Publicité
Publicité
Constructeurs - 15/10/2021

Bas-Rhin : les salariés d'Alstom-Aptis opposés à un projet de rachat par Punch

(AFP) - "Un bon PSE vaut mieux qu'un mauvais repreneur" : les salariés d'Aptis, la filiale d'Alstom spécialisée dans les bus électriques, ont manifesté jeudi à Strasbourg pour s'opposer au rachat possible de leur entreprise par le groupe belge Punch Automotive International.

Auteur : AFP

Partager cet article

Face aux problèmes de fiabilité rencontrés par son bus, Alstom avait décidé de fermer sa filiale et négocié pour les 141 salariés un plan social, signé par toutes les organisations syndicales et salué par l'ensemble du personnel pour ses mesures d'accompagnement.

Mais avant la mise en oeuvre de ce plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), Alstom est entré en négociations avec Punch Automotive International, qui a formulé le 4 octobre une offre de reprise de la filiale, avec l'objectif de développer un bus à hydrogène.

"Punch veut se positionner sur un marché très concurrentiel, face à des constructeurs expérimentés, alors qu'il est novice", a déploré Arnaud David-Verdoncq, délégué CFE-CGC, lors d'une manifestation devant la préfecture du Bas-Rhin, à laquelle ont pris part une centaine de salariés.

"Punch présente des prévisions de croissance et de volumes de vente en 2024 complètement irréalistes", a-t-il ajouté. "Nous demandons à Alstom de considérer en priorité l'avenir des salariés, qui ne veulent pas être bradés à un repreneur qui n'est pas à la hauteur".

Les salariés craignent notamment d'être placés en chômage partiel au cours des deux premières années après une éventuelle reprise, le temps que Punch conçoive son modèle de bus.

Un projet "qui ne dégagera pas de chiffre d'affaires avant 2025 au plus tôt semble voué à l'échec", ont écrit les délégués syndicaux dans un courrier adressé à leur direction.

"Comment [Punch] réussirait à se positionner comme leader là où Alstom, déjà constructeur avec un carnet de clients conséquent, a échoué ?", s'interrogent-ils.

Selon eux, la direction d'Aptis doit se réunir jeudi ou vendredi autour d'Henri Poupart-Lafarge, le PDG d'Alstom, afin de décider des suites à donner à l'offre de rachat.

"Cette offre est analysée en ce moment et est en cours de présentation aux différentes parties prenantes", a simplement commenté Alstom.

"Nous nous engageons à assurer l'emploi sur le site d'Aptis au moins pour deux ans", a déclaré à l'AFP Oliver Nass, le directeur vente et marketing de Punch. "Nous sommes déjà engagés dans le développement de notre technologie à l'hydrogène. C'est un investissement pour le futur auquel on croit".

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

… Un gros gâchis ! … Pas mal d'erreurs à la racine de ce regrettable échec.

En autres choses, le recours systématique aux fournisseurs "moins-disant" est une recette qui avait tellement bien "réussi" dans le ferroviaire chez Alstom, on comprend qu'"ils" se soient empressés de s'inspirer de cette pratique pour les bus élec … Ce qui a donné les résultats prévisibles en terme de qualité … A fortiori, sur des marchés si visibles … Chez BYD, ils doivent un peu rigoler ?

… En tous cas, Punch ne semble pas faire envie … Déjà à Bordeaux, l'ex site Ford …
;0)

Ade Airix, Le 15/10/2021 à 00:42

Ben quoi ?? On sauve plus les emplois maintenant ?
Pour Punch il semble qu'il y ait effectivement un PB...
;0)

Lucos , Le 15/10/2021 à 08:20

@Ade Airix: "le recours systématique aux fournisseurs moins-disant" n'est-il pas l'unique recette de l'automobile terrestre au sens large? et par voie de fait la principale source de désindustrialisation?

Arnaud C., Le 15/10/2021 à 09:30

Tout à fait Arnaud, c'est d'ailleurs ce que j'écrivais hier.
Quand aux bus H², la piste est bonne, mais les "poids lourds" du secteur sont déjà là avec des offres qui tiennent la route. donc pourquoi pas, mais il va falloir être au top.

Fred Et Rick, Le 15/10/2021 à 10:07

@ Arnaud C et Fred Et Rick ...
… Vous avez raison de réagir sur la "moins disance" et l'on pressent bien qu'il y a du "vécu" professionnel derrière vos réactions … Cependant si l'on vous suit, si toute la production auto était assemblée sur cette base, elle ne délivrerait que des "bouzes" … Or, tel n'est pas tout à fait le cas … Il doit bien y avoir quand même quelque les AO "mieux disant" (?).
Voyez, d'ailleurs, les expériences heureuses relatées abondamment dans ces "colonnes".
Ce n'est pas de la "médisance" de l'écrire !
;0))

Ade Airix, Le 15/10/2021 à 10:26

@Ade Airix : je ne dis pas que les moins disants au niveau prix sont moins bon au niveau qualité.
Mais c'est très souvent du court terme. Ils font souvent des "coups". On appelle aussi cela du dumping : vente à prix ultra compétitif (voire même à perte) pour rentrer dans un business et ensuite... advienne que pourra.
Oui c'est du vécu et j'en ai vu des "exotiques" débarquer et nous virer avec des prix qui couvraient à peine la matière première et les composants. Au début on se demandent comment ils font. Et au bout de quelques temps, on comprend... ils ne sont plus là !
Mais cela fait des dégâts énormes, car pendant ce temps là, nos usines ferment. Et vous savez tous qu'il est bien plus facile de fermer un site que d'en ouvrir.
En théorie, un acheteur ne doit pas regarder le prix, mais le coût. Le problème est que l'indicateur de performance achat est lui calculé sur le pourcentage de gain entre l'année en cours et l'année précédente en terme de prix... Donc vous l'aurez compris, quand les indicateurs dictent la loi, c'est mort !
Un exemple de vécu : développement d'un petit composant non majeur avec un fournisseur leader Français. 2 ans de travail et beaucoup d'effort pour le faire "homologuer" chez nos clients notamment OEM Français. Ce composant divisait par 2 le prix de l'ancienne solution et améliorait la qualité. Au bout de 6 mois, un super acheteur refait "développer" une pâle copie à un sous-traitant en Egypte pour gagner au final 2 millièmes d'Euro sur le prix. Certes multiplié par quelques centaines de milliers de pièces cela fait pas mal d'euros, mais il aura fallu résoudre quelques incidents qualité, recalibrer toutes les lignes de production et j'en passe. Donc le gain réel... voire même le non gain. Et maintenant, retournez voir le fournisseur leader pour lui demander un nouveau développement... Du coup plus aucune innovation ou avancée en la matière.
Résultat des courses : aucun gain sur le long terme, mais le directeur des achats lui a gagné... sa prime. Voilà comment ça marche.

Fred Et Rick, Le 15/10/2021 à 11:49

Merci pour ce retour
Dans la série "Yaka Fokon" ?
... Il faudrait qu'une part de la prime du directeur des achats et de son orchestre soit indexée significativement sur les reprises sur garantie d'où le concept de "mieux disant" ... Ce serait déjà un progrès (?)... Même si nous savons pertinemment bien qu'hélas, une partie de cette non qualité, c'est le consommateur final qui se "l'embourbe" ... En même temps, sauf "maso indécrottable" les clients se font avoir une fois, deux fois peut être ... La troisième fois, il tente leur "chance" ailleurs ...
Nous avons un exemple "illustrant" (j'ai pas dit illustre !) qui fréquente, abondamment, le site ...
;0))

Ade Airix, Le 15/10/2021 à 12:35

Le problème est que la majorité des "retouches" se fait sans que le client automobiliste soit au courant. De fait il n'a pas l'impact et surtout n'est pas informé !
Si vous saviez le nombre de trucs non conformes qui sont livrés, assemblés et livré en concession, parfois en toute connaissance de cause, parfois complètement masqué... vous auriez peur.
Le "riske management" est devenu un vrai travail d'équilibriste.

Fred Et Rick, Le 15/10/2021 à 14:13

Ils sont tous brillants dans leurs analyses !
C’est un régal de vous lire, le cul sur le sable et et le souci de pas me cramer le cuir avec 30 degrés sous l’anticyclone depuis 15 jours !!
N’achetez plus une caisse sauf un coupé ou un cabriolet !!
De la surconsommation que des objets de cette nature !!

Durand Pierre, Le 15/10/2021 à 14:46

Re merci à Fred Et Rick pour son attention (oui le risk management est un "sport extrême" )
Sinon ...
Acheter un coupé ou cabriolet ... ? .... On a pas attendu l'injonction ...
Pour ce qui me concerne çà fait quasiment une dizaine d'année que c'est fait ... !
Et je ne suis pas le seul à ...
;0)

Ade Airix, Le 15/10/2021 à 15:57

Fred vous ne devez pas bosser dans une boite japonaise parce que là c'est l'inverse avec des campagnes de rappel et des "stop sales" pour des bricoles inimaginables et totalement sans conséquence pour la sécu ou la pollu.
;0)

Lucos , Le 15/10/2021 à 17:00

@Lucos : j'ai fait du Français, du Japonais et de l'Allemand. Et franchement, le pire aura été chez les Japonais... comme quoi !

Fred Et Rick, Le 15/10/2021 à 17:05

Lisez le livre: « Tokyo vice » en poche dans les bonnes librairies !!

Durand Pierre, Le 15/10/2021 à 19:33

Fred, j'ai fait 4 Japonais et ces mecs sont capables de vous lancer une campagne de rappel avec un "stop sales" parce qu'il y a une faute d'orthographe dans le texte dans la page d'ouverture du GPS..
On a peut-être pas dû connaitre les mêmes !!
Bon WE.
;0)

Lucos , Le 15/10/2021 à 19:56

Il faudrait éviter… que cela se termine par un punching-ball !!

Durand Pierre, Le 17/10/2021 à 11:21

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 15/10/2021

Les nombreux effets secondaires de la pénurie de semi-conducteurs

L’Amérique du Nord souffre de pénuries dans la chaine d’approvisionnement depuis un an et tente de s’adapter à la situation. En Europe, en revanche, les effets de la pénurie s’accélèrent sur la fin de l’année. Dans ces deux marchés, les cultures industrielles et commerciales sont très différentes mais les dommages collatéraux cultivent de nombreuses similarités.

Analyse

Xavier Chardon, Volkswagen Group France : "Il faut se préparer à une année 2022 qui sera sportive"

Avant que la pénurie de semi-conducteurs ne se traduise par d’importantes difficultés de production dans les différentes usines du groupe Volkswagen, toutes ses marques étaient en croissance de part de marché en France. Dans ce contexte, le groupe priorise les affectations de production sur la gamme de véhicules électriques pour accélérer sa transformation et adapte sa politique commerciale aux circonstances. Explications avec Xavier Chardon, Président du directoire de Volkswagen Group France depuis le 1er septembre.

Constructeurs

Deux nouveaux directeurs chez Aramis Group

Stéphane Rougeot rejoint Aramis Group en tant que directeur financier et membre du comité exécutif, succédant à Fabrice Farcot. Arnaud Defrenne est nommé au poste nouvellement créé de directeur technologie & information du groupe.

Nominations

Catégorie Constructeurs

Neutralité carbone : le groupe Volkswagen implique son réseau

Dans le cadre de son engagement écologique, le groupe Volkswagen travaille sur de nombreux fronts, notamment sur celui de l’infrastructure de charge. Il investit directement, notamment à travers Ionity, et s’appuie aussi sur son réseau de distribution qu’il souhaite aussi faire évoluer vers la neutralité carbone.

01/12/2021

Nissan accélère le tempo dans l'électrification de ses véhicules

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Nissan, allié du français Renault et ancien pionnier de l'électrique, a dit lundi viser une part de 50% pour ses véhicules électrifiés (électriques et hybrides) dans ses ventes mondiales à l'horizon 2030, contre environ 10% en 2020.

30/11/2021

Suzuki renouvelle son S-Cross

Suzuki a révélé la troisième génération de son SUV compact, le S-Cross. Son design évolue ainsi que sa dotation technologique mais il faudra attendre le second semestre pour voir arriver un nouveau moteur hybride.

30/11/2021

La Cupra Born, parmi les 7 finalistes de "The Car of Year "

La Cupra Born, basée sur la plateforme électrique du groupe Volkswagen, parvient par son design et son caractère sportif à se différencier positivement de l’ID3. Elle a été choisie par le Jury de "The Car of the Year" parmi les 7 modèles finalistes.

29/11/2021