Publicité
Publicité
Equipementiers - 27/05/2024

GPS : ViaMichelin mise sur les détours touristiques et gastronomiques

Par AFP

(AFP) - ViaMichelin a renforcé son offre de guidage GPS avec des propositions de détours touristiques ou gastronomiques, a annoncé jeudi la filiale du géant du pneu.

Le site et l'application de guidage, héritiers des cartes routières Michelin, proposent désormais des suggestions de pauses touristiques le long du trajet, associées à des restaurants et des hébergements. 

"Ces dernières années, les GPS nous ont fait perdre de vue les possibilités multiples d'exploration au-delà de la route la plus rapide ou la moins chère", a souligné dans un communiqué Caio Favero Teixeira, directeur général de ViaMichelin.

Le site et l'application calculaient déjà les coûts des trajets et proposaient des itinéraires consommant moins d'essence.

Ils mettent désormais en évidence les sites touristiques, restaurants et hôtels sélectionnés par le guide Michelin, une autre filiale de l'entreprise clermontoise.

Les cartes doivent s'enrichir aussi à l'été 2024 de propositions de routes pittoresques.

"L'accent est mis sur le fait de prendre le temps de savourer son trajet, ajoutant ainsi une dimension nouvelle à l'expérience de voyage en voiture", a souligné la direction de ViaMichelin.

Réactions

Et l’emplacement des bornes comme ça prend du temps ,les étoilés devraient s’équiper de bornes lentes et le signaler sur l’appli,merci Michelin et avec 3 étoiles la recharge est offerte

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

Pourquoi l’amélioration du "credit rating" d’un constructeur comme Renault est une bonne nouvelle ?

Alors que l’on parle volontiers de la financiarisation des stratégies des industriels en général et des constructeurs en particulier, on a souvent tendance à ne l’examiner qu’en référence aux actions, à leurs cours et aux dividendes associés. Du point de vue de la vie des entreprises et de leurs capacités de conduire leurs stratégies et/ou de faire face aux mutations, ce qui importe est l’accès aux financements et, de ce point de vue, c’est l’endettement plus que les augmentations de capital qui importe et, dès lors, c’est du marché de la dette et des notes obtenues par les constructeurs en ce domaine qu’il faut se préoccuper.

Marchés

Rémi Cornubert : "Les projets européens d'usines de batteries vont continuer à avoir un problème de coût face à la Chine "

L'industrialisation en Europe de la fabrication des batteries est actuellement dans une phase critique : le risque est important pour des montants très élevés, la courbe d'apprentissage est longue avec des taux de rebut jusqu'à 60% pour les nouveaux entrants et tout est à construire dans la chaîne de valeur. "Si on veut des acteurs nouveaux, il faut se rendre compte que cela va être très difficile et les soutenir. Cela ne s’improvise pas", souligne Rémi Cornubert, fondateur du cabinet Strat Anticipation et spécialiste de cette question.