Publicité
Marchés - 01/06/2022

Le PIB de l'UE pourrait chuter de 4,2% en cas d'embargo total sur les énergies russes, souligne la Banque d'Espagne

(Reuters) - L'arrêt des exportations énergétiques russes pourrait provoquer une contraction de 2,5 % à 4,2% à court terme du produit intérieur brut (PIB) de l'ensemble de l'Union européenne, souligne la Banque d'Espagne dans un rapport publié mardi.

Le PIB de l'UE pourrait chuter de 4,2% en cas d'embargo total sur les énergies russes, souligne la Banque d'Espagne

L'arrêt des exportations énergétiques russes pourrait provoquer une contraction de 2,5 % à 4,2% à court terme du produit intérieur brut (PIB) de l'ensemble de l'Union européenne, souligne la Banque d'Espagne dans un rapport publié mardi. /Photo prise le 28 février 2022/REUTERS/Dado Ruvic

Auteur : Reuters

Partager cet article

Toutefois, l'impact estimé pour la première année d'une éventuelle suspension des livraisons russes devrait diminuer par la suite, ce qui reflète la capacité d'adaptation croissante du bloc pour remplacer les importations en provenance de Moscou, relève la banque centrale.

L'impact économique serait nettement plus important dans les trois premières économies de la zone euro - l'Allemagne, l'Italie et la France - , ainsi que dans les pays d'Europe de l'Est, en raison de leur plus grande dépendance à l'égard des approvisionnements énergétiques russes, indique le rapport.

Le PIB devrait ainsi diminuer d'entre 1,9% et 3,4% en Allemagne, entre 2,3% et 3,9% en Italie, entre 1,2% et 2% en France et entre 0,8% et 1,4% en Espagne, a déclaré Javier Quintana, économiste de la Banque d'Espagne.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne sont convenus lundi de réduire de 90% les importations de pétrole en provenance de Russie d'ici la fin de l'année.

L'UE devrait également connaître une augmentation de 1,6 à 2,7 points de pourcentage du taux d'inflation, selon le rapport.

L'inflation dans la zone euro a atteint un nouveau record de 8,1% en glissement annuel en mai.

La suspension des importations de produits pétroliers russes devrait avoir un impact plus faible que l'interruption des approvisionnements en gaz naturel et charbon en provenance de ce pays, précise le rapport.

L'Union européenne a adopté début avril un train de sanctions qui prévoit un embargo sur les importations de charbon russes à partir de la deuxième semaine d'août, mais les livraisons de gaz russe, dont l'UE est fortement dépendante, ne sont toujours pas concernées par les sanctions européennes.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

On va finir par constater que le PIB européen va plus se casser la gueule que le PIB russe !

Bruno Haas, Le 01/06/2022 à 10:08

@Bruno Haas: les prévisions pour le PIB russe estiment une baisse de plus du double.

Arnaud C., Le 01/06/2022 à 12:44

J'entends bien Arnaud, c'est mon côté taquin et moqueur.

Bruno Haas, Le 01/06/2022 à 13:56

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 01/06/2022

Lithium : Eramet voit d'autres opportunités en Amérique du Sud

(Reuters) - Eramet aimerait développer de nouveaux sites de production de lithium en Amérique du Sud, notamment au Chili et en Bolivie, a dit à Reuters le nouveau directeur de la stratégie du groupe minier, dans le cadre de son renforcement sur ce métal stratégique pour les véhicules à batterie électrique.

Equipementiers

L'UE va mettre fin aux importations de pétrole russe à 90%

(Reuters) - Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne sont convenus lundi d'interdire immédiatement plus des deux tiers des importations de pétrole russe et de mettre fin à celles-ci à 90% d'ici la fin de l'année, une mesure destinée à assécher les sources de financement de la "machine de guerre" de Moscou.

Marchés

Catégorie Marchés

Marché moto en juin et au premier semestre : Des hauts et des bas !

Le marché de la moto poursuit son effet yo-yo : après un excellent mois de mai, il a perdu du terrain en juin. Sur le premier semestre, il résiste cependant très bien, avec une baisse limitée à 3,6%, 2022 se situant ainsi parmi les meilleurs millésimes.

02/08/2022