Publicité
Publicité
Autour de l'auto - 20/07/2021

Japon : prison ferme pour deux complices américains de la fuite de Ghosn

(AFP) - Un tribunal de Tokyo a condamné lundi deux Américains à de la prison ferme pour avoir aidé Carlos Ghosn à fuir le Japon fin 2019, caché dans un gros caisson de matériel audio pour esquiver les contrôles à l'aéroport.

Auteur : AFP

Partager cet article

Michael Taylor, 60 ans, ancien membre des forces spéciales américaines, a été condamné à deux ans de prison et son fils Peter Taylor, 28 ans, à un an et huit mois de réclusion.

Durant leur procès qui s'était ouvert mi-juin, les deux hommes avaient reconnu les accusations pesant contre eux et s'étaient excusés en disant regretter leurs actes. Ils avaient aussi assuré n'avoir pas agi par appât du gain.

Début juillet, le parquet avait requis deux ans et dix mois de prison contre Michael Taylor et deux ans et demi pour son fils.

Leurs avocats avaient plaidé pour des peines avec sursis, en arguant notamment que Carlos Ghosn était le principal instigateur de toute l'opération, et que les Taylor avaient déjà passé dix mois en détention provisoire aux Etats-Unis avant d'être extradés au Japon en mars de cette année.

Mais le juge principal, Hideo Nirei, a souligné lundi qu'il s'agissait d'un "crime grave" car la perspective de voir un jour M. Ghosn jugé au Japon s'est évaporée.

"Les deux accusés ont mené à bien une fuite à l'étranger sans précédent" et ont joué un rôle proactif dans cette opération, a poursuivi le juge.

Appât du gain ?
M. Nirei a aussi estimé que les complices avaient été motivés par de l'argent, et non parce que Michael Taylor a via son épouse de lointaines relations de parenté avec la famille de M. Ghosn au Liban.

Les Taylor avaient reçu de l'entourage de M. Ghosn plus de 860.000 dollars pour préparer et financer l'opération, la moitié environ ayant servi à louer les jets privés. Ils avaient ensuite touché l'équivalent de 500.000 dollars en bitcoin pour payer leurs frais d'avocats, selon les enquêteurs.

En résidant en permanence au Liban depuis sa fuite, M. Ghosn reste, lui, hors de portée de la justice japonaise car le pays du Cèdre n'extrade par ses ressortissants.

Un autre complice présumé, un homme d'origine libanaise du nom de George-Antoine Zayek, est toujours recherché.

Fin 2019, l'ancien grand patron de Renault et Nissan était en liberté sous caution à Tokyo, avec l'interdiction de quitter le Japon dans l'attente d'un procès pour malversations financières présumées quand il était à la tête de Nissan. M. Ghosn a toujours clamé son innocence.

Le 29 décembre 2019, après avoir voyagé incognito de Tokyo à Osaka en shinkansen, le train à grande vitesse japonais, il s'était caché dans un gros caisson de matériel audio percé de petits trous discrets pour lui permettre de respirer.

M. Ghosn avait ainsi échappé aux contrôles à l'aéroport international du Kansai. Les contrôles de bagages n'étaient à l'époque pas obligatoires pour des passagers embarquant à bord d'un jet privé.

Autre procès en cours
Dans la foulée, le Franco-libano-brésilien avait rejoint Beyrouth via Istanbul à bord de jets privés loués pour l'occasion. Sa fuite avait profondément humilié les autorités japonaises.

En février, trois personnes avaient été condamnés à plus de quatre ans de prison chacune par un tribunal d'Istanbul dans cette affaire : un responsable d'une société turque de locations de jets, ainsi que deux pilotes.

La fuite de M. Ghosn n'a cependant pas empêché l'ouverture en septembre 2020 d'un procès pénal à Tokyo au sujet de rémunérations différées totalisant plusieurs dizaines de millions de dollars qu'il était censé toucher ultérieurement, mais sans que cela soit mentionné dans les rapports boursiers du groupe.

Un ancien responsable juridique de Nissan, Greg Kelly, qui avait été arrêté au Japon le même jour que M. Ghosn en novembre 2018, est toujours jugé actuellement dans cette affaire et encourt dix ans de prison, voire davantage.

Cet Américain de 64 ans clame son innocence depuis le début, tandis que Nissan, jugé en tant que personne morale, a plaidé coupable.

Les réquisitions dans ce procès sont programmées pour le 29 septembre, puis les plaidoiries de la défense le 27 octobre.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Voilà qui ne va pas inciter M. Ghosn à quitter le Liban...

Clerion , Le 20/07/2021 à 08:41

@Clerion , Le 20/07/2021 à 08:41
Tant mieux, qu'il y reste !

Il assume ce planqué ?
Après avoir sacrifié Patrick Pelata, Michel Balthazard, Bertrand Rochette et Matthieu Tenenbaum, voila que les Taylor père & fils trinquent pour ce triste sire.
Beau tableau de chasse Ghosn ! Manque plus que Kelly à peindre sur la portière de votre bagnole électrique. Surtout restez couvert, planqué, à l'abri. Et puis Alain Boise vous admire, alors...

Bruno Haas, Le 20/07/2021 à 10:50

J'adore les "petits trous discrets", le gars de l'AFP vient de se trahir !
Il était dans l'avion !
;0))
PS : Bruno, sans compter les pilotes et le patron de l'aéro turque qui ont pris 4 ans...

Lucos , Le 20/07/2021 à 11:28

Oui Lucos, vous avez raison, j'ai oublié les pilotes et leur boss.
Odieux personnage, depuis toujours.

Bruno Haas, Le 20/07/2021 à 11:33

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 20/07/2021

Financement automobile : un retard de 11% en mai

Le financement automobile a subi la baisse du marché automobile en mai (vs 2019), perdant 11%, à 1,033 milliard d'euros. Pour l’activité VN, il recule de 12,6% sur un marché VN à -27,3%. Pour le VO, il baisse de près de 9% sur un marché à -2,1%.

Services

Achats de "véhicules à faibles émissions" : les nouvelles obligations de l’Etat, des collectivités et des entreprises

La loi Climat et résilience imposera à l’Etat, aux collectivités et aux entreprises une accélération de leurs achats de "véhicules à faibles émissions" par rapport à ce qui avait été voté dans le cadre de la loi d’orientation des mobilités (LOM) de 2019. Le nouveau calendrier impose une obligation d’achat de 70% de véhicules à "faibles émissions" en 2027 pour l’Etat, 2030 pour les entreprises.

Marchés

Les sénateurs imposent un PTZ à titre expérimental pour les ZFE

Les sénateurs ont longuement bataillé pour obtenir la mise en place d’un PTZ (prêt à taux zéro) pour les particuliers et entreprises "domiciliés dans ou à proximité" d’une ZFE (zone à faibles émissions) lors de la discussion en commission mixte partitaire de la loi Climat et résilience. Le compromis trouvé avec les députés a consisté à instituer cette disposition sur 2 ans "à titre expérimental".

Marchés

ZFE : le calendrier de mise en place définitivement adopté

Députés et sénateurs se sont entendus sur la rédaction de l’Assemblée nationale pour le calendrier des zones à faibles émissions (ZFE) dans le cadre de la loi Climat et résilience. Elles devront être mises en place avant le 31 décembre 2024 dans toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants.

Marchés

Catégorie Autour de l'auto

Qualité de l’air : le Conseil d’Etat sanctionne l’absence de "plan" du gouvernement

L’automobile n’étant pas seule responsable de la mauvaise qualité de l’air, les ZFE ne sont pas une réponse suffisante. C’est en quelque sorte ce que l’on peut déduire de l’arrêt du Conseil d’Etat qui a condamné l’Etat à une astreinte de 10 millions d’euros dont l’essentiel sera réparti entre l’Ademe, le Cerema, l’Anses et l’Ineris.

12/08/2021

Fin d'un litige de succession sur la "Joconde des Ferrari"

(AFP) - La Cour de cassation vient de mettre un terme à un vieux litige de succession autour d'une Ferrari de collection, la "Joconde des Ferrari", devenue lors de sa vente en 2014 le véhicule le plus cher du monde : sa valeur devra être partagée entre les héritiers Bardinon.

05/08/2021