Publicité
Publicité
Constructeurs - 08/06/2021

Toyota s'excuse quatre ans après le suicide d'un employé victime de harcèlement

(AFP) - Le géant automobile japonais Toyota s'est excusé et a trouvé un accord à l'amiable avec la famille d'un employé qui s'était suicidé en 2017 après avoir été victime de harcèlement moral, a appris lundi l'AFP auprès de l'entreprise.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le suicide de cet ingénieur de 28 ans était la conséquence de troubles psychologiques résultant d'un harcèlement par son supérieur direct, avait déterminé en 2019 un organisme régional du ministère du Travail.

Toyota a conclu en avril un accord à l'amiable avec la famille, a déclaré à l'AFP un porte-parole du groupe. Le montant de la compensation versée n'a pas été dévoilé.

Le jeune employé, dont le nom n'a pas été rendu public, travaillait pour Toyota depuis un an et demi lorsqu'il avait mis fin à ses jours en octobre 2017. Son supérieur lui aurait notamment dit qu'il "ferait mieux de mourir", selon les médias japonais.

Ce cadre a été "sanctionné", a indiqué Toyota, sans donner toutefois plus de précisions.

Le PDG du groupe, Akio Toyoda, a récemment rendu visite à la famille pour lui présenter ses excuses et lui expliquer les mesures mises en place pour éviter qu'un tel drame ne se reproduise, selon Yoshihide Tachino, l'avocat des parents de la victime interrogé par l'AFP.

"Nous ressentons toujours dans notre coeur la douleur de ce qui est arrivé à notre fils bien-aimé", a déclaré la famille dans un communiqué.

Toyota a présenté ses "condoléances du fond du coeur" pour la mort "tragique" de l'ingénieur et a dit "prier pour le repos de son âme", selon un communiqué du groupe publié lundi.

"Nous prenons très au sérieux le fait que la précieuse vie d'un employé ait été perdue", a ajouté le constructeur, affirmant avoir "mis en oeuvre des mesures pour éviter la répétition d'un tel accident tragique".

"Le Japon reste connu pour ses dures conditions de travail" et un nombre élevé de décès par épuisement, a rappelé Me Tachino, notant que le nombre de plaintes contre le harcèlement au travail était en augmentation.

Le fait qu'un géant comme Toyota, emblématique des grandes entreprises japonaises, ait reconnu le harcèlement "est symbolique", a jugé l'avocat, espérant que cela participerait à améliorer les conditions de travail dans l'Archipel, qui déplore le taux de suicide le plus élevé parmi les pays du G7.

Le problème du surmenage au travail est aussi davantage médiatisé au Japon depuis le suicide en 2015 d'une employée du groupe de publicité Dentsu, attribué à des heures supplémentaires excessives.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Les relations professionnelles japonaises entre un subordonné et un supérieur hiérarchique sont indescriptibles de méchanceté, de violence, d'humiliation (systématiquement devant un public) et, ma foi, d'une totale inefficacité.
J'ai beaucoup pratiqué, j'ai beaucoup assisté à des "savons" passés en public, c'est odieux.
J'ai tenu tête à un supérieur hiérarchique japonais au cours d'une réunion incluant des Japonais et des Français puis j'ai quitté la réunion avec fracas et le Japonais en question (quand même vice-président du Machin) est venu s'excuser - tiens donc - et là je l'ai accusé de mentir (nous étions alors en tête-à-tête). Il était fou de rage. Sans me vanter, je parlais l'anglais couramment tandis que les Japonais baragouinaient lamentablement, lui en particulier, ce qui le mettait en position de faiblesse insupportable à ses yeux.
Trois mois après, j'étais viré. Pourquoi ne suis-je pas parti plus tôt ?

Bruno Haas, Le 08/06/2021 à 10:58

Très bon l'exemple...c'est effrayant en effet !!
Chez eux il y a du pire et un peu de meilleur ....et leur long passé historique à été pire quand même !!
Par contre les salaires de C.Goshn les choquaient profondément de haut en bas de la hiérarchie...car il n'est pas acceptable qu'un "dieu vivant" soit bling-bling chez eux !!
Quand ils ont été vaincus par les américains dans la deuxième guerre...ils s'attendaient à être trucidés en masse (pas de pitié pour les vaincus) comme ils ont fait avec les chinois...et là ils ont compris qu'il y avait un autre monde moins vertical que le leur !!
Certains doivent avoir des doutes aujourd'hui !!
Dans le prochain (2100) apocalypse il restera un constructeur auto japonais !

Durand Pierre, Le 08/06/2021 à 11:50

C'est en effet odieux un chien qui jappe au nez...
;-)

Clerion , Le 08/06/2021 à 16:11

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 08/06/2021

La CFDT révèle que le site Renault de Douai ne tourne qu'à 8% de sa capacité

La CFDT s’apprête à signer aujourd’hui l’accord validant la création d’une filiale Renault dédiée à la fabrication de véhicules électriques dans les Hauts-de-France. Pour les salariés, c’est l’espoir d’un renouveau alors que l’usine de Douai a vu sa production tomber à 25.000 véhicules quand elle sortait 350.000 véhicules au plus fort de son activité.

Constructeurs

Tesla renonce à son modèle de luxe Plaid+

(AFP) - Elon Musk, le patron de Tesla, a annoncé dans un tweet que le fabricant de voitures électriques ne produirait finalement pas son modèle de luxe ultra-rapide Plaid+, parce que la version inférieur Plaid "est tout aussi bien".

Constructeurs

Le groupe Amplitude lance une nouvelle enseigne, Easy VUL

Au côté de la licence Easy VO, le groupe Amplitude se lance dans le développement d’une licence spécifique pour le véhicule utilitaire, Easy VUL. Alors que la demande est forte sur l’utilitaire d’occasion, cette licence propose un savoir-faire spécifique aux groupes de distribution. Un lancement qui tombe à pic au moment où la pénurie de matériel neuf fait monter les prix de l’occasion.

Réseaux

Catégorie Constructeurs

L’industrie automobile s’inquiète de la prolongation des quotas d’importation d’acier

Les organisations européennes représentatives des constructeurs (ACEA) et des équipementiers (Clepa) contestent le bienfondé de la reconduction des quotas d’importation d’acier en Europe. Ils estiment que leurs intérêts sont sacrifiés pour privilégier ceux des aciéristes. La Commission européenne n’a pas confirmé cette décision encore soumise à la validation des Etats membres.

16/06/2021