Publicité
Publicité
Marchés - 15/09/2020

L'industrie automobile européenne craint un désastre en cas de "no-deal"

(AFP) - L'industrie automobile européenne a averti lundi qu'un échec des négociations sur un accord post-Brexit entre l'UE et le Royaume-Uni infligerait une chute des échanges commerciaux de 110 milliards d'euros sur cinq ans à une filière déjà frappée par la crise sanitaire.

Auteur : AFP

Partager cet article

Au total, 23 organisations de l'industrie automobile en Europe ont appelé ensemble lundi "l'UE et le Royaume-Uni à sécuriser sans délai un accord de libre échange ambitieux", dans un communiqué commun.
Cet appel intervient au terme d'une semaine d'intenses frictions entre Londres et Bruxelles qui fait craindre un échec des négociations, à quinze semaines de la fin de la période de transition du Brexit fixée au 31 décembre prochain.

En cas d'échec, la perte commerciale estimée à 110 milliards d'euros sur cinq ans d'ici à 2025 s'ajouterait à environ 100 milliards d'euros de perte de production déjà infligée cette année à la filière par la pandémie de coronavirus.
Elle serait une menace pour un secteur qui représente au total 14,6 millions d'emplois britanniques et européens, soit un emploi sur 15 dans la région, avertissent les signataires, parmi lesquels figurent notamment l'ACEA ainsi que les principales organisations nationales, comme le CCFA en France, le VDA en Allemagne ou le SMMT au Royaume-Uni.

"Les économies et les emplois des deux côtés de la Manche sont sous la menace d'un deuxième coup dévastateur sous la forme d'une absence d'accord", préviennent-elles. Faute d'accord commercial, l'UE et le Royaume-Uni seraient contraints de commercer selon les règles de l'OMC qui prévoient 10% de taxes douanières sur les voitures et jusqu'à 22% sur les fourgons et camions. "De telles taxes, bien plus élevées que les petites marges de la plupart des constructeurs, devraient très certainement être répercutées sur les consommateurs, rendant les véhicules plus chers, réduisant le choix et affectant la demande", estiment les organisations signataires, dans leur communiqué.

Le Royaume-Uni et l'UE produisaient au rythme de 18,5 millions de véhicules par an avant la crise. Cette année, la filière estime que 3,6 millions d'unités ont déjà été perdues à cause de la pandémie.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

C'est faux...la surproduction de véhicules en Europe ne fera pas augmenter le prix des voitures au consommateur !! Chez les anglais oui...mais l'Europe et leurs membres s'en fout...et ils ont raison !!
Les anglais feront comme les africains ils achèteront les rebus européens ou de la belle came américaine pour caniches blonds !! Bojo veille au grain !!

Durand Pierre, Le 15/09/2020 à 08:18

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 15/09/2020

Catégorie Marchés

ZFE : le calendrier de mise en place définitivement adopté

Députés et sénateurs se sont entendus sur la rédaction de l’Assemblée nationale pour le calendrier des zones à faibles émissions (ZFE) dans le cadre de la loi Climat et résilience. Elles devront être mises en place avant le 31 décembre 2024 dans toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants.

20/07/2021

Les sénateurs imposent un PTZ à titre expérimental pour les ZFE

Les sénateurs ont longuement bataillé pour obtenir la mise en place d’un PTZ (prêt à taux zéro) pour les particuliers et entreprises "domiciliés dans ou à proximité" d’une ZFE (zone à faibles émissions) lors de la discussion en commission mixte partitaire de la loi Climat et résilience. Le compromis trouvé avec les députés a consisté à instituer cette disposition sur 2 ans "à titre expérimental".

20/07/2021

Achats de "véhicules à faibles émissions" : les nouvelles obligations de l’Etat, des collectivités et des entreprises

La loi Climat et résilience imposera à l’Etat, aux collectivités et aux entreprises une accélération de leurs achats de "véhicules à faibles émissions" par rapport à ce qui avait été voté dans le cadre de la loi d’orientation des mobilités (LOM) de 2019. Le nouveau calendrier impose une obligation d’achat de 70% de véhicules à "faibles émissions" en 2027 pour l’Etat, 2030 pour les entreprises.

20/07/2021