Publicité
Constructeurs - 26/04/2021

Daimler prévoit une année 2021 plus rentable

(AFP) - Le constructeur automobile allemand Daimler a relevé vendredi l'objectif de rentabilité de sa branche automobile après un premier trimestre meilleur qu'attendu, prévoyant que la pénurie de puces s'estompe au deuxième semestre.

Auteur : AFP

Partager cet article

Le fabriquant des Mercedes-Benz, engagé dans un vaste virage électrique, s'attend cette année à une marge opérationnelle de son activité "Cars & Vans" entre 10% et 12% -- deux points de pourcentage de plus qu'annoncé lors des résultats annuels en février.
En 2020, cette donnée très scrutée par les marchés a atteint 6,9%.   

La marge de sa branche poids-lourds et bus ("Trucks & Buses"), qui doit devenir avant la fin de l'année une entité indépendante introduite en Bourse dans le cadre d'une vaste réorganisation, doit toujours ressortir entre 6% et 7%.
Cette opération historique, qui passera pas une assemblée générale extraordinaire "à l'automne", est "dans les temps", ajoute le groupe.   

Dans un communiqué, le directeur financier Harald Wilhelm relève un marché chinois favorable qui a permis au bénéfice net de grimper à 4,4 milliards d'euros contre 168 millions au premier trimestre 2020, quand le coronavirus a commencé à se répandre.
Le chiffre d'affaires a progressé de 10%, à 41 milliards d'euros.
Le bénéfice opérationnel (EBIT) a atteint 5,8 milliards d'euros contre 617 millions, en ligne avec les résultats préliminaires communiqués la semaine passée et supérieurs aux attentes des analystes.   

En 2020, Daimler avait encaissé une chute de 78% de son bénéfice d'exploitation au premier trimestre.
Une perte opérationnelle de 1,7 milliard d'euros a suivi au deuxième trimestre, quand la pandémie a entraîné des arrêts de production et des restrictions massives en Europe.
Le groupe de Stuttgart a finalement fini l'année sur un bénéfice net de 4 milliards d'euros.   

Il table toujours sur une hausse "significative" de ses ventes et de son bénéfice d'exploitation cette année, sans plus de précisions, grâce à la "normalisation progressive des conditions économiques".
Si la pénurie mondiale de semi-conducteurs a "affecté les ventes de véhicules au premier trimestre" et devrait continuer à peser au deuxième trimestre, Daimler s'attend à un "redressement" au deuxième semestre même si "l'évolution est difficile à prévoir".

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Aucun commentaire, soyez le premier à participer !

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 26/04/2021

La raison d’être de Renault : formulation nébuleuse et engagement sincère

Les dirigeants de Renault croient honnêtement que l’entreprise, ses équipes et son histoire passée s’inscrivent aisément dans un projet que conformément à la loi Pacte ils appellent raison d’être et ont fait approuver la semaine dernière par le Conseil d’Administration.  En donnant à ladite "raison d’être" une formulation un peu nébuleuse, ils n’ont pas contribué à faire jouer à ce vote le rôle mobilisateur qu’ils espéraient lui voir prendre. Heureusement, les grands principes faisaient déjà l’objet de traductions un peu concrètes et cela donne quelques raisons de prendre l’engagement au sérieux.

Analyse

Luca de Meo : "La France est au cœur de la stratégie de Renault"

Lors de l’assemblée générale de ce 23 avril, Luca de Meo a expliqué aux actionnaires de Renault qu’il allait "remettre la France au cœur de la stratégie". Il faudra attendre quelques années pour en voir la concrétisation liée à la transformation de l’entreprise sur les nouvelles technologies. Pour réussir sa transition énergétique le constructeur a créé sa propre université, la Re-Know University, qui formera en France 10.000 personnes d’ici 2025 dans sur les métiers du futur.

Constructeurs

Catégorie Constructeurs

FO annonce la mise en œuvre de l’accord de transfert de l’activité de Choisy

Syndicat majoritaire sur le site de Choisy, FO a pris le parti d’entrer très vite dans la négociation plutôt que de laisser s’installer colère, angoisse et lassitude chez les salariés. Les négociateurs ont obtenu un accord qui permet aux salariés de choisir entre une mutation à Flins, l’intégration d’un autre site de Renault ou quitter l’entreprise. Dans tous les cas ils seront accompagnés. Samir Slim qui a mené ces discussions nous raconte comment elles se sont déroulées.

12/05/2021

Nissan voit son redressement freiné par la crise des semi-conducteurs

(AFP) - Le constructeur automobile japonais Nissan a dit mardi s'attendre à un résultat net de nouveau négatif lors de son nouvel exercice 2021/22 entamé le 1er avril, en citant notamment la pénurie de semi-conducteurs et le renchérissement des matières premières.

12/05/2021

Renault : les syndicats dénoncent des "départs contraints" déguisés

(AFP) - Les syndicats CGT, CFDT, CFE-CGC et SUD du centre technique de Renault à Lardy (Essonne) ont dénoncé lundi la "pression de plus en plus importante mise sur les salariés pour les pousser au départ" alors que la direction s'était engagée sur un plan de départs volontaires.

11/05/2021