Publicité
Publicité
Marchés - 25/10/2022

Dans la course au lithium, la France prévoit l'une des plus grandes mines d'Europe d'ici 2027

Par AFP

(AFP) - L'une des plus grandes mines européennes de lithium -poudre blanche qui enivre l'industrie des batteries électriques et devrait permettre aux voitures de se sevrer du pétrole émetteur de CO2 - verra le jour d'ici 2027 dans le Massif central en France.

Le projet "Emili", annoncé lundi matin par le groupe français de minéraux industriels Imerys, aidera l'Europe à se défaire de sa dépendance quasi-complète à l'égard de la Chine pour le lithium nécessaire aux batteries des voitures électriques, censées être les seuls véhicules neufs à pouvoir être vendus dans l'Union européenne à partir de 2035.

Il a fallu 18 mois de sondages et d'études menés par des spécialistes de l'extraction minière dans le sous-sol d'une carrière de kaolin détenue depuis 2005 par le groupe à Beauvoir dans l'Allier (centre), pour confirmer l'intérêt économique de la mine. Avec l'exploitation de ce gisement, "nous allons aider l'Europe à se décarboner", a déclaré lundi à la presse Alessandro Dazza, directeur général d'Imerys, qui devait recevoir des élus locaux sur place.

"Ce projet, exemplaire sur le plan environnemental et climatique, réduira drastiquement nos besoins d'importation de lithium", a salué le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, dans le communiqué du groupe. Il ajoute qu'il sera soutenu par le gouvernement français.

Un million de tonnes
Sur la dizaine de projets européens d'exploitation de lithium, celui d'Imerys est le deuxième plus important, depuis l'abandon du projet de Rio Tinto en Serbie en janvier, et derrière celui de la start-up Vulcan en Allemagne, basé sur l'exploitation de saumures de la vallée rhénanne.

Les "concentrations et quantités" de lithium ont été jugées "très attractives" à Beauvoir, qui accueille depuis 1850 une carrière produisant 30.000 tonnes de kaolin par an destiné à la porcelaine ou au carrelage.

Depuis les années 1960, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) avait bien identifié la présence de lithium dans ce sous-sol. Mais Imerys ignorait jusqu'à récemment la teneur et donc si le site pouvait être rentable.

"Nous estimons le gisement autour d'un million de tonnes d'oxyde de lithium", a dit M. Dazza. Soit "beaucoup plus que ce que pensait le BRGM" initialement (320.000 tonnes).

De quoi produire "34.000 tonnes d'hydroxyde de lithium par an à partir de 2028 pour une durée d'au moins 25 ans", et "équiper l'équivalent de 700.000 véhicules électriques en batteries lithium-ion" par an, selon Imerys.

Ce qui est loin d'être négligeable : la production mondiale actuelle de carbonate ou hydroxyde de lithium, les deux éléments utilisés dans les batteries, ne dépasse pas les 450.000 tonnes dans le monde, selon Imerys.

Et d'ici 2040, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit qu'elle soit multipliée par 40.

A Beauvoir, "il pourrait y avoir plus que ce que nous avons estimé, nous allons continuer les études pour voir si on pourrait avoir 30 ou 35 ans d'exploitation", a ajouté M. Dazza.

La concentration est de l'ordre de 0,9 à 1%, c'est-à-dire qu'il faut extraire près de 100 tonnes de roche pour extraire une tonne de lithium.

Le groupe estime ses coûts de production "entre 7 et 9 euros le kilo hors investissement initial, ce qui garantirait un retour sur investissement intéressant".

Et il promet à terme 1.000 emplois directs et indirects en Auvergne-Rhône-Alpes, sur deux sites : la mine d'extraction souterraine du mica contenant le lithium, entre 75 et 350 mètres de profondeur ; et une usine de purification des minéraux et de transformation en hydroxyde de lithium, à moins de 100 kilomètres de la mine.

Impact environnemental
Restent les probables critiques environnementales contre ce nouveau projet minier au coeur de la France.

Imerys a annoncé que la mine adopterait un standard international en cours d'élaboration, "IRMA", qui vise à réduire les rejets toxiques et à minimiser la consommation d'eau.

L'exploitation se fera en souterrain, ce qui minimisera les poussières, et le transport des roches se fera par canalisation et voie ferrée pour éviter les camions entre la mine et le site industriel. Quant aux émissions générées par l'exploitation, le groupe les estime à 8kg de C02 par tonne de lithium, contre 16 à 20kg en Australie et Chine, selon lui.

"Il faut arrêter avec le mythe de la mine propre ! Tout ça c'est de la communication et du flan. On ne sait pas extraire de la matière du sous-sol de façon propre, car une mine ça implique toujours à côté une grosse usine chimique de transformation, ce qui entraîne une exploitation, et à terme une pollution, de l'eau et des quantités importantes de déchets qu'on ne sait pas gérer", s'est insurgé Antoine Gatet, vice-président de France nature environnement (FNE).

"Est-ce qu'on est vraiment prêt à sacrifier une partie de l'eau et de l'écosystème du Massif central tout ça pour faire des voitures électriques à 40.000 euros que très peu de gens pourront se payer ?" s'est-il interrogé, dénonçant l'absence de consultations publiques préalable à la mise en place de ce projet.

Réactions

Ça promet de belles ZAD,notre fabricant de grenades Bretonnes et matraques va faire fortune.
L’Indépendance énergétique a un coût ,il y a des choix à faire entre l’Altiplana et les Volcans d’Auvergne.
Il y a un risque aussi de nouvelles technologies de fabrication de batteries sans ….Lithium,aïe
Faisons comme les Allemands ? Retour au charbon comme au temps de Zola?
C’est dur de faire des choix,hein mon Général!

"entre 7 et 9 euros le kilo hors investissement initial, ce qui garantirait un retour sur investissement intéressant"
J'adore :o)))

À combien est le cours Colin? 45€?

Je ne sais pas, c'est juste la phrase qui me fait marrer ;o)

Pour une fois que la France possède des matières premières, les écolos vont évidemment nous interdire de les exploiter, même si elles servent leur cause (les VE). On n'est pas à une absurdité près.

L’avantage c’est que la Mine existe déjà et elle extrait du Kaolin,on a une chance d’échapper à la ZAD,ses Gendarmes et ses blessés et sa crasse.

Espérons Alain, espérons.
Il n'empêche, relisez le dernier paragraphe de l'article.

Encore eût-il fallu qu'ils ne promussent* pas les VE à coup de boutoir par ailleurs, et puis en dessous d'une mine qui a déjà 170 ans, ça devrait aller...
;0)
* j'adore ce verbe !

Heureusement que les "écolos" empêchent tout en France avec leurs petits bras ! La finance capitaliste, et les investisseurs relou tremblent déjà....
Les pots de terre vont se reconvertir à la vitesse grand V....avec tout ce pognon miraculeux qui arrive !
L'eau qui manque pour la mine ne va pas abreuver tous les gosiers surtout sur place....et c'est là la pierre d’achoppement !
Saint Écolo priez pour nous !!!

C'est pas plutôt la chope de Pierre à cet heure-ci ?
;0))

Bravo....tout le monde s'esclaffe !!!
L'inutile bas du front et solitaire du clavier s'exprime et croit qu'il a de esprit !

Vous avez un humour incroyable !
Incroyablement inexistant !
;0)
PS : le clavier du PC à 4 mains ou à plusieurs, faut vite m'expliquer Jo...

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Réseaux

Le taux de l’usure lamine les marges du crédit classique

La hausse brutale des taux de refinancement depuis la guerre en Ukraine et l’inertie des taux de l’usure écrasent la marge des établissements financiers sur le crédit classique largement dominant pour le financement VO. Un danger pour la rémunération des réseaux ?

Marchés - 02/02/2023

Les électriques ont poursuivi leur conquête du marché européen en 2022

(AFP) - En route vers 100% : les ventes de voitures électriques ont enregistré un nouveau record de part de marché dans l'Union européenne en 2022, même si leur progression a légèrement ralenti, alors que d'ici 12 ans elles devraient être les seules voitures neuves autorisées à la vente sur le continent.

Marchés - 30/01/2023

Seat et Cupra, championnes du leasing en 2022

La part des ventes aux particuliers financées en leasing (LOA ou LLD) continue de progresser en France. Elle a représenté 52% des immatriculations selon les données du SIV (traitement NGC Data). Seat et Cupra avec plus de 70% de leurs volumes sont les champions incontestés de cette technique de vente. Forte progression de Volkswagen et Skoda.