Publicité
Publicité
Marchés - 28/08/2023

Taxe anti-pollution : Londres veut amadouer les entreprises mais l'addition flambe

Par AFP

Taxe anti-pollution : Londres veut amadouer les entreprises mais l'addition flambe

(AFP) - Pour faire accepter l'extension d'une taxe sur les véhicules polluants qui risque de peser sur les finances des entreprises, la mairie de Londres a promis des aides plus généreuses. Sans calmer toutes les inquiétudes.

En pleine crise du pouvoir d'achat et dans une économie menacée par la récession, l'élargissement mardi prochain à l'ensemble du Grand Londres d'une zone qui impose un droit quotidien de 12,50 livres (14,60 euros) aux véhicules non conformes pour circuler fait grincer des dents.
Un tiers des entreprises londoniennes s'inquiétait de l'impact négatif de l'extension de la zone ULEZ (ultra low émission zone) sur leurs employés, et 40% de celles basées dans la périphérie estimaient que la mesure gonflerait leurs coûts, rappelle la Chambre de commerce et d'industrie londonienne (LCCI).
"Nous avons exhorté le maire de Londres à faire beaucoup plus pour que les entreprises, en particulier les petites entreprises, ne soient pas laminées" par l'extension d'ULEZ, a rapporté à l'AFP James Watkins, un responsable de la LCCI.

Les patrons sont soulagés, poursuit M. Watkins, par un mécanisme rendu récemment plus généreux pour les entreprises, en permettant notamment aux petites structures de remplacer trois véhicules, contre un seul précédemment.
La mairie de Londres a aussi précisé en début de semaine les modalités qui permettront aux vieilles camionnettes à essence ou diesel d'être mises au rebut en échange d'une prime à la casse de 7.000 livres, contre 5.000 auparavant.
Les particuliers ne sont pas oubliés : tous les Londoniens pourront toucher 2.000 livres (2.300 euros) pour se débarrasser d'un véhicule non conforme, de quoi rassurer des entreprises "inquiètes pour leurs salariés", assure M. Watkins.
   
Griefs en Europe
Ces largesses ont un coût : le budget de la mairie pour cette prime a été gonflé de 50 millions de livres, et atteint désormais 160 millions (près de 190 millions d'euros).
Le maire travailliste de Londres Sadiq Khan s'est résolu à augmenter ses aides car sa politique, censée réduire la pollution, a été accusée de pénaliser les plus modestes. 
En France notamment, plusieurs forces politiques, des associations de conducteurs, mais aussi des organisations professionnelles ont manifesté leur opposition aux zones à faible émission telles qu'envisagées dans plusieurs villes du pays.
En Italie, une augmentation souhaitée par la mairie de Milan des tarifs pour les véhicules souhaitant accéder à l'hypercentre est très critiquée par des opposants qui l'accusent, là aussi, de viser les classes sociales défavorisées.   

Reflet de la grogne, l'extension de la zone ULEZ a été mise en cause dans la défaite surprise du Labour lors d'une élection législative partielle en juillet, faisant crainte aux défenseurs de l'environnement un renoncement à certaines politiques contre le réchauffement climatique.
   
"Aux côtés des entreprises"
Dans la capitale britannique, les services du maire assurent que "des milliers" de véhicules d'occasion conformes sont disponibles sur le marché dans les limites du montant de la prime versée.
"La décision d'étendre la zone à très faibles émissions à l'ensemble de Londres n'a pas été facile", promet un porte-parole du maire, assurant dans une déclaration transmise à l'AFP que l'élu "a été aux côtés des entreprises tout au long de ce processus".
Mais les usagers "pourraient devoir payer les 12,50 livres quotidiens d'ULEZ pendant un certain temps", avant de trouver un véhicule de remplacement, critique l'association d'usagers de la route RAC dans une déclaration transmise à l'AFP.
En outre, "ceux qui vivent juste à l'extérieur du Grand Londres et qui se rendent dans la zone élargie avec des voitures non conformes n'en bénéficient pas", déplore l'association.   

De son côté, la Chambre de commerce a demandé au maire "un délai de grâce pour tous les Londoniens ayant commandé des véhicules conformes" mais dont la livraison "pourrait être retardée au-delà de la date limite en raison de difficultés de chaîne d'approvisionnement". Sans succès pour l'instant.

Réactions

Les Londoniens s'attendaient à quoi en élisant un maire avec un prénom pareil ?
;0)

Il semblerait qu'en France les ZFE n'aient plus trop le vent en poupe ?
Bientôt un article dans Autoactu ?

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

Nos émissions de CO2 et celles de la Chine

Etant donné le rôle mineur que nous Français et nous Européens jouons dans le réchauffement, il peut être tentant de relativiser l’urgence qu’il y a à embrasser les objectifs de lutte contre le réchauffement. Dans les termes très hystérisés du débat sur la lutte contre le réchauffement, s’intéresser aux émissions chinoises rend vite suspect de climato-scepticisme. La question mérite pourtant d’être examinée et le sera de toute façon. On constate alors que les dites émissions sont majeures et croissantes mais que les engagements chinois sont consistants parce que, à l’instar de ce que suggère le dossier automobile, ils renvoient moins à des objectifs écologiques qu’à une stratégie de puissance.

Marchés

A bord des voitures sans conducteur de San Francisco

(AFP) - Cet été, les piétons de San Francisco se divisent en deux catégories : les habitants habitués, et même blasés, des voitures aux chauffeurs fantômes, et les touristes ébahis, qui cherchent à capturer cette vision de science-fiction sur leur smartphone.