Analyse - 23/03/2020

Renault face au Covid 19 : la fragile hypothèse de la parenthèse

Les déclarations de E. Philippe et de B. Le Maire cette semaine indiquant que l’Etat pourrait aller jusqu’à nationaliser des entreprises françaises fragilisées ont donné lieu à de folles rumeurs concernant Renault. D. Senard s’est empressé de démentir et de rassurer mais n’a pu lever toutes les interrogations que la pandémie fait peser sur l’avenir de Renault-Nissan après la crise.

Renault face au Covid 19 : la fragile hypothèse de la parenthèse

Bernard Jullien

Auteur : Bernard Jullien

Partagez cet article     

L’industrie automobile reprend en Chine et s’arrête en Europe et aux Etats-Unis. Renault et Nissan qui étaient déjà en assez fâcheuse posture sont concernés au premier chef. Nissan ne surnageait guère qu’en Chine et les presque trois mois d’arrêt des ventes et de la production vont naturellement amener à ce que ses comptes annuels qui seront clos à la fin de ce mois soient encore pire que prévus.
 
Viendront ensuite, pour le premier trimestre de ses comptes 2020-2021, les effets de l’effondrement des volumes produits et vendus aux Etats-Unis et en Europe. Les semaines qui viennent diront si, comme l’espère Jean-Dominique Senard, la fermeture de la parenthèse en Chine suscitera un dynamisme tel qu’une partie du chiffre d’affaires perdu puisse être recouvré.
Si tel devait être le cas, alors Renault pourrait aborder les mois qui l’attendent en Europe avec un minimum de sérénité. Pour l’heure, comme tous les constructeurs en Europe, Renault doit mettre à l’arrêt ses usines, constater la quasi-absence de commandes et faire face à ses charges fixes sans les flux de cash usuels.
 
La question qui a été posée cette semaine par les propos tenus successivement par Bruno Le Maire et Edouard Philippe est celle de savoir si Renault pourrait avoir besoin d’un soutien qui irait au delà de l’activation des mesures de soutien prises par le gouvernement et la BCE.
Bruno Le Maire avait ainsi réaffirmé mercredi sur BFM la position du gouvernement en déclarant : "Il n’est pas question de voir des fleurons industriels disparaître" dans cette crise somme toute "conjoncturelle".
C’est en ajoutant : "Nous avons toutes sortes d’instruments à notre disposition pour soutenir ces fleurons industriels français, et s’il faut aller jusqu’à la nationalisation, nous irons jusqu’à la nationalisation", qu’il a déclenché la vague de commentaires que l’on sait sur une possible nationalisation de Renault.
 
Un peu plus tôt mardi, au Sénat, Édouard Philippe avait assuré de même que l'État était prêt à "prendre ses responsabilités en tant qu'actionnaire" et que "s'il fallait aller jusque à [la nationalisation], nous le ferions".
Mercredi, le ministre de l’Economie s’est entretenu avec Carlos Tavares et Jean-Dominique Senard. Ils ont évalué le manque à gagner en cash pour chacun d’eux à 5 milliards d’euros pour les deux mois à venir et soulevé la question du paiement de leurs fournisseurs. Selon Challenges, Jean-Dominique Senard veut toutefois "absolument payer ses fournisseurs", mais, "côté PSA, ce n’est pas si évident" : la fameuse "solidarité de filière" pourrait bien être une nouvelle fois prise à défaut.
 
Le problème pour les constructeurs est immédiat : il faut mobiliser sa trésorerie et/ou emprunter pour couvrir ce "manque à gagner en cash". Il faut également s’employer à limiter les flux sortant et ne pas payer les fournisseurs qui ne livrent pas peut être tentant.
L’Etat devrait pouvoir éviter que cette attitude ne prévale en faisant valoir d’abord le fait qu’il décharge les constructeurs d’une large part des coûts de ces mises à l’arrêt de leurs sites de production : en finançant le chômage partiel pour éviter les licenciements, il allège les entreprises d’une part significative de leur masse salariale et "variabilise les coûts fixes".
 
Le non recours à l’intérim va dans le même sens avec des conséquences bien plus problématiques pour les travailleurs concernés. De surcroît, et c’est particulièrement important pour Renault dont la dégradation de la note risque d’être accentuée, l’Etat garantit les prêts que les banques consentent aux industriels et ces créances des banques sont éligibles au refinancement de la BCE. Ceci permet à un constructeur comme Renault de ne pas être dépendant des marchés financiers pour assurer sa trésorerie à court terme.

C’est sur ces bases que, dans une interview donnée au Parisien samedi, Jean-Dominique Senard a indiqué que Renault demandera très probablement des garanties auprès de l'Etat mais a repoussé fermement l’hypothèse de la nationalisation évoquée avec insistance les jours précédents dans la presse française comme dans la presse internationale. "Souvenez-vous de 2008-2009", a-t-il dit, pendant la crise financière et économique mondiale partie du secteur américain de l'immobilier, "nous n'avions pas eu à en arriver là. Pourtant la situation était également très difficile".
Il a ajouté, comme pour se rassurer : "Et vous avez vu d'ailleurs comment cela s'est retourné. Parce qu'il ne faut pas s'y tromper, le jour où la conjoncture redevient plus favorable, dans l'industrie automobile, cela peut être extrêmement rapide et fort."

Ainsi, comme il l’a d’ailleurs fait en adressant, avec Clotilde Delbos, un message aux salariés vendredi,  Jean-Dominique Senard considère que la crise est mondiale et concerne tous les constructeurs et que les soutiens publics permettent d’y faire face.
C’est très largement vrai mais toute la question va être de savoir si, une fois la parenthèse refermée, les grands compétiteurs mondiaux pourront revenir dans le processus concurrentiel dans une position équivalente à celle qui aurait été la leur avant. Or, rien n’est moins sûr car une perte de chiffre d’affaires de l’ampleur ce celle qui se prépare n’est pas également digeste pour celles des entreprises qui ont abordé la crise en assez bonne santé et celles qui étaient fragilisées.
 
Outre le fait que celles qui auront le plus plongé en bourse seront susceptibles d’attaques sur les marchés boursiers, se posera en Europe la question des capacités des uns et des autres à tenir le cap des 95g.
Ceux des constructeurs qui ont un peu d’avance sur ce terrain, des catalogues de produits adaptés et les réserves de cash pour pousser leurs immatriculations de véhicules propres souhaiteront que les règles du jeu restent inchangées. Ceux qui étaient en retard et que la crise actuelle aura fragilisé plus encore souhaiteront faire jouer au Covid 19 le rôle d’un "game changer".

C’est ce qui se dessine en France où PSA se fait presque plus royaliste que le roi et ne demande pas que soient revues les règles alors que, selon le JDD du 22 mars, Renault a commencé à appeler de ses vœux un "plan plus agressif pour relancer le marché" qui "pourrait passer par un nouveau système de prime à la conversion, de bonus, et par le report des exigences européennes en matière d’émissions de CO2". 

Partagez cet article     

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Les punitions du 95 g doivent être repoussées aux calendes Grecques,on ne tire pas sur une ambulance....mais là Comission est capable de tout,c’est à cela que l’on la reconnaît ( voire la gestion de la crise sanitaire)
Au fait que devient notre maigre dividende M Semard?passer de 100 à 20 me suffit comme punition.....Carlos revient!!!

Alain Boise, Le 23/03/2020 à 00:34

Dans les "headquarters", "on" prépare (à raison) l'après "guerre sanitaire" même si ce matin la "bourse" a un nouveau coup de "rechute" ...
PSA joue un jeu dangereux et rend sans doute "la monnaie de la pièce" à son "confrère" consécutivement à des positionnements peu solidaires de Carlos Ghosn, dans le passé…
On supposera qu'ils ont bien calculé leur coup (et leurs coûts …) …
Reste qu'un assouplissement des exigences européennes en matière d’émissions de CO2" semblerait raisonnable pour 2020 et 2021 … Ce qui profitera ceux qui étaient en retard dans le déploiement d'une offre solide de véhicules électrifiés (…). …
Aie ! C'est que la guerre économique continue même pendant les "travaux"…

Ade Airix, Le 23/03/2020 à 09:52

Euhhh… ce n'est pas parce qu'on ne vend plus de voitures en ce moment que cela va changer les "95g". Cela n'a rien à voir.
Une super prime à la casse étendue pour relancer la machine et ça ira bien, chloroquine offerte..
;0)

Lucos De Beuliou El Tipi, Le 23/03/2020 à 12:19

Lucos WLTP … Cà fait plaisir de vous savoir de retour et en grande forme …
;0)

Ade Airix, Le 23/03/2020 à 12:24

Et pour les amendes Lucos.....on continue?halali?

Alain Boise, Le 23/03/2020 à 13:07

Pour revenir à la bagnole pensez à les démarrer tt les semaines,les autos consomment du courant ....même à l’arrêt

Alain Boise, Le 23/03/2020 à 13:19

Pour les VE pas de PB !
;0)
Merci ADRX, nous étions un peu occupés ces temps à mettre en place tout le berzingue en équipe réduite et par Skype.
Là ca va mieux mais j'y retourne.
;0)

Lucos De Beuliou El Tipi, Le 23/03/2020 à 13:41

Pour les VE pas de problèmes.....vous rigolez ,au contraire laissez les branchées et priez q’EDF continue à turbiner.
Si un VE passe sous les 3,5V.....c’est mort,inredémarrable,foutue,Kaputt ,déad la batterie ,croyez moi!
En équipe réduite et Skype....avec le casque lourd et le masque à gaz.....vous vendez quoi en ce moment?des masques?

Alain Boise, Le 23/03/2020 à 14:14

Je relis l’article et je bute sur la question de l’indemnisation des chômeurs partiels....qui gère ces Milions de demandes?Paul emploi?aux abonnés absents car confinés ? Un logiciel?.....fin de mois difficile !!!

Alain Boise, Le 23/03/2020 à 14:54

Bon j’ai cherché...et trouvé ,c’est l’ASP qui va payer....ou plutôt rembourser les entreprises....aïe

Alain Boise, Le 23/03/2020 à 16:14

Boise,
vous êtes marrant. Vous découvrez que c'est finalement nous qui payons tout !
Qui d'autre pourrait le faire ?
Vous savez bien que dans la bagnole on offre tout mais c'est toujours que le client qui fait le chèque..
;0)

Lucos De Beuliou El Tipi, Le 23/03/2020 à 18:10

Lucos vous n’êtes pas marrant vous,je ne découvre rien ,je parle salaires pour mon personnel et pas de clients....des clients en ce moment.....sont confinés.

Alain Boise, Le 23/03/2020 à 18:24

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 23/03/2020

270 groupes référencés dans l'Annuaire des groupes de distribution

L'édition 2020 de l’Annuaire des groupes de distribution publiée par Autoactu.com présente le portrait des 270 distributeurs automobiles les plus importants en France et passe en revue l'ensemble des cessions et acquisitions intervenues au cours de l’année. 24 nouveaux groupes de distribution viennent enrichir cette édition, compensant la disparition par absorption de 16 autres groupes. 

Publi-rédactionnel

Covid-19 : ce qui a changé dans la règlementation en France ce week-end

Allègement de la réquisition des masques, levée des interdictions de circulations pour les véhicules de transport de marchandises de plus de 7,5 tonnes, augmentation du temps de travail des chauffeurs routiers jusqu’à 60 heures/semaine, interdiction des liaisons aériennes vers et La Réunion, Mayotte, la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane, Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

Marchés

Catégorie Analyse

On ne passe plus au salon

Alors que nous sommes contraints de faire salon à domicile pour une durée indéterminée, les amateurs d’automobile pourraient bientôt ne plus avoir de lieu où visiter le leur. Et ce n’est pas que la faute du virus.

26/03/2020

Quels sont les premiers impacts du coronavirus pour l'industrie automobile ?

12 ans après la dernière crise du marché automobile, le coronavirus entraine un confinement des populations. Pour l'industrie, la première conséquence est la mise en arrêt des chaines d'assemblage. Après la Chine, les constructeurs ferment temporairement leurs sites de production en Europe et Amérique du Nord. La question est de savoir qu'elle pourrait être la suite en termes de redémarrages et de conséquences pour l'industrie à moyen et long terme.

20/03/2020

Le mal Alfa

Après le Corona, c’est d’un autre virus dont j’ai décidé de vous parler, beaucoup plus sympathique celui-ci, mais qui ne m’en pose pas moins de grandes inquiétudes.

19/03/2020

Les Peugeot remontent au capital de PSA : faut-il s'en inquiéter ?

Le fait que la famille Peugeot souhaite remonter au capital de PSA avec l’assentiment apparent de la BPI est volontiers perçu comme une bonne nouvelle. L’examen des dernières années de la vie de PSA devrait rendre les observateurs moins enthousiastes.

16/03/2020

Le marché indien déjà indirectement touché par le coronavirus en février (-7,2%)

Avec 73 cas de coronavirus répertoriés au 13 mars contre 80 932 pour la Chine et 12 462 pour l’Italie, l’inde ne se situe pour l’instant qu’au 32ème rang des pays les plus affectés par la pandémie. Néanmoins son industrie automobile est grandement dépendante de la Chine, notamment en ce qui concerne les pièces détachées, et l’effet du virus peut déjà s’observer sur les chiffres de ventes de février, certains constructeurs étant plus touchés que d’autres. État des lieux.

16/03/2020

Des fuites ont révélé le nouveau Ford Bronco et son petit frère

Deux nouveaux modèles Ford ont été dévoilés par une fuite sur Internet. Les ventes du constructeur sont en baisse en attendant le redéploiement de la gamme autour d'une plus grande diversité d'offre dans les crossovers et les SUV afin d'alimenter la demande. Après avoir utilsé le nom Mustang pour le prochain crossover électrique, Ford a dépoussiéré et mis au goût du jour le Bronco qui rend hommage au design d'un modèle qui a été commercialisé de 1966 à 1977. Il se décline désormais en 2 modèles, un crossover compact et un SUV de loisirs qui vient concurrencer la Jeep Wrangler, jusque là seule sur son segment.

13/03/2020

Toyota Virus ?

Quel rapport entre le virus Corona et la Toyota du même nom ? Sans doute le même qu’avec l’ensemble de l’industrie automobile. Quoiqu’il en soit, celui-ci nous rappelle qu’à certains égards, nous vivons tout de même une drôle d’époque.

12/03/2020

La guerre des "Green Deals"

La nouvelle Commission européenne entend faire de son Pacte Vert le cœur de son mandat et promouvoir un "Green Deal". Aux Etats-Unis, la primaire démocrate est placée sous le même signe. La convergence est toutefois largement factice tant les désaccords sont forts entre les européens et américains aussi bien qu’entre américains et entre européens.

09/03/2020

Pourquoi Waymo a-t-il levé 2 milliards d’euros ?

Alors que les calendriers s'allongent pour la mise en place de solutions de conduite autonome, Waymo vient de lever plus de 2 milliards d'euros pour poursuivre ce développement. Pourquoi un réseau de concessionnaires, un équipementier et des fonds d'investissements s'intéressent-ils à une société qui ne pourra pas être rentable avant plusieurs années ?  

06/03/2020

Ami, L’ami qui vous veut du bien

Citroën nous propose un nouvel ami un peu bizarre, et pas forcément très avenant. Mais à force d’attiser notre perplexité, peut-être finira-t-il par s’imposer ?

05/03/2020