Publicité
Publicité
Constructeurs - 05/03/2021 - #Opel , #Stellantis

Carlos Tavares reçoit les organisations syndicales de PSA lundi

Les résultats financiers exceptionnels de PSA ont été obtenu au prix "d’un niveau de tension sociale assez élevé", nous a dit Olivier Lefebvre, délégué syndical central FO Stellantis. Il sera reçu lundi 8 mars par Carlos Tavares (en même temps que CFE-CGC, CFTC et CFDT) à qui il compte demander des réponses claires sur la place qui va être donnée à la France dans Stellantis.

Carlos Tavares reçoit les organisations syndicales de PSA lundi

Auteur : Florence Lagarde
Directrice de la rédaction et Directrice de la publication

Partager cet article

"Nous avons pris nos responsabilités, il va falloir que l’on ait un discours clair sur la stratégie industrielle en France et sur l’avenir de la filière mécanique en France", nous a dit Olivier Lefebvre, délégué syndical central FO Stellantis, premier syndicat sur le périmètre PSA.

L’heure n’est pas à l’affrontement mais "le niveau de tension sociale est assez élevé", nous a-t-il dit. En cause, la surchauffe des sites de production qui tournent au maximum de leur capacité, ce qui est d’ailleurs une des raisons de la performance exceptionnelle de l’année 2020. C’est à ce prix que PSA a obtenu en pleine année Covid une marge opérationnelle moyenne de 7,1% avec une pointe à 9,4% au deuxième semestre. Pour les salariés cela signifie des heures supplémentaires, des samedis travaillés.

Les salariés n’ont pas été oubliés avec une prime d’intéressement minimum de 3.000 euros avec un maximum de 4.285 euros, une fourchette assez resserrée qui "protège les bas salaires", souligne Olivier Lefebvre. Au total, l’intéressement coûtera à l’entreprise 430 millions d’euros, soit 0,9 points de marge opérationnelle (ou encore 12,7% du résultat opérationnel). Par comparaison, la distribution de dividendes sera de 1 milliard d’euros.

Carlos Tavares sait ce qu’il doit aux salariés et il ne manque jamais de les remercier à chaque présentation des résultats financiers. Cela a encore été le cas ce mercredi 3 mars. 
Il sait aussi ce qu’il doit aux représentants des organisations syndicales qui depuis son arrivée à la tête de PSA l’ont suivi. Voici comment il leur a rendu hommage cette semaine : "Ils sont toujours très exigeants, ils sont de plus en plus diversifiés à travers le monde au fur et à mesure que nous devenons une entreprise mondiale, mais je reconnais que la qualité de leur dialogue soutient également la performance de l'entreprise. Je tiens également à les remercier chaleureusement pour notre interaction et aussi leur capacité à échanger de manière constructive avec la direction de l'entreprise. C'est aussi une grande partie de ce résultat."

Des remerciements qui pourraient bien ne plus suffire. "Nous ne voulons pas uniquement des remerciements. Après les accords de compétitivité et les engagements des salariés, il faut qu’il y ait un retour clair. Nous sommes dans une forme olympique avec 9,4% de marge opérationnelle au deuxième semestre. Il n’y a plus de gras sur la bête. Les frais de structures sont au ras des pâquerettes", souligne le représentant de FO.
De fait, en 2020, alors même que le chiffre d’affaires a baissé de 19%, le poids de la masse salariale n’a que très peu augmenté passant de 10,5% du chiffre d’affaires en 2019 à 11,4% en 2020.

Pour Olivier Lefebvre, "il arrive un moment où on est en train de consommer le muscle". "Carlos Tavares nous dit que la performance protège l’entreprise et donc le salarié. Très bien. Nous voulons lui dire qu’il faut protéger les salariés qui travaillent dans l’entreprise et font la performance", nous a dit le représentant de FO.

Il y aura aussi au menu des discussions de lundi l’inquiétude soulevée par la décision de ne pas fabriquer à Douvrin la troisième génération du moteur EP. "Au dernier comité stratégique, il était annoncé que l’investissement était engagé à Douvrin pour l’EP de troisième génération. Nous avons appris jeudi dernier, alors que rien ne le présageait qu’il partait en Hongrie. C’est un précédent et c’est pourquoi nous nous posons la question de la place de la France dans la stratégie de Stellantis", explique Olivier Lefebvre. 

A Douvrin, l’usine fabrique actuellement trois des quatre blocs moteurs de PSA : les DVR, EB et EP. L’avenir assombri pour les moteurs Diesel met à risque la production du DVR dans les deux ans qui viennent. Il restera donc le moteur EB, mais pour quel volume ?
Le départ en Hongrie du moteur EP dans une ancienne usine Opel n’a encore rien à voir avec le rapprochement avec FCA qui pourrait lui aussi remettre en cause d’autres productions.

Or, depuis le rapprochement de PSA et FCA les syndicats n’ont pas eu de réunion d’information sur les conséquences sociales de la fusion. Le durcissement des règlementations européennes qui condamne à terme et déjà en partie les moteurs thermiques rend cette confrontation d’autant plus nécessaire. "La vérité européenne n’est pas une vérité absolue partout et il y aura encore des moteurs thermiques dans d’autres régions du monde. Nous avons en France un savoir faire et une filière intégrée et nous voulons qu’elle soit préservée", nous a dit Olivier Lefebvre. "Il va y avoir des moteurs thermiques avec hybridation, il faut qu’ils soient produits en France. Maintenant que Stellantis est dans les étoiles, il ne faut pas oublier la planète France."

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Personne conteste que le thermique sera là encore pour un long moment ....mais il serait une grosse erreur d'oublier la concurrence international qui nous arrive de plein fouet...et qui s'installe !
La politique de produits chez PSA certes innovants et qui arrivent au bon moment mais avec des prix de commercialisation CHERS trop CHERS.... va ralentir le déploiement et développement du groupe !
Si quelqu'un fait le recensement pour 2021 des gammes nouvelles dans les segments hybrides, hybrides rechargeables et VE de toutes les marques qui opèrent en France, il y a de quoi tirer la sonnette d'alarme !!
Les client finaux comparent les produits de plus en plus....et ils sont attentistes !
Serrez la vis dans le groupe sans compter les facteurs d'influence extérieures...c'est un tort...

Durand Pierre, Le 05/03/2021 à 16:49

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 05/03/2021

L'Italie reste sur sa tendance baissière des mois précédents

Avec un recul de 12,3% en février, le marché automobile italien reste sur la même tendance qu'en janvier (-14%) et décembre (-15%). Les professionnels s'inquiètent d'un risque de forte rechute avec l'épuisement des fonds dédiés au soutien du marché dans les mois à venir.

Marchés

Pourquoi Volvo et JLR s’abandonnent-ils à l’électricité ?

La fée électricité a séduit Volve et JLR. Las de voir les législations de plus en plus contraignantes ou bien séduits à l’idée de se débarrasser des homologations complexes et de la rhétorique des bilans carbones, plusieurs constructeurs choisissent d’abandonner les moteurs thermiques. Condamnation ou choix stratégique pour survivre ?

Analyse

Catégorie Constructeurs

Une page se tourne chez Car East France avec le départ de Serge Cometti

A l’origine de la création de la société Car East France, Serge Cometti a quitté son poste de DG de l’entreprise cet été. Entre 2020 et 2022, il aura géré le lancement de trois marques chinoises : MG, Aiways et Maxus. Benoit Allard, précédemment DGA lui succède.

29/09/2022

Pouvoir d'achat : la prime ne calme pas les esprits chez Stellantis

(AFP) - La prime n'a pas calmé la colère chez Stellantis : plusieurs usines du constructeur automobile ont débrayé mercredi, au lendemain de l'annonce par la direction d'une "prime de partage de la valeur" de 1.000 euros pour aider ses salariés en France à faire face à l'inflation.

29/09/2022

Les constructeurs sont beaucoup moins "verts" qu'il n'y paraît, alerte T&E

L’ONG Transport & Environment (T&E) met en garde les investisseurs institutionnels qui s'efforcent de décarboner leurs portefeuilles : selon ses calculs, les émissions de CO2 des constructeurs, au cours du cycle de vie de leurs véhicules, seraient en réalité 51% supérieures à ce qu’ils communiquent. Les agences de cotation sous-évaluent également très nettement les émissions du cycle de vie (scope 3), dont la divulgation sera obligatoire à partir de 2023 dans l‘UE. T&E recommande aux instances européennes de définir des règles de calcul précises de ces émissions indirectes de CO2.

29/09/2022