Analyse - 03/12/2020

Automobile, nom féminin

C’est à une pilote française qui a couru au Brésil que je dois d’avoir écrit la chronique d’aujourd’hui. Et à une conversation avec Mademoiselle C.

Automobile, nom féminin

La belle Hellé.

Auteur : Jean-Philippe Thery

Partager cet article

Il y a au Brésil plus de 50.000 "Elenice" ou "Helenice" qui ignorent très probablement l’origine de leur prénom, laquelle mérite pourtant largement d’être connue.

Hellé Nice, née Mariette Hélène Delangle en 1900 dans une petite commune d’Eure et Loir, fut modèle nue, danseuse à peine vêtue, vedette de cabaret, courtisane, skieuse et pilote automobile. C’est en cette dernière qualité qu’elle participa le 12 juillet 1936 au premier Grand Prix de São Paulo, disputé dans les rues de celle qui était déjà la ville la plus peuplée du Brésil, avec plus d’un million d’habitants.

Alors qu’elle s’apprêtait à dépasser Manuel de Teffé pour le gain de la première place, son Alfa Romeo embarda à 160 km/h et s’envola dans la foule, massée sur le bord de la piste. De Teffé lui avait-il brutalement fermé la porte pour l’empêcher de passer ? Un spectateur traversa-t-il la piste devant les bolides lancés à pleine vitesse ?

Difficile d’y voir clair sur les circonstances de cet accident, tant les sources divergent à ce sujet. Toujours est-il qu’on dénombra une trentaine de blessés et cinq morts, dont le malheureux soldat qui sauva la vie à la jeune femme éjectée de sa voiture, en amortissant sa chute.

Rétablie après trois jours de coma et deux mois d’hôpital, Hellé Nice fut fêtée comme une véritable héroïne au Brésil, après avoir été exemptée de toute responsabilité dans la terrible tragédie. Mais le fait qu’elle se soit toujours abstenue de l’évoquer démontre que les blessures les moins visibles sont souvent celles qui ne se referment pas.

Son pseudonyme devenu célèbre n’en inspira pas moins de nombreux parents brésiliens dans le choix du nom de baptême de leur petite fille, et continue de le faire jusqu’à aujourd’hui, même si son histoire a depuis été oubliée. "Elle est nice" avait entendu la jeune française à son sujet quelques années auparavant.

Le compliment, exprimé dans un franglais déjà très fashion, eut l’heur de lui plaire. Et comme elle aimait aussi la cité qui promène les anglais où elle finit d’ailleurs ses jours, elle le transforma en nom de scène.

C’est Hellé Nice qui m’a donné l’idée et l’envie d’écrire cette chronique il y a déjà quelque temps, après que j’ai redécouvert son extraordinaire histoire. Mais c’est Mademoiselle C qui m’a véritablement convaincu de le faire.

Durant la conversation téléphonique que j’ai eue avec elle la semaine dernière, il fut en effet question de femmes et d’automobile, sujet auquel elle a d’ailleurs consacré un mémoire. Elle se reconnaitra probablement, puisqu’elle me fait la gentillesse de me lire. Qu’elle soit ici remerciée d’avoir -à son insu- balayé mes hésitations !

Si j’ai atermoyé, c’est que le sujet est pour le moins délicat. Pour tout vous dire, je me demande si je ne serais pas plus à l’aise à défendre le droit de rouler en SUV à 160 km/h sur autoroute devant un parterre de militants EELV, que de risquer par je ne sais quelle maladresse de me voir taxer d’un machisme dont je me crois pourtant dépourvu. Quoique, rien que de l’écrire, je ne suis déjà plus aussi sûr de moi.

Laissez-moi vous donner un exemple. En gage de ma bonne foi, je m’apprêtais à faire valoir que si je devais un jour être conduit par un chauffeur, je choisirais une femme. Mais à bien y réfléchir, un tel aveu m’absout-il, ou témoigne-t-il au contraire d’une logique de compensation voire de je ne sais quelles inavouables divagations ?

Heureusement pour moi que dans la vraie vie, je ne me déplace pas à l’arrière des limousines, et que je me contente plus modestement d’apprécier une présence féminine au volant des taxis ou Uber qu’il m’arrive d’emprunter. Mais si j’admets qu’une femme aux commandes me rassure, dois-je en parler à mon psy ?

Décidément, je vais devoir aborder le sujet sans filet.

Mon cas risque d’ailleurs de ne pas s’arranger, à l’évocation de mes premières expériences automobiles féminines, essentiellement maternelles et grand-maternelles. Je ne garde pourtant que de jolis souvenirs de ces trajets sur la banquette des passagers, conduit par une dame attentionnée. Il y eut une Simca 1000, des Renault 4 et 5, et une Peugeot 204 avec toit ouvrant s’il vous plaît.

Et puisqu’en dehors d’une Ford Fiesta première génération, on roulait français chez les femmes de la famille, c’est à bord de modèle de la production nationale que j’ai connu les joies simples des trajets du quotidien, mais aussi de voyages au long cours destination vacances, quand je me brûlais les jambes sur un skaï surchauffé par le soleil estival.

Et s’il y eut bien quelques désagréables mésaventures, elles furent rares et de mon entière responsabilité. L’une d’entre elles se produisit dans les sous-sols du parking sis Quai Romain Rolland à Lyon, quand ma mère qui abhorrait les manœuvres en marche arrière, me demanda s’il y avait quelqu’un derrière la voiture.

Ma plaidoirie qui suivit le choc, arguant des différences intrinsèques entre un poteau en ciment et les représentants du genre humain ne m’affranchit pas d’une sérieuse engueulade, alors que le pare-chocs chromé de la 4L beige conserva le stigmate incurvé de ce regrettable incident.

Une autre péripétie impliqua la fameuse Fiesta, que ma grand-mère me laissait emmener jusqu’au garage au retour des courses, alors que je n’avais pas encore empoché le document rose qui m’aurait légalement autorisé à le faire.

Un recul mal maitrisé pour céder le chemin à un véhicule se faisant pressant en sens inverse me démontra si besoin était, que la densité du ciment dont on fait les murets est infiniment supérieure à celle des tôles d’une aile arrière.

De ces deux épisodes fâcheux, j’ai conclu -même si je ne l’ai pas toujours mis en application- qu’en matière de femmes et d’automobiles, il valait mieux aller de l’avant.

Mais si j’ai très tôt associé l’automobile à la féminité, mes origines n’y sont sans doute pas pour rien dans un pays où c’est l’usage populaire et non la règle qui a genré le vocable la désignant. A en croire l’évangile selon syntaxe, "automobile" devrait en effet être masculin(e), puisque s’agissant d’un mot composé de deux substantifs, c’est le dernier qui détermine le genre.

La coutume finit néanmoins par faire céder l’Académie, puisque pour une raison que j’ignore et contrairement à nos voisins frontaliers, les français ont décidé qu’une auto, c’était féminin. Mais ceux qui verraient dans ce particularisme la preuve d’un esprit éclairé propre aux pays des lumières feraient mieux d’y réfléchir à deux fois, considérant que les gros véhicules tels que camions ou bus restent des mâles motorisés.

Et la situation ne ferait qu’empirer si l’on en croit la tendance récente consistant à masculiniser le nom des SUV et autres utilitaires. J’avoue piteusement y participer en disant -et écrivant- un Kangoo ou un Kadjar, alors que je conserve évidemment aux 208 et autres Clio leur identité féminine.

Mais je fais diversion, alors que j’ai des choses graves à avouer. Parce que je dois bien reconnaître que le couple femme-automobile m’évoque des images à peine racontables dans une chronique destinée à un large public. Je vois par exemple des belles de concours d’élégance aristocratiquement vêtues, défilant aux côtés d’altières Delage ou Hispano-Suiza, un lévrier au bout d’une laisse nonchalamment tenue.

Je vois aussi des "grid girls" tout sourire marchant sur l’asphalte surchauffé de circuits prestigieux, quelques instants avant que ne s’élance la ronde mécanique et infernale de bolides surpuissants. Je vois encore des pin-up à la bouche carmin, légèrement vêtues de couleurs acidulées cachant mal des tatoos allégoriques, donnant le départ à des hot-rods couverts de sel qui s’affrontent en duels.

Et quand le souvenir supplée l’imagination, ce sont les cheveux blonds d’une silhouette gainée de cuir noir que je revois, libérés du casque qui les enfermaient. L’inconnue qui avait arrêté sa Yamaha FZX 750 devant moi ne saura jamais que grâce -ou à cause- d’elle, j’obtins mon permis grosse cylindrée moins de deux mois plus tard, après avoir effectué les formalités d’inscriptions dès le lendemain de notre "rencontre".

Je sais ce que ces visuels peuvent avoir d’agaçant, parce que certaines (et peut-être certains) y verront les femme objetisées. Je le comprends, et c’est bien là mon drame : Je navigue en pleine dissonance cognitive entre l’esthétique du cliché et des revendications qui me paraitrait peut-être légitimes à moi aussi si le destin m’avait placé de l’autre côté du miroir.

Et pourtant, le monde de la F1 me paraît bien triste depuis que les belles jeunes filles ont déserté les grilles de départ il y a deux ans. Plutôt que de les en chasser, n’aurait-on pu leur adjoindre des "grid boys" en nombre égal ? Voilà qui aurait peut-être d’ailleurs contribué à féminiser aussi le public de la compétition automobile.

Finalement, je trouverai peut-être paradoxalement une forme de rédemption dans la vie professionnelle qui fut la mienne dans l’industrie automobile. J’ai certes dirigé des femmes, au moins sur le papier. Mais je n’ai sans doute jamais autant appris qu’avec les deux jeunes mamans qui composaient un temps mon équipe, à qui je crois bien avoir avoué que je les trouvais plus efficaces que moi.

Alors qu’elles s’organisaient pour boucler leur journée de travail à heure fixe, quand il leur fallait en entamer une deuxième dédiée à leur famille, j’attrapais le quatrième ou cinquième gobelet à la machine à café, sous prétexte que personne ne m’attendait alors chez moi.

Mais j’ai aussi répondu à des manageuses (était-on vraiment obligé de créer ce mot-là ?), et promis, ça ne m’a jamais posé problème ! En fait, je n’ai jamais ressenti le manque de présence féminine aux heures de bureau, sans doute pour avoir choisi d’évoluer dans des métiers où elles sont généralement plus nombreuses.

Mais ne me demandez pas si la parité y était respectée, puisque je n’ai jamais songé le vérifier. Et puisqu’on en parle, je ne cacherai pas mon malaise à propos des politiques de quota mises en place par les deux groupes français de l’automobile. Pas tant pour la mesure elle-même, mais en raison du fait qu’il nous faille y recourir. Quoiqu’il en soit, l’automobile est plus belle et plus intéressante quand les femmes s’en occupent aussi.

Quant à Hellé Nice, elle connut une seconde moitié de vie indigne, par la faute d’un homme. En 1949, le pilote Louis Chiron l’accusa publiquement et sans la moindre preuve, d’avoir espionné pour le compte de la Gestapo.

Lâchée par ses sponsors, ses amis et son amant d’alors, Hellé Nice redevint Marielle Delangle, injustement oubliée de tous ceux qui l’avait pourtant adulée, vivant dans le plus grand dénuement jusqu’à son décès, en 1984. Tout ça par la jalousie d’un homme sans doute incapable malgré son immense talent, de reconnaître celui d’une femme qui reste à mes yeux une très grande dame de l’automobile.

Et ça, ce n’est pas nice du tout.

PS : En rédigeant cette chronique, j’ai alterné les moments d’écriture et ceux de lecture, de l’excellent livre publié par Alexandra Legendre intitulé : "Mesdames, osez l’auto !". Y témoignent six personnalités féminines de l’automobile, expliquant pourquoi les femmes qui ne l’ont pas encore rejointe, adoreront travailler dans cette industrie qui nous est chère.

Messieurs, osez offrir cet ouvrage à celles qui vous entourent. Et n’oubliez pas non plus de le lire.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Les machines de plus de 500ch ont aussi leur féminin :-)
Pour déterminer un engin de damage on dit "une" dameuse!

Même si désormais pour les qualifier il faut ajouter juste après "à l'arrêt"

Renaud Vezier, Le 03/12/2020 à 06:34

Il y a d'ailleurs des erreurs courantes de genre quand par exemple le descendant de Jacquouille dit "Ma Range !" dans le film Les visiteurs.
;0)

Lucos , Le 03/12/2020 à 07:33

suivant les lieux, on peut entendre parler de "mon béhème" mais il me semble n'avoir jamais entendu que "ma merco" ;-) ah les allemandes...

Renaud Vezier, Le 03/12/2020 à 07:40

Merci M. Thery pour ce bel article.
En le lisant, je pensais à ma maman qui a du se mettre au volant il y a eu une trentaine d'années suite au décès de mon père.
Elle nous disait toujours qu'elle a avait eu des remarques comme quoi, quand elle avait appris à conduire, son moniteur lui avait dit qu'on avait l'impression qu'elle avait mis les pieds dans la m...
Et maman n'a jamais eu d'accident.
;-)
Comme quoi.
Je lui rend hommage et aux femmes qui sont bien généralement plus prudentes que les hommes au volant.

Clerion , Le 03/12/2020 à 08:31

Sur ce sujet il y a le sketch "masculin-feminin" de Magdane pour ceux qui aiment.
En moto, qui est aussi une automobile, il y a parfois des bizarreries; une GSRX 1000 devient en argot motard UN Gex !
;0)

Lucos , Le 03/12/2020 à 08:38

Pas de règle en matière de genre.
Les Allemands disent bien le lune et la soleil.
Les Rosbifs, plus intelligents, ne s'emmerdent pas avec ça ; à part les bateaux qui sont du genre féminin, tout le reste est neutre.
Remarque, en français, on dit un bateau mais une embarcation, un navire mais une barque, un vaisseau mais une chaloupe, un paquebot mais une galère. Bon, ça suffit !
Et MA moto c'est UN roadster tandis que LE cabriolet est UNE décapotable.

Bruno Haas, Le 03/12/2020 à 10:29

Ach ! Die Kultur !
;0))
PS : en Allemand c'est le pire avec le neutre appliqué aux jeunes fille, das Mädchen !

Lucos , Le 03/12/2020 à 10:38

Pour rebondir sur Bruno, (le pauv' ) le féminin s'applique aux vaisseaux en Anglais, donc aussi aux engins spatiaux, ce qui est comique quand vous regardez Star Trek en V.O. (Version originale Boise !) et que vous cherchez une femme quand le captain Kirk parle de l'Enterprise..
;0)

Lucos , Le 03/12/2020 à 10:44

Mais les Allemands se demandent aussi pourquoi en français, les jeunes filles sont moins jeunes que les filles...
;o)

Jean Maurice, Le 03/12/2020 à 10:46

A quoi cela sers une voiture ? A stationner !
A quoi on voit-t-on qu'un mec est vraiment riche en voiture?
Quand il se déplace il est toujours assis à la place arrière !!
Eh monsieur le spécialiste brésilien, à quoi voit-t-on qu'un brésilien est vraiment riche quand il se déplace?
Facile. Quand il sors de son bureau il est toujours en hélico !!
Un brésilien plus riche encore...il vit dans un appartement de 800 m2 dans une tour de NY avec vue sur Central Park !!
Les portugais qui sont de la même "famille" ce n'est pas terrible, mais j'ai vu quand même un petit riche portugais à St.Tropez avec un petit yacht de 40 mètres immatriculé sur l'Ile de Madère !! Non, son prénom ce n'était pas Carlos !!
Eh oui, une petite ile off shore (pour certaines activités) dans l'UE très discrète !!
Ne faites des affaires qu'avec des riches !!
Mieux dans la vie...devenir poète brésilien...la très grande classe !!
A Ipanema, t'as toutes les brésiliennes à tes pieds ! J'ai quantité de CD de musique de là bas !!

Durand Pierre, Le 03/12/2020 à 12:29

Autoactu c'est quand même bien...on passe de moins en moins de temps à le lire...et cela nous permets de passer à autre chose !!

Durand Pierre, Le 03/12/2020 à 12:33

Et oui ! Et les articles de notre ami JP ont d'ailleurs aussi le grand mérite de faire parler les Bagnoleux d'autre chose que de bagnoles.
Ce qui reste un exploit en soi !
;0))

Lucos , Le 03/12/2020 à 17:14

Bonjour Jean-Phiippe.Très bien cette évocation qui me rappelle la magnifique "femme au volant"de Tamara de Lempicka, peinture iconique de l'époque Art Déco appartenant à maître Poulain, grand promoteur de la voiture de collection.Plus sympathique qu'une évocation de l'accident, au masculin cette fois, de Mercedes au 24 heures du Mans 53 qui tua beaucoup plus de monde et écarta la marque de la compétition pour longtemps - ce qu'elle fait désormais à nouveau bien oublier. Puis-je hasarder sur le genre du mot automobile que le mot ne semble pas constitué de 2 substantifs mais que le mot mobile y est moins un objet évoquant Calder que l'adjectif de mobilité, automobile étant l'adjectif qualifiant une "voiture automobile" ? Celle-ci étant encore en compétition avec les voitures hippomobiles dont les carrossiers ont dû se reconvertir. Raccourci en automobile, puis en auto, le mot a gardé le genre féminin, dominant, comme dans bagnole, caisse...Le mot auto étant d'ailleurs de nouveau bien moins utilisé que voiture. Mais les langues diffèrent et si une voiture (carro) brésilienne est au masculin, une Ferrari ou une Maserati y restent bien féminines (mais pas une Porsche?), tout comme les picapes (pickups) et autres combis (VW ou pas), masculins en France. Comme quoi la culture latine qui nous unit nous sépare aussi dans le monde automobile (adjectif)...

Michel Rouge, Le 03/12/2020 à 17:30

Merci à Michel Rouge pour toutes ces/ses précisions.
Je rajouterai que la règle qui veut que le genre d'un mot composé soit le même que celui du dernier mot n'est pas toujours appliquée.
Une auto, une route = une autoroute
Une auto, une radio = un autoradio, comme quoi, la langue française est pleine de traquenards.

Bruno Haas, Le 03/12/2020 à 17:52

Dans un même ordre d'idée, je redis que le mot "autopartage" a été très mal choisi et devrait être "partageauto"
;0)

Lucos , Le 04/12/2020 à 08:47

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 03/12/2020

Catégorie Analyse

Logo-platisme

Rassurez-vous, pas de théorie du complot chez Autoactu, mais la mise à plat de toute une série de nouveaux logos récemment dévoilés par plusieurs constructeurs. Et ça commence par une testudine d’outre-manche.

21/01/2021

Luca de Meo va-t-il refaire de Renault un champion national ?

Au-delà de la rupture avec l’obsession des volumes qui caractérisait le plan de 2017 maintes fois soulignée, le plan présenté par Luca de Meo jeudi rompt aussi avec une tendance perceptible sous Carlos Ghosn à dissocier le sort de Renault de celui du site France. Plus généralement, on perçoit dans le discours et le cap pris une claire volonté presque patriotique de lier Renault et le pays par une forme de nouveau contrat. Même si l’on doit intégrer dans l’analyse des signaux contraires, ce cap peut en l’état actuel des choses convaincre observateurs et parties prenantes. Aux dirigeants de Renault de le concrétiser dans les mois et années à venir.

18/01/2021

Péchés Capitaux, version auto

C’est bien connu, nous sommes tous pécheurs, y compris -certains dirons surtout- en tant qu’automobilistes. Mais en ce début d’année, je vous propose une aide à la rédemption.

14/01/2021