Ressources Humaines - 22/10/2020

Le GNFA contraint de se restructurer pour restaurer sa compétitivité

Le GNFA s'attend à une perte de 18 millions d’euros cette année, conséquence directe de la crise sanitaire. Un projet de réorganisation, assorti d’un plan de sauvegarde de l’emploi, va être négocié avec les partenaires sociaux dans les mois à venir.

Le GNFA contraint de se restructurer pour restaurer sa compétitivité

Le plan de restructuration du GNFA prévoit la fermeture d’agences et de centres de formation mais aussi une refonte de ses différentes directions et l’abandon des cursus les moins rentables.

Auteur : Xavier Champagne
Chef de rubrique

Partager cet article

La direction du GNFA a présenté la semaine dernière à ses salariés un projet de réorganisation, assorti d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Virginie de Pierrepont, présidente de l’association, espère que les négociations avec les partenaires sociaux aboutiront au plus tard en janvier prochain, car "chaque mois d’incertitude qui passe renforce les inquiétudes de nos salariés qui doivent pourtant assurer la continuité de leur mission".

La situation de l’organisme de formation de la branche des services de l’automobile est alarmante  : "Nous devrions réaliser une perte de 18 millions d’euros cette année, ce qui va réduire à néant nos fonds propres. Si l’on ne fait rien, c’est la liquidation judiciaire assurée", explique la présidente.
L’organisme, bénéficiaire en 2018 et 2019, a subi de plein fouet la crise sanitaire : "Nous avons dû cesser les formations pendant le confinement, puis les entreprises ont eu trop de travail pour envoyer leurs salariés en formation. Au final, notre chiffre d’affaires devrait être divisé par deux cette année, à 28,5 millions d’euros (contre 56 millions en 2019)", estime-t-elle.

Jusqu’à maintenant, le GNFA a pu continuer à payer ses 416 salariés (dont 206 formateurs et consultants), grâce au chômage partiel "qui ne pourra être maintenu que jusqu’au 24 décembre", et conserver de la trésorerie grâce à une avance de l’organisme financeur, l’OPCO Mobilités, et à des franchises de loyers accordées par ses SCI. "Nous sommes toujours dans l’attente d’un accord pour obtenir un PGE", ajoute la présidente.

Le Covid a été l’accélérateur d’une réforme qui avait commencé à se faire en douceur au sein du GNFA, à travers le non-renouvellement de départs en retraite et une orientation des formations vers moins de présentiel pour les rendre plus compétitives (avec la réduction des frais de transport notamment).
"De 60 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018, nous nous attendons à tendre vers une fourchette de 41 à 43 millions à l’avenir, directement en lien avec la réforme de la formation professionnelle de septembre 2018 qui réduit progressivement notre champ d’activité de plusieurs millions d’euros et ouvre le marché de la formation continue à davantage de concurrence, dont celle des CFA et d’entreprises comme Renault qui a créé une BU dédiée à la formation".

Les mesures d’urgence envisagées par la direction du GNFA prévoient la fermeture de 4 agences commerciales et de 3 centres de formation, à Clermont-Ferrand (63), Le Mesnil Esnard (76), Saint-Benoît (86), Besançon (26) et Brive la Gaillarde (19), sur un total de 16 agences et 16 centres. "L’objectif est de nous recentrer sur nos centres de formation principaux, gérés par nos SCI, et de ne plus déplacer des formateurs et du matériel dans les CFA où nous louons des espaces. Nous souhaitons aussi faire évoluer notre approche commerciale en réduisant le poids des agences locales tout en développant notre service marketing central et nos outils digitaux (informations et inscriptions en ligne). Notre clientèle de grands groupes de distribution sera aussi traitée en central, comme le sont déjà les grands comptes que sont les constructeurs et les équipementiers", explique Virginie de Pierrepont.

Le GNFA va aussi revoir l’efficacité de chacune de ses directions et supprimer les formations les moins rentables. L’organisme cite trois formations spécifiques : la maintenance du véhicule industriel "coûteuse en équipements et souvent intégrée par les constructeurs", la gestion d’entreprise et la bureautique, "deux domaines très concurrencés et sur lesquels nous sommes moins connus", explique la présidente.

"La notoriété du GNFA n’est plus à faire. Nous devons maintenant nous concentrer sur nos activités à valeur ajoutée, les formations métiers, le commerce, tout en développant la digitalisation de la formation. 10% de nos formations peuvent se faire à distance, et d’autres formations peuvent mixer distanciel (modules théoriques sur aspect juridique ou financier, par exemple) et présentiel (techniques véhicules et jeux de rôle vendeurs, notamment). Notre objectif est de renouer avec la croissance grâce à une compétitivité restaurée à horizon 2022", conclut la présidente.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

En tant que consultant au sein du GNFA je souhaite beaucoup de courage aux salariés qui sont compétents, sympathiques, dévoués et passionnés.
Mauvaise période à traverser, tenez bon !
Bonne chance à Virginie et toute son équipe.

Bruno Haas, Le 22/10/2020 à 09:43

Quelles erreurs d'appréciations ! Dans une projection pessimiste, le GNFA va finir l'année à 28,5 millions d'euros de CA avec 6 mois d'activité, faite le calcul pour une année normale... Dire partout, y compris dans le projet de PSE que 4 Agences vont fermer est un mensonge, c'est 7 agences qui vont fermer et tous les postes d'Assistantes Commerciales de terrain vont être supprimés (la force commerciale de terrain passe de 36 personnes à 10). C'est le maillage territoriale qui est sabré et donc le contact avec les clients du GNFA, comment justifier un tel choix stratégique quand tous les économistes s'accordent pour dire que la clé d'une reprise c'est le commerce de terrain. Les CFA pourrait faire concurrence, en effet, ils pourraient... mais il ne le font pas. Et pour cause ils peinent déjà à accueillir leurs apprentis et à trouver assez de professeurs. En revanche, le fait de fermer des sites va évidemment obliger les professionnels à solliciter les CFA des environs de Brive, Besançon, Poitiers ou Rouen pour pouvoir se former. Supprimer l'activité Véhicule Industrielle en disant que cela n'est pas rentable, alors que le GNFA fait 80% d'activité sur Keolis et Transdev, chez les clients et sur le matériel des clients. Tous les investissements en matériel et véhicule qui ont été fait pour le V.I. n'ont effectivement servi à rien. Si cette activité n'est pas rentable ce n'est pas faute d'activité, c'est à cause d'investissements inutiles. Ce PSE préconise de supprimer un grand nombre de postes de formateurs, pour un organisme de formation, on peut s'en étonner. Mais plus globalement ce sont presque systématiquement des postes producteurs de valeur ajoutée qui sont supprimé, quand le back office est renforcé. Et pour finir, contre toute attente, le Codir n'est pas impacté par ce PSE, chaque membre garde ses avantages, son poste et son salaire. Un Codir à 6 têtes plus une Directrice Générale plus une Présidente au poste de DG Adjointe, dans l'organisation actuelle, qui ne bouge pas dans l'organisation projetée qui va perdre un quart à un tiers des effectifs du GNFA. Est-ce bien sérieux ?

Eric Robin-Auffret, Le 26/10/2020 à 16:15

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 22/10/2020

L'Ile-de-France veut se débarrasser de ses bus Diesel

(AFP) - Sus au Diesel! L'Ile-de-France s'est lancée dans un vaste programme de verdissement de sa flotte de bus, pour ne plus faire circuler dans dix ans que des véhicules fonctionnant au biogaz ou à l'électricité, un effort se montant à plus de quatre milliards d'euros.

Autour de l'auto

Catégorie Ressources Humaines

Réinventer le "présentiel", véritable enjeu du télétravail

Alors que nous en sommes au deuxième confinement, le premier avait fait apparaître la nécessité de redéfinir l’organisation du travail pour l’adapter à une situation appelée à devenir le "Nouveau normal". C’est pour identifier des pistes d’évolution que nous avons mené l’enquête. Christophe Muyllaert, notre partenaire RH sur le sujet, décrypte les résultats.

16/11/2020

Le double objectif du partenariat Garac/Transdev

La signature du 22 septembre 2020 permet au Garac de s’ancrer encore plus dans la Mobilité et à Transdev de faire face à un contexte tendu en termes de recrutement dans les métiers de la maintenance des véhicules de transports collectifs.

12/10/2020

Le Garac a le vent en poupe

Entre des jeunes toujours attirés par les véhicules à moteur et des entreprises du secteur automobile en recherche continue de jeunes talents, le Garac affiche une rentrée record et de nouvelles formations.

16/09/2020