Publicité
Publicité
Constructeurs - 06/03/2023 - #Volkswagen Vp , #Porsche

Volkswagen optimiste pour 2023, le cours grimpe

Par AFP

(AFP) - Le géant de l'automobile allemand Volkswagen a fait état vendredi d'un bénéfice net en légère hausse en 2022 malgré les ruptures d'approvisionnement et la hausse des coûts d'énergie, en visant mieux pour l'année en cours.

Le bénéfice consolidé a atteint 15,8 milliards d'euros, en hausse de 2,6% sur un an, pendant que les ventes ont grimpé de 12% à 279,2 milliards d'euros, tirées par des modèles plus onéreux, selon un communiqué tombé en avance sur le calendrier.
Le groupe aux dix marques s'attend à écouler 9,5 millions de véhicules cette année, un bon million de plus qu'en 2022.   

Cette année devrait en effet voir les goulots d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement "s'atténuer progressivement" permettant de "d'honorer le carnet de commandes bien rempli", a estimé Arno Antlitz, directeur financier du groupe, cité dans un communiqué.
En Bourse, les investisseurs saluaient ces annonces par un bond de plus de 9% du titre, suivi par la holding Porsche SE (+5,4%) qui est l'actionnaire majoritaire du groupe de Wolfsburg.   

L'an dernier le bénéfice opérationnel avant éléments exceptionnels a lui progressé de 12,5%, à environ 22,5 milliards d'euros, comme déjà communiqué début février.
Ramené aux ventes, le ratio de rentabilité opérationnelle visé pour cette année est compris entre 7,5 et 8,5%, contre 8,1% en 2022.
Le flux de trésorerie d'exploitation, à 4,8 milliards d'euros, a été largement en dessous de l'objectif de 8,6 milliards d'euros, son niveau de 2021. Il est attendu par l'entreprise en "forte hausse" pour l'année en cours.

"Les résultats d'aujourd'hui témoignent de la solidité de la base financière sur laquelle nous pouvons mettre en oeuvre notre stratégie" qui repose sur l'électrification croissante de sa gamme, a affirmé Arno Antlitz.

Réactions

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Analyse

L’Union européenne pourra-t-elle rester sourde à la révolte des perdants de l’électrification ?

Le vote des Etats en faveur de la prohibition de l’immatriculation de véhicules thermiques ("ICE ban") semblait acquis malgré l’opposition italienne mais la possible abstention allemande re-brasse les cartes. Au-delà du feuilleton qui semble destinée à durer, c’est la nature très politique d’un dossier que Bruxelles s’était comme à l’accoutumée évertué à "techniciser" qui est révélée. Elle fait apparaître deux camps qui se vivent pour d’assez bonnes raisons comme étant en opposition : celui des gagnants de l’électrification et celui des perdants. Il faudra pour s’en sortir et maintenir le cap apporter des réponses un peu consistantes au second et beaucoup reste à faire pour y parvenir.