Publicité
Publicité
Equipementiers - 12/07/2023

Les Eurodéputés approuvent un plan pour doper la production de semi-conducteurs

Par AFP

Le Parlement européen a approuvé mardi le plan de l'Union européenne pour développer son industrie de semi-conducteurs et réduire sa dépendance envers l'Asie dans ce secteur stratégique.

Le texte a été approuvé à une écrasante majorité (587 voix pour, 10 contre et 38 abstentions).

Connu sous le nom de "Chips Act" (Règlement sur les puces), il fixe à l'UE l'objectif de doubler sa part de marché actuelle pour atteindre 20% du marché mondial en 2030. Elle devra pour cela quadrupler sa production.

L'Europe a vu ses capacités de fabrication de semi-conducteurs chuter ces dernières décennies. Elle est devenue dépendante des producteurs asiatiques qui dominent le marché mondial : Taïwan (où sont produites 90% des puces les plus avancées dans le monde), la Corée du Sud, et de plus en plus, la Chine.

Or, la pandémie de Covid-19, en paralysant en 2020 les chaînes d'approvisionnement en Asie, a entraîné d'importantes pénuries de puces au point de mettre en difficulté l'industrie automobile européenne, un électrochoc pour le continent.

Outre l'automobile, les semi-conducteurs sont incontournables dans de nombreux objets du quotidien (smartphones, électroménager...) mais aussi dans les centres de stockage de données, au coeur de l'économie numérique en plein boom, et ils sont essentiels aux technologies vertes cruciales pour décarboner l'économie.

Le règlement s'inscrit aussi dans la volonté de l'Europe de réduire sa vulnérabilité aux chocs géopolitiques, à la suite de la guerre en Ukraine qui a mis en lumière la dépendance des Vingt-Sept au gaz russe.

Un éventuel conflit militaire entre la Chine et Taïwan, s'il entraînait l'arrêt des exportations de semi-conducteurs, pourrait aujourd'hui paralyser l'industrie européenne.

Le texte prévoit 43 milliards d'euros d'investissements publics et privés dans le développement de centres de production sur le continent européen.

"Il n'y aura pas de politique industrielle sans usine (...). Le temps où l'Europe n'investissait que dans la recherche et délocalisait la production est révolu", a martelé devant les eurodéputés le Commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, qui a porté le règlement.

Quelque 6,2 milliards d'euros de fonds publics, dont 3,3 milliards provenant du budget de l'UE, seront par ailleurs mobilisés pour la recherche et le développement, avec la volonté de faciliter le transfert de connaissances des laboratoires vers les usines.

Un système de surveillance des pénuries sera établi pour permettre à la Commission d'anticiper d'éventuelles difficultés d'approvisionnement, et d'agir en temps de crise, y compris en recourant à des achats communs.

Le "Chips Act" avait fait l'objet d'un accord entre le Parlement européen et les Etats membres le 18 avril.

Réactions

Bon au moins pour une fois il se passe qquechose...
;0)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles