Publicité
Publicité
Constructeurs - 28/08/2023

Puces : l'Allemagne décroche la première usine européenne du géant taïwanais TSMC

Par AFP

Puces : l'Allemagne décroche la première usine européenne du géant taïwanais TSMC

(AFP) - Le géant taïwanais des puces électroniques TSMC a donné mardi 8 août son feu vert à l'implantation de sa première usine européenne à Dresde, dans l'est de l'Allemagne, un projet de plus de dix milliards d'euros qui va renforcer le continent dans ce secteur industriel stratégique.

Le conseil d'administration du groupe, premier fabricant au monde de semi-conducteurs, a officialisé la décision attendue depuis des mois, annonçant dans un communiqué que l'entreprise taïwanaise investirait près de 3,5 milliards d'euros dans la future usine.
TSMC détiendra 70% du projet et va collaborer avec trois partenaires européens, le néerlandais NXP et les allemands Infineon et Bosch, impliqués à hauteur de 10% chacun.
"Les investissements totaux devraient dépasser 10 milliards d'euros sous forme de fonds propres, d'emprunts et d'un solide soutien de l'Union européenne et du gouvernement allemand", détaillent dans un communiqué les quatre partenaires.   

Saluant cette annonce, le chancelier allemand Olaf Scholz s'est félicité que l'Allemagne devienne "désormais le principal lieu de production de semi-conducteurs en Europe".
C'est important pour la "viabilité future de notre continent européen et c'est particulièrement important, bien sûr, pour la viabilité future de l'Allemagne", a-t-il ajouté.   

Il s'agit de la première usine en Europe de TSMC, alors que les pays occidentaux s'efforcent de renforcer leur contrôle sur la fabrication de ces composants cruciaux pour produire tous les objets électroniques, des ordinateurs portables aux voitures, en passant par les missiles.
Les tensions avec la Chine à propos de Taïwan où est basé TSMC, ont accru les inquiétudes autour de l'approvisionnement mondial en puces électroniques.
   
Aides publiques
La pandémie de Covid-19, en paralysant en 2020 les chaînes d'approvisionnement, a également mis en lumière la dépendance aux fournisseurs asiatiques en entraînant d'importantes pénuries de puces au point de mettre en difficulté l'industrie automobile, un électrochoc pour l'Europe.
L'usine allemande du géant taïwanais sera d'ailleurs spécialisée dans la production de semi-conducteurs pour le secteur automobile engagé dans une mutation historique vers les technologies électriques.
"L'Europe est un endroit très prometteur pour l'innovation dans les semi-conducteurs, en particulier dans les domaines de l'automobile et de l'industrie", assure Che Chia Wei, PDG de TSMC, dans un communiqué commun des quatre partenaires.   

L'objectif est de lancer le chantier au second semestre 2024 pour un début de production d'ici la fin de 2027. L'usine devrait avoir une capacité de production mensuelle de 40.000 tranches de silicium de 300 mm, une des technologies les plus avancées. Quelque 2.000 emplois directs doivent être créés.
L'Etat allemand devrait accorder quelque cinq milliards d'euros de subventions au projet, selon plusieurs médias allemands.
L'UE, qui veut d'ici 2030 muscler la production de puces sur le Vieux Continent pour capter 20% du marché mondial, a décidé cette année de mobiliser 43 milliards d'euros d'investissements publics et privés à travers un "Chips Act".

L'annonce de TSMC montre le "Chips Act en mouvement, il renforce la sécurité d'approvisionnement de l'Europe", a salué sur X (anciennement Twitter) le commissaire européen à l'Industrie Thierry Breton.
L'Allemagne se veut le fer de lance de ce mouvement de relocalisation, d'autant que la première économie européenne, dont la croissance est au point mort, cherche à s'assurer les bases d'une relance industrielle.   

Cet investissement "montre que l'Allemagne est un site attrayant et compétitif, en particulier lorsqu'il s'agit de technologies clés telles que la microélectronique", a salué le ministre de l'Économie Robert Habeck dans un communiqué distinct.

"Silicon Saxony"
La région de Dresde, dans l'ex-Allemagne de l'est, est l'une des places fortes de la microélectronique en Europe, au point d'être surnommée depuis de nombreuses années la "Silicon Saxony".
Berlin avait annoncé mi-juin augmenter à près de 10 milliards d'euros la subvention au géant américain des semi-conducteurs Intel, qui construit une nouvelle usine à Magdebourg (centre-est). 
Outre Intel, l'allemand Infineon a récemment lancé à Dresde le chantier d'une nouvelle usine de semi-conducteurs -un projet à 5 milliards d'euros-, et l'américain Wolfspeed a annoncé un important investissement dans l'ouest de Allemagne.   

L'essentiel de la production de TSMC est basée à Hsinchu, dans le nord de Taïwan, mais le groupe développe son activité mondiale avec une usine prévue en Arizona, qui constitue l'un des plus gros investissements étrangers aux États-Unis.
Celle-ci est retardée jusqu'en 2025 en raison de difficultés de recrutement de travailleurs qualifiés aux États-Unis, une préoccupation qui concerne également l'Allemagne où la pénurie de main d'oeuvre est particulièrement aiguë.

Réactions

Et la France dans tout cela ?
;-(

@Clerion
La France ? Ses habitants élisent des députés qui revendiquent le "droit à la paresse".
On ne peut pas tout avoir...

... Décidément, Bruno est très en forme en ce jour de "rentrée autoactu" ...!

Question prégnante ou bien (?)

Vaut il mieux avoir une Rolex avant les 50 ans révolus ou une nouvelle usine de puces sur le territoire national ?
Allez ... l'un empêche pas l'autre...
;0))

PS : des nouvelles d'Elon et de son usine annoncée ...j'ai cru comprendre, ces temps derniers, que les collègues européens faisaient grise mine au regard de leur courbe de vente de VE ...LDM notamment

Les "consommacteurs" (ceux qui comptent leurs sous), même en ces temps de changement climatique ont l'air de bouder la "merveille" et le ministre voit sa balance commerciale pencher dans le mauvais sens avec les chignoles Chinoises ... Gérer c'est prévoir ("dix tons").
;0))

Si t'as pas un Solex avant tes 50 ans.... !
;0)
(J'ai les noms !)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

Nos émissions de CO2 et celles de la Chine

Etant donné le rôle mineur que nous Français et nous Européens jouons dans le réchauffement, il peut être tentant de relativiser l’urgence qu’il y a à embrasser les objectifs de lutte contre le réchauffement. Dans les termes très hystérisés du débat sur la lutte contre le réchauffement, s’intéresser aux émissions chinoises rend vite suspect de climato-scepticisme. La question mérite pourtant d’être examinée et le sera de toute façon. On constate alors que les dites émissions sont majeures et croissantes mais que les engagements chinois sont consistants parce que, à l’instar de ce que suggère le dossier automobile, ils renvoient moins à des objectifs écologiques qu’à une stratégie de puissance.

Marchés

A bord des voitures sans conducteur de San Francisco

(AFP) - Cet été, les piétons de San Francisco se divisent en deux catégories : les habitants habitués, et même blasés, des voitures aux chauffeurs fantômes, et les touristes ébahis, qui cherchent à capturer cette vision de science-fiction sur leur smartphone.