Publicité
Publicité
Marchés - 18/01/2023

Britishvolt en faillite, coup dur pour l'électrification automobile au Royaume-Uni

Par AFP

Britishvolt en faillite, coup dur pour l'électrification automobile au Royaume-Uni

(AFP) - Coup dur pour l'électrification du secteur automobile au Royaume-Uni : Britishvolt, start-up portant un projet de méga-usine de batteries pour véhicules électriques a déposé le bilan mardi, après des mois de lutte pour sa survie.

"L'entreprise est en dépôt de bilan en raison d'investissements insuffisants pour financer les recherches qu'elle menait et le développement de ses sites dans les Midlands (centre du Royaume-Uni) ou au nord-est", explique le cabinet EY, qui va gérer l'administration de cette faillite, dans un communiqué.

Les deux administrateurs de EY nommés évaluent les options pour monétiser les actifs de l'entreprise, "y compris la propriété intellectuelle et les actifs de recherche et développement", pour le bénéfice des créanciers, poursuit le communiqué.

Les administrateurs vont donc organiser la fermeture de l'entreprise et son démantèlement, est-il précisé.

La majorité des quelque 300 employés de Britishvolt "ont été licenciés avec effet immédiat", indique encore le communiqué. 

La start-up avait échappé de justesse à la faillite en novembre grâce à un financement de court terme et cherchait depuis des investisseurs de plus long terme. Elle avait indiqué la semaine dernière être en pourparlers pour céder une majorité de l'entreprise.

Le conseil d'administration de la société aurait décidé lundi qu'il n'y avait pas d'offre viable pour maintenir la société à flot, précisait mardi matin la BBC sur son site internet.

Selon la presse britannique, deux offres à 30 millions de livres étaient sur la table (bien en deçà des sommes déjà investies dans le projet), l'une émanant de DeaLab Group, un fonds d'investissement lié à des intérêts en Indonésie, et l'autre de certains actionnaires de Britishvolt.

Trajectoire chaotique
L'entreprise avait reconnu en août des difficultés liées aux "conditions du marché, y compris l'inflation galopante et la hausse des taux d'intérêt".

L'entreprise avait aussi invoqué "les incertitudes géopolitiques" et "la crise énergétique mondiale", repoussant la date de début de production de 2023, à 2025.

Face aux difficultés, ses employés avaient accepté une réduction de salaire temporaire en novembre.

Sur un coût total du projet de 3,8 milliards de livres, Britishvolt n'avait levé jusqu'ici que 200 millions.

L'entreprise avait toutefois conclu en janvier 2022 un partenariat avec le spécialiste en bâtiments logistiques Tritax et le géant britannique de la gestion d'actifs Abrdn portant sur la construction de l'usine pour 1,7 milliard de livres.

Le projet avait aussi reçu le soutien du gouvernement conservateur de l'ancien Premier ministre Boris Johnson. Mais le financement public de 100 millions de livres, conditionné à l'avancée du projet, n'a pas encore été versé, selon la presse locale.

La start-up visait une production annuelle de plus de 300.000 batteries de véhicules électriques et l'embauche directe de 3.000 personnes.

Dan Hurd, co-administrateur d'EY, a jugé "décevant que l'entreprise n'ait pas été en mesure de mener à bien ses ambitions et de lever les fonds nécessaires".

"Britishvolt a eu une trajectoire chaotique et avait déjà manqué de peu la sortie de route auparavant, au moment où la course mondiale pour la domination du secteur des batteries a accéléré", estime Susannah Streeter, analyste de Hargreaves Lansdown.

Elle estime que l'échec de Britishvolt est un "obstacle notable pour l'avenir de la fabrication de batteries électriques au Royaume-Uni, à l'heure où la demande pour les véhicules électriques a bondi". 

D'autant que les "mega-usines proches des centres de fabrication (automobiles) sont considérés comme importants au moment où les chaines d'approvisionnement ne sont plus si bien huilées".

"On peut espérer qu'un grand constructeur va jouer au chevalier blanc mais pour l'instant on dirait qu'ils ne sont pas décidés", conclut Mme Streeter.

Les faillites sont en forte hausse en Angleterre et au Pays de Galles d'après des statistiques gouvernementales publiées mardi : +32% en décembre sur un an, et +76% comparé à décembre 2019, avant la pandémie.

Un porte-parole du gouvernement s'est dit mardi "déçu" de la faillite de Britishvolt mais a ajouté que "nous restons convaincus que le Royaume-Uni est l'un des meilleurs endroits au monde pour la fabrication automobile", assurant que le gouvernement investit "significativement" pour financer la transition vers les véhicules électriques.

A l'inverse, le syndicat Unite a déploré une faillite "potentiellement catastrophique pour le nord-est du pays et la transition de l'automobile britannique".

Dans un communiqué, il fustige "le manque total de stratégie industrielle du gouvernement pour protéger les emplois du secteur automobile britannique", bien que cette industrie doivent avancer dans la production de véhicules électrique.

Il déplore l'absence d'usines britanniques de batteries électriques indépendantes.

Réactions

C'est bien triste pour les employés :(
Mais comme déjà dit dans le précédant article sur cette start up, je n'envisageais pas la possibilité de mixer start up et industrie lourde.
Bon par je ne leur ferais pas coucou en passant à coté...

100 millions de livres du gouvernement non versés vs offre à 30 millions ?
Coût total de 3,8milliards avec levée de seulement 200 millions. Même si le gouvernement avait versé l'argent, viabilité du projet en comparaison du coût total ?
Le coût total semblait en effet beaucoup trop élevé.
De là la question que vous vous posez légitimement Porte Nawak sur l'orientation industrielle avec beaucoup d'équipements pour les start-up sans partenaires solides ?
Intérêt indispensable dans ce cas qu'un constructeur s'allie à un producteur de batteries en Europe ?

Aujourd'hui t'as l'air d'un con...si ton usine n'est pas une GIGA factory ...de quelque chose !!
Clowns chics de tous les pays...au pognon magique...réunissez-vous ! Vous avez de l'avenir !!
Peut-être que les indonésiens croyaient que c'était une usine de batteries de cuisine...mais la sauce s'est gâtée et elle n'a pas prise !
Que des casseroles (avec le clown triste BoJo) comme dans un mariage anglais avinée à la bière tiède !

Si vous vous permettez d'analysez la situation sans la connaitre, et plutôt que de se placer en donneur de leçon insultant comme le Troll ci-dessus, parler maintenant d'un possible Chevalier blanc parait totalement anachronique, voire impossible.
Hormis le rapport effectivement très défavorable entre les investissements et les besoins cités et commentés plus haut, qu'allait faire Britishvolt en s'installant au fond de l'Angleterre, à Blyth grande banlieue nord de Newcastle, si ce n'était pour tenter le passage en force avec Nissan, seule usine du coin à Sunderland au sud de Newcastle, et 15 km à vol d'oiseau entre les 2 usines ?
Britishvolt attendait que Nissan se positionne et apporte ce qu'il manquait ??
Se sont-ils vus avant ?
S'ils ne l'on pas fait avant, pourquoi le feraient-ils maintenant ?
J'ai toujours admiré les gens qui osent, et surtout ceux qui le font avec leur argent, mais là c'était visiblement très mal ficelé et puis dans le mauvais pays en ce moment. Remarquez que démarrer Britishvolt en Estonie ça ne collait pas non plus.
;0)
PS pour Porte Nawak : j'en ai peut-être et assurément déjà parlé, mais à la place et si vous passez vers Newcastle vers le déjeuner, allez maintenant faire coucou à un Resto poisson fruits de mer/bar installé sur une plage de Tynemouth dans un conteneur réaménagé "Riley's Fish Shack". J'ai adoré cet endroit trop sympa et accueillant et avec des feux de bois au bord de chaque table dans des foyers aménagés sur les parois du conteneur !
C'était début août !
(N'oubliez jamais les "4 saisons le même jour" dans le coin.. Kway, quinine et passe-montagne....)
;0))

Merci Lucos :)
Je copie colle cette information dans ma note Ecosse et trajet, je verrais si je passe par là au retour ;)

C'est toi le troll déchet de cerveau ramollit et ignorant !
L'industrie ne connait pas ton existence ...et de tous ceux qui écrivent ici moi compris ! Pour le Guide du Routard, nous avons déjà donné...(et voilà la monnaie de ta pièce le troll) Il faut se rappeler des âneries qu'on a déjà écrites précédemment !
RAB et aujourd'hui c'est mercredi ! Il y a d'autres lectures... pas touche t'auras des aigreurs d'estomac !! En voilà un qui ne sera pas à la manif des retraites ! Impossible !
Tout le monde te lit troll ... zéro raisonnent dans le brouillard !
"J'ai toujours admiré les gens qui osent" qu'il dit ...voilà un admirateur des indonésiens qui osent et qui allaient sans aucun doute et inéluctablement perdre leur fric ! Gros malin !!
J'attends le couplet sur l'Airbus de batteries !!

Je ne peux pas vous le chanter, le Président veux pas qu'on apporte sa guitare au bureau..
;0))

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Publi-rédactionnel

293 groupes de distribution à la loupe dans l'annuaire 2023

La quatorzième édition de l’Annuaire des groupes, publiée par Autoactu.com, s’est enrichie de 20 nouveaux groupes, compensant ainsi l’absorption de 19 groupes au cours de l’année. Elle présente pour la première fois un classement des groupes en fonction de leur volume de vente VO, en complément des classements par chiffre d’affaires et volume VN.

Marchés

ZFE : L’Etat tente de calmer la grogne avec la nomination d’un interlocuteur national ZFE, Edouard Manini

Si personne (élus locaux y compris) ne comprend rien aux ZFE, c’est normal. Cette réglementation qui aura des conséquences majeures sur le quotidien de nombreux Français est en effet le résultat d’une construction baroque avec trois niveaux de textes législatifs. Sans parler de la verbalisation… Edouard Manini, le Monsieur ZFE qui vient d’être nommé doit ramener un peu d’harmonie et de coordination.

Marchés - 18/01/2023

ZFE : L’Etat tente de calmer la grogne avec la nomination d’un interlocuteur national ZFE, Edouard Manini

Si personne (élus locaux y compris) ne comprend rien aux ZFE, c’est normal. Cette réglementation qui aura des conséquences majeures sur le quotidien de nombreux Français est en effet le résultat d’une construction baroque avec trois niveaux de textes législatifs. Sans parler de la verbalisation… Edouard Manini, le Monsieur ZFE qui vient d’être nommé doit ramener un peu d’harmonie et de coordination.