Quant on parlait de PSA et de son projet de PAC orienté VUL … Difficile de ne pas songer à un écosystème vu les proximités …
ADEAIRIX , Le lundi 11 mars 2019



Un tiers des ventes de Kia sera électrifié en 2020
Tesla décroche un prêt de plus de 520 millions de dollars pour son usine en Chine



Copyright © 2019 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017