Publicité
Publicité
Marchés - 27/03/2023 - #Volkswagen , #Audi , #Ferrari , #Porsche

Automobile : sous pression de Berlin, l'UE assouplit l'interdiction des moteurs thermiques

Par AFP

(AFP) - La Commission européenne et l'Allemagne ont annoncé samedi avoir trouvé un accord pour débloquer un texte clé du plan climat de l'Union européenne sur les émissions de CO2 des voitures, en assouplissant l'interdiction des moteurs thermiques après 2035.

Berlin avait stupéfié ses partenaires européens début mars en bloquant au dernier moment un règlement prévoyant de réduire à zéro les émissions de CO2 des véhicules neufs, imposant de fait les motorisations 100% électriques à partir du milieu de la prochaine décennie.   

Ce texte avait déjà fait l'objet en octobre d'un accord entre Etats membres et négociateurs du Parlement européen, avec le feu vert de l'Allemagne, et avait été approuvé mi-février par les eurodéputés réunis en plénière.

Pour justifier sa volte-face, rarissime à ce stade de la procédure, l'Allemagne avait réclamé de la Commission qu'elle présente une proposition ouvrant la voie aux véhicules fonctionnant aux carburants de synthèse.
Cette technologie, encore en développement, consisterait à produire du carburant à partir de CO2 issu des activités industrielles. Défendue par des constructeurs haut de gamme allemands et italiens, elle permettrait de prolonger l'utilisation de moteurs thermiques après 2035.   

La Commission négociait ces dernières semaines les modalités d'une sortie de crise avec Berlin qui réclamait un engagement plus ferme sur les carburants de synthèse, certes déjà évoqués dans le texte initial mais dans un considérant jugé juridiquement trop peu contraignant.
"Nous avons trouvé un accord avec l'Allemagne sur l'utilisation future des carburants de synthèse", a annoncé samedi le commissaire européen à l'Environnement Frans Timmermans sur Twitter.

La présidence suédoise du Conseil de l'UE a aussitôt indiqué que le règlement sur les émissions de CO2 des voitures serait soumis aux ambassadeurs des 27 pays membres lundi à Bruxelles afin que la législation soit définitivement adoptée lors d'une réunion des ministres de l'Energie mardi.
   
Technologie contestée 
"Les véhicules équipés d'un moteur à combustion pourront être immatriculés après 2035 s'ils utilisent exclusivement des carburants neutres en termes d'émissions de CO2", s'est réjoui le ministre allemand des Transports Volker Wissing.
La technologie des carburants de synthèse est cependant contestée par les ONG environnementales qui la jugent coûteuse, énergivore et polluante.   

"Grosse colère ! La Commission se couche donc devant l'Allemagne !", a protesté l'eurodéputée écologiste Karima Delli, appelant le Parlement européen à empêcher le feu vert aux carburants de synthèse.

Le blocage de Berlin était une initiative des libéraux du FDP, troisième parti de la coalition au pouvoir derrière les sociaux-démocrates (SPD) et les Verts.
Ce petit parti, crédité d'environ 5% des intentions de vote dans les sondages nationaux, a perdu cinq élections régionales consécutives. Il espère s'affirmer en se posant en défenseur de l'automobile, pariant sur l'hostilité d'une grande partie de la population à l'interdiction des moteurs thermiques.
Pour assurer l'unité de sa coalition, le chancelier social-démocrate Olaf Scholz avait préféré s'aligner sur cette demande et les Verts ont laissé faire.

Finalement, "le texte est inchangé. La règle des 100% de voitures zéro émissions en 2035 est donc maintenue", a réagi le président de la commission Environnement du Parlement européen Pascal Canfin (Renew, Libéraux), assurant qu'il serait vigilant sur le respect de la "neutralité climat" des moteurs thermiques qui seront autorisés.   

L'industrie a déjà massivement investi dans les véhicules électriques. Même s'ils font leur preuve, les carburants de synthèse, qui n'existent pas aujourd'hui, "ne joueront pas de rôle important à moyen terme dans le segment des voitures particulières", a déclaré Markus Duesmann, patron d'Audi (groupe Volkswagen).   

En raison de leur coût, ils n'auront de sens que pour quelques voitures de luxe "comme des Porsche 911 ou des Ferrari", souligne Ferdinand Dudenhöffer, expert du Center Automotive Research en Allemagne, qui ne voit "pas de changement important" pour la transition verte. 
Mais, selon lui, la mauvaise gestion du dossier par "la Commission européenne a nourri de nouveaux doutes" dans l'opinion et a créé des "incertitudes pour l'investissement".
"C'est mauvais pour l'industrie automobile européenne, car les Chinois et les Américains vont creuser l'écart dans le véhicule électrique", assure-t-il.   

L'affaire a aussi affecté l'image de l'Allemagne à Bruxelles et porté atteinte à la crédibilité des institutions, estiment de nombreux observateurs.
"Un Etat membre menace de provoquer une crise constitutionnelle de l'UE (non-respect du résultat d'une procédure législative) et n'obtient rien de substantiel en retour, un vrai désastre", a dénoncé l'eurodéputé social-démocrate allemand René Repasi.

Publicité

Réactions

.../..."Les véhicules équipés d'un moteur à combustion pourront être immatriculés après 2035 s'ils utilisent exclusivement des carburants neutres en termes d'émissions de CO2", s'est réjoui le ministre allemand des Transports Volker Wissing.".../..."Finalement, "le texte est inchangé. La règle des 100% de voitures zéro émissions en 2035 est donc maintenue", a réagi le président de la commission Environnement du Parlement européen Pascal Canfin (Renew, Libéraux), assurant qu'il serait vigilant sur le respect de la "neutralité climat" des moteurs thermiques qui seront autorisés. "
Finalement, le carburant de synthèse contourne la règle des 0 émissions en 2035 par sa fabrication (pas encore mature à grande échelle d'ailleurs) ?
Quid des émissions des véhicules thermiques ?
Ce etxte de la CE et son application après 2035 sont incompréhensibles...

Oui et les passages reproduits rendent l'ensemble "peu clair".
La réaction de Pascal Canfin est savoureuse au regard des déclarations de Karima délit ...

Ce "revirement" tend à illustrer que rien n'est inéluctable au " royaume" de l'Europe, en tous cas, pour nos "amis" allemands...!
"On" attend un accord semblable sur le Nucléaire en tant qu'énergie "verte" sans restriction aucune ... c'est pas gagné (?).
;0)

Il serait bien plus simple d'imposer un niveau limite d'émission de CO² en LCA global.
Car émettre 0 en roulant nous fera une belle jambe si on détruit la planète en amont pour la construction et/ou pour le retraitement.
Cela aurait l'avantage d'être neutre technologiquement et laisserait la liberté d'inventer des modes de propulsion globalement plus vertueux.

Quelle Berezina,un siècle d’errance et de promesses du carburant vert à 12€ le litre ,des chargeurs dans le pied comme disait notre Chirac.
Fuckputine a boulversé notre vision de notre indépendance énergétique et remis le nucléaire sur le devant, nous ouvrants les yeux en grand
Pendant ce temps la Chine avance et la réaction de M Blume arrivant à Pekin est un signe de l’aveuglement Teuton,ses aveux sont désolants….je savait pas.. et ça dirige la première industrie auto mondiale!

.. Ah mince "on" m'avait dit qu'ils n'étaient que second (?) ...Bloum !
;0))

En effet cher Druide mais le premier souffre aussi de cécité……tout comme le troisième etc etc .
Pendant ce temps Carlos prépare ses vignes alors que le visionnaire c’était …..lui avec Zoé

... Cher Alain, vous voulez dire le " Franco Libano Brésilien " parce Carlos n'est pas suffisamment "signifiant" ...car l'autre dénommé prépare aussi ses vignes du côté du Douros (?) et pas que ...
;0))
PS : ce sujet des normes liées aux rejets est quand même terriblement délicat dans la mesure où les politiques et parlementaires européens ne sont, sauf exception, ni des ingénieurs, ni des scientifiques et il s'en faut de beaucoup (?)...ils sont juste influencés par les "vertueuses " ONG avec, de surcroît, l'arrière goût salin du scandale du Diesel pour ne pas dire VW ...
Aux "politiques", le cap sans préjuger de la solution technique qui devrait, elle, relever des Industriels (?).

C’est bien CG qui a cru au VE alors que CT la ….combattu et perdu le match avec ses 208 e à 35 k€

Si peu d'écart entre ZoE et une e-208...
Mais là n'est pas le problème.
On en regarde que les émission au roulage ... et c'est bien dommage pour tout le monde.
Pour l'industrie, pour nos poumons et pour la planète !

Erratum la e208 GT 50kWh commence à ….41000€….mdr et l’allume cigare et le rétro droit en option re mdr,va être bon le Porto du patron à ce prix là,foutage de gueule ?

@Fred Et Rick à 10:04
+1 !

Tout ça pour ça...
;0)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Constructeurs

Gerrit Heimberg (Volkswagen France) : "Il faut que l’on assure l’accessibilité de notre marque"

Depuis la mi-mars, la marque Volkswagen propose des versions d’accès sur les Polo, Taigo, T-Roc, Golf et Tiguan à contrecourant de la montée en gamme du marché. Alors que les véhicules d’occasion deviennent rares, VW veut ramener sur le marché du neuf des clients qui ne peuvent pas suivre les hausses de prix. Les explications de cette stratégie avec Gerrit Heimberg, directeur de Volkswagen France.

Réseaux

Emil Frey France et Kertrucks : un rapprochement sur des "valeurs communes"

Vendredi 24 mars, Emil Frey France a annoncé une prise de participation de 35% dans le groupe de distribution de véhicules industriels, Kertrucks. Ce rapprochement s’est fait en quelques mois entre des dirigeants qui partagent une vision commune du management et l’envie de travailler ensemble. Explications avec Hervé Miralles, Président du groupe Emil Frey France, Jean-François Auger et Patrick Ronsin, co-gérants du groupe Kertrucks.

Analyse

Data Act : retrouver dans le nouveau monde connecté, l’essentiel de la richesse de l’ancien

Après des années de bagarre et de frayeur, l’après-vente indépendante - largement épaulée cette fois ci par les réseaux de marque – est assez bien partie pour que les velléités impérialistes des constructeurs soient déjouées. De fait, en prenant pour principe fondateur de son Data Act que les données appartiennent aux consommateurs qui doivent être décisionnaires lorsqu’il s’agit de déterminer quelles informations sont transmises, à quels prestataires et pour quels usages, la Commission européenne, soutenue par le Parlement, pose les bases d’une conception très ouverte à la concurrence et à la diversité des acteurs et des traitements de l’information véhicule. Sont ainsi respectées les caractéristiques fondamentales d’un système automobile ouvert qui échappe de facto assez largement à des constructeurs qui seraient bien inspirés de renoncer une bonne fois pour toutes à leur vieux rêve d’être les acteurs omniscients et omnipotents des systèmes d’usage des automobiles.