Publicité
Publicité
Marchés - 27/05/2024

Le G7 Finances "envisage" des mesures face à la surproduction chinoise

Par AFP

(AFP) - Les ministres des Finances du G7 réunis à Stresa en Italie ont annoncé samedi "envisager de prendre des mesures" face aux "surcapacités" de production de la Chine, qui inonde les marchés occidentaux de produits subventionnés à bas prix.

Ils ont également exprimé leurs "préoccupations" sur "l'utilisation généralisée par la Chine de politiques et de pratiques hors marché", qui "portent atteinte à nos travailleurs, à nos industries et à notre résilience économique", dans leur déclaration finale publiée à leur réunion de trois jours.

La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen avait appelé jeudi le G7 à constituer "un front clair et uni" face aux "surcapacités industrielles" de la Chine, qui génèrent des "déséquilibres macroéconomiques", appelant des "réponses" des pays affectés.

Les ministres des Finances du G7 comptent "continuer à surveiller les effets négatifs potentiels des surcapacités" de la Chine et envisagent de "prendre des mesures pour des conditions de concurrence équitables, conformément aux principes de l'Organisation mondiale du commerce (OMC)".

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire avait lui aussi exhorté vendredi le G7 à "présenter un front uni pour protéger ses intérêts industriels" face à la Chine, appelant toutefois à éviter "une guerre commerciale".

Les pays occidentaux s'inquiètent du risque que les subventions massives injectées par le gouvernement chinois dans les technologies, énergies vertes, véhicules électriques ou encore batteries, n'entraînent dans le monde un raz-de-marée de produits à bas coûts qui mettraient en péril les concurrents étrangers dans ces secteurs.

Washington a annoncé à la mi-mai une augmentation marquée des droits de douane appliqués à l'équivalent de 18 milliards de dollars de produits chinois, notamment les véhicules électriques et batteries pour ces véhicules, comme sur les métaux critiques, dont la Chine abreuve la planète.

La Commission européenne, qui participe aux sommets du G7 aux côtés notamment de la France, de l'Allemagne et de l'Italie, a quant à elle engagé un bras de fer avec la Chine, qu'elle accuse de fausser le marché européen en l'inondant de produits à bas prix.

Après l'automobile, le ferroviaire et les panneaux solaires, Bruxelles a ouvert en avril une enquête pour pratique déloyale visant les fabricants d'éoliennes subventionnés par Pékin, qui pourrait aboutir à des sanctions douanières.

Le ministre chinois du Commerce Wang Wentao a accusé dans la foulée la Commission européenne de "mener des opérations protectionnistes" au détriment de sa "politique verte" en lançant des enquêtes sur les subventions de la Chine.

Réactions

C’est quoi énergies vertes? Des vieux trucs repeints en vert comme les moulins à Cervantes

Mais pourquoi achète t’on des éoliennes alors que nous avons trop de courant puisque nous exportons,dingue non?
Avant d’accuser les Chinois on ferait mieux de regarder qui nous a imposé ces normes ,une enquête est en cours en Europe surtout chez les dirigeants allemands qui auraient été manipulés par les Verts( Grünens ) ….

... Alain très en forme à 00:26 avec les moulins de Cervantès ...mais "en même temps" tellement vrai ...

Sinon les "imprécations" çà va bien un temps mais à part les USA ... quelles mesures concrètes pour arrêter la "boucherie" sachant que l'industrie de la chignole électrique est largement dépendant du sourcing chinois concernant les composants ou ingrédients rentrant dans la fabrication des batteries, notamment mais pas seulement ...c'est un ressemble un peu à la dynamique, au moins, au niveau de l'U.E : "retenez moi, retenez moi ou j'fais un malheur" !
Quant à Lemaire qui devait terrasser le "dragon" en moins de deux. .."Ridicule" c'est bien le titre d'un film de Patrice Leconte ... A moins que ce ne soit une sorte de Don Quichotte, çà bouclerait ainsi avec le commentaire de 00:26 ...
;0)

Le moulin à vent pour contrer le moulin d'après chinois électrique...
;-(

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

Pourquoi l’amélioration du "credit rating" d’un constructeur comme Renault est une bonne nouvelle ?

Alors que l’on parle volontiers de la financiarisation des stratégies des industriels en général et des constructeurs en particulier, on a souvent tendance à ne l’examiner qu’en référence aux actions, à leurs cours et aux dividendes associés. Du point de vue de la vie des entreprises et de leurs capacités de conduire leurs stratégies et/ou de faire face aux mutations, ce qui importe est l’accès aux financements et, de ce point de vue, c’est l’endettement plus que les augmentations de capital qui importe et, dès lors, c’est du marché de la dette et des notes obtenues par les constructeurs en ce domaine qu’il faut se préoccuper.

Marchés

Rémi Cornubert : "Les projets européens d'usines de batteries vont continuer à avoir un problème de coût face à la Chine "

L'industrialisation en Europe de la fabrication des batteries est actuellement dans une phase critique : le risque est important pour des montants très élevés, la courbe d'apprentissage est longue avec des taux de rebut jusqu'à 60% pour les nouveaux entrants et tout est à construire dans la chaîne de valeur. "Si on veut des acteurs nouveaux, il faut se rendre compte que cela va être très difficile et les soutenir. Cela ne s’improvise pas", souligne Rémi Cornubert, fondateur du cabinet Strat Anticipation et spécialiste de cette question.