Constructeurs - 01/11/2019

Fusion PSA/FCA : à Sochaux, les syndicats positifs mais vigilants

(AFP) - Les syndicats de l'usine PSA de Sochaux, plus grand site français du constructeur, réagissaient plutôt positivement jeudi à l'annonce d'une fusion avec Fiat-Chrysler, tout en réclamant des garanties sur le maintien de l'emploi en France.

Partagez cet article     

Cette mégafusion "met PSA à la hauteur des géants mondiaux que sont Volkswagen et Toyota", s'est réjoui auprès de l'AFP Patrick Michel, délégué FO et secrétaire du comité de groupe Monde de PSA.
"C'est aussi intéressant pour PSA d'avoir Fiat dans son giron parce que Fiat a besoin de moteurs pour respecter les nouvelles normes CO2 et il les a très peu aujourd'hui. Donc, cela va donner du travail à nos bureaux de conception et nos usines qui fabriquent des moteurs, notamment en France", estime-t-il.
"Mais on veut des garanties : le groupe PSA est aujourd'hui un groupe rentable, il se marie avec un autre groupe en bonne santé financière, il n'y a pas de raison que les salariés en pâtissent", ajoute-t-il.
Fort d'environ 7.500 salariés, auxquels il faut ajouter environ 2 500 intérimaires, le site de Sochaux reste le "navire amiral" du groupe en France.
"On veut aussi, pourquoi pas, pouvoir fabriquer des véhicules Fiat en France", insiste M. Michel.
Cette fusion "va ouvrir le marché américain, peut-être, mais a contrario on craint que le site européen de Fiat prenne la charge de travail des sites français", tempère le secrétaire général CGT du site de Sochaux, Jérôme Boussard.
"Par expérience, on sait [depuis le rachat d'Opel par PSA] que les fusions créent des doublons au niveau R&D. Actuellement, on pousse déjà les gens à partir du groupe", déplore-t-il.
Indépendamment de ce mariage, il note une "baisse inquiétante des salariés et beaucoup de recours aux précaires".
Pour l'usine d'Aulnay (Seine-Saint-Denis), "on disait "ça ne fermera jamais", et ça a fermé, on ne croit plus trop à ce que dit la direction".
Son collègue de la CFE-CGC, Laurent Wechsel, évoque un "effet d'échelle" intéressant pour PSA avec notamment des "gains sur la R&D", mais met en avant "deux points de vigilance" : la garantie de l'emploi en France et le mode de fonctionnement de la gouvernance.
Pour le porte-parole de l'Unsa François Guillerey aussi, cette fusion est synonyme "d'ouverture sur le marché américain et de mutualisation des coûts de recherche et développement dans le domaine des voitures électriques, hybrides voire à hydrogène".
M. Guillerey exprime en revanche ses craintes pour "les salariés des bureaux d'études et des services d'essai (2 000 emplois à Sochaux et 1 000 à Belchamp), inquiets pour leur avenir depuis le rachat d'Opel". "On ne connaît pas le dimensionnement ni la répartition à moyen terme des pôles d'études européens entre la région parisienne, Rüsselsheim (Allemagne), Sochaux et Belchamp", souligne-t-il.
AFP

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Citroën n'a jamais aussi peu produit en France qu'en 2018. La C5 aircross est la seule dans ce cas. Tavares aura un gros bonus

JL S, Le 01/11/2019 à 10:01

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 01/11/2019

PSA et FCA, comme un goût de déjà-vu

La chronique de Bertrand Rakoto, analyste indépendant dans l’intelligence de marché et auteur du livre "La désincarnation des grandes organisations". Après plusieurs années dans l’automobile, entre autres chez RL Polk, et après avoir eu un cabinet d’analyse en France (D3 intelligence) il est désormais basé aux Etats-Unis où il poursuit son activité depuis Détroit.

Analyse

Catégorie Constructeurs

PSA et les organisations syndicales s’entendent pour préparer la reprise

Ce mardi, le groupe PSA a signé avec 4 organisations syndicales un accord qui prévoit le protocole de sécurité préalable à une reprise d’activité dans les usines, l’organisation des congés d’été en fonction des commandes et les modalités du maintien de la rémunération à 100% pour ceux en chômage partiel.

08/04/2020