Recevez chaque jour la lettre
d'actualité d'autoactu.com :
Inscrivez-vous
GRATUITEMENT !

Déjà inscrit : connectez-vous

Statistiques

Offres d'emploi

Exclusif !

envoyer par email
Analyse - 15/11/2019

Un an après la chute de Carlos Ghosn où en est l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi ?

La chronique de Bertrand Rakoto, analyste indépendant dans l’intelligence de marché et auteur du livre "La désincarnation des grandes organisations". Après plusieurs années dans l’automobile, entre autres chez RL Polk, et après avoir eu un cabinet d’analyse en France (D3 intelligence) il est désormais basé aux Etats-Unis où il poursuit son activité depuis Détroit.

Cela fait un an cette semaine que Carlos Ghosn a été arrêté puis démis de ses fonctions chez Nissan, Mitsubishi et enfin Renault.

Depuis, il semble que l’Alliance perde beaucoup de temps dans les aspects politiques de l’affaire malgré les tentatives de nouvel élan engagées par Jean-Dominique Sénard pour redonner du sens à l’ensemble et à Renault en particulier.
Le départ récent de Thierry Bolloré, sacrificiel pour certains et stratégique pour d’autres, tend à prouver que les relations entre Nissan et Renault sont encore très sensibles et la diplomatie joue encore un rôle primordial.
L’ère Ghosn est difficile à oublier. Contrairement à Sergio Marchionne, Carlos Ghosn n’avait pas préparé de succession, au contraire, il avait soigneusement éloigné de l’Alliance tous ceux qui auraient pu y prétendre, Patrick Pelata, Andy Palmer, Carlos Tavares et, d’après les rumeurs, il s’apprêtait à en faire autant avec Hiroto Saikawa. Depuis, le ménage se poursuit, avec d’autres départs comme celui de Jose Munoz que certains voyaient comme l’un des potentiels successeurs de Carlos Ghosn au sein de l’Alliance.

Carlos Ghosn avait besoin de tenir à distance tout dauphin officiel ou officieux afin d’alimenter l’idée qu’il était incontournable à la survie de l’Alliance. Mais malgré cela, il a usé les patiences et cette position figure sans aucun doute parmi les raisons qui ont provoqué l’enquête menant à son arrestation.
Sa succession est désormais en place du côté Japonais. Il faut maintenant trouver la personne qui va remplacer Thierry Bolloré pour terminer le renouvellement à la direction générale de Renault. Pour le moment, Clotilde Delbos assure l’intérim.

Une trop grande concentration des pouvoirs
Le problème de l’absence de succession de Carlos Ghosn n’était pas le fait du hasard mais le fruit du calcul de l’ancien dirigeant. Il est donc peu surprenant de constater aujourd’hui les errances managériales qui caractérisent l’Alliance depuis maintenant un an.
Les efforts de Jean-Dominique Sénard sont vains tant que les renouvellements ne sont pas tous terminés. Mais cela prend du temps, trop longtemps même. En effet, la situation de Nissan se dégradait au moment où Carlos Ghosn a été placé en détention et personne n’a été en mesure de redresser la barre depuis.
Le plan stratégique précédemment mis en place par Carlos Ghosn poursuivait des objectifs de rentabilité mais surtout de taille car le dirigeant avait pour ambition de piloter le premier groupe automobile en taille.

Nissan s’est embourbé pendant de longs mois dans une crise dont il est difficile de sortir. Makoto Uchida a maintenant la lourde tâche de pouvoir opérer le redressement et donner une nouvelle dynamique à Nissan. Cependant, l’Alliance qui unit Nissan, Mitsubishi et Renault rend les trois groupes interdépendants et nécessite un certain niveau de concertation.
En effet, les politiques technologiques doivent être communes pour assurer leur efficacité d’autant que l’ingénierie, comme les achats ont été fusionnées. Aujourd’hui, les discours de Renault et de Nissan diffèrent quant à la conduite autonome et les ADAS. Le digital et les services connectés ont été décidés au niveau de l’Alliance. Il en est de même pour les plateformes et les moteurs. Il n’est donc pas certain que Nissan puisse avancer ses pions avant que Renault n’ait terminé de se restructurer.
Le départ de Thierry Bolloré a certainement permis d’apaiser les relations entre le constructeur japonais et le Français mais il faudra attendre la fin des enquêtes internes et des révélations sur les agissements de Carlos Ghosn puis la nomination officielle du nouveau DG de Renault pour pouvoir enfin ouvrir un nouveau chapitre dans l’histoire de l’Alliance.

L’urgence de déployer un plan
Une fois les nouvelles équipes en place, la première urgence sera de renouer le dialogue sur des bases saines pour solidifier l’ensemble industriel. Nissan est en pleine chute et prévoit de supprimer 12 500 postes. Le constructeur japonais a laissé entendre qu’il allait une nouvelle fois revoir ses dividendes à la baisse cette année. Un coup dur pour Renault dont une part non négligeable des résultats est due à sa participation dans Nissan. Voilà de quoi faire réfléchir également Renault qui a également besoin de rebondir et avancer pas lui-même sans compter sur Nissan.

Les cartes sont rebattues et les liens historiques qui unissaient Renault et Nissan sont remis en question.
L’Alliance a su évoluer en douceur au fil des années avec l’’ajout de Mitsubishi, Avtovaz et les accords menés avec Daimler.
Il faut s’attendre désormais à une Alliance 2.0, sans même parler de rééquilibrage des participations entre Renault et Nissan. Ce dernier point soulève encore quelques interrogations car les intérêts japonais veillent et la stratégie de renforcement national voulue par Shinzo Abe est toujours d’actualité.
L’annonce a également entraîné une chute des cours de Bourse pour les actions de Nissan et de Renault. En septembre l’action s’affichait à 58€ pour le Français, elle atteint à peine 45€ aujourd’hui. Mais le plus gros de la chute remonte à l’ère de Carlos Ghosn avec une action qui est passée de près de 98€ en mars 2018 à moins de 65€ en octobre 2018. Pour le Japonais, l’action a perdu 40% de sa valeur en passant de $22 en janvier 2018 à moins de $13 aujourd’hui, également avec une forte chute alors que Carlos Ghosn était encore Chairman.

Les deux principaux protagonistes de l’Alliance doivent donc renouer le dialogue pour déployer des plans convergents car il est difficile d’envisager deux plans totalement séparés tant les partages techniques sont importants. On sait Jean-Dominique Sénard volontaire sur le sujet mais le redressement de Renault est un sujet sensible.
L’Etat français est omniprésent comme on l’a vu lorsqu’il a fallu décider ou non un accord avec FCA. Le ménage à trois n’a jamais été simple à gérer mais maintenant Carlos Ghosn écarté, il est permis d’espérer que les relations seront plus simples et plus saines.
Nissan doit renforcer sa présence en Chine et en Amérique du Nord, Renault doit assurer la dynamique de ses positions en Europe, en Amérique Latine, au Moyen-Orient, en Russie et en Inde. Mais pour cela, il faut des moyens, des réseaux efficaces, une vision et donc des capitaux. La technologie ne fait pas tout et les deux groupes doivent offrir des modèles séduisants et en phase avec les différents marchés.

Redonner un sens à la stratégie des constructeurs et de l’Alliance
Il fait peu de doutes que l’Alliance saura traverser l’orage qu’elle subit depuis un an. Renault et Nissan sont liés financièrement, industriellement et technologiquement. Néanmoins les deux groupes ne peuvent pas être plus éloignés l’un de l’autre à l’heure où le secteur se consolide à travers des fusions, des acquisitions et des joint-ventures.
Ce n’est pas seulement le management, c’est aussi la culture de l’Alliance qu’il faut désormais changer. L’ensemble a subi plusieurs années de management centralisé où se mêlaient peur et pression. Il faut faire converger les visions françaises et japonaises pour renouer avec une certaine sérénité.
Les changements d’équipes dirigeantes sont un passage obligé pour opérer cette transformation culturelle. Il est impératif et urgent de retrouver une stratégie commune claire car l’Alliance est trop intégrée pour être démantelée et, après la fusion de FCA avec PSA, il ne reste plus beaucoup d’options pour tenter une croissance externe. Les deux constructeurs doivent se renforcer à travers des plans ambitieux mais réalistes pour assurer leur profitabilité et leur capitalisation afin de pouvoir investir et rester compétitifs dans un contexte de ralentissement de marché.
Bertrand Rakoto

Partagez cet article :

Réactions

Il en faut bien un ?

… La solution actuelle d’une direction collégiale (+-) animée par la DAF ne peut être que transitoire car la reprise en main nécessite du leadership, notamment … Trouver le bon candidat pour manager Renault ne sera pas chose aisée, comme déjà vu.

Y-a-t-il au sein de l’entité un ou des HPR en mesure de ? … n'auraient ils pas dû émerger ces derniers temps ? … Ceux qui gravitent du côté du point du jour ont peut-être une vision à cet égard

Idéalement, Il faudrait un « car guy » aux capacités très adaptatives (car la voiture de papa c’est un peu compromis…) doué de qualités managériales pour mener la transformation du losange…
Pas le mouton à 5 pattes mais quand même … On oublie Guillaume Pépy (galéjade !)
En cas de candidature, envoyer votre CV à la rédaction qui transmettra au pompier de service …

PS : comme déjà écrit, un des marqueurs d’un bon ou d’un « grand » patron, c’est justement cette faculté de mettre en place les conditions d’une bonne succession …Chacun appréciera ...
ADEAIRIX, Le vendredi 15 novembre 2019

Cher Alain, qu'est-ce que je vous disais hier à propos de vos appels à un retour à la tête de la Sainte Alliance de Carlos Ghosn ?

Quelques extraits de l'article de Bertrand Rakoto et mes commentaires :

"Carlos Ghosn n’avait pas préparé de succession, au contraire, il avait soigneusement éloigné de l’Alliance tous ceux qui auraient pu y prétendre". Il s'agit là de la faute majeure et originelle (comme le péché du même nom) d'un grand patron. On m'a toujours appris que la première des missions d'un Patron était de prévoir sa succession. Confère Edouard Michelin mort subitement, ça n'a pas mis la boîte cul par dessus tête. Idem pour Christophe de Margerie.

"Carlos Ghosn avait besoin de tenir à distance tout dauphin officiel ou officieux afin d’alimenter l’idée qu’il était incontournable à la survie de l’Alliance". J'en ai connu plein des "comme ça" dans ma carrière, mais comme chacun sait les incontournables remplissent les cimetières.

"il a usé les patiences et cette position figure sans aucun doute parmi les raisons qui ont provoqué l’enquête menant à son arrestation". C'est là que vous avez en partie raison car on pourrait parler de "complot" pour le dessouder. Sans doute que les Japonais - et une très grande partie du staff français - en avait ras-le-bol de son attitude arrogante et autoritaire (dictatoriale ?) qui le rendait "invirable", alors ils ont attaqué l'homme sur ses travers. "Coup d'état" réussi. La justice dira s'il a triché.

"la situation de Nissan se dégradait au moment où Carlos Ghosn a été placé en détention". Comme je vous le disais.

"car le dirigeant avait pour ambition de piloter le premier groupe automobile en taille".
Le péché par orgueil typique de la plupart des grands dirigeants de ce monde automobile qui leur fait faire bien des conneries (scandale du VWgate est un autre exemple). Cette manie de vouloir être le plus gros en volume est ridicule.

"Un coup dur pour Renault dont une part non négligeable des résultats est due à sa participation dans Nissan". Rappelez-vous mon histoire de la souris et de l’éléphant qui marchent dans la savane en soulevant beaucoup de poussière...

"Mais le plus gros de la chute [action Renault] remonte à l’ère de Carlos Ghosn".
"Pour le Japonais, [...] également avec une forte chute alors que Carlos Ghosn était encore Chairman". Comme je vous le disais.

Inutile de vous dire que je partage l'analyse factuelle de Bertrand Rakoto qui montre clairement que Carlos Ghosn était un très mauvais manager et que ça a coûté et coûtera encore fort cher à Renault (j'ai moins d'état d'âme pour Nissan, qu'ils me pardonnent).
Bruno HAAS, Le vendredi 15 novembre 2019

Le poste va se jouer entre Luc os et Jo....bonne chance à vous deux.....et que le meilleur gagne.
PS désolé Bruno bon profil mais votre amour du Solex a joué en votre défaveur
Adeairix bon profil aussi mais soupçons de dopage à la potion magique....
MARIE Ségolène peut être une Femme et qu’elle Femme à la tête de l’Alliance.....
Plus sérieusement vite un patron .....et qui parle Japonzis
alain boise, Le vendredi 15 novembre 2019

Merci pour votre post cher Alain, j'ai bien rigolé.
Pas mal le coup du Solex qui m'élimine de la compétition !
Bonne journée.

PS : je propose Lucos à la tête de la Sainte Alliance (il est Français et il connaît la gamme Nissan sur le bout des doigts) et Jo comme PDG-CEO-Chairman-Président de PSA-FCA car il connaît bien les Français (il habite Paris depuis plus de 50 ans), les Italiens (il a bossé chez Fiat) et les Américains (il a de la famille aux Etats-Unis).
Bruno HAAS, Le vendredi 15 novembre 2019

Eh oui c'est sur que Carlos Goshn mérite largement un zéro pointé en chet du management de la boite...et 19/20 en cost killer, mais il n'aurait pas dû sortir de ce poste !
Déjà lors de ses sorties en croquemitaine des espions aurait dû alerter les actionnaires...et l’État.
Il a écarté tout le monde sauf peut-être sa famille, qui ne rêvait que de...Versailles et de ses bals costumés ! Plus une sortie en Février pour le carnaval de Rio et un coup de pinard au pied des vielles pierres libanaises !
Bon il n'a pas mélangé des idées politiques douteuses comme Calvet avec les bagnoles qu'il fabriquait...mais Calvet est vite sorti du jeu.
Carlos il visait plus haut...et au fait dans les salaires bling-bling à l'américaine, comme qu'il fallait avoir le plus gros salaire pour être élu le plus grand capitaine de l’industrie auto !
Il m'a toujours fait rire, car quand il se voyait le roi des mangas japonaises il suffisait pour faire oublier aux japonais qu'il n'était qu'un "sale étranger envahisseur" (il y a un mot en japonais pour décrire cela).
Quand on est un "Dieu" de l’industrie au Japon, on ne tape pas dans la CAISSE, on en n'a pas besoin !!
Le patron de Toyota ne parade pas dans un énorme jet privé de la boite....et se contente de mettre la combinaison de course maison !
Eh Bruno...Carlos n'était même pas le fiston Ford numéro deux !!
Allez voir le film LE MANS 66....et laissons tomber la Sainte Alliance, ils ont besoin de nettoyer les poubelles de leurs cuisines.
N’oubliez jamais, plus on nettoie les poubelles moins il y a des mouches !
Attention c'est compliqué, car les mouches qui sont encore payées une fortune continueront de dire qu'elle n'aiment pas le menu de la cantine !
Alors en plus des menus en deux langues...
Une seule solution, le divorce...mais alors au revoir le Disneyland américain ! Les nouveaux enfants terribles (qu'on nous dit plus doués en management) ne vont pas arrêter de nous faire chier !

Jo Duchene, Le vendredi 15 novembre 2019

Cher Alain .. Merci de l'attention portée, .c'est presque sympa !
Potion magique ou pas (?) mon commentaire n'augurait en rien d'une candidature de ma part ... Si je puis dire je connais mes limites un peu ...
Bonne chasse !
;0)
ADEAIRIX, Le vendredi 15 novembre 2019

Merci bien pour cette proposition, mais je n'ai jamais passé la frontière de Boulogne sur Seine pour aller à Billancourt. Peur de me perdre dans l'inconnu…
Néanmoins si l'Alliance insiste..
1ère mesure : doubler mon salaire une fois en poste
2ème mesure : Vérifier que tout est prêt à Versailles pour mon intronisation
3ème mesure : virer tous le monde et embaucher tout Autoactu (Sauf Jo dont le destin nous portera donc à nous croiser au CCFA ou au Mondial)
4ème mesure : messe tous les dimanches, pour resserrer les cœurs autour d'un même dieu, le chef et à la chapelle de Versailles pour limiter les frais.
5ème mesure : lancer un vrai modèle commun pour resserrer et sceller l'alliance, genre Rennisshi ou Mitsannault, les mercateurs se demm.. avec ça
6ème mesure : arrêter le délire et retourner bosser…
Ben nan en fait c'est l'heure du déjeuner…
Bleu, le pavé SVP...
;0)
Luc Os, Le vendredi 15 novembre 2019

... c'est saignant ! ...façon de parler ..
Bon appétit...bien sûr
;0)
ADEAIRIX, Le vendredi 15 novembre 2019

Très mauvais casting...me concernant, car avec l'âge je me suis rendu compte que la richesse et la gloire c'est plus d'emmerdes qu'autre chose.
Si je suis riche à millions je me suis aperçu qu'on ne met jamais pas deux pantalons sur le cul ...deux montres au pogné (quoique le patron de Swatch le fait) et on ne conduit pas deux voitures au même temps.
Même très riche...la polygamie (ou comme disent les latins, deux bureaux) c'est une autre source d’emmerdes...et si la prostate passe par là...sachez que les docteurs sont les plus menteurs de la terre concernant ce sujet...et j'ai un fils médecin à New York...comme caution...!
Pire encore...nous regardons les femmes...elles nous observent...nuance. Un exemple:
Vous pouvez arriver au point ou vous arrivez avec des fleurs et dans leur tête c'est: qu'est-ce qu'il a à se faire pardonner ?
Et maintenant les jeunettes elles vous calculent.
Laissez tomber...et si vous voulez encore devenir CEO avec tout cela...vous avez votre banquier et vos avocats qui vous veulent du bien tous les jours !
Vous signez tout sans regarder, vous leur faites confiance, tant que vous avez pas les menottes et on ne vous traite pas d'enfoiré assoiffé d'argent.
Un de mes vieux patrons disant: mon chauffeur déplace plus ma Ferrari que moi je la conduit, et un coupé noir Mercedes 500 c'est mieux pour arriver plus discrètement.
Au fait combien de fois Carlos s'est mis au volant de la Nissan GTR qu'il a eu gratiTrès mauvais casting...me concernant, car avec l'âge je me suis rendu compte que la richesse et la gloire c'est plus d'emmerdes qu'autre chose.
Si je suis riche à millions je me suis aperçu qu'on ne met jamais pas deux pantalons sur le cul ...deux montres au pogné (quoique le patron de Swatch le fait) et on ne conduit pas deux voitures u même temps.
Même très riche...la polygamie (ou comme disent les latins, deux bureaux) c'est une autre source d’emmerdes...et si la prostate passe par là...sachez que les docteurs sont les plus menteurs de la terre concernant ce sujet...et j'ai un fils médecin à New York...comme caution...!
Pire encore...nous regardons les femmes...elles nous observent...nuance. Un exemple:
Vous pouvez arriver au point ou vous arrivez avec des fleurs et dans leur tête c'est: qu'est-ce qu'il a à se faire pardonner ?
Et maintenant les jeunettes elles nous calculent.
Laissez tomber...et si vous voulez encore devenir CEO avec tout cela...vous avez votre banquier et vos avocats qui vous veulent du bien tous les jours !
Un de mes vieux patrons disant: mon chauffeur déplace plus ma Ferrari que moi je la conduit, et un coupé noir Mercedes 500 c'est mieux pour arriver plus discrètement.
Au fait combien de fois Carlos s'est mis au volant de la Nissan GTR qu'il a eu gratos ?
Le pire c'est la confrontation avec les politique, qui gagnent une misère, et veulent une caisse statutaire ou une grosse remise sur une de vos bagnoles
Sachez et cela vient de tomber ce matin sous le fiel des média et en pâture justifié:
Ségolène Royal a demandé une grosse remise pour une Tesla et Musk lui a dit NIET ...
Musk a dit dans sa tête, grosse nouille, tu la recharge comment dans les pôles !
Que Luc Os sache et tout le monde aussi, que je n'irai jamais au CCFA ou au Mondial, car j'enverrai un espion, qui conduira ma voiture (une CH-R noir avec du cuir rouge intégral) et il me fera un rapport.
Ne vous fatiguez pas pour m'identifier, je la revend incessamment sous peu.
Dans trois jours elle aura un nouveau proprio chanceux, et qui dans l'avenir n'achètera pas autre chose.
Il vous restera le bal costumé à Versailles...mais sans être CEO vous pouvez réserver (deux ans à l'avance) pour le bal des débutantes de Strauss à Vienne.
Soyez indépendants et surtout pensez par vous même...et ne sortez pas votre carnet de chèques n'importe comment...et n'oubliez jamais que le plus beau jour de votre (petite) vie c'est quand vous achetez une caisse et le plus beau aussi c'est quand vous la vendez !
Quand vous êtes un gros CEO, ceci est valable pour un gros yacht !
Continuez le casting !
Jo Duchene, Le vendredi 15 novembre 2019

Voyez comme je suis mauvais...mon secrétaire numérique...merde dans les copier coller de correction de texte ...
Jo Duchene, Le vendredi 15 novembre 2019

Très mauvais casting ...
;0)
ADEAIRIX, Le vendredi 15 novembre 2019

En effet...zappez complètement ce que j'ai écrit...car le plus rigolo ce WE c'est de lire le post du rédacteur du site des moteurs dans la nature, qui nous fait un couplé intitulé:
" Peu d'opposants à la future usine allemande de Tesla
Ven 15/11/2019 — Les voisins s'expriment."
C'est un festival et du pain béni...pour "redresser" l'industrie auto allemande qui se met en berne en ce moment et même en mettant des milliards pour relancer la machine électrique à marche forcée...
car pour les uns c'est du délire l'incohérence des ploucs allemands propriétaires de résidences et terres près de Berlin, et pour d'autres tout est normal pour le développement du capitalisme progressiste qui scie la branche..)
Chez nous pour certains que c'est dommage que cela nous arrive pas...et par contre si les constructeurs allemands ont le dos large et du pognon pour encaisser la concurrence de Tesla, chez nous nous aurions crevé à feux doux...
Est-ce qu'au moins Tesla va payer des impôts en Allemagne?
Pas sur...il semble qu'ils se contentent de 7000 emplois.
Musk va être obligé à faire des frais pour faire parler son usine (qui n'est pas là encore) en allemand.
Au fait qu'est-ce que c'est confortable de rester juste un observateur !

Jo Duchene, Le vendredi 15 novembre 2019

… Il semble que Lucas de Meo, l'actuel patron de SEAT, soit bien positionné parmi les candidats de la "short list" de JDS et du cabinet de "chasse" qui l'accompagne … Nous verrons bien !
… Il a pour lui plusieurs caractéristiques décrites dans mon commentaire initial dans le présent fil … à voir ...

Bon WE tout le monde (directeur de casting, ex futur candidats ou "simples" observateurs … )
;0)
ADEAIRIX, Le vendredi 15 novembre 2019



digiCONTACTS permet aux concessionnaires automobiles de déployer leur propre centre d’appels
Tarifs douaniers dans l'automobile : Donald Trump promet une décision "très bientôt"



Copyright © 2020 AUTOACTU.COM - Tous droits réservés
autoactu.com - 3 avenue des Pavillons, 92270 Bois-Colombes - Siret : 479 660 235 00017