Publicité
Publicité
Analyse - 12/10/2021

Ecriture inclusive : "Don’t think with Google"

Un article publié la semaine dernière dans la lettre branchée destinée aux gens de marketing, "Think with Google", promeut l’usage de l’écriture "inclusive". Une démarche politique qui pose un certain nombre de questions. Qui décide dans une entreprise de l’utilisation de l’écriture "inclusive" ? Est-elle compatible avec des enjeux commerciaux ?

Ecriture inclusive : "Don’t think with Google"

La Liberté guidant le peuple et Marianne incarnant la République : pas besoin de changer la langue française pour faire place à des figures féminines.

Auteur : Florence Lagarde
Directrice de la rédaction et Directrice de la publication

Partager cet article

Ces derniers temps, le "point médian" caractéristique de l’écriture inclusive (qui se dit neutre et non sexiste) se répand de manière insidieuse et on en trouve désormais des traces de plus en plus souvent dans des mails commerciaux ou sur les sites Internet des marques. Au lieu du masculin générique, il s’agit de promouvoir une nouvelle orthographe pour lutter contre un supposé sexisme de la langue française. 

La semaine dernière "Think with Google" ("Pense avec Google"), la lettre à la page qui délivre la bonne parole aux équipes marketing, a annoncé qu’elle militait pour cette forme d’écriture. Dans cet article l’équipe marketing de Google France annonce qu’elle "a décidé d’inclure le langage inclusif à ses objectifs de diversité, d’équité et d’inclusion". L’entreprise a défini avec ses "agences partenaires (...) un certain nombre de principes pour utiliser le langage inclusif de façon opérationnelle". 
Google annonce trois principes : féminiser les noms de métiers quand on parle de femmes, ne pas employer le masculin générique et ne pas dire l’Homme pour parler du genre humain. 

A l’évidence, la féminisation des noms de métiers et des fonctions est une évolution logique et chaque mot peut trouver son féminin. Le guide publié en janvier 1999 et rédigé par l’Institut national de la langue française intitulé joliment "Femme, j’écris ton nom…", en donne une liste qui tient compte de la logique de la langue française et retient par exemple "auteure" plutôt que l’affreux "autrice" sélectionné par Google.
Google recommande aussi l’usage du point médian, marqueur de cette philosophie qui consiste, au lieu du mot générique de consommateurs, à mettre un point entre "consommateur" et "ices" pour faire apparaître la forme féminine que l’on a bien mieux dans "consommateurs et consommatrices", si l’on veut absolument citer les deux. 
Quant à l’humanité : fait-on vraiment avancer l’égalité en n’admettant pas que dans la langue française l’Homme avec un H représente les hommes et les femmes ? Et que la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 concerne aussi les femmes ?

Puisque Google s’y met, le sujet sort des débats d’experts et du domaine politique pour aller sur le terrain commercial. Une entreprise a-t-elle intérêt à entrer dans ce débat idéologique ? Qui décide dans une entreprise d’utiliser l’écriture inclusive ? Le directeur marketing ? Le dirigeant de l’entreprise ? Un salarié de son propre chef ? Pour quelle motivation ? 
Contrairement à ce que ses défenseurs prétendent, l’écriture inclusive n’est pas neutre. Elle a ses détracteurs et ses défenseurs. Elle est marquée politiquement comme le souligne un article de France Culture ("L’écriture inclusive, un débat très politique") qui note que les élus écologistes et de gauche l’utilisent souvent tandis que ce sont des partis de droite qui la combattent.

L’Académie française s’y oppose en écrivant dans une déclaration en 2017 que "la multiplication des marques orthographiques et syntaxiques" de l’écriture "inclusive" aboutit à "une langue désunie, disparate dans son expression, créant une confusion qui confine à l’illisibilité".
Plus récemment, Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française et Marc Lambron, directeur en exercice de l'Académie française écrivaient le 5 mai 2021 en introduction de la circulaire du ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer : "En prônant une réforme immédiate et totalisante de la graphie, les promoteurs de l'écriture inclusive violentent les rythmes d'évolution du langage selon une injonction brutale, arbitraire et non concertée, qui méconnaît l'écologie du verbe."
"Notre langue est un trésor précieux que nous avons vocation à faire partager à tous nos élèves, dans sa beauté et sa fluidité, sans querelle et sans instrumentalisation", écrit le ministre de l’Education dans cette circulaire. 

Le moins que l’on puisse dire est que ce déconstructivisme de l’écriture n’est pas consensuel. Et que dans un domaine, celui de l'égalité homme/femme, où il faut convaincre plus que contraindre ce nouveau diktat pourrait engendrer des réactions contraires. 
Qui peut sérieusement penser que créer un nouveau mot avec un point entre "tous" et "tes" au lieu du terme générique "tous" aura un effet positif sur l’égalité homme femme ? Bannir les femmes objets dans les publicités, je pense qu’il était temps. Neutraliser les genres dans le langage marketing ne me paraît pas constituer une avancée. 

Personnellement, je trouve cette manière d’écrire plutôt excluante avec ce « . » qui sépare les hommes et les femmes. Je la ressens comme une agression et étant une femme, je peux me permettre de le dire. Je peux d’autant plus me le permettre qu’avec d’autres (des femmes et des hommes), je suis engagée depuis des années, très concrètement, dans des actions visant à promouvoir la mixité avec l’association Wave, dont je suis vice-présidente. Ces dernières années, les efforts des entreprises automobiles pour attirer les femmes ont été considérables. L’égalité homme femme passera par des actes sur le terrain plutôt que par la manipulation de l’écriture.
Je me reconnais plus dans la vision de la langue française défendue par l’Académie française et le ministère de l’Education nationale que dans celle de Google. Il y a des chances pour que ce soit le cas d’une part non négligeable des clients des marques automobiles et leurs équipes marketing feraient bien d’y regarder à deux fois avant de se précipiter dans ce "women washing" de la langue française.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Bravo Madame.
Google préfère l’écriture à la lutte contre les feminicides,les mouvements anglo-saxons veulent tout diriger c’est une nouvelle dictature,statue déboulonnées etc etc à ce train même nos grands hommes( sic) du Panthéon seront jetés à la fosse commune.
Résistons à cette écriture et protégeons les Femmes.

Alain Boise, Le 12/10/2021 à 06:48

Posture amusante venant de Google qui ne me semble pas être - loin s’en faut - un exemple de diversité, d’équité et d’inclusion…

Dominique Allain, Le 12/10/2021 à 07:13

Bravo pour cet avis tranché que je partage. Plus que l'écriture, c'est bien les comportements et les mentalités qu'il faut changer.

Beaucoup de nos concitoyens (et voilà j'ai le doute maintenant... ) ont déjà bien du mal à respecter les règles d'orthographe et de grammaire qu'ils sont sensés avoir appris à l'école.

Ce débat est à mon avis, user beaucoup d'énergie à faire du "washing" plutôt qu'à s'attaquer au problème de fond. Si la femme objet a bien disparu des médias traditionnels, lorsqu'on on regarde du côté des réseaux sociaux, influenceurs, youtubeurs et compagnie, c'est une catastrophe... et certaines se tirent carrément des balles dans les pieds...

Seb 16S, Le 12/10/2021 à 07:56

Merci pour cet article, très intéressant et instructif au demeurant.
Je préfère ne pas féminiser certains mots de la langue française, car cela frôle le ridicule. Cela n'est pas une marque d'irrespect vis-à-vis des femmes car le respect ne se manifeste pas avec des mots mais avec des actes.
Pour la bonne conscience et la bonne pensée (mais quelle est-elle au fond ?)... je la laisse à ceux en quête d'image de respectabilité...

Clerion , Le 12/10/2021 à 08:47

Ce person, avant d'être sage-homme dans une paternité avait été un vigie, un estafet et un sentinel dans l'armé. Il a ensuite monté une agence patrimoniale qui lui a permis de devenir le star, le vedet du quartier, un grosse légume, un huile, un sommité, même si certain estimaient qu'avec son tronche et son personnalité il était devenu un fripouille, voire même un crapule, un raclure et même un peau de vache. Il était devenu le proie, le victime, le créature malfaisante de tous...

C'est d'une ridicule !

;0)

Lucos , Le 12/10/2021 à 08:57

A noter qu'un dirigeant de société qui laisse son service marketing être dirigé par Google est un inconscient total !
De même s'il n'a pas banni depuis longtemps Google de tous les PC de sa boite pour y mettre obligatoirement Qwant ou un autre navigateur discret pour des raisons évidentes de sécurité et de secret industriel ou commercial, est un incapable et son directeur IT aussi pour ne pas l'avoir prévenu de ce risque informatique majeur...
;0)

Lucos , Le 12/10/2021 à 09:03

Personnellement tout papier publicitaire ou tract qui utilise l'éctriture inclusive finit immédiatement en boulette dans la poubelle la plus proche.
Cette cuistrerie ne fait que dédouaner leur auteur d'avoir une vraie réflexion et action sur l'égalité des sexes.
Au vu des commentaires de cet article, qui lancerait une pétition nationale ?

Jean Outters, Le 12/10/2021 à 09:10

Idem pour la nouvelle race de commerciaux qui commencent leurs mails intrusifs par un "Bonjour Lucos" !
;0)

Lucos , Le 12/10/2021 à 09:14

Je me range du côté de l'Académie, cette écriture inclusive est surtout illisible.

Arnaud C., Le 12/10/2021 à 09:43

Elle est surtout une des représentations du fachisme ordinaire de minorités extrémistes qui veulent constamment imposer leurs vue des choses à tous et par la force de la loi. Idem le combat des Vegans pour forcer les repas végétariens imposés à tous à la cantine, idem la limitation à 80 sur route, etc...
;0)

Lucos , Le 12/10/2021 à 10:01

Idem le prochain Superman en BD ou il a été imposé que Superman affiche son homoséxualité...
Ca devient lassant !
;0)

Lucos , Le 12/10/2021 à 10:03

Ecriture inclusive : au feu !
Vite, appelez une sapeuse-pompière.

Bruno Haas, Le 12/10/2021 à 10:36

Mais attendez la 2ème lame de fond arrive avec la demande de pronoms neutralisés comme
iels pour elles/ils
ceulles ou celleux celles/ceux
toustes pour tous/toutes
Ils sont complètement fou.olle.s !
;0)

Lucos , Le 12/10/2021 à 11:00

"Chers concitoyens et ...hyènes !". Difficile de ne pas repenser à ce génial sketch de Bernard Haller , grand comique et acteur de théâtre resté trop méconnu et maintenant disparu depuis des années. On imagine aujourd'hui la réaction de certain.es à qui cet humour - et l'humour en général - donne des éruptions d'urticaire, et pire.

Michel Rouge, Le 12/10/2021 à 13:37

N'empêche chère Florence qu'en tant que rédactrice.teuse.tante.tioneuse en chef.ffe.taine d'Auto.s.es.Actu.s.es.com.me vous nous avez fait.e.es un bien bel.lle article article polémique aujourd'hui..
;0))

Lucos , Le 12/10/2021 à 22:08

Google et ses applications sont en très grande partie des poubelles puantes, elles doivent être considérées comme telles.
S’abaisser à utiliser ses applications et écrire sur le sujet est pure perte de temps !
Tout sera de plus en plus contreproductif chez eux.

Durand Pierre, Le 12/10/2021 à 23:16

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 12/10/2021

Catégorie Analyse

Flambée des cours des matières premières : vers le retour en grâce des politiques de développement dans les émergents dans l’automobile ?

La fréquentation au long cours des débats économiques et stratégiques qui concernent l’industrie automobile oblige à reconnaitre l’existence de cycles. De ce point de vue, la vérité du début des années 2010 faisait de la présence dans les émergents un incontournable qui est devenu depuis cinq ou six ans une espèce d’interdit (ou d’impasse) stratégique. Parce qu’elle va permettre à certains de ces pays honnis depuis quelques années de revenir à meilleure fortune, la flambée des cours des matières premières (dont le gaz) pourrait faire se retourner le cycle …

25/10/2021

Pourquoi Stellantis renforce sa chaîne d’approvisionnement en batteries

Stellantis a signé deux accords avec des fournisseurs de batteries en Amérique du Nord. Au-delà du narratif sur les véhicules électriques, la chaîne de valeur cherche à se renforcer face à la nécessité de pouvoir sortir les véhicules et tenir des cadences en hausse. L’industrie accompagne de faits les décisions du gouvernement Biden.

22/10/2021

Bagnole de pauvre

Dans bien des cas, ce sont les voitures les moins chères qui revêtent le plus de valeur pour leur propriétaire. Du moins tant qu’ils ont le droit de s’en servir…

21/10/2021