Publicité
Publicité
Constructeurs - 13/12/2022 - #Stellantis

Stellantis : trois syndicats sur cinq signent pour augmenter de 5,3% la masse salariale

Par AFP

(AFP) - Les syndicats FO, CFTC et CFE-CGC de Stellantis ont signé un accord avec la direction validant une augmentation de 5,3% de la masse salariale pour 2023, ont indiqué lundi les parties prenantes.

Les syndicats signataires représentent 62,4% des salariés français, selon le constructeur.

 

Après de nombreux débrayages à l'automne sur les sites français, pour demander des mesures d'aide au pouvoir d'achat, la direction de Stellantis avait mis cette proposition sur la table lors des négociations annuelles obligatoires (NAO) qui se sont terminées tard dans la nuit de jeudi à vendredi.

 

"Pour un salarié payé 2000 euros bruts, la hausse de la rémunération sera d'un peu plus de 100 euros par mois dès le 1er janvier", a signalé Olivier Lefebvre, délégué syndical central FO chez Stellantis. "Etre signataire de l'accord ne signifie pas qu'il est parfait. C’est de s'assurer de sa mise en œuvre pour augmenter concrètement notre pouvoir d'achat".

 

La CFE-CGC a indiqué dans un communiqué que "l'accord permettra aussi des mesures qui amélioreront les règles de distribution des augmentations individuelles tant en termes de population couverte que de calendrier de distribution en 2023".

 

L'accord prévoit par exemple une revalorisation des primes de 5 à 10%, avec une augmentation de la prime télétravail à 15 euros et la création d'une prime "Team leader" de 50 euros.

 

Une "clause de revoyure" devra cependant permettre aux signataires de l'accord salarial de "se retrouver en juin 2023 afin d'examiner la situation et proposer de possibles mesures de rattrapage", a précisé la CFE-CGC.

 

Pour le DRH de Stellantis France, Bruno Bertin, "cette signature majoritaire démontre la maturité du dialogue social au sein de Stellantis et la volonté d'arriver à un équilibre entre la valorisation de l'engagement des salariés et la préservation de la performance de l'entreprise".

 

La CFDT et la CGT ont indiqué avoir refusé de signer l'accord, qui n'exige pas d'être validé par la majorité.

 

Le budget d'augmentation global à 5,3% "laissera encore bon nombre de salariés de Stellantis perdre du pouvoir d'achat en 2023. On est loin de compenser l'inflation à 6,3%", a indiqué la CFDT dans un communiqué.

 

"Comment signer un accord salarial qui accordera une augmentation générale inférieure à 4,5% quand son PDG augmente son salaire de 17% ? (...) Comment signer un accord salarial n'accordant aucune augmentation générale pour les cadres alors que le groupe a dégagé un bénéfice net de 8 milliards d'euros au premier semestre 2022 ?", lance le syndicat.

 

La CFDT de l'usine de Sochaux prévoit des débrayages durant les heures supplémentaires entre mardi et jeudi, tandis qu'au niveau national le syndicat envisage "des actions communes sur tous les sites dès la reprise de janvier".

Publicité

Réactions

Le syndicat aurait-il oublié la grosse prime de résultats donnée à tous les salariés ?

Ils considèrent que c'étaient des miettes ! Regardez le prix des caisses !!
C'est qui qui disait déjà...si tu fais pas travailler les ouvriers tout le temps ils s'ennuient et font des bêtises. Regardez Tesla en Chine et aux US !!

Jo, "Les Temps Modernes" est un film qui date de 1936.
Ca fait un moment que les "ouvriers" ne travaillent plus "tout le temps". Il y en aurait même, m'a-t-on dit, qui auraient 6 ou 7 semaines de congés payés, qui feraient moins de 35 heures par semaine (à la mairie de Paris p.e.), qui auraient des congés de paternité, qui auraient des RTT, qui pourraient télétravailler devant la téloche, qui etc.
Il ne faut pas confondre une société franco-italo-américaine avec les sociétés chinoises.
Quant aux "ouvriers" de Tesla, si c'est le bagne, qu'ils se barrent, ça embauche chez GM électrique, chez Ford électrique, chez Chrysler/Dodge électrique.

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Constructeurs

Euro 7 : une norme qui rend les industriels de l’automobile "perplexes"

Près d’un mois après la publication du projet de la Commission européenne, l’industrie automobile ne sait pas comment se positionner sur les standards Euro 7. Le respect des valeurs limites qui est imposé "dans toutes les conditions" imaginables posera un problème de sécurité juridique si ces dispositions restent en l’état, nous a dit Marc Mortureux, directeur général de la PFA. L’application dès juillet 2025 de ce texte technique encore en discussion ajoute à la confusion.

Marchés

Décret VHU : la balle est dans le camp des constructeurs

Le décret VHU, publié le 1er décembre dernier, a en partie rassuré les représentants des centres VHU car il les autorise à continuer à s’approvisionner en direct et à revendre des pièces de réemploi. Toutefois, le texte reste très vague dans sa formulation et laisse les mains libres aux constructeurs pour gérer la filière selon leur bon vouloir à partir de 2024.

Constructeurs - 27/03/2023

Gerrit Heimberg (Volkswagen France) : "Il faut que l’on assure l’accessibilité de notre marque"

Depuis la mi-mars, la marque Volkswagen propose des versions d’accès sur les Polo, Taigo, T-Roc, Golf et Tiguan à contrecourant de la montée en gamme du marché. Alors que les véhicules d’occasion deviennent rares, VW veut ramener sur le marché du neuf des clients qui ne peuvent pas suivre les hausses de prix. Les explications de cette stratégie avec Gerrit Heimberg, directeur de Volkswagen France.