Publicité
Ressources Humaines - 01/02/2022

La métallurgie bien partie pour avoir "sa" convention collective

(AFP) - Un "rendez-vous social historique" : au terme de plus de cinq ans de négociations, les quelque 1,5 million de salariés de la métallurgie, devraient être bientôt rassemblés dans une seule et unique convention collective nationale, alors que leurs droits étaient régis jusqu'ici par une multitude d'accords.

Auteur : AFP

Partager cet article

Trois syndicats, la CFDT, la CFE-CGC et FO, ont donné mandat la semaine dernière à leurs représentants pour parapher le texte avec l'UIMM (Union des industries et métiers de la métallurgie), lors d'une réunion le 7 février. La CGT, plutôt défavorable au texte, doit consulter ses militants cette semaine, mais, même si elle ne signe pas, cela ne remettrait pas en cause cet accord.

Alors que la France tente de se réindustrialiser et que le secteur peine parfois à pourvoir ses offres d'emplois, les signataires potentiels du texte espèrent qu'il contribuera à attirer plus de jeunes.

Simplification
La métallurgie était l'un des derniers secteurs à ne pas avoir une convention collective unique, avec le bâtiment. Aujourd'hui, 25 accords nationaux, 76 conventions collectives territoriales, une convention des ingénieurs et cadres et une convention pour la sidérurgie régissent les droits des employés du secteur.

"C'est un rendez-vous social historique pour notre industrie", estime Hubert Mongon, délégué général de l'UIMM, selon lequel l'enjeu était de "construire un nouveau modèle social de notre industrie", que l'UIMM souhaite "aussi performant économiquement que socialement".

S'il est entériné, ce texte doit entrer en vigueur en janvier 2024, sous réserve du bon déroulement de négociations territoriales, qui doivent régler d'ici fin juin 2022 ce qui n'a pu être harmonisé au niveau national.

Des salaires par poste
Parmi les principaux travaux d'Hercule de cet immense chantier de simplification, une grille de classification unique pour définir les salaires au niveau national.

"Ce nouveau système permet de monter en fonction du savoir, des compétences, des formations des salariés, un meilleur déroulement de carrière", assure Frédéric Homez, selon qui c'est désormais d'abord "l'emploi, le poste de travail qui est pris en compte".

La CGT estime, elle, que les diplômes ne sont plus reconnus, une affirmation démentie par les signataires potentiels, pour qui il y est également fait référence.

Les rémunérations minimales garanties sont "améliorées pour plus de 75% des salariés de la branche", avance par ailleurs la CFDT.

Simplification également des primes, selon l'UIMM, qui a inventorié "1.200 natures de primes et modalités de calcul de primes différents".

"On est arrivé à les regrouper autour de moins de 10 grandes primes, dont les primes de paniers, qui sont des primes génériques, dont tout le monde s'accorde à dire qu'elles sont importantes, qu'elles doivent continuer à exister", explique Hubert Mongon.

De la prévoyance
Principale avancée sociale de ce texte, la mise en place d'un régime de branche de prévoyance pour les non-cadres, soit "des obligations de couverture en matière de gros risques pour les employeurs", selon Gabriel Artero, président de la CFE-CGC Métallurgie, en cas de "décès, incapacité et invalidité".

"C'est pris en charge à 100% côté ingénieurs et cadres, parce que nous avions un historique dans le cadre de leur convention, mais nous avons pourvu les non-cadres", précise M. Artero.

Autre progrès, "le doublement pour les non-cadres de la garantie du maintien de salaire à 100% en cas de maladie", de 45 à 90 jours par exemple pour un salarié avec un an d'ancienneté, selon Stéphane Destugues, secrétaire général de la FGMM-CFDT.

Heures supplémentaires
Contrepartie des avancées contenues dans cette convention, le nouveau texte prévoit la possibilité pour les employeurs de recourir davantage aux heures supplémentaires.

"Il est possible d'imposer aux salariés 80 heures de plus que le quota qu'on avait jusqu'alors", indique ainsi Stéphane Destugues.

"L'employeur pourra user et abuser des heures supplémentaires. Déjà qu'on est bien exposé, dans la métallurgie, ça ouvre une porte à l'accélération de la précarité. Le turnover va s'accélérer", déplore Frédéric Sanchez, secrétaire général de la CGT-Métallurgie.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

La CGT plutôt défavorable après 5 ans de discussions, c'est une caricature !
;0)

Lucos , Le 01/02/2022 à 09:00

Selon Larousse, définitions de discussion :
1. Action de discuter quelque chose, d'en faire l'analyse, l'examen critique : La discussion d'un projet de loi.
2. Échange de propos, débat au cours duquel deux ou plusieurs personnes examinent une question : Qu'est-ce qui ressort de la discussion ?
3. Conversation sur un sujet quelconque : Nous avons eu une longue discussion à ce sujet.
4. Échange de propos vifs, d'opinions contraires ; différend, dispute
Si effectivement on reste sur le 4., on ne peut pas avancer...
;-(

Clerion , Le 01/02/2022 à 10:39

Comme a dit le philosophe allemand (je vérifie...) la guerre c'est les autres !!
Aurions-nous la paix si on supprimait les employeurs ??
Le caca aurait pu être durable et écologique si on supprimait les grosses mouches autour.
Donnez-nous encore cinq ans pour débattre !

Durand Pierre, Le 01/02/2022 à 12:18

C'était effectivement étonnant qu'il y avait une prévoyance pour ceux qui pouvaient avoir un accident de stylo ou de souris, alors qu'il y en avait pas pour ceux qui usinent à la chaine ou sur les machines.
;0)

Lucos , Le 01/02/2022 à 12:20

@Lucos: La CGT est contre tout, par principe.
@Lucos: les coupures de papier au bureau ca fait vachement mal, 1 jour d'ITT mini. ;-)

Arnaud C., Le 01/02/2022 à 13:40

Et en fin de Mondial de l'auto, les blessures aux mains avec les coupettes brisées, et à l'âme avec les vents des hôtesses et les crises de foie à manger les même petits fours depuis 15 jours, c'est pas les ouvriers qui prendraient de tels risques !
C'est vrai ! On s'habitue aux risques de son métier....et on oublie !
Merci pour votre alerte sécurité Arnaud !
;0))

Lucos , Le 01/02/2022 à 14:19

Mondial de l’Auto …….au vingtième siècle bien sûr,nostalgia quand tu nous tient ((((

Alain Boise, Le 01/02/2022 à 17:44

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 01/02/2022

Toyota maintient un équilibre entre les prix et les volumes pour rester accessible

Quatrième sur le canal des particuliers, à quasi-égalité avec Citroën, Toyota est une marque qui chaque année compte un peu plus dans le paysage automobile français. La constance de sa stratégie s’accompagne d’une attention particulière au pouvoir d’achat de ses clients potentiels, ce qui alimente sa conquête. En même temps la rentabilité moyenne du réseau atteint un niveau record. Les explications de Frank Marotte, PDG de Toyota France.

Constructeurs

Catégorie Ressources Humaines

Sortir du paradigme "Je suis ce que je fais"

Auteur du Leadership au féminin, ouvrage de référence sur le sujet, Eléna Fourès est l'une des meilleures expertes dans l'accompagnement de dirigeants avec des références prestigieuses. Le cabinet qu'elle a créé en 1995, Idem per Idem, est spécialisé dans le domaine du changement et sur les thèmes du rayonnement du leader et de la culture corporate.

28/06/2022

Hertz France recrute

Le loueur courte durée recrute 80 postes en France, dont des mécaniciens et préparateurs automobiles.

13/06/2022