Autour de l'auto - 22/10/2020

L'Ile-de-France veut se débarrasser de ses bus Diesel

(AFP) - Sus au Diesel! L'Ile-de-France s'est lancée dans un vaste programme de verdissement de sa flotte de bus, pour ne plus faire circuler dans dix ans que des véhicules fonctionnant au biogaz ou à l'électricité, un effort se montant à plus de quatre milliards d'euros.

Auteur : AFP

Partager cet article

Pour l'autorité organisatrice Ile-de-France Mobilités (IDFM), l'objectif est d'avoir 100% de véhicules propres en 2025 pour la zone dense (Paris, villes de petite couronne et grandes villes de grande couronne), et en 2029 pour toute la région.
Il va falloir remplacer d'ici là les 8.700 bus diesel -sur 10.300- qui circulent encore dans la région.
Sur les 4.700 bus de la RATP qui desservent la zone centrale, 3.300 sont diesel.

"Pour nous, l'enjeu est énorme puisqu'il est de diminuer de moitié nos émissions de CO2 à l'horizon 2025. Trois quarts des gaz à effet de serre sont générés par la traction, et trois quarts de la traction, c'est les bus", a souligné mercredi la Présidente-directrice générale de la RATP, Catherine Guillouard.

La Régie et Ile-de-France-Mobilités -qui finance- ont déjà attribué aux constructeurs français HeuliezBus, Bolloré et Alstom un marché portant sur quelque 800 bus électriques, pour 400 millions d'euros.
"On travaille ensemble sur le plus gros appel d'offres "ever" (jamais vu NDLR), de 2.100 bus, 1.400 biogaz et 700 électriques", a remarqué la dirigeante lors de la visite d'un dépôt de bus en voie d'électrification à Paris. Le montant pourrait atteindre 1,4 milliard d'euros.

L'objectif est pour la RATP de disposer en 2025 de 2.200 bus biogaz (contre 250 actuellement) et 1.500 électriques (contre 150), en plus de ses 1.000 hybrides. 
IDFM achète parallèlement des véhicules pour la grande couronne via la Centrale d'achat du transport public.

Transformer les dépôts
On considère comme "propres" les bus électriques, au biogaz ou hybrides (diesel et électrique).
"Des enquêtes ont montré que dans les embouteillages, ce qui arrive parfois à Paris, l'hybride polluait autant que le diesel", a relevé à ce propos Valérie Pécresse, présidente du conseil régional et d'IDFM.
Si elle a décidé de ne plus acheter de bus hybrides, il en reste 1.200 dans la région, dont 1.000 à la RATP.

Ces véhicules devraient disparaître à leur fin de vie vers 2030, selon le directeur général d'IDFM Laurent Probst.
A cette échéance, la région prévoit 70% de bus bioGNV et 30% d'électriques.
"L'un dans l'autre, (...) le bus au gaz est très bien et le bus électrique n'est pas mieux" sur le plan écologique, explique M. Probst : parce que le biogaz est produit dans la région à partir des déchets (agricoles, industriels ou ménagers), et parce qu'il faudra recycler les batteries des bus électriques.

Il y a aussi une question de coût, relève-t-il : quand un bus diesel coûte 230.000 euros en moyenne, il faut mettre le double, 450.000 euros, pour un modèle électrique.
Certes, le courant coûte moins cher que le gasoil, mais "à mi-vie, au bout de sept ans, il faut changer la batterie qui coûte 200.000 euros", constate-t-il.

"Un bus hybride coûte environ 350.000 euros pièce et un bus au GNV (gaz naturel pour véhicules) 300.000 euros", ajoute-t-il.
L'hydrogène sera pour plus tard, même si des expérimentations ont commencé à Jouy-en-Josas (Yvelines).
"Ce n'est pas pour tout de suite, la chaîne industrielle n'est pas prête", a jugé Mme Guillouard mercredi.

"Ce travail de décarbonation des bus, ce n'est pas juste: +j'achète un bus propre et je le pose sur une route+", a aussi observé Valérie Pécresse. "Le sujet, c'est la transformation des dépôts !"
L'élue a qualifié de "défi technologique" l'adaptation des centres-bus pour la recharge électrique ou l'alimentation en bioGNV. 
La RATP a notamment 25 dépôts à convertir pour 600 millions d'euros, et il y en a 28 autres en grande couronne, dont la transformation coûtera 105 millions. 

L'objectif de transformer tous les dépôts pour se débarrasser du diesel d'ici 2025 "est tenable si on n'est pas victime d'une surenchère administrative", a estimé Mme Pécresse, regrettant les problèmes de procédure rencontrés ici et là pour pouvoir engager les travaux.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Comme un parfum de période électorale ...?
C'est quand même étonnant que pour une fraction du parc, l'IDFM ne retienne pas l'hydrogène .. (insuffisance ou immaturité de l'offre constructeurs européens ? , coûts des infrastructures pour les dépôts ?
A Tokyo y a Toyota (c'est une image enfin pas seulement )
D'autre part ... Aucun projet de biocarburant par méthanisation des ordures ménagère ?
Pas suffisamment d'espace temps pour monter un partenariat Ratp / Syctom ...?
Si déjà "ils" évitent de commander des bus à BYI ou ses copains, c'est toujours çà !
;0)

Ade Airix, Le 22/10/2020 à 08:06

@AdeAirix: l'hydrogène n'est pas mature pour un déploiement large, et ne le sera pas d'ici 2025.
Par contre, effectivement, d'où provient le bioGNV?

Arnaud C., Le 22/10/2020 à 08:37

Bonjour cher Adeairix, je ne sais pas si du biocarburant est ou sera fabriqué à partir d'ordures ménagères, mais l'article dit explicitement que le bus alimenté au biogaz est aussi, voire plus "propre" que le bus électrique grâce à la provenance de ce gaz car justement issu des OM.

Il y a une affirmation de la présidente de la Région IdF dans cet article qui m'interpelle :
"Des enquêtes ont montré que dans les embouteillages, ce qui arrive parfois à Paris, l'hybride polluait autant que le [D]iesel"
On nous aurait menti sur l'Hybride ?
C'est pareil pour les bagnoles ?
Allo les Verts ?
Les Français veulent savoir comme dirait V'la du Bourdin.

Bruno Haas, Le 22/10/2020 à 09:57

Cher Bruno
1 Oui pour votre remarque sur le biogaz...En scandinavie (Danemark ?) Il existe des flottes de bus qui, me semble-t-il, fonctionnent uniquement ave du gaz (bio?) résultant de la méthanisation des OM...Après il y a un critère volumétrique qui peut faire varier la donne pour une exploitation à 100% avec cette seule de carburant "bio" ...
Toujours en Europe du Nord, il me semble que Keolis (c'est Français Mossieur) a commencé à exploiter des bus fonctionnant à l'hydrogène... En France outre une expérimentation (me semble-t-il ) dans l'Ouest Parisien , il y a Le Mans et Pau (avec son Maire tellement "progressiste")
2 Pour la pollution des hybrides dans les embouteillages, y aurait il une certaine espièglerie de votre part . .. C'est vraiment pas votre "genre" pourtant ...
;0))

Ade Airix, Le 22/10/2020 à 13:58

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 22/10/2020

Catégorie Autour de l'auto

Le Préfet de Lyon opte pour une circulation différenciée

(AFP) - Le préfet du Rhône a annoncé l'instauration à partir de mardi 05h00 de la circulation différenciée à Lyon et ses alentours en raison d'une alerte à la pollution aux particules fines dans le bassin lyonnais-nord Isère.

24/11/2020

Le groupe Dubreuil cède 30% des parts de sa filiale de transport aérien

La filiale de transport aérien du groupe Dubreuil va bénéficier d'un apport en capital de 50 millions d'euros de la part du groupe CMA CGM, acteur majeur du transport de fret par bateau. Celui-ci va également acquérir 30% du capital de la filiale qui réalise un tiers du chiffre d'affaires du groupe Dubreuil.

23/11/2020

Reconfinement : le secteur automobile serre les dents

(AFP) - Le deuxième reconfinement, plus léger que le premier, porte néanmoins un nouveau coup à l'automobile française et ses 500.000 salariés alors que le secteur commençait à se redresser.

02/11/2020

Michelin avale 100% du Fooding

(AFP) - Le groupe Michelin a finalisé l'acquisition de 100% du guide Fooding, jeune concurrent de l'emblématique guide gastronomique rouge, dont il détenait déjà 40%, a indiqué le groupe Michelin dans un communiqué.

26/10/2020