Publicité
Publicité
Marchés - 16/05/2024

Etats-Unis : un projet de mine de lithium éveille les craintes environnementales

Par AFP

(AFP) - Lorsque Kristal Lee et son mari ont acheté leur maison en Caroline du Nord il y a deux ans, ils pensaient s'y installer "pour toujours". Mais un projet de mine de lithium à proximité leur fait passer des nuits blanches.

"Nous n'avons pas vraiment l'option de déménager en ce moment, en particulier à cause de la situation économique et de l'inflation", confie Kristal Lee, 41 ans, à l'AFP.

"Nous nous inquiétons beaucoup depuis que nous en avons entendu parler", ajoute-t-elle, au sujet du projet à 1,2 milliard de dollars de Piedmont Lithium d'extraire ce métal crucial dans le comté de Gaston pour les batteries des véhicules électriques.

Le président Joe Biden s'active pour développer une industrie américaine de véhicules électriques et de batteries dans le cadre de la transition électrique mais aussi pour réduire toute dépendance de l'étranger, en particulier de la Chine.

Derrière la domination chinoise, les principaux acteurs de l'industrie du lithium sont le Chili et l'Argentine.

Aux Etats-Unis, il est présent en grandes quantités dans le Nevada, la Californie et la Caroline du Nord, où le sous-sol du comté de Gaston attire les convoitises.

La demande en batteries lithium-ion devrait bondir de près de 30% par an entre 2022 et 2030, selon le cabinet McKinsey.

Mais les craintes environnementales suscitées par les divers projets d'extraction illustre le scepticisme de certains habitants concernant les bénéfices à long terme des politiques publiques.

Sols éventrés

Parmi les risques les plus importants liés aux exploitations minières, Aimee Boulanger cite la pollution de l'eau et la menace pour l'approvisionnement en eau.

"Déplacer des roches pour atteindre le minerai éventre les sols, avec le risque que la terre et les métaux normalement enfermés dans le sous-sol s'écoulent dans les ruisseaux, les rivières et l'eau potable", explique Mme Boulanger, directrice exécutive de l'Initiative pour l'assurance d'une exploitation minière responsable (IRMA).

Piedmont compte analyser et traiter l'eau qui s'écoulera dans la mine, avant de l'utiliser ou de l'évacuer. Mais Mme Lee craint les potentielles défaillances.

Pour calmer les inquiétudes, le projet de Piedmont évoque la possibilité de creuser de nouveaux puits et d'en laisser l'accès au réseau municipal d'eau potable, ou de fournir des bouteilles d'eau minérale.

Mais cela n'est pas suffisant pour apaiser les habitants.

Kristal Lee, mère de cinq enfants, s'inquiète aussi de la poussière et du bruit émanant de la mine à ciel ouvert où Piedmont compte mener des explosions quotidiennement. La société affirme que cela n'endommagera pas les structures alentours.

Relevant les retombées positives de ces projets miniers, Mme Boulanger prévient qu'il faut aussi "s'assurer qu'ils ne causent pas des dommages plus importants ou durables que leurs avantages".

Pour Jim McMahan, un autre habitant, l'exploitation de la mine pendant dix ans est également problématique.

"Petite quantité"  

"Ils vont fournir des emplois pendant une période de temps limitée", relève ce retraité de 65 ans, qui s'est lancé dans l'agriculture. Mais "les emplois vont partir et, peut-être, les exploitations agricoles auront disparu".

"Je veux un air pur", lance Locke Bell, 73 ans, ancien procureur de comté, "mais je ne veux pas d'une destruction insouciante des sols et de l'eau pour produire une petite quantité de lithium".  
Piedmont Lithium a reçu en mai un permis d'exploitation de l'Etat de Caroline du Nord mais d'autres, au niveau local, restent nécessaires.

Kristal Lee habite ce comté depuis près de dix ans mais elle a eu connaissance du projet de Piedmont un an après avoir emménagé dans sa maison actuelle, lorsqu'elle a reçu un cadeau - du café - et une note envoyée par l'entreprise.

Piedmont compte produire 30.000 tonnes d'hydroxyde de lithium annuellement, accroissant "significativement" la capacité américaine.

Albemarle, plus gros producteur au monde, prévoit de réactiver une mine désaffectée à Kings Mountain, petite ville de Caroline du Nord.

Le groupe a expliqué profiter de mesures adoptées par l'administration Biden, comme l'Inflation Reduction Act (IRA), et avoir reçu près de 150 millions de dollars de subventions.

Mais, dans le comté de Gaston, ces dispositions gouvernementales favorables au climat laissent un goût amer. Pour Jim McMahan, le processus d'exploitation du lithium est "invasif".

Réactions

Ah bon, extraire du lithium pollue la flotte ?
Puisqu'on vous répète que la VE est une voiture propre ! Merde à la fin, les terres éventrées ne font pas des marées noires ; aucun rapport ? Non, aucun.

Kristal n'aime pas les cristaux ?
;0))

Votre commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire

Autres articles

Réseaux

Le groupe Sofida va doubler d'envergure avec le rachat du groupe Mariscal

C'est l'un des plus gros rachats de la décennie que prépare le groupe présidé par Xavier Dubois : la reprise du groupe Sima, détenu par la famille Mariscal, qui compte 26 fonds de commerce pesant plus de 400 millions d'euros de chiffre d'affaires. Il deviendra à cette occasion le distributeur presque exclusif des marques Peugeot, Citroën et DS dans les Hauts-de-France et intégrera le top 20 des groupes français avec un potentiel de chiffre d'affaires de plus de 900 millions d'euros.

Marchés

Le marché de la moto se redresse en avril : +7,3%

Toutes familles confondues, le marché de la moto a gagné 7,3% au mois d’avril, avec une progression de 8,4% pour les 2-roues et -16,8% pour les 3-roues. De quoi repasser en positif au cumul des quatre premiers mois de l’année, mais de peu : +0,67%.

Constructeurs

Xpeng débute son déploiement en France

Le constructeur chinois va ouvrir ses premières concessions en France en juin prochain à Valenciennes, Lyon et Cannes. 35 points de vente sont programmés pour cette année pour un volume de vente ambitieux de près de 2.000 unités de SUV électriques premium.

Autour de l'auto

Les concessions prises pour cibles en Nouvelle-Calédonie

Les scènes de chaos et la destruction des commerces qui durent depuis trois nuits en Nouvelle-Calédonie ont sévèrement touché le secteur automobile. Elles sont le fait d’émanations des mouvements indépendantistes qui refusent les conséquences des trois votes qui ont rejeté l’indépendance. Hervé Gibus, directeur marketing du groupe Jeandot nous explique la situation.