Publicité
Publicité
Equipementiers - 16/03/2022

Des ONG somment TotalEnergies de quitter la Russie

(Reuters) - Greenpeace France et Les Amis de la Terre France ont adressé lundi un courrier à TotalEnergies mettant le groupe en demeure de cesser ses activités en Russie à la suite de l'invasion de l'Ukraine, sous peine de poursuites judiciaires, sur le fondement notamment de la loi française relative au devoir de vigilance des multinationales.

Des ONG somment TotalEnergies de quitter la Russie

Auteur : Reuters

Partager cet article

Cette loi de 2017 impose aux sociétés mères et aux entreprises donneuses d'ordre de prévenir les atteintes graves envers les droits humains et les libertés fondamentales, la santé et la sécurité des personnes ainsi que l'environnement, résultant de leurs activités et de celles de leurs filiales, sous-traitants ou fournisseurs, à travers l'établissement et la mise en œuvre d'un "plan de vigilance".

Dans leur courrier, que Reuters a pu consulter, Greenpeace et Les Amis de la Terre jugent que le plan de TotalEnergies est "particulièrement incomplet et insuffisant" et mettent le groupe en demeure de "cesser dans les plus brefs délais toute relation d'affaires et commerciale dans le secteur pétro-gazier susceptible d'alimenter les violations des droits humains et libertés fondamentales par la Russie".

La Russie représentait 24% des réserves prouvées de TotalEnergies et 17% de sa production combinée de pétrole et de gaz en 2020, selon le dernier document de référence du groupe, qui détient notamment une participation de 19,4% au capital du producteur de gaz russe Novatek, dont certains dirigeants et actionnaires sont réputés proches du Kremlin et ciblés par des sanctions occidentales.

Le français détient également des participations dans d'importants actifs ou projets de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le pays (Yamal LNG et Artic LNG 2), directement et via Novatek.

"Le maintien de la participation de TotalEnergies dans (ces)projets ainsi que le maintien de ses parts dans Novatek impliquent nécessairement des risques que ceux-ci contribuent, au moins financièrement, à l'agression russe en Ukraine et aux violations graves des droits humains (...), ainsi qu'aux atteintes aux libertés fondamentales et à la sécurité des personnes qui seraient commises dans ce cadre", jugent les ONG.

"L'unique comportement raisonnable et vigilant à adopter"
"En tout état de cause, TotalEnergies n'est pas en mesure d'apporter la preuve du contraire et ne saurait garantir que son maintien dans ces projets n'y contribuera pas", ajoutent-elles.

"Dans le cas où des relations d'affaires risquent de contribuer manifestement à des atteintes graves aux droits humains et aux libertés fondamentales, particulièrement dans le cadre de conflits armés, et qu'il n'existe aucune mesure susceptible de prévenir ou d'atténuer ces risques, l'unique comportement raisonnable et vigilant à adopter consiste à suspendre ou mettre un terme à ces relations d'affaires".

Clara Gonzales, juriste de Greenpeace France, a précisé à Reuters que si TotalEnergies ne révisait pas son plan de vigilance dans un délai de trois mois, un recours pourrait être déposé contre le groupe pour ce motif. D'autres procédures, notamment au pénal, sont en outre envisageables sans avoir à s'inscrire dans ce calendrier, a-t-elle ajouté.

Selon Edina Ifticène, chargée de campagne pétrole de Grenpeace France, "TotalEnergies montre son véritable visage encore une fois en mettant ses profits avant tout le reste, quitte à participer à l'effort de guerre de la Russie en Ukraine".

TotalEnergies n'a pas souhaité faire de commentaire sur le courrier de Greenpeace et Les Amis de la Terre, qui invoquent également l'obligation générale de prudence s'imposant aux entreprises.

A la suite du déclenchement de la guerre en Ukraine, le groupe a fait savoir début mars qu'il condamnait "l'agression militaire de la Russie", qu'il mettrait en oeuvre les sanctions mises en place par l'Europe contre Moscou "quelles que soient les conséquences (en cours d'évaluation) sur la gestion de ses actifs" dans le pays et qu'il n'y développerait plus de nouveaux projets.

Il n'a en revanche pas à ce stade suivi l'exemple de la plupart de ses grands concurrents, notamment les Britanniques BP et Shell, qui ont décidé de se retirer totalement de leurs activités pétrolières et gazières en Russie.

L'investisseur activiste Clearway Capital a adressé vendredi une lettre au conseil d'administration de TotalEnergies appelant lui aussi le groupe à cesser ses activités en Russie à la suite de l'invasion de l'Ukraine, ou bien de soumettre cette proposition au vote des actionnaires lors de la prochaine assemblée générale.

Partager cet article

Réactions

Envoyer cet article à un ami

Les champs suivis d’une astérisque sont obligatoires.

Je ne suis pas un grand fan de Greenpeace (euphémisme) mais il m'apparaît que le comportement de BP et de Shell est un peu plus "noble" que celui de Total qui semble rechercher les profits "quoi qu'il en coûte".
Si c'est vrai, une arme de conviction très efficace est le boycott des stations services Total au profit de BP et de Shell. On n'en est pas là mais c'est peut-être à considérer.

Bruno Haas, Le 16/03/2022 à 10:25

Il faut éliminer la Russie de la surface du globe !
Les ONG devraient exiger que Delacre arrête de fabriquer des cigarettes russes...
;0))

Lucos , Le 16/03/2022 à 15:55

@Lucos , Le 16/03/2022 à 15:55
Première reco : OK
Deuxième reco : ha non, elles sont trop bonnes !

Bruno Haas, Le 16/03/2022 à 17:17

Remarquez qu'on peut aussi les faire disparaitre en les mangeant....
;0))

Lucos , Le 16/03/2022 à 22:52

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Mot de passe oublié

Autres actualités

Edition du 16/03/2022

Voiture de collection : le parc pourrait potentiellement quadrupler

Le cabinet d’assurance Hiscox a publié une étude très complète sur le marché du véhicule de collection en France à l’occasion du Salon Rétromobile qui débute aujourd’hui. Elle révèle que près de 720.000 voitures de plus de 30 ans pourraient obtenir la carte grise Collection alors que seulement 208.000 véhicules en sont pour l’instant pourvu.

Marchés

La guerre en Ukraine pourrait remettre en cause des projets d’investissement dans la filière automobile française, selon la PFA

La guerre en Ukraine fragilise un peu plus le tissus industriel automobile français déjà mis à mal par la crise sanitaire et la pénurie de semi-conducteurs. Ce nouveau contexte renchérira les investissements décidés dans le cadre de la transition écologique. La PFA estime que des mesures d’accompagnement sont nécessaires pour que la France reste attractive. Le point avec le directeur général de la PFA, Marc Mortureux.

Marchés

Catégorie Equipementiers

TotalEnergies est attendu sur le GNL et son cash-flow sans la Russie

(Reuters) - TotalEnergies devrait préciser mercredi ses perspectives de croissance dans le gaz naturel liquéfié (GNL), de génération de trésorerie et de retour aux actionnaires lors d'une journée investisseurs organisée à New York au cours de laquelle le groupe a prévu de détailler sa stratégie sans la Russie.

27/09/2022

Energie, Ukraine, Chine : l'acier craque

(AFP) - Hausse des prix de l'énergie, incertitudes liées à la guerre en Ukraine, et surtout ralentissement des investissements chinois ont nettement freiné la production d'acier dans le monde cette année, mettant en pause l'ambitieuse transition énergétique lancée par la sidérurgie européenne.

07/09/2022

Bridgestone plus confiant dans l'avenir malgré des vents contraires

(AFP) - Le géant japonais des pneumatiques Bridgestone a relevé mercredi ses prévisions annuelles de chiffre d'affaires et de bénéfice opérationnel pour 2022, s'attendant à une accélération de ses ventes à partir du troisième trimestre malgré de nombreux vents contraires.

12/08/2022