Publicité
Publicité
Marchés - 24/03/2023 - #Renault , #Volkswagen , #Audi , #Bmw , #Ferrari , #Porsche , #Stellantis

Les électrocarburants, mirage ou miracle pour les voitures à essence ?

Par AFP

(AFP) - Plusieurs constructeurs automobiles croient aux électrocarburants, produits à partir de CO2 et d'hydrogène, pour remplacer une partie de l'essence dans leurs réservoirs. Mais ils sont encore très rares, énergivores, polluants, chers à produire et seraient d'abord accaparés par d'autres secteurs comme l'aviation, selon des experts.

Comment sont produits les "e-fuels" ?


Ces carburants de synthèse (ou "e-fuels") sont pour la plupart produits en combinant de l'hydrogène et du CO2.

Pour que ce processus soit neutre pour le climat, il faut que l'hydrogène soit produit via de l'électricité décarbonée, et que le dioxyde de carbone soit capturé dans l'air, les émanations industrielles ou issu de la biomasse.

Ils ont les mêmes propriétés que l'essence ou le Diesel, et peuvent être utilisés purs ou mélangés à du pétrole sans avoir à modifier le moteur.

Ces électrocarburants constituent alors un levier puissant pour les différents moyens de transports afin de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Ils sont complémentaires des biocarburants, produits à partir de résidus de l'agriculture, de déchets ou d'huiles usagées.

Le premier procédé permettant la production de carburants de synthèse a été mis au point dans les années 1920 par deux chimistes allemands, Franz Fischer et Hans Tropsch. En mal d'approvisionnements pétroliers, l'Allemagne nazie en avait fait grand usage, développant une filière de production à partir du charbon.


Qui s'y intéresse ?

Tout en prenant à fond le virage de la voiture électrique, de nombreux constructeurs automobiles fantasment sur l'avenir des e-fuels.

Porsche a investi dans une usine pilote dans le sud du Chili, profitant des vents très forts de la région pour produire de l'électricité décarbonée.

L'usine de Haru Oni, lancée fin 2022, compte produire à court terme une petite quantité de carburant (130.000 litres par an).

Il sera utilisé lors de courses automobiles et de démonstrations par Porsche.

BMW et Volkswagen (propriétaire de Porsche et d'Audi, qui s'y intéresse aussi) ont défendu récemment les électrocarburants, utilisables dans "un grand nombre de voitures existantes" mais aussi pour "les segments de niche", selon le patron de Volkswagen, Oliver Blume.

Le gouvernement allemand bloque ainsi la transition de l'automobile européenne au 100% électrique en réclamant un feu vert pour ces carburants de synthèse.

La société californienne Prometheus, soutenue par BMW mais aussi par le transporteur maritime Maersk, promet un carburant produit selon une autre technologie, qui ne demande pas une pression ou une température particulière, et donc moins énergivore et moins chère, selon elle.

Ferrari explore cette voie en Formule 1 avec son partenaire pétrolier Shell.

Renault et Stellantis s'y intéressent aussi, notamment en partenariat avec le géant saoudien du pétrole Aramco, qui doit lancer une usine de carburants synthétiques (pour l'aviation, la marine et la route) en 2024 en Espagne, avec le pétrolier Repsol.  


Les "e-fuels" polluent-ils ?

Cette technologie est vivement contestée par des experts et ONG environnementales.

Leur rendement énergétique est "très mauvais" par rapport à l'électricité ou l'hydrogène, "les procédés industriels ne sont pas prêts, leur production coûte cher et il y en aura relativement peu", énumère Nicolas Dore, de l'Agence française pour l'environnement (Ademe).

L'agence voit plutôt une place pour ces nouveaux carburants dans les secteurs "très difficiles à décarboner", à commencer par le transport aérien.

Par ailleurs, s'ils sont neutres en carbone, ils émettent toujours des dioxydes d'azote (NO2) et des particules cancérigènes, souligne l'ONG Transport & Environment (T&E).

Selon l'ONG, les e-fuels sont un "cheval de Troie" de l'industrie automobile pour prolonger la vie des moteurs thermiques et risquent de retarder les investissements dans l'électrification.

"La reculade de la Commission européenne est une aberration pour le climat, pour la santé des citoyens européens mais également pour la compétitivité de notre industrie automobile", a lancé mercredi la député européenne Karima Delli (Les Verts-ALE).


Aura-t-on des "e-fuels" dans nos réservoirs ?

La production complexe et énergivore des e-fuels pourrait occasionner un coût à la pompe de 2,82 euros minimum en France en 2030, soit presque 50% de plus que l'essence ordinaire aujourd'hui, et ne couvrir que 2% des besoins, selon T&E.

Porsche assure de son côté qu'avec l'augmentation de la production, ces carburants synthétiques seront vendus à long terme au même prix que l'essence.

"Il y a d'autres solutions plus mûres, moins chères et avec de meilleurs rendements énergétiques", conclut Nicolas Dore de l'Ademe.

"On doit encore déterminer quand et comment les e-fuels seront disponibles dans les stations-service", a précisé un porte-parole de Porsche à l'AFP. "Mais ce sera l'exception plutôt que la règle".

Publicité

Réactions

e fuel 12€ le litre et fait avec du jus à base de lignite à 100 g de CO2 le KWh,sont têtus les Teutons,qu’ils commencent déjà à décarboner leur production électrique !

Article à charge très anti e-fuel. "Ca ne marchera jamais !"
Laissons les R&D travailler.
Paris ne s'est pas fait en un jour.
Si les ingénieurs et les chimistes n'arrivent pas à rendre ce carburant économiquement viable ils passeront à autre chose, épicétou.

Perte de temps et d'énergie.

Non Bruno, cet article n'est pas à charge ! II est réaliste !
Arrêtez de vous cacher le soleil avec la main !
Le rendement est très bas, cela pollue en entrée et en sortie, c cher.
Croire également que les chimistes vont faire des miracles est pour l'instant un rêve de gamin.
Un carburant par définition aura toujours des rejets.
Et laisser faire des industriels qui font une forte résistance aux changements car leur business model est remis en cause devrait être interdit. Que d'argent investit pour rien.

Même Alain qui est loin d'être un Pro VE de la première heure le dit !

@Arnaud C., Le 24/03/2023 à 10:56
Dîtes-vous la même chose pour les EPR ? J'espère que non, et pourtant que de temps perdu, d'énergie perdue et de dépenses incontrôlées !
Et pourtant encore, ces centrales nucléaires sont (seront) INDISPENSABLES au fonctionnement des VE que vous voulez -à l'exception de toutes les autres motorisations (sauf erreur de ma part).
Comme certains écolos, préconisez-vous aux ingénieurs et techniciens de la filière nucléaire d'arrêtez de "perdre leur temps et leur énergie" ?
Le fameux principe de précaution inscrit dans la constitution française doit sans doute vous ravir.

Cher Boison +, j'aime bien quand vous me traiter de gamin.
A défaut d'argumenter, ça me rajeunit. Merci.

Si je résume bien, on a d'un côté, les ingénieurs de Porsche, d'Audi, de BMW, de Prometheus, de Maersk, de Ferrari, de Shell, de Renault, de Stellantis, d'Aramco, de Repsol qui sont de doux rêveurs, de l'autre les ONG environnementales, une députée européenne Vert-ALE, et trois lecteurs -pour l'instant- d'Autoactu qui savent que c'est une solution sans avenir. Yapafoto donc !

Concernant l'EPR, bien sur que c un gouffre sans fond ! La solution est ailleurs dans le nucléaire nouvelle génération et le renouvelable.
Mais cela n'a rien à voir avec la voiture électrique. L'électricité est partout dans notre vie.
Voiture électrique ou pas, notre civilisation a besoin d'électricité.
D'ailleurs, la voiture électrique a besoin a de 4% d'augmentation de production par an pour permettre d'alimenter à terme le parc automobile.

Bruno, sans cesse vous vous réfugiez derrière les ingénieurs des constructeurs et faîtes confiance à leur choix.

Vous savez comme moi que celui qui parle le plus fort n'a pas forcément raison et souvent a tort !

Sortez du cadre, soyez libre !
Tout ceux que vous avez citez d'ailleurs investissent massivement dans l'électrification de leur gamme ! ;-)

Je n’arrive toujours pas à comprendre la position des gens qui disent effectivement que « ça ne marchera jamais » à propos de n’importe quelle solution technologique, tout en maintenant mordicus que le 100% véhicule électrique marchera.
Ceux-là même qui sont aussi pour un 100% énergies renouvelables dont on sait, pour le solaire et l’éolien, qu’ils sont par nature intermittents et dont on pourrait donc se servir du « trop produit » pour fabriquer ces carburants de synthèse.
Pourquoi ne pas laisser les scientifiques et industriels travailler jusqu’à démontrer ou pas la viabilité de cette technologie ?
Sans oublier que le tout électrique en Europe fera que les constructeurs dépendant essentiellement de ce marché (seulement 14% du marché mondial) seront rapidement marginalisés.
La disparition de notre industrie aura permis vers 2060 de réduire les émissions de CO2 de 1,7% maximum à la condition que les autres pays n’augmentent pas leur parc thermique…

Yves, c tout simplement les lois de la physique ! Un carburant que l'on brule émettra toujours des rejets ! Et en plus pour le produire, cela pollue également et il faut de l'électricité !!
C'est le chien qui se mord la queue !
Il y a des impasses qu'il faut savoir accepter. L'hydrogène est une impasse également mais les lobbies ont la dent dur malheureusement. En passant la start-up Hopium licencie a tour de bras, et se trouve dans la panade. Cela s'appelle le mirage de l'hydrogène.
Inventer un nouveau concept de moteur, oui.
Biens sur que le graal serait le moteur à eau salée !

@Boisons Plus à 11:54
Cher Boisons, je ne connais pas "vos états de service" mais vous opposez l'EPR qualifié de gouffre sans fond avec le "nucléaire nouvelle génération". C'est quoi ce nucléaire nouvelle génération ? Ca émerge comme ça, d'un coup, sans R&D, sans tâtonnements, sans essais couteux, sans échecs ?

Je ne me réfugie derrière personne mais j'avoue avoir beaucoup plus de respect pour les ingénieurs du CEA -dont certains que j'ai très très bien connus- et pour les ingénieurs R&D constructeurs que pour des baltringues escrolos ou pour les lecteurs d'Autoactu autodéclarés experts en nucléaire, en électricité, en exploitation minière, en chimie, etc. Mais peut-être que je me trompe et que vous travaillez dans l'une de ces filières ? Alors détrompez-moi.

Enfin, vous écrivez -comme argument massue- que tous les constructeurs et pétroliers que je cite investissent massivement dans le VE, comme s'il s'agissait d'un choix délibéré. J'espère que vous vous moquez.

J'oubliais cher Boisons, à votre avis, qui a conçu et fabriqué votre Tesla ?
La députée Vert-ALE ?
Les beaux parleurs d'une ONG environnementale ?
Peut-être qu'il s'agissait des ingénieurs de Tesla motors, créé en 2003, c-à-d il y a déjà 20 ans ! Combien de milliards investis, combien de tests, combien de choix abandonnés, combien de "temps perdu", combien d'énergie dépensée ?
Et combien de personnes, ici-même, affirmant que "ça ne marcherait jamais" ?
Combien de moqueries envers le "fantasque milliardaire" ?
Combien de personnes persuadées qu'il s'agissait d'une bulle spéculative avec promesses de faillite ?
J'aurais dû garder les déclarations (pas les vôtres alors que vous défendiez, ô combien, l'aventure Tesla).
Remerciez les ingénieurs de Tesla, entre autre.

Et puis les carburants de synthèse on a ça depuis des siècles dans le Perche.
Mettez juste un litre du Calva de contrebande de Tata Simone dans vot'bagnole et tout le monde a une Porsche et Bruno gagne le MotoGP avec son Solex..
On a arrêté de le vendre, ça sentait trop la pomme pourrie...
;0))

Bien vu Luc ! Le calva, il n'y a que cela de vrai !

Bruno ! Je n'ai rien contre les Ingénieurs bien au contraire (mes 2 parents le sont !) ! Et je remercie ceux qui ont lancé la marque Tesla !

Mais ils ne partaient pas d'une feuille blanche. Dois je vous rappeler que la première voiture à avoir franchement la barre des 100 km/h sur une plage d'Ostende était une voiture électrique, la Jamais Contente !
On savait déjà à l'époque que le rendement des moteurs électriques étaient bien meilleur que les moteurs thermiques.
Les moteurs électriques sont partout dans nos vies depuis plus de 100 ans. Imagineriez vous un ascenseur fonctionnant au diesel ?? ;-)

Vous pensez que les ingénieurs de Toyota ou autres ont le choix ? ? Ils sont payés pour faire des recherche ds le domaine qu'on leur demande !

Demandez par exemple à JM Jocanvici ce qu'il pense de l'hydrogène :
https://www.youtube.com/watch?v=Ogw_UjPXtQg

https://jancovici.com/publications-et-co/articles-de-presse/sus-a-lhydrogene/

Oui oui , la Jamais Contente et tout ça, ça va. Tous les lecteurs d'Autoactu connaissent l'histoire par cœur.
Heureusement que les ingénieurs de Tesla ne se sont pas inspirés de cette guimbarde pour faire les Tesla ! Il y a eu quelques avancées entre la Jamais Contente et ne serait-ce que les tentatives des années 90's, mais surtout le travail formidable de l'hybridation, en particulier de Toyota évidemment.

Vous ne répondez jamais aux questions embarrassantes : c'est quoi le nucléaire nouvelle génération ? Votre réponse, détaillée si possible, intéressera surement le Polytechnicien corpsard Telecom Jancovici... et me rendra moins ignorant en la matière (fissible).

3 ÉPR tournent dans le Monde sans soucis,1 Siecle de production 24/24 ( puisque l’on recharge en roulant) gloire à la France et ses ingénieurs et Slava Ukraini

Bruno... Toyota n'y est pour rien en terme de développement de voiture électrique! Ce ne sont pas les mêmes types de moteur et la batterie n'a rien à voir !

Et vous qu'avez vous pensé de la vidéo de Jankovic ? ;-) Bizarre vous en parlez pas non plus !

https://www.forumnucleaire.be/theme/innovation/les-reacteurs-nucleaires-du-futur

Cher B+
J’ai bien aimé la BD de Jancovici, mais, comme beaucoup de ces personnages dont la notoriété est venue trop vite et trop fort (Hulot, Arthus Bertrand, Thunberg, etc.) ils attrappent la grosse tête et les gogos trouvent leurs déclarations parole d’évangile. Je rêve comme un gamin mais ne suis pas un gogo (trop vieux !)

Cher Bruno, ce qui est gênant ds votre raisonnement, c votre forme de naïveté.

Vous faites confiance aveuglément à des ingénieurs que vous ne connaissez pas. Vous faites comme si les lobbys et la résistance au changement n’existait pas.
Alors si Toyota et les autres l’ont dit, c’est que cela doit être vrai…

Vous me rappelez l’histoire du bûcheron qui va voir l’indien et qui lui demande si l’hiver sera rigoureux… Et plus il va le voir et plus l’indien lui dit hiver rigoureux. un jour le bûcheron lui demande mais comment savez-vous que l’hiver est rigoureux : l’indien lui répond : si homme blanc coupe du bois alors hiver rigoureux !! ;-)

Si vous êtes un ingénieur polyTechnicien, je ne peux pas croire que vous n’ayez pas votre propre vision sur l’hydrogène et donc que vous compreniez facilement le faible rendement de ce carburant, sa difficulté a le fabriquer, transporter, le comprimer, le stocker. Ou est votre objectivité ?

Croire à une nouvelle solution miracle avec l’hydrogène me paraît complètement utopique lorsqu’on connaît ses caractéristiques.

C’est un peu facile également de balayer d’un revers de la main Jancovici et les autres. Ce Dernier n’est pas une star du petit écran et ne recherche pas la notoriété. mais son analyse vous dérange car elle ne va pas dans votre sens.

Bon week-end !

Ce que j’aime dans la R&D c’est l’effort, les échecs, la persévérence, l’ingéniosité et toutes ces qualités qui contredisent l’axiome : ça ne marchera jamais.
Très bon weekend cher BP.

Il me semble que l’article ne se limite pas à l’hydrogène qui n’est sans doute pas la panacée pour les voitures même s’il a probablement son intérêt pour des applications plus sédentaires voire pour les poids lourds (et l’aéronautique ?).
Si j’ai bien compris il s’agit des carburants de synthèse en général et dans ce cas, s’ils sont fabriqués grâce à l’énergie électrique décarbonée disponible (ENR) et en captant le CO2 émis par l’industrie, sous réserve de compétitivité économique hors taxes, ils pourraient être une alternative non exclusive aux véhicules à batteries.

Il me semble que l’article ne se limite pas à l’hydrogène qui n’est sans doute pas la panacée pour les voitures même s’il a probablement son intérêt pour des applications plus sédentaires voire pour les poids lourds (et l’aéronautique ?).
Si j’ai bien compris il s’agit des carburants de synthèse en général et dans ce cas, s’ils sont fabriqués grâce à l’énergie électrique décarbonée disponible (ENR) et en captant le CO2 émis par l’industrie, sous réserve de compétitivité économique hors taxes, ils pourraient être une alternative non exclusive aux véhicules à batteries.

Bravo Yves, votre raisonnement pragmatique me convient beaucoup mieux que le dogmatisme de certains...

Yves, votre analyse est bonne pour l’hydrogène.

Et cette analyse est aussi valable pour les carburants de synthèse : utiliser de l’électricité pour fabriquer un carburant indique déjà une perte de rendement. Ce carburant aura forcément des rejets car il sera brûlé.

Bruno, il ne s’agit pas de dogmatisme mais au contraire de pragmatisme réaliste : à partir de moment ou l’on utilise de l’électricité pour fabriquer de l’hydrogène (ou carburant de synthèse), et que l’on réutilise l’hydrogène pour fabriquer de l’électricité, il y a une énorme perte de rendement. Sans parler du transport, du stockage…etc. C pragmatique.

Cher Boisons, vous ne pouvez pas avoir raison contre TOUS les constructeurs que vous qualifiez avec condescendance de doux rêveurs.
Que vous pensiez que je sois naïf est une chose -après tout pourquoi pas- mais que affirmiez que les chimistes et les physiciens fassent fausse route à ce point en est une autre.
Vous vous obstinez sur des histoires de rendement. Il y a 100 ans le moteur à explosion devait tourner autour de 5 à 10%. Le Boisons de l’époque auraient dit de tout arrêter devant tant de gaspillage. Il nous aura rendu tant de service (et de plaisir) pendant plus d’un siècle. A vous aussi Boisons !
Qui plus est, trimballer une personne de 70 kg avec un engin de 1,5 t à 2 t est d’une bêtise crasse, d’un rendement infinitésimal, quel que soit le moteur utilisé.
Laissez faire les chercheurs !

Bruno.
Pensez au pignon de cinquième ,il faut agir !
Je viens de livrer une model3 longue autonomie ,le plein de 20 à 97% à 27€ pour 435 kms pointes à 120,40 minutes de charge…..pas mal,à suivre.
En plus le client va toucher 7000€ sur une occasion et nous ….pas grand chose ,ainsi va le Monde,ici on se tire dessus pour une bassine et en Ukraine pour sa Liberté ,dingue ,non?

Merci de me rappeler le pignon de 5ème !
J’ai pris RDV avec mon garage fétiche (TipToy) à Doussard. Il va regarder ce qu’il faut faire.
J’adore sa bagnole de courtoisie : une 306 Diesel de 360 000 km !
Quand je pense que Jo disait que les petits Diesel n’étaient pas fiables.

Sinon, oui ce monde est dingo !

Non Bruno, ce ne sont pas tous les Constructeurs ! Il y en a des dizaines de marques électriques qui sont apparues. Et les Constructeurs historiques s'y mettent aussi même si on leur force la main.
Et quand bien même , la majorité ne signifie pas avoir raison ! Il y a tellement d'exemple comme Galilée ! Et il avait raison !
Demandez à un Chercheur/ingénieur indépendant (qui ne travaille pas pour Porsche!) ce qu'il pense de ces carburants.
Le plus énervant, c'est de se dire qu'un Polytechnicien garde ses oeillères et ne comprenne pas que l'hydrogène de par sa nature est réservé à un usage limité (fabrication, transport, stockage).
Travailler sur d'autres pistes, oui, bien sur ! Le moteur à eau ou à air comprimé !

Au final vous êtes comme ces constructeurs qui aimerait tant que le monde reste au pétrole car c leur business model très rentable depuis plus de 100 ans : vous avez une forte résistance au changement !

RDV dans 5 ans, promis on en reparle !

Je n'oppose pas, comme vous le faites sans arrêt, la propulsion électrique à la propulsion thermique, quel que soit le carburant utilisé.
Pour reprendre l'exemple de Porsche, cette marque propose des VE. Alors ! Qu'en pensez-vous ?

Qu'est-ce qu'un chercheur/ingénieur "indépendant" ? Une définition vite !

Parlant du moteur à eau ou à air comprimé, j'espère que vous faites du second degré. Si ça n'est pas le cas, permettez-moi de vous dire que vous vous ridiculisez (nothing personal)

Je n'ai aucune résistance au changement car je suis ARCHI POUR le VE !!! En quelle langue faut-il vous l'écrire ? J'ai écrit mille fois qu'il fallait des VE avec des grosses batteries et des petits moteurs, qui ne font pas le 0 à 100 en 2", qui ont du coup une grande autonomie, qui plafonnent à 100 km/h et qui ne pèsent pas plus d'une tonne. C'est quand même pas compliqué de vous mettre ça dans le crâne !!!
Soit vous n'avez pas de mémoire, soit vous êtes de mauvaise foi ; les deux ?

Du calme Bruno ! Pas besoin de s'énerver !

Un Chercheur indépendant est un chercheur qui ne travaille pas pour un constructeur thermique ou pour un pétrolier !

Oui second degré !

Je me réjouis de savoir que vous êtes pour le VE !

Tout va bien !

Très belle journée !

Merci cher Boisons, je n'aurai pas dû m'énerver...
Vive la voiture électrique ! (et longue vie aux pistons)

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Marchés

Avec le Moove Lab, Mobilians et Via ID orientent l’avenir de la mobilité en Europe

Créé il y a 5 ans par Mobilians (CNPA à l’époque) et Via ID (fonds d’investissement de Mobivia), le Moove Lab est une initiative originale qui a su saisir au bond l’opportunité de s’installer à Station F pour peser sur la fabrication des nouvelles solutions de mobilités. Le succès du programme lui vaut une reconnaissance européenne et un élargissement progressif à d’autres pays.

Réseaux

Emil Frey France va prendre 35% du groupe Kertrucks

Le groupe Emil Frey France se diversifie dans le secteur du poids lourd en prenant une participation dans l’un des tout premiers distributeurs Renault Trucks de France, le groupe Kertrucks, avec le projet de l’acquérir à 100% d’ici 5 ans.

Marchés - 02/06/2023

Marché automobile français : un mois de mai qui reste bas

La croissance du marché automobile VP en mai, à +14,8%, ne signe toujours pas le retour à la normal. La base de comparaison étant très basse, les volumes sont toujours historiquement bas et la tendance marché reste très basse entre 1,5 et 1,8 million d’unités selon les hypothèses. Renault reste en tête du marché, Volkswagen quatrième devance Citroën. Premières immatriculations de BYD et Leapmotor. Les prises de commandes sont en forte baisse.

Marchés - 30/05/2023

Electrification de l'industrie automobile : batteries mode d'emploi

L'électricité devient le nouveau carburant des voitures. Les batteries lithium-ion sont la référence actuelle de l'industrie automobile, remplaçant l'essence ou le gazole émetteurs de CO2 pour entraîner le moteur. Devant la raréfaction des ressources, surtout en Europe, elles pourraient évoluer.