Publicité
Constructeurs - 21/12/2021

Départ de trois membres du comité de direction de Ferrari

Ferrari a annoncé le départ de trois directeurs et la mise en place d’une nouvelle structure organisationnelle dès janvier 2022.

Auteur : Farida Sacha
Chef de rubrique

Partager cet article

Ferrari met en place une nouvelle structure organisationnelle, conforme à ses objectifs stratégiques d’exclusivité, d’excellence et de durabilité.

Dans cette nouvelle organisation, trois directeurs mettent fin à leur coopération avec le constructeur : Nicola Boari, directeur de la diversification ; Michael Leiters, directeur de la technologie et Vincenzo Regazzoni, directeur de la production.

Selon Ferrari, ils quittent leurs fonctions pour poursuivre de nouvelles opportunités.

Par ailleurs, le constructeur indique dans son communiqué : “La nouvelle structure favorisera davantage l'innovation, optimisera les processus et augmentera la collaboration à la fois en interne et avec les partenaires. Elle sera délivrée par la promotion des talents internes et par des recrutements externes ciblés, qui ont été identifiés et rejoindront la société à partir de janvier 2022“.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Ces departs, l'indice d'une crise en cours de traitement (?)
... Même si c'est à un poste de consultant, Jean Todt bientôt de retour ou bien ?
;0)

Ade Airix, Le 21/12/2021 à 12:59

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 21/12/2021

Entre craintes et promesses, le Portugal attend toujours son lithium

(AFP) - Assis sur les premières réserves européennes de lithium, minerai essentiel à la transition énergétique, le Portugal attend début 2022 le verdict de l'autorité environnementale sur un important projet minier, qui suscite l'inquiétude des riverains et l'intérêt d'une filière industrielle naissante.

Services

Catégorie Constructeurs

Sandouville : la Cour de cassation remet la CGT à sa place

En mai 2020, la CGT avait obtenu d’un juge de première instance la fermeture de l’usine de Sandouville au mépris du droit comme vient de le confirmer la Cour de cassation. La CGT n’avait pas qualité à agir puisqu’elle ne contrôle pas l’instance de représentation des salariés de l’usine de Sandouville.

24/05/2022