Publicité
Publicité
Ressources Humaines - 22/05/2024

En étant partenaire de Wave, Carvivo donne du sens au travail de ses collaborateurs !

Par Annika Beckers

En étant partenaire de Wave, Carvivo donne du sens au travail de ses collaborateurs !

Carvivo, éditeur de logiciels de traitement de leads pour les acteurs de la distribution automobile, est un nouveau partenaire de l’association Wave. Rencontre avec le fondateur dirigeant, Nicolas Bailly qui, avec ce partenariat, apporte une nouvelle richesse à ses collaborateurs.

Autoactu.com : Bonjour Monsieur Bailly. Vous avez rejoint l’association Wave en 2024. Quelles sont les raisons qui motivent ce partenariat ?
Nicolas Bailly :
Allons droit au but ! Je connais Wave depuis de nombreuses années maintenant et je suis séduit par la diversité des actions que l’association mène incessamment pour promouvoir la place des femmes dans le secteur automobile : conférences, interviews, ateliers, coaching, Rencontres Emplois, formations dédiées aux séniores en rupture avec le monde du travail… Et ce, sans opposer hommes et femmes.
Dépasser le stade de spectateur pour passer à l’action, m’était inévitable et cela s’est réalisé naturellement car l’engagement de Carvivo repose sur des raisons solides : la stratégie, le pragmatisme et le personnel.

Autoactu.com : Démarrons par le volet stratégie ! Pouvez-vous préciser ?
Nicolas Bailly :
J’ai fondé Carvivo en 2016 avec pour objectif d’aider les acteurs de la distribution automobile à créer des liens de confiance avec leurs prospects et clients qui, notons, sont de plus en plus éloignés d’un parcours physique en concession. C’est mon expérience qui en est à l’origine. En effet, un jour, comme des milliers de particuliers, j’ai consulté des sites d’annonces pros pour acheter un VO puis ai essayé de joindre les vendeurs. Un échec ! En plus d’une majorité de concessions qui ne m’a jamais répondu, d’autres m’ont simplement raccroché au nez prétextant que le véhicule était vendu. Et ce, jusqu’au jour, enfin !, où un vendeur a pris en charge ma demande. D’évidence, le lien entre l’acquéreur et le vendeur était rompu. J’ai souhaité le rétablir.
Pour ce faire, Carvivo s’appuie sur trois piliers : la simplicité, la connectivité et la curiosité. Les deux premiers s’illustrent par nos solutions numériques de gestion de leads 24h/24, 7j/7. Quant à la curiosité, elle se réfère à son double sens étymologique provenant des mots curius et curia retrouvé dans le terme curatif signifiant : prendre soin. Aussi, toutes nos actions visent à prendre soin d’autrui en interne comme en externe, pour nos clients.
Créer du lien, prendre soin des autres… sont également les valeurs au cœur de la mission de l’association Wave comme en témoigne sa volonté de mettre en relation les femmes notamment les séniors en recherche d’emploi avec les acteurs du secteur automobile dont on sait leur difficulté en termes de recrutement.

Autoactu.com : Poursuivons et parlons de la deuxième dimension de votre partenariat : le pragmatisme.
Nicolas Bailly :
Je suis absolument convaincu que la diversité dont la mixité femme/homme est un levier de performance. En effet, pour appréhender les multiples enjeux auxquels la filière automobile est confrontée et y répondre dans toute leur complexité, nous devons tous, entreprises de la filière, miser sur la diversité. Nous devons comprendre le monde sous tous ses angles. Cela demande d’associer des formes d’intelligences différentes : techniques ou émotionnelles, créatives ou concrètes, d’hommes et de femmes... La pérennité de notre filière tient en la création collective de cette conjonction de talents qui voient le monde avec leur propre prisme. Aucun algorithme n’a cette puissance. Et je sais de quoi je parle !

Autoactu.com : Et chez Carvivo, où en est-on de la mixité homme/femme ?
Nicolas Bailly :
Chez Carvivo, même si nous n’avons jamais établi de quotas car tout s’est fait naturellement, nous comptons 40% de femmes sur nos 50 collaborateurs. Seules les 30% de femmes au comex et les 25% de femmes au conseil d’administration relèvent de mes décisions.
Pour autant, comme chez tous les acteurs du secteur automobile, nous constatons un écart entre les métiers. En effet, parmi les développeurs, le nombre de femmes est faible. Il en est certainement ainsi parce qu’elles sont peu nombreuses à se présenter à ces postes. C’est le reflet de leur faible nombre en études d’ingénieurs. En revanche, dans les métiers de la relation client, elles sont majoritaires.
Je m’en réjouis d’ailleurs car, quitte à paraître caricatural, elles ont ce supplément d’intelligence émotionnelle, relationnelle et sociale qui permet de faire basculer un prospect en client et de fédérer les équipes autour du bien commun. En outre, nous sommes heureux de compter de très beaux parcours. Parmi ceux-ci, une femme qui est arrivée chez nous en qualité de téléopératrice. Elle est aujourd’hui membre du comex et sera dès la publication de cet article promue au poste de responsable d’affaires. Comme quoi les pépites ne se nichent pas que chez les diplômés ! La diversité dépasse les questions de genre etcoetera. Wave l’a bien compris !

Autoactu.com : Mais comment se traduit votre pragmatisme dans votre partenariat avec Wave ?
Nicolas Bailly :
Nous adhérons à Wave car, comme suscité, nous partageons les mêmes valeurs et le même message. Mais je souhaite faire plus qu’un chèque !
En effet, j’ai proposé à l’association que notre soutien intègre pour deux tiers du montant d’un partenariat, un engagement opérationnel de Carvivo.
Je m’explique. Les salariés de mon entreprise qui le souhaiteront pourront dédier quelques heures de leur temps de travail dévolu à Carvivo pour l’association Wave sans perte de salaire. Et, en plus de ce mécénat, Carvivo assurera des prestations de service en termes de campagnes téléphoniques, par exemple.

Autoactu.com : Vous faites donc de Wave, un engagement de Carvivo pour dépasser celui du dirigeant. Est-ce là votre troisième dimension que vous qualifiez de personnelle ?
Nicolas Bailly :
Oui. Tout à fait. J’ai durant quelques années, à titre purement personnel, été mentor auprès de femmes en recherche d’emploi ou encore en création d’entreprise dans le cadre d’associations comme Force Femmes. Cette activité m’a permis de saluer l’investissement de ma mère qui a œuvré sans faillir à la charge familiale et à la réussite de mon père chef d’entreprise (concessionnaire automobile). Et j’ai retiré de ce bénévolat une richesse inouïe. Plus que des sous sonnants et trébuchants, je suis riche d’une autre façon d’appréhender les choses ou de relativiser les difficultés et ai acquis des compétences qui me permettent de mieux gérer mon entreprise, de mieux manager mes équipes. Je l’espère en tous les cas ; il faudrait le leur demander !
Avec Wave, ces actions s’exercent dans le cadre automobile, le secteur d’activité de mon entreprise. Rien que cet alignement des planètes me suffit. Mais pour apporter plus de force à la relation Carvivo/Wave, je souhaite vivement que l’engagement ne soit pas lié à ma personne. Il est celui de l’entreprise ; il est porté par ses collaborateurs. C’est ma façon de donner du sens.

Réactions

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Réseaux

Bonus et leasing social : l’avance de trésorerie des réseaux chiffrée à plus de 320 millions d’euros par Mobilians

Le gouvernement reste sourd aux alertes des distributeurs automobiles dont les entreprises sont fragilisées par l’arrêt des remboursements des bonus et leasing social. L’Etat leur doit au moins 320 millions d’euros dont 160 millions d’euros pour le leasing social. Le pire est à venir puisque les livraisons d’ici septembre pour les commandes de leasing social représentent 500 millions supplémentaires.