Réseaux - 26/03/2020

Covid-19 : Comment rester ouvert en garantissant la sécurité des salariés ?

Les organisations patronales et syndicales de la branche des services automobiles se sont mises d’accord sur les principes de prévention pour garantir la sécurité des salariés pendant la période de confinement. IRP Auto Solidarité-Prévention travaille sur la rédaction d’un guide de bonnes pratiques, le ministère du Travail aussi. Les syndicats estiment que toutes les activités des établissements autorisées "ne sont cependant pas indispensables à la vie de la Nation".

Covid-19 : Comment rester ouvert en garantissant la sécurité des salariés ?

Malgré l'autorisation d'ouverture les entreprises de la branche des services automobiles sont majoritairement fermées faute de pouvoir garantir la protection de leurs salariés

Auteur : Florence Lagarde
Directrice de la rédaction et Directrice de la publication

Partagez cet article     

A l’exception de la vente de véhicules, les activités de la branche automobile ont pour une bonne partie d’entre-elles été considérées par le gouvernement comme "essentielles".
En même temps, les mesures de confinement obligent leurs clients à rester chez eux créant une situation paradoxale où c’est la baisse d’activité qui contraint les dirigeants à fermer.
Mais puisque les textes règlementaires considèrent les activités d’après-vente, de distribution de pièce de rechange, de location de voiture, de dépannage-remorquage et de contrôle technique comme "essentielles", les entreprises même quand elles sont fermées ont gardé des équipes en alerte opérationnelle.
Le CNPA a ainsi lancé une cartographie pour recenser les entreprises ouvertes mais la réalité est plutôt dans un entre-deux. 

Position commune de la branche
Les organisations patronales (CNPA, FNA et ASAV) et syndicales de salariés (CFE-CGC, FO Métallurgie, FGMM-CFDT, FTM-CGT et CFTC) se sont réunies le 24 mars dernier pour adopter une position commune de la branche dans le cadre de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19.

Cette position met fin à des dissensions récentes comme par exemple l’appel de la FNA à cesser l’activité quand le CNPA ne donne pas de consigne estimant que cette décision est de la responsabilité du chef d’entreprise et que le secteur est indispensable pour maintenir les services vitaux.
La position commune adoptée cette semaine, évacue cette polémique mais souligne quand même que "toutes les activités de ces établissements ne [sont] cependant pas indispensables à la vie de la Nation". 
"Les entreprises sont invitées à identifier les activités vitales nécessaires à leur propre fonctionnement, ainsi que celles indispensables pour assurer la continuité des services sanitaires, de transport et logistiques dont le maintien est vital pour la Nation, et à en informer les organisations professionnelles soussignées", précise la position de la branche.

La protection des salariés : aller au-delà des préconisations
Outre l’enjeu économique, la difficulté du maintien de l’activité se heurte à la capacité à garantir la protection de la santé des salariés ce qui nécessite une modification de l’organisation du travail.
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud a rappelé que la responsabilité de l’employeur n’était pas de "garantir l’absence de toute exposition des salariés à des risques" mais de "les éviter le plus possible". (voir la position détaillé sur le site du ministère) La responsabilité de l'entreprise est d'évaluer les risques régulièrement pour prendre "toutes les mesures utiles pour protéger les travailleurs exposés".

Les organisations patronales et syndicales se sont mises d’accord sur des principes de prévention des risques dans la branche automobile, charge à IRP Auto Solidarité-Prévention d’établir "un guide de bonnes pratiques et de prévention à destination des employeurs et des salariés pour chacune des 3 activités couvertes par la branche".
Ce guide doit détailler "les actions et mesures de protection de la santé au regard de la continuité des activités" et sera mis en ligne sur le portail de la branche. 

La position commune fixe des principes qui vont "au-delà les préconisations des pouvoirs publics et des autorités sanitaires" :
- gestes barrières (en particulier un lavage des mains toutes les heures) ;
- distances de sécurité renforcée (2 mètres entre chaque personne) ;
- mise à disposition et usage d’équipements individuels adaptés aux métiers et aux situations de travail (gants, masques, autres…) ;
- mise à disposition et usage de produits désinfectants ;
- lavage des vêtements de travail ;
- nouvelle organisation du travail.
"L’adaptation des mesures de protection sera effectuée dans un cadre concerté entre le chef d’entreprise, les salariés et leurs représentants", précise le compte rendu.
 
En parallèle, un courrier de la ministre du Travail daté du 25 mars adressé aux organisations professionnelles précise que le gouvernement a mis en place une équipe d'experts "dédiée à formuler des préconisations". "Cette équipe a vocation à fournir des outils pratiques et très opérationnels" pour que les entreprises de "toute taille" puissent les mettre en œuvre.

La ministre annonce que des fiches pratiques seront mises en œuvre par secteur d'activité dans les 10 jours dont une concernera "la distribution de carburant et chaine aval automobile".

La ministre demande aux organisations qui sont en cours de rédaction de préconisation, ce qui est donc le cas de la branche auto, à les lui transmettre pour "coordonner les actions mises en œuvre".

Clarifier les conditions du chômage partiel
Outre que les textes définitifs ne sont pas encore adoptés, l’incertitude sur le bénéfice du chômage partiel dans la branche automobile vient que les entreprises ne sont pas éligibles automatiquement, puisqu’elles ne sont pas "dans un secteur de l’arrêté de fermeture"

Il faut que l’employeur démontre qu’il est "confronté à une réduction/suspension d’activité liée à la conjoncture ou à un problème d’approvisionnement".
Les organisations syndicales craignent que certaines entreprises ne soient contraintes de reprendre leur activité, alors même que les clients seront rares, sans pouvoir garantir la protection de leurs salariés.
"Trop d’entreprises de la branche s’estiment en situation d’insécurité sur ce plan, craignant pour la prise en compte de leur dossier d’indemnisation. Or, il en va, selon nous, de la capacité pour nos entreprises à préparer la future relance pleine et entière des activités de l’entreprise, en respectant aujourd’hui des règles de sécurité indispensables pour les salariés", s'alarme le communiqué de l'intersyndicale réunissant CFE-CGC, FO Métallurgie, FGMM-CFDT, FTM-CGT et CFTC.
 
En attendant la parution imminente d’un décret le ministère du Travail a mis en ligne le 25 mars un question/réponse précisant les aménagements apportés au dispositif du chômage partiel pour tenir compte du caractère exceptionnel de la situation actuelle.
 

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Qui est indispensable aujourd’hui ? Le Médecin,l’infirmière,le paysan,l’ouvrier?

Alain Boise, Le 26/03/2020 à 00:21

En bref ,pas de chomdu automatique,que les affaires obligatoirement par décret fermées....le ban,re aïe.
Puisque les garages n’ont pas d’obligation de fermeture,ils n’auront pas le droit de toucher....ca va saigner.
Ça y est réponse de la banque ...stop....rassurez vous...stop....on vous laissera ....stop .pas..tomber stop..nous sommes dans le Bunker....stop ....tenez bon ...stop...les renforts arrivent...stop...
Signé....stop ...le directeur confiné...PS...stop ...avez vous des masques?....stop..nous en manquons dans le Bunker,soyez brave...stop

Alain Boise, Le 26/03/2020 à 05:23

Boise,
Donnez nous les solutions à tout. On vous écoute !
;0)

Lucos De Beuliou El Tipi, Le 26/03/2020 à 09:16

Boise,
Voyons..
Votre message tristement égoïste que vous nous répétez ici tous les jours nous montre que dans cette crise vous ne pensez uniquement qu'à vos sous !
Cessez donc dans ce cas de nous faire la messe sur les gens qui souffrent? C'est totalement inconvenant et ne donne pas une très belle image de votre personne.
Merci.
;0(

Lucos De Beuliou El Tipi, Le 26/03/2020 à 09:36

Je ne préfère pas polémiquer vous avez déjà eu assez de cartons rouges.
C’est pas de sous qu’il s’agit mais de survie des TPE,le Tsunami est terrible

Alain Boise, Le 26/03/2020 à 09:50

Comme délivrée ailleurs ce matin
Recommandation très "savoureuse" de Marc Fiorentino ce jour !
Comprenne qui pourra … La reco n'a pas le même impact ou la même "saveur" selon "l'âge du capitaine".
"A toutes les PME et TPE : allez emprunter de l'argent à la banque, les guichets sont ouverts, et ce grand élan de "solidarité" ne va pas durer et rassurez-vous, ce ne sont pas les banques qui paient, c'est l'état donc c'est gratuit comme disait notre bon François. "

Pour le négoce d'autos et la réparation, il y aura un après, difficile, certes ... il faut pouvoir tenir en attendant ... c'est compliqué, certes, mais que dire des agences de voyages ,,, (par exemple), ce sont aussi des TPE pour la plupart et l'arrêt est plus que brusque ... A part les métiers de bouche en ce moment (et encore) ...
Faut arrêter les lamentations parce "on a pas fini de finir" ... au contraire

Prenez soin de vous ... Et des "zautres" aussi !

Ade Airix, Le 26/03/2020 à 11:45

Tout est affaire de priorités et de compromis.
Sans tomber dans l'excès de minimiser ou maximiser le C19, il s'agit d'un risque à gérer dans son activité comme on en gère et accepte d'autres. Sauf que la France n'était pas préparée à la gestion de ce risque et qu'elle essaye tant bien que mal de rattraper son retard.
Si on peut se passer de sa voiture dans les villes avec une supérette tous les 300m, ce n'est pas la même au fin fond de la montagne ou de la campagne où il faut faire des bornes pour se ravitailler. Donc pouvoir réparer sa voiture dans ces contrées est essentiel. Idem pour ceux qui bossent encore en se déplaçant. Panne, accident, on les laisse dans la nature sans dépanneur ? En dehors du CT qui peut attendre 2 mois, tout le reste est indispensable, mais forcément avec une activité en (forte) baisse, ce qui peut rendre difficile son maitien.
Comme disent les Chinois, pas de solution = pas de problème.

Jl S, Le 26/03/2020 à 11:48

C'était surtout les Shadocks qui disaient cela !
;0)

Lucos De Beuliou El Tipi, Le 26/03/2020 à 12:49

Je reviens.
A qui parlons nous?des entrepreneurs ? Des salariés ?qui va avoir son salaire Mardi?levez le doigt.
L’Eutreprenariat est un choix que j’assume ,j’ai des responsabilités et des objectifs de résultats pour faire les payes.
Pour faire des dons à ceux qui en ont besoin il me faut une activité ....car sans trésorerie point de dons.
Je ne fait de leçons à personne ,j’ai choisi de ne plus être salarié et de tenter ma chance....que mes détracteurs en fasse de même caché derrière leurs écrans.
Bonne chance à tous et bon courage y’a plus de sable que d’eau.

Alain Boise, Le 26/03/2020 à 12:54

Pour ma part aucune leçon donnée, cher Alain … Ci-après vu ailleurs ..

« Pour avoir été contaminé, traité puis guéri du Covid-19 ce mois-ci,
je peux vous dire que l’on a, en France, un système de santé extraordinaire, dévoué, gratuit et ultra-réactif.
Et quand je vois de ma fenêtre, des personnes dehors en train « faire leur footing » je suis choqué par leur inconscience.
Quand je reçois sur le « réseau social » des messages de « business developpers » qui ne se préoccupent même pas de la santé personnelle ou économique de leurs prospects, je suis choqué.
Quand je vois des post d’amis se plaignant que les congés payés peuvent être désormais être imposés, c’est pour que vous puissiez conserver votre niveau de vie. Je suis effaré.
Quand je vois des posts d’amis se plaignant de leur baisse de revenu alors qu’ils sont en bonne santé, je trouve cela indécent.
On est des confinés de luxe, avec des soutiens de l’état pour les particuliers et les entreprises. … On a de la chance d’être en France. »
Témoignage de Sébastien Pérez vu ailleurs … incidemment « Directeur Digital, Marketing & Communication de ThalassoPassion.fr »

Plutôt d’accord avec ce qui précède … il faut trouver des solutions pour tenir en espérant ne pas « choper » le Covid 19 d'ici la relève de la patrouille …
Dans un autre genre, un cabinet intervenant sur des missions de management de transition a diffusé ceci (voir le lien)
https://business.lesechos.fr/directions-generales/strategie/management-de-projet/0602949131340-coronavirus-400-partners-offre-une-aide-pro-bono-aux-entreprises-335966.php

Les pessimistes s’écrieront « opportunistes » …
Les optimistes diront « çà peut servir » !

Prenez soin de vous … Et des "zautres" aussi !

Ade Airix, Le 26/03/2020 à 13:17

Attention Cher Druide on peut choper deux cette merde Asiatique,confinez vous.

Alain Boise, Le 26/03/2020 à 17:54

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 26/03/2020

Marché moto : Dommage, c’était bien parti !

Avec 23% de progression, le mois de février a dépassé les 15.000 immatriculations : un des meilleurs mois de février de l’histoire de la moto en France. Sachant que celui de 2019 était déjà en hausse de 23%. Un résultat à mettre majoritairement au compte des moyennes et grosses cylindrées, ainsi qu’à quelques marques très en forme sur ce début d’année. Dont Yamaha, qui gagne 58% sur le mois. Mais ça, c’était avant.

Moto

Le marché du VUL en Europe a ralenti sa chute en février

Avec 149.644 immatriculations de VUL neufs, le marché européen a réduit sa chute (-3,4%) en février. A l’inverse, les volumes du VU neuf et du VI neuf continuent de sombrer de respectivement -17,6% et -19,1%, tandis que la catégorie des bus et cars reste sur une tendance positive de +2,4%.

Marchés

On ne passe plus au salon

Alors que nous sommes contraints de faire salon à domicile pour une durée indéterminée, les amateurs d’automobile pourraient bientôt ne plus avoir de lieu où visiter le leur. Et ce n’est pas que la faute du virus.

Analyse

Le coronavirus menace le mariage PSA-Fiat Chrysler

(AFP) - Se fera ou ne se fera pas ? Des ombres planent sur le mariage annoncé entre les constructeurs automobiles PSA et Fiat Chrysler Automobiles (FCA), en raison de la pandémie qui fragilise les entreprises et menace l'équilibre de l'opération, indiquent des sources financières à l'AFP.

Constructeurs

Catégorie Réseaux

Le groupe Legrand présente ses véhicules "en visio" à ses clients

Pour Georges Legrand, distributeur BMW, Opel, Mazda et Suzuki, l’arrêt d’activité est l’occasion de former ses salariés, de revoir ses process et de tester de nouvelles approches commerciales, comme la présentation "en visio-conférence" de ses modèles neufs ou d’occasion à ses clients.

01/04/2020

Le réseau Opel accompagné et solidaire

Accompagné financièrement par son constructeur pour traverser la période de confinement, le réseau Opel fait pour sa part un geste envers le personnel soignant en offrant voiture de courtoisie et entretien "à prix coûtant".

27/03/2020

Chômage partiel : ni exclusion, ni passe-droit

Le chômage partiel est accessible à toutes les entreprises mais aucune n’est exempte de justifier avec précision sa demande d’allocation, a précisé la ministre Muriel Pénicaud à l’Assemblée et dans un courrier rendu public par la Feda.

25/03/2020